Nous suivre

Actus

Bupropion et ses Saisons Pourpres : l’introspection comme échappatoire

Clementeee

Publié

le

bupropion Saisons Pourpres cover

Parmi les sorties de la semaine dernière, une proposition musicale se démarque par son subtil mélange entre prods invitant au voyage et paroles pleines de sincérité. A travers son nouvel EP Saisons Pourpres, bupropion nous offre une grande bouffée d’air marin en cette fin d’hiver. Après un projet deformation convainquant et un EP instrumental, le jeune artiste cannois nous a délivré un projet bien ficelé.

Une proposition musicale pleine de douceur

Dans le rythme effréné des sorties du vendredi, il est très facile d’être submergé par ces longues sessions d’écoute pour trouver le son qui occupera notre playlist. Loin de cette quête au single, nous sommes invités à lâcher prise et se laisser bercer par ces Saisons Pourpres. Conservant une ambiance assez homogène dans la totalité du projet, bupropion nous délivre un produit cohérent. L’interprétation assez froide de l’artiste laisse de la place aux prods pour s’exprimer et amplifie ce sentiment de quiétude. L’excellent travail des producteurs (Elavy, Isaiah 22, Luey, Mute, RRAREBEAR et Dianso) nous transporte au cœur d’un océan de paix et de solitude.

La paix par la contemplation

Nous voyageons au gré des pistes musicales, forcés à une contemplation sensorielle dans un monde marqué par la solitude. La cover du projet réalisée par @salu_cv accentue cette idée d’évasion et de solitude avec une ombre tournée vers l’extérieur. Au long du projet, nous trouvons nombre de mentions du Soleil, du ciel, de l’orage et d’autres éléments naturels. La forte utilisation de ces derniers renforce cette image d’un artiste puisant son inspiration dans son environnement.

De plus, bupropion utilise à de multiples reprises des comparaisons entre ses tourments et des événements météorologiques :

Même après l’orage, j’ai du mal à voir le soleil (…) – « Magenta »

La rosée a embrassé le sol, le rosé embrasait le coeur – « Magenta »

En imageant son propos ainsi, bupropion s’assure une portée universelle. En outre, les relations humaines décrites y sont souvent impersonnelles, renforçant cette identification. Le peu de détails renforce cette impression de solitude, comme si le Cannois n’était entouré que d’êtres de chair.

Équilibre troublé par un artiste torturé

Toutefois, le rappeur cannois va vite mettre de côté cette façade rêveuse et méditative en favorisant l’expression de ces chagrins. En effet, le sentiment de solitude ainsi que ses tourments sentimentaux commencent à lui peser. Le rappeur n’est que l’ombre de lui-même, il est condamné à errer seul et à voir les êtres qui lui sont chers partir.

Ces départs peuvent se matérialiser par des ruptures amoureuses comme dans Belleville (Interlude) ou autrement par la mort mentionnée à plusieurs reprises comme dans « Mal de mer » ou « Dans la tombe ». Ainsi, le rappeur se livre à une grande séance d’introspection en synthétisant et en délivrant sa peine.

Tout au long du projet, on distingue un artiste tiraillé, tentant de s’adapter à un environnement en changement permanent. A l’image des saisons et du temps qui passe de manière inéluctable, le Cannois est peiné par son impuissance. L’artiste est alors seul capitaine d’une vulgaire planche de bois ballottée au milieu d’un océan déchaîné.

C’est la même si tu verses des larmes, remplis la mer avec – « Magenta »

Malgré la mise en images de ses nombreux chagrins, bupropion reste assez vague sur ses expériences et les descriptions restent superficielles. Cela démontre une véritable forme de pudeur qu’il exprime dans Magenta : « T’es la seule avec qui j’parle de moi, avec les autres c’est complexe ».

Au fil du projet, on y retrouve un rappeur tiraillé entre ses envies et ses doutes, vivant comme un proscrit. Cependant, il semblerait qu’il finisse par se complaire dans la solitude avec cette phase dans « La Fin ».

J’me fais rare comme si, je cherchais de l’or
J’veux pas voir du monde, ce soir personne sort. – « La Fin »

Le temps : remède ou coup fatal ?

Enfin, la question du temps est également centrale dans Saisons Pourpres puisque son passé étant source de tourments (« J’abrite un passé noir ») et le temps est sa «seule richesse». Alors que son passé semble avoir été une période traumatique, l’espoir n’est pas entièrement mort.

Il semblerait que l’on puisse observer une lueur d’espoir dans ses textes avec l’arrivée par « hasard » de la musique. Cette dernière arrive comme une porte de sortie et offre une perspective d’avenir radieuse pour le jeune rappeur.  Bupropion montre une véritable envie de réussir, par conviction et amour de la musique, mais également pour éviter un système ne lui convenant pas.

Dans « Ce que j’ai », on décèle un réel gain d’espoir avec la recherche d’un idéal de vie pour sortir de cette boucle pour devenir un « sage ». Il affirme même aspirer à la vie en rose et sera le fruit d’un travail de longue haleine sur soi.

Fusil sur la montre, j’veux canner le temps
C’fils de bâtard veut emmener ceux que j’aime – « Ce que j’ai »

Conclure.

Saisons Pourpres se présente donc comme un projet doux en apparence, mais bien plus mélancolique dans son fond. Nous vous invitons à écouter Saisons Pourpres ainsi que le reste de la discographie de bupropion et de rester attentif car la suite promet.

Dans le reste de l’actualité : Disiz rencontre Damso le temps d’un morceau atypique

"Dur de m’faire à l’idée qu’faudrait qu’j’te tourne le dos pour que nos deux cœurs soient alignés"

Continuer de lire
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actus

SCH revient sobrement avec « Niobe »

Avatar

Publié

le

sch-revient-sobrement-avec-niobe

À l’occasion de la sortie d’Autobahn, sa nouvelle mixtape, SCH a balancé le visuel d’un nouvel extrait, Niobe, juste avant la sortie sur les plateformes de streaming.

Aussi sobre que sombre

Composé par Digital NakNiobe est un titre mélangeant la drill et la mélodie. A travers des couplets ou la technique embrasse la punchline, SCH propose une alchimie entre un visuel de qualité et une instru cinglante. Réalisé par Zaven, le clip entièrement rouge met en avant la violence que met en avant le rappeur dans ses textes.

« Et j’m’inquiète quand y a zéro leak et j’casse tout depuis « Aniki »
Masque troué comme Jason, elle a la rage quand j’la ghoste
Tu m’la joues : « Ouais, j’connais toutes les zones », après j’entends, ça t’a rançonne
C’est bien vague comme « les hommes », tu parles de eux ? Et va voler, ils vivent encore chez la daronne »

Le titre se veut sobre et efficace. Sans fioritures, posé sur une instrumentale froide, il permet à SCH de dérouler un rap au kilomètre, et qui donne évidemment envie d’en entendre plus.

L’expérience du rappeur se ressent dans cet exercice minimaliste, il n’y a qu’un micro et une boucle qui tourne. Sortir cet extrait en single est un pari osé quand on sait l’attention porté sur le rappeur depuis Bande Organisée. Volonté de prendre à contre-pied ou simple kiff de l’artiste ? La réponse se trouve dans sa nouvelle mixtape.

Le merchandising de SCH pour sa mixtape Autobahn est sur sa boutique en ligne juste ici.

Dans le reste de l’actualité : Le soleil se lèvera à l’Ouest pour 1PLIKÉ140, Kerchak, Zamdane et les autres

Continuer de lire

Actus

Bigflo & Oli retrouvent Vald dans le clip de « Fan »

Avatar

Publié

le

bigflo-et-oli-retrouvent-vald-dans-le-clip-de-fan

Quelques mois après la sortie de leur album, Bigflo & Oli continuent de défendre leur projet avec le visuel du featuring avec Vald : Fan.

Un visuel aux allures de vlog

Ayant décidés de faire une pause lors de la fin de l’année 2020, c’est avec un projet de Bon Entendeur, suivi d’un titre intitulé Au revoir qui accompagnait un documentaire que BigFlo & Oli nous avaient laissé.

Depuis plus grand chose ou presque, les deux frères réapparaissant sur la place du Capitole à Toulouse, dans une cage en verre.

Depuis plusieurs années déjà, Bigflo se confie avec franchise sur les côtés néfastes de la célébrité. Il faut dire que les deux rappeurs se sont lancés très jeunes dans le métier, et ont grandi sous le feu des projecteurs. En 2018, il confiait au journal Le Parisien :

« Il y a eu des moments absurdes, des moments où j’ai eu envie de m’enfuir. J’étais tellement dégoûté de louper une soirée entre potes alors que je chantais au Zénith le soir-même. (…) J’ai fait un burn-out. Il y a un jour où j’ai pété les plombs, mes nerfs ont complètement lâché, j’ai eu envie de me foutre en l’air »

Bigflo se veut très franc sur ses difficultés à appréhender la notoriété ou ses impressions de ne pas être à la hauteur des attentes.

Ce clip a été tourné à la suite du clip de Laisse tomber, morceau inclus dans le dernier album de Vald.

Les billets pour la nouvelle tournée de Bigflo & Oli sont à retrouver juste ici.

Dans le reste de l’actualité : Le soleil se lèvera à l’Ouest pour 1PLIKÉ140, Kerchak, Zamdane et les autres

Continuer de lire

Actus

Le média VentesRap annonce la création d’une bourse étudiante

Antoine

Publié

le

Par

Le média VentesRap annonce la création d’une bourse annuelle de 5 000 euros destinée à financer l’année d’un jeune étudiant dans l’industrie musicale.

Média de référence sur l’actualité de l’industrie du rap français et international, VentesRap annonce aujourd’hui la mise en place d’une bourse de 5 000 euros à destination d’un jeune poursuivant des études spécialisées dans la musique. Vouée à augmenter dans les prochaines années, cette allocation a été créée avec pour objectif à terme de financer l’intégralité du cursus annuel d’un étudiant. Le futur boursier sera également aidé durant sa recherche de stage / alternance et plusieurs rencontres avec des professionnels du milieu seront organisées. La sélection du premier bénéficiaire aura lieu durant le premier semestre 2023 et l’aide apportée soutiendra son année scolaire 2023 – 2024.

« Avec cette bourse, nous souhaitons profiter de notre position unique pour contribuer chaque année à accompagner un étudiant prometteur dans sa démarche d’insertion ou entrepreneuriale »

Une initiative salutaire du média VentesRap, motivée par la lutte contre les inégalités du marché de l’emploi comme l’explique l’un de ses co-fondateurs : « Avec cette bourse, nous souhaitons profiter de notre position unique pour contribuer chaque année à accompagner un étudiant prometteur dans sa démarche d’insertion ou entrepreneuriale. Le processus d’attribution de cette bourse sera également mis en place de manière à renforcer l’égalité des chances, contre les discriminations racistes, sexistes et les cloisonnements territoriaux ».

Le détail de la bourse étudiante est disponible sur le site de VentesRap.

Dans le reste de l’actualité : Qui est Scar Productions, la nouvelle pépite du beatmaking francophone ?

Continuer de lire

Tendances