Nous suivre

Actus

Kalash Criminel, Zefor et Da Uzi nous présentent S.E Wire

AlphaKilo

Publié

le

S.E Wire, la compilation sevranaise

 

 

« Encore un qui se fait fumer, on se croirait dans The Wire »

 

Alors que le premier épisode de la série de reportage sur la nouvelle place forte du rap français, Sevran, réalisé par la talentueuse Céline M’sili (@/celinemsili) vient de sortir à l’occasion de la compilation sevranaise qui devrait arriver sous peu, Sale Époque nous gratifie d’un morceau XXL.

Outre le fait que ce reportage soit de très bonne qualité et qu’on vous le conseille (à regarder ici).

On parle ici du premier extrait d’un projet fort attendu, et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’à SE on sait mettre les petits plats dans les grands en nous offrant S.E Wire avec Kalash Criminel, Da Uzi et Zefor sur une prod de Loxon et Amine Frsi accompagné d’un superbe clip réalisé par Kespey.

 

« La vida de SE, cette vida nous colle, grandi dans la drogue et les armes, y en a plein
Les bosseurs en Quechua et aussi les chaises, revendent la mort comme si c’était du foin »

 

 

Une recette efficace

 

Dans la longue liste des featurings dont on ne savait pas ce qu’on allait entendre, retrouver « le Grand Crimi » dans un refrain explosif accompagné de « la D en personne » et de « King Ze » sur les couplets et un visuel reprenant avec brio les codes de la série d’anthologie « The Wire« .

« Marlo Stanfield« , « Avon Barksdale » , « Omar » ou encore « Stringer Bell » sont bien entendu présents dans les textes de nos rappeurs sevranais même si, en vérité, la star de cette chanson c’est bel et bien la ville de S.E elle même, des « 3T » à « Gaston Bussiere », du Collège « Galois » à l’avenue « Gargarine ».

En effet,ce qui différencie cette collaboration des autres featuring c’est avant tout l’énergie commune que dégage ce titre. Un artiste au refrain et les couplets dans lesquels les rappeurs se partagent les mesures ajoute encore de l’alchimie à ce titre. Cette structure de morceau n’est pas sans rappeler celle qu’utilise les membres du groupe 13 Block (eux aussi sevranais) dans leurs albums, et il y a fort à parier que Zefor ne soit pas étranger à celle ci.

 

 

Ils arrêtent l’école après Gallois pour toutes les voir en bikini, gala d’voyous dans la té-ci
Qui rêve ? Qui fait ? Qui fait blehni ? Après, c’est Villepinte ou Fleury (après)
Après, j’vais couillé la musique (après), après, j’vais faire les Cours Florent (les vrais de vrai)
Avant, j’vendais la coke à Florent (ouais), j’volais dans l’tram, d’mande à la ferroviaire
Vilain, vilain d’puis belle lurette (ouais), l’adrénaline, j’crois qu’c’est ma gonzesse
Nous, on s’battait même à Gaston Bussière (fou), ils disaient qu’on l’était
C’est pas carré, les vestons s’sont retournées, Sevran, c’est Atlanta, j’suis Quavo dans l’ghetto

 

Alors que nous allons suivre avec beaucoup d’attention la sortie de la compilation sevranaise produit par Sale Epoque, en attendant on va profiter de cette sortie et en profiter pour regarder The Wire (à défaut du ciel).

Continuer de lire
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actus

Jazzy Bazz délivre un freestyle avant la sortie de MEMORIA

Antoine

Publié

le

Par

Quelques jours avant la sortie de son prochain album MEMORIA, Jazzy Bazz délivre un freestyle de haute volée en guise d’amuse-bouche.

Rituel du rappeur du 19ème, la sortie d’un freestyle avant celle d’un projet ne déçoit jamais, à l’image de celui d’aujourd’hui. Le clip accompagnant le morceau, réalisé par Lomi, embarque l’artiste dans le Paris nocturne qu’il affectionne tant, et place même un plan furtif de son freestyle classique 64 Mesures de Spleen sorti en 2012.

2022, je veux être l’Homme de l’année, envoyer du son comme personne ne l’a fait

Intitulé en référence à l’année de naissance de son auteur, le freestyle alterne entre égo-trip et mélancolie, sur la production du morceau January 28th de l’américain J. Cole, issu de son album 2014 Forest Hills Drive. « J’suis au sommet d’mon art, en pleine maîtrise, des phases hyper précises, les effets proposés sont rares » . Un freestyle sur une instrumentale intemporelle, et un Jazzy Bazz vraisemblablement au sommet de son art.

Jazzy Bazz sera également en tournée dans toute la France pour le MEMORIA Tour.

L’album MEMORIA de Jazzy Bazz est disponible en précommande en cliquant ici.

Dans le reste de l’actualité : TUNNEL, l’exposition du photographe Fifou du 21 au 23 janvier

Continuer de lire

Actus

TUNNEL, l’exposition du photographe Fifou du 21 au 23 janvier

Antoine

Publié

le

Par

Le photographe Fifou présente cette semaine son exposition parisienne TUNNEL, aux côtés de Ciesay, co-fondateur de la marque PLACES+FACES.

Que vous soyez néophytes ou auditeurs avisés, vous avez très certainement pu observer l’une des photographies de Fifou sans forcément savoir qu’il en était l’auteur. SCH, Luidji, Dinos, Kaaris, Jul, PNL… Lister tous les artistes pour lesquels le photographe a travaillé serait bien trop long pour un article se voulant synthétique. Derrière la plupart des pochettes d’albums rap les plus vendus de ces dernières années, Fifou collabore aujourd’hui avec Ciesay, photographe britannique et co-fondateur de la marque Places+Faces, à l’occasion d’une exposition qui se tiendra à Paris du 21 au 23 janvier prochain.

Intitulé TUNNEL, l’évènement éphémère se déroulera au bar artistique Maddalena, et vous pourrez y retrouver une partie de son travail exposé, ainsi que celui du photographe Ciesay, qui a notamment shooté pour Drake, Kanye West, Travis Scott ou encore A$AP Rocky. Rien que ça… L’occasion donc de rendre hommage à la culture hip-hop, et de faire le pont entre les inspirations respectives des deux photographes.

Retrouvez l’exposition TUNNEL de Fifou le 21, 22 et 23 janvier de 10h à 19h, au 7 rue Portefoin – 75003 Paris.

Dans le reste de l’actualité : Ashh est de retour avec OPIUM

Continuer de lire

Actus

Nessbeal et ZKR : Le retour du roi avec « Le Dem »

Lucas Ivanez

Publié

le

« N.E.2.S is back khey, sortez les brancards »

Plus de 10 ans. Ça faisait plus de 10 ans que Nessbeal n’avait pas publié de titre. On peut donc le dire : Le roi sans couronne est de retour.

Jeudi 13 janvier. Je me balade sur YouTube, à la recherche de nouvelles pépites à écouter quand je vois une vidéo plus que surprenante : Nessbeal feat ZKR – Le dem. 

En effet, Ne2s a su se faire discret ces dernières années : Très peu présent sur les réseaux sociaux, il était difficile de suivre son actualité. Musicalement, c’était la même chose. Pas de projet publié depuis Sélection Naturelle en 2011 et après être apparu en featuring sur différents projets jusqu’en 2015, il disparait totalement des radars du rap français avant de revenir sur le morceau d’un certain rappeur marseillais : Jul. Rien que ça.

Signé chez Morning glory music, il sort donc de l’ombre et dévoile un Banger en featuring avec un autre technicien du même label, ZKR.

Du sang, des larmes, sur Dicidens j’faisais mes premiers larcins

Cette punchline du rappeur des briques rouges montre tout particulièrement l’impact que Nessbeal a eu pour les jeunes de cette génération. Bien qu’étant considéré (à juste titre) comme un « roi sans couronne » de par le fait qu’il n’ait jamais eu de réel succès commercial, Ne2s a bel et bien rencontré un succès d’estime chez tous les auditeurs du rap français de la fin des années 90 à 2011. Il était écouté dans toutes les banlieues. ZKR fais partie de cette génération qui a grandi avec Nessbeal, et donc avec Dicidens, le groupe qu’il formait avec Zesau. Du sang et des larmes faisant aussi référence à l’un des plus gros morceaux de ce groupe, en featuring avec Booba.

Le rappeur originaire du 92 découpe, plaçant des punchlines frappantes tout en gardant une voix posée, comme à son habitude. La connexion avec ZKR est plus que validée et le clip réalisé par Thibault Cadentem vaut le coup d’oeil. DJ Bellek, créateur du label Morning Glory Music a même annoncé l’année dernière qu’Ne2s dévoilerait un album dans l’année. Bien que ce ne soit pas arrivé en 2021, la sortie de ce single est sans doute annonciateur de ce projet, qui se profile déjà comme l’un des plus attendus de l’année. On vous invite donc à streamer « Le dem » et à donner à Nessbeal cette couronne qu’il mérite depuis tant d’années.

Dans le reste de l’actualité : Cinco prend du « Level » dans son nouveau clip

Continuer de lire

Tendances