Qui sont les rappeurs français les plus sous-côtés ?

Les artistes qui méritent plus de succès selon vous

À la fin du printemps, nous avons demandé sur Twitter à deux reprises quels étaient, selon vous, les rappeurs qui méritent plus de succès que ce qu’ils ont. Autrement dit, « quels sont les artistes les plus sous-côtés du rap game, ceux qui pourraient avoir plus de visibilité vu leur talent ? »
Grâce aux centaines de réponses obtenues, l’équipe Raplume a pu dresser une liste de ces artistes, parfois prometteurs, parfois confirmés, que VOUS aimeriez voir un peu plus sur le devant de la scène.

Disclaimers et biais éventuels

Bien évidemment, les notions de « sous-côté » et de « succès » ne sont pas les mêmes pour tout le monde. Parmi les centaines de réponses, plusieurs twittos ont proposé, entre autres, Damso, Ninho, JuL, Nekfeu ou encore PNL, véritables têtes d’affiche du rap en 2019. Difficile donc de véritablement délimiter le terrain, et nous vous proposons aujourd’hui une liste des vingt artistes qui ont obtenu le plus de « votes » lors de nos deux sondages, sans tenir compte de leur popularité. Ce top 20 ne prétend être ni exhaustif, ni juste : il est clairement biaisé pour plusieurs raisons.

  • Les réponses se limitent au public de Raplume, et plus précisément à ceux qui nous suivent sur Twitter. Impossible pour nous d’atteindre les fans de rap dans leur ensemble.
  • Les sondages en question datent de mai et juin 2019 et les réponses ont pu être influencées par les sorties du moment. Les projets et singles dévoilés pendant le premier semestre, par exemple, pourraient avoir une plus grande place dans l’esprit des internautes.
  • L’analyse des résultats se contente des réponses directes aux deux tweets de base, sans prendre en compte ceux qui citent le tweet pour y répondre. De plus, les réponses qui ont obtenu des RT et des fav n’ont pas plus d’importance que les autres. Ainsi, quelqu’un qui aurait répondu « Nekfeu » et qui aurait fait 57 RT n’aurait pas valu plus qu’un « Ninho » n’ayant obtenu aucune interaction.
  • Il ne s’agit que d’artistes « rappeurs » qui évoluent en solo, tous les duos ou groupes ont été exclus des résultats.

Pour certains, il faut plusieurs projets sans gros succès avant de pouvoir considérer un artiste comme sous-côté. C’est probablement la raison pour laquelle chacun des vingt artistes que nous allons vous présenter a déjà sorti plusieurs projets et qu’une partie a déjà pas mal d’années de rap au compteur !

Les artistes

20. Jok’Air

Après six projets solos, Jok’Air s’est clairement émancipé du succès de la MZ, avec des retours bien plus positifs que ceux des sorties de Dehmo et Hache-P.  Mais malgré quelques gros featurings (Alonzo, Sadek, S.Pri Noir, …) sur ses deux projets sortis en 2019, ainsi qu’une apparition sur l’album de Shy’m en début d’année, l’artiste parisien peine à se faire une vraie place sur la scène rap. Comme il l’a toujours montré dans ses textes, Jok’Air continue de travailler sans relâche et arrive jusqu’à présent à lier qualité à quantité, une recette qui fait de lui un artiste complet… qui mériterait plus de succès !

19. Hayce Lemsi

Lui aussi a connu son apogée il y a plusieurs années et est l’auteur de multiples projets en solo et pourtant, la hype autour de la Kalash’ humaine est redescendue au fur et à mesure, tout comme pour son frère, Volts Face. Même si son talent est reconnu de tous, le flow d’Hayce Lemsi ne lui permet pas d’attirer un nouveau public, tandis que l’ancien vieillit ou se lasse. Pourtant, la qualité des textes et les mélodies pourraient permettre de convaincre la jeune génération mais la mode des refrains chantés n’est pas vraiment faite pour Hayce.

18. Davodka

Hasard de ce classement, Davodka apparaît au même niveau qu’Hayce Lemsi alors que les deux artistes sont souvent comparés à cause de leurs débits rapides. Ils ont d’ailleurs attendu 2019 pour tenter une collaboration, « Tour de contrôle », évidemment réussie mais assez peu populaire, à leur image. Davodka, rappeur depuis 2003, a mis une dizaine d’années pour percer et est adoré par ses fans pour ses punchlines incisives et ses sons mélancoliques, à l’image d' »Accusé de réflexion » issu de l’album éponyme sorti en 2017.

17. Tengo John

Malgré une bonne popularité sur YouTube dès 2017, Tengo John ne semble pas décoller. Pourtant, le rappeur du Val-de-Marne possède une aisance déconcertante à poser sur différentes prod. Alors qu’il tease sa mixtape Temporada avec cinq freestyles (et six invités !), ce huitième projet solo semble beaucoup lui tenir à cœur.

Jusqu’à présent, très peu d’informations sur le contenu de ce projet, mais il est certain qu’il faudra suivre cela de très près…

16. OBOY

En juillet dernier, OBOY a sorti ΩMEGA, son premier album. Avec 1999 ventes en première semaine, il s’agit d’un excellent début pour l’artiste malgache de 22 ans, qui n’en est pas à son coup d’essai puisqu’il avait déjà sorti deux projets auparavant. Un mois après la sortie d’ΩMEGA, OBOY a annoncé qu’il allait ajouter plusieurs titres à son album, tout comme l’ont fait Kaaris ou encore PLK au cours de l’année. Dans le futur, on espère qu’il pourra avoir autant de succès que ces deux derniers ou qu’Aya Nakamura, l’un des deux featurings présents sur l’album.

15. Eden Dillinger

Gimmicks entraînants, textes variés et flows techniques, Eden Dillinger a tout pour réussir. Il peut même se targuer d’avoir été invité à une conférence en mai dernier, ce qui n’est pas courant chez les jeunes rappeurs. Pourtant, sa chaîne YouTube compte tout juste 17 000 abonnés et ses clips solos ne dépassent que rarement les 100 000 vues… Son premier album, prévu pour la fin de l’année 2019, pourrait marquer un nouveau tournant dans sa carrière, lui qui s’est fait connaître avec le High Five Crew dès 2012.

14. Josman

Alors qu’il a sorti un des meilleurs projets de 2018, Josman ne devrait pas tarder à exploser, si ce n’est pas déjà fait… Il remplit déjà ses concerts, ses salles en festival et possède déjà une fanbase solide. Pas assez ?

Son flow unique, très inspiré du rap US  et souvent accompagné des prods toujours plus incroyables les unes que les autres de Eazy Dew, il saura vous surprendre sur des thèmes différents. Un brin dénonciateur dans sa mixtape 000$, plus personnel dans J.O.$, il navigue entre plusieurs sujets, pouvant aussi bien critiquer les gouvernements en place, que vous donner envie de sortir avec une go qui fait du « XS ».

13. Guizmo

Guizmo, c’est un peu la face cachée de l’iceberg du rap français : l’un des rappeurs les plus talentueux et estimés du game, mais qui ne compte pourtant que 600 000 abonnés sur sa chaîne Youtube. Ce qui tranche avec ses 8 ans de carrière et 9 projets au compteur. Les fans de rap le connaissent grâce à ses punchlines légendaires sorties dans les Rap Contenders ou encore grâce au morceau « Normal », son chill posé sur un sample de jazz, et sorti en septembre 2011.

Si deux choses devaient caractériser le rappeur ce serait sans doute sa plume et ses tripes : Guizmo est connu pour aborder des sujets souvent peu joyeux avec une sincérité et une maîtrise rare. L’une des plus belles démonstration de cette affirmation est sans doute son interprétation de « Attendez-moi » au micro de Skyrock. Sa discographie compte de nombreux morceaux fleuves, sans refrain, où l’artiste se livre sans concessions avec une écriture qui se rapproche parfois des plus grands lyricistes.

12. Hugo TSR

Hugo TSR est l’un des rappeurs francophones les plus talentueux des 20 dernières années et pourtant, il reste inconnu du grand public. La raison ? Elle est simple : une volonté de rester caché et totalement indépendant depuis ses débuts, en 2000. Aucune promotion et quasiment aucun clip, c’est grâce au bouche à oreille qu’Hugo a pu creuser son trou.

Avec son groupe, en 2015, le TSR Crew dévoile Passage flouté, huit ans après l’album précédent, qui obtient un succès très raisonnable. Puis, le comble pour lui : une première certification avec son sixième album solo, Tant qu’on est là ! Ce n’était probablement pas l’objectif, mais ce disque d’or après deux années d’exploitation reste la preuve que le vrai talent finit toujours par être déniché et apprécié par quelqu’un.

11. Freeze Corleone

Alors qu’il a sorti son premier projet en avril 2011, il est l’une des révélations sombres de ces dernières années, notamment avec son album Projet Blue Beam, dévoilé en novembre 2018. Plus récemment, on a pu le voir en featuring avec Alkpote puis Luv Resval, mais il reste très proche de son collectif, le 667, parmi lesquels on retrouve notamment Osirus Jack et Slim C. Tout ce petit monde reste considéré comme « underground » mais les clics augmentent petit à petit, comme pour les clips de « Madara », « Gaucho » et « Jeremy Lin », qui dépassent désormais le million de vues sur YouTube !

10. Dinos

Cela valait le coup d’attendre Imany, le premier album de Dinos, même si la pression était grande vu l’attente engendrée par son absence. Capable de vous plonger dans une mélancolie profonde en quelques mesures, il est également capable de kicker sur des flows plus différents les uns que les autres sans la moindre difficulté.

Au-delà de son flow versatile, il ne faut certainement pas oublier de citer sa plume incroyable, le plaçant aujourd’hui, sans aucun doute comme un des meilleurs lyricistes du rap français. Son prochain album Taciturne, devrait arriver en fin d’année, et ne devrait pas décevoir vu l’extrait déjà dévoilé, « XNXX » !

9. Tsew The Kid

Tsew the Kid a commencé à se faire connaître en étant l’un des gagnants du concours de Guizmo. Il s’est ensuite fait inviter sur son Planète Rap pour y faire un freestyle. Tsew a ensuite su se démarquer par son style proche du chant et ses sessions acoustiques et ses freestyles pour 1minute2rap sur YouTube, qui ont séduit et contribué à créer sa fanbase sur les réseaux, très fidèle. Malgré une voix qui lui permet autant de chanter que de rapper, le jeune homme se cantonne actuellement à des sessions et freestyles sur YouTube et fidélise encore sa fanbase, notamment avec ses 3 EP sortis en 2018. Récemment signé chez Panenka Music, un premier gros projet devrait lui permettre de passer une étape dans sa carrière et de conquérir un public plus nombreux.

8. Lord Esperanza

Considéré comme une pâle copie de Nekfeu à ses débuts, Lord Esperanza s’est détaché de cette image et a pu créer un style unique et une communauté solide. Même s’il s’agit probablement de l’un des rappeurs de cette liste qui possède le plus de détracteurs, l’engagement et l’écriture poétique de l’enfant du siècle sont indéniables.

Son premier album, Drapeau Blanc, est sorti le 24 mai 2019 et cinq clips ont déjà été dévoilés : « Believe », « L’enfant du siècle pt. III », « Ola », « Autre verre » et « Comme ça », sans compter sa prestation chez COLORS avec « Le temps des graviers ». Ses collaborations avec le producteur Majeur-Mineur lui permettent de trouver la mélodie idéale pour poser ses textes et c’est probablement le temps qui lui permettra d’agrandir sa communauté.

7. PLK

Malgré un disque d’or après deux mois d’exploitation pour son album Polak, PLK reste un artiste qui n’a pas le succès qu’il mérite selon ses fans. En effet, le jeune homme issu du collectif Panama Bende est capable de poser sur n’importe quelle instru et de sortir le banger de l’été comme un son beaucoup plus calme. À l’heure actuelle, il est néanmoins l’artiste le plus en vogue de cette liste et sa mixtape Mental, prévue pour le 13 septembre, s’annonce déjà comme un succès complet. Après des featurings avec Nekfeu et Sch sur l’album Polak, une apparition sur le troisième album de Black M et de multiples grosses scènes en festivals cet été, PLK est l’un des artistes prometteurs du moment !

6. Kekra

1630 ventes, c’est à peine un dixième de ce qu’attendait le FC Twitter après la première semaine d’exploitation de Vréalité, le 9e projet de Kekra. Et pourtant, malgré un partenariat avec Nike, un feat avec Niska, une collaboration avec Clique, un freestyle sur Rapelite, … rien n’y fait : Kekra reste sous-côté et mériterait plus de succès selon ses adeptes.

Alors qu’il a été récemment filmé sur le plateau d’un nouveau clip, le peu de succès de Kekra s’explique également par sa stratégie, qui consiste à rester masqué et à limiter les featurings et interviews. Habile pour découper les prod de Kore (Sch, Lacrim, Zola), Chapo (Damso, Migos, MZ), Kezo (Nekfeu, Jazzy Bazz, Laylow), Wealstarr (Booba, Niro, Kery James) ou encore des Picard Brothers (Beyoncé, Major Lazer, Miley Cyrus), Kekra manque surtout d’exposition, mais certainement pas de talent ni d’accompagnement, malgré sa volonté de rester indépendant au maximum.

5. Laylow

« Ils comprendront plus tard. », probablement la première phrase qui nous vient à l’esprit quand on parle de Laylow. L’artiste a su en peu de temps se créer un véritable espace dont lui seul a le secret. Englobé par un univers futuriste, il nous partage de forts messages à travers ses morceaux, poussant les sentiments et les émotions à leur paroxysme.

Au-delà de ses qualités de rappeur, avec ses textes bien écrits et son flow nonchalant maîtrisé à la perfection, il ne faut pas oublier d’autres de ses qualités. Il construit et entretient son univers avec des clips incroyables, comme celui de « Maladresse » ici-bas. Autre qualité : la scène. Ceux qui ont eu la chance de le voir en live savent de quoi on parle : il parvient, sur scène, à entrer en communion avec son public et à transmettre un tas d’émotions. Enfin, sa proximité avec Wit., Jok’Air, Di-Meh ou encore Sneazzy ou Lomepal lui permettent d’engranger une visibilité correcte qui devrait rendre son premier album studio (prévu pour 2019 !) assez alléchant…

Définitivement un artiste à suivre et qui mérite plus d’attention !

4. Lonepsi

Lonepsi aurait pu être un poète romantique du XIXe siècle s’il avait vécu 200 ans auparavant. Aujourd’hui, il vit avec son temps et c’est grâce au Planète Rap de Georgio, en 2015, qu’il s’est fait connaître. Petit à petit, il a ensuite créé une communauté sur YouTube avec des morceaux comme « Le temps d’un instant » ou encore « Le loup des steppes« . Grâce à ses qualités de chanteur, il arrive à se démarquer et sort 4 projets entre 2015 et 2018.

Son premier album, qui ne devrait plus trop tarder, devrait lui ouvrir des portes sur un public plus large s’il arrive à y montrer tout ce dont il est capable. On pourrait s’attendre à un featuring avec Sopico et peut-être avec Lord Esperanza, dont il est assez proche depuis le remix de « Noir » !

3. Lefa

Bien loin de l’époque de la Sexion d’Assaut et de son apogée en 2012, Lefa n’a pas pu concrétiser l’immense popularité du groupe en succès personnel, à l’inverse de Gims et Black M, signant chacun des albums de diamant et singles d’or à foison. Pourtant, aujourd’hui, c’est bien Lefa qui est le plus proche du rap qu’on attendrait d’un membre du collectif qui a inspiré tant d’artistes francophones.

Lefa, justement, aborde régulièrement le fait qu’il est une inspiration pour de nombreux jeunes rappeurs, sans pour autant être mentionné ou récompensé. Il l’explique partiellement dans le deuxième couplet de « Derniers réglages », issu de l’EP Next album est dans mon phone, censé teaser son quatrième album solo.

C’est déjà la saison quatre, putain, ça passe tellement vite
Depuis l’premier épisode, j’ai toujours la même envie
L’objectif, c’est d’tout baiser, j’suis pas l’seul à penser qu’j’le mérite
Cette fois, si la capote craque, j’déclare tous mes gosses à la mairie
La première fois, j’ai rien dit, combien d’entre eux ont tout pris d’moi ?
Ils connaissent mes medleys par cœur, ils l’diront jamais publiquement
J’suis dans l’four, j’prépare la suite ; sur la table, y a cinq assiettes
J’assume tout solo, j’dois r’connaître que c’était plus simple à sept

En quelques lignes, Lefa aborde l’évolution de sa carrière solo et sa détermination, ses jeunes clones dans le rap et la difficulté de se forger une carrière après les années passées avec la Sexion.

En avril 2018, il balançait 3 Du Mat, son troisième album, marqué par les featurings avec OrelSan, Lomepal, Sneazzy, Dadju, S.Pri Noir et Abou Tall. Avec 21 millions de vues sur le clip de « Paradise », 8 millions pour « Potentiel » et 4 millions pour « J’me téléporte », on pourrait se dire que l’album a obtenu un certain succès. Mais rien à faire, seul le featuring avec Lomepal atteint le single d’or et les sons solos de Fall sont beaucoup moins écoutés, alors que « Montana » et « CDM » sont de véritables pépites par exemple.

Alors que le nouvel album est prévu pour fin 2019, les deux premiers extraits, dévoilés au début de l’été, promettent du très lourd ! Comme pour 3 Du Mat, on pourrait s’attendre à une tracklist croustillante puisque nous sommes déjà assurés d’avoir Vald sur le projet…

2. Niro

À chaque projet, j’fais tout sauter, j’suis pas sous-côté, j’suis sur le côté

Cette phase, issue du freestyle « Booska Mens Rea », résume à elle seule la situation de Niro : un artiste ultra-talentueux mais ignoré de la masse. Pourtant, les amateurs de rap le connaissent depuis 2012 grâce à son premier album, Paraplégique.

À l’instar de Booba, Niro explique ne pas être diffusé en radio régulièrement, même si rester dans l’ombre est en fait un choix de sa part, comme il l’explique à Fif dans le Booska Zapping 2018-2019. En effet, depuis ses débuts, Niro a souhaité rester indépendant et accorde peu d’importance aux médias, préférant laisser son public s’occuper de sa promotion. Résultat : un disque de platine pour Or Game (2016), sorti sans campagne de pub, mais aussi trois singles d’or certifiés en 2017.

La suite ? Un probable album fin 2019 pour faire suite à Mens Rea et à sa collaboration avec Ninho sur la compilation Game Over Vol. 2. Au cours de l’année, on a notamment pu le voir sur les projets d’YL, Abou Debeing et Black M. Il reste assez proche de Fianso, que l’on pourrait croiser sur le prochain projet…

1. Alpha Wann

Le verdict est sans appel : Alpha Wann est LE rappeur sous-côté par excellence selon la majorité des amateurs de rap. Maîtrise technique, flows propres et variés, plume incroyable, choix de prod astucieux, etc. Les éloges ne manquent pas et tout un chacun s’accorde à dire qu’il mériterait d’être sur le devant de la scène. Pourtant, c’est plutôt une volonté de sa part de rester en retrait. Même si l’on est loin d’Hugo TSR qui ne clippe pas ses morceaux ou encore de Kekra qui reste masqué et ne fait pas de featuring, Alpha Wann s’est quand même permis de retirer le couplet de Nekfeu sur le morceau « Langage crypté », l’une des perles de l’album Une main lave l’autre.

Le rappeur issu du groupe 1995 fait les choses comme il l’entend et ne suit pas une stratégie commerciale, comme le font la plupart des artistes « mainstream ». Il fait simplement de la musique et c’est ce qu’on aime chez lui…


Le choix de l’équipe : Népal

Bien avant que Kekra choisisse de dissimuler son visage avec une cagoule, c’est le mystère de l’identité de Népal qui planait sur le rap français, dont l’on ne connait que les yeux d’un bleu perçant, aperçus ça et là en concert. L’artiste est caractérisé par une écriture simple et imagée et des instrumentales venues d’un monde parallèle. Ce qui corrobore sans doute avec le fait qu’il est aussi beatmaker, sous le nom de KLM. On le retrouve aussi dans le duo 2Fingz, qu’il forme avec le rappeur Doums.

Népal, ce sont des morceaux qui ont toujours été d’une qualité exceptionnelle mais pourtant jamais reconnus à leur juste valeur. Il ne possède pas de chaîne YouTube personnelle et n’avait posté qu’un seul morceau sur les plateformes de streaming jusqu’il y a peu.

http://hyperurl.co/Nepal20162018

Même si la gloire ou la fame ne semblent pas l’intéresser, il a publié ce 23 août une sélection de 14 titres issus de ses différents projets, disponibles en téléchargement jusque là. Alors qu’il a produit et collaboré avec Nekfeu, Lomepal ou encore Di-Meh, et qu’on a pu l’entendre lors du Règlement Space, on voit mal comment il pourrait exploser aux yeux du grand public. Pourtant, cela fait longtemps que le Parisien est présent dans le paysage du rap francophone, et qu’il ne cesse de s’améliorer. Il restera sans doute loin des projecteurs avec ses projets très conceptuels. Mais si une chose est sûre, c’est bien qu’il fait l’unanimité chez les amateurs de rap.

La vie c’est une brasse : tu peux sonder les abysses ou nager en surface 

Les futures stars

Chez Raplume, la tendance se dirige également beaucoup vers Alpha Wann et Lefa mais également sur des artistes arrivés plus récemment dans l’industrie musicale, comme Hashey Sen, 404Billy ou encore Hotel Paradisio, avec des styles très différents mais des talents bien présents. En l’occurrence, ces trois derniers n’ont encore sorti que des projets mineurs et leur popularité pourrait encore grimper lorsque les choses sérieuses démarreront… 404Billy et Hotel Paradisio prévoient d’ailleurs chacun un projet pour la fin de l’année 2019, teasé avec des visuels soignés comme « SOS » d’Hotel Paradisio !

Chez les plus anciens, une partie de l’équipe est attachée à Infinit’, proche du collectif L’Entourage, tandis qu’une autre attend impatiemment le prochain projet d’Isha qui, malgré ses 20 ans de carrière, porte une nouvelle scène belge en pleine explosion pleine d’artistes sous-côtés comme Krisy ou le groupe L’Or du Commun, mais aussi ICO, Kobo, Shay et Jones Cruipy !

Bilan

Finalement, nous pourrions nous interroger sur ce qui fait, en général, qu’un artiste soit « sous-côté » ou non, mais cela reste bien entendu à chaque fois un avis personnel. On peut quand même remarquer que parmi les tendances, on pourrait classer les rappeurs en quatre grandes catégories :

  • Les rappeurs talentueux qui souhaitent rester plus ou moins dans l’ombre, comme Hugo TSR, Niro, Kekra ou Alpha Wann
  • Les jeunes rappeurs qui ont tout pour réussir et qui sont les stars de demain, comme PLK, Josman, OBOY ou Tsew The Kid
  • Les rappeurs qui ont plus de 10 ans de carrière et qui n’ont jamais vraiment réussi à plaire au grand public, comme Hayce Lemsi, Davodka, Lefa ou Guizmo
  • Présents depuis le début des années 2010, Jok’Air, Dinos et Freeze Corleone arrivent dans une période charnière de leurs carrières : c’est maintenant ou jamais !

Pour les autres, c’est la grande inconnue ! Que deviendront les Tengo John, Eden Dillinger, Lonepsi, Laylow et Lord Esperanza ? À vous de nous le dire…

Plus d'articles
{Théorie} Booba, un départ caché?