Nous suivre

Article

Et si les rappeurs étaient des infections sexuellement transmissibles ?

Avatar

Publié

le

Cet article est à prendre au second degré.

Oui, cette photo n’a rien avoir avec les IST.

 

Dans la rédaction de Raplume -mdr il n’y a pas de rédac’ , je mens-, donc, je disais, dans la rédac’ de Raplume règne en apparence une ambiance amicale et chaleureuse, bien sûr, tout cela n’est que de façade, la moitié des protagonistes de ce site ne se connaissent pas entre eux, rien d’anormal à cela, vu qu’ici, on recrute un CM toutes les demi-heures environ.

Donc, dans cette hideuse mascarade de site spécialisé, où les rédacteurs sont tout sauf spécialisés -en témoigne le fait que dans l’équipe, nous avons un basketteur, une L, le sosie officiel de PLK, une prof de Français caillera et 2 ou 3 arabes (moi)…-, il se passe des trucs pas très catho. Nous subissons en effet une pression insupportable pour rédiger des articles médiocres et publier des tweets racoleurs à une cadence effrénée, heureusement pour nous tout cela est rémunéré; oui rémunéré par des émojis et des encouragements en MP, incitant en sous-texte à produire encore plus de contenu pour nos lecteurs adorés : Tout cela pour l’amour du rap avant tout !
Dans ce contexte de productivité accrue, -saloperie de société du consumérisme, de la start-up nation et du macronisme-, je me vois donc obligé aujourd’hui de vous balancer une nouvelle série d’articles putaclic qui aura pour thème « Et si les rappeurs étaient… ».

Et pour lancer cette série d’articles « attrape-nigauds » que vous n’allez sûrement pas lire, nous allons nous attaquer à mes deux passions dans la vie : à savoir le rap et les IST, dans ce que j’ai décidé d’intituler sobrement :

Et si les rappeurs étaient des infections sexuellement transmissibles ?

L’infection herpétique génitale

Image macroscopique de l’HVS type 2… ou peut être qu’il se cache dans ses veuchs

Commençons donc, par la saloperie la plus facile à choper mais néanmoins l’une des plus coriaces à éliminer, car récurrente : prenez pour exemple, au hasard, n’importe quel son de Naza, aussi opportuniste qu’un son de Vegedream sorti juste après la victoire à la coupe du monde -car cette dernière, tout comme Végé s’attaque aux organismes ayant une certaine prédisposition-, je veux bien sûr parler de la classique infection herpétique génitale ! Causée majoritairement par l’Herpes virus simplex de type 2, son tropisme vaginal n’est pas sans nous rappeler un certain rappeur, et tout comme lui, un simple contact entre la surface infectée et la peau lésée suffit à transmettre l’infection. Et cette saloperie ne s’arrête pas là ! Fourbe comme elle est, elle prend un malin plaisir à récidiver suite a sa primo-infection, pouvant même parfois réapparaître plusieurs mois après son entrée dans le corps. Oui vous l’avez tous reconnu désormais, si l’Herpes génital était un rappeur ce serait : « Rilès »

Le VIH

Passons maintenant au plat de résistance, au plus gros morceau, j’ai envie de vous parler du patron des IST, le duc des ducs, celui qui « nique la concu », il s’agit évidemment du VIH ! Et le Sida tout comme son alter ego rappeur, a beaucoup d’ennemis, de gens qui veulent le détruire, sans succès ! Prenons exemple sur B2o, il renaît toujours de ses cendres, traverse les décennies, et reste majestueux. Tous deux nés fin des années 80, ils continuent à faire parler d’eux chaque années, leurs cibles favorites à tous les deux, sont les forces de l’ordre, celles de l’organisme pour le VIH, qui s’attaque aux Lymphocytes T, macrophages et autre cellules dendritiques responsables de l’immunité ! La police pour Booba, et leurs amis, juges d’instructions et matons de prison -sisi, leurs mamans sont des prostitués-.

La Chlamydia

On dirait pas trop Vald en vrai. Gestuelle, Ray-Ban, texte; tout est corda.

 

Parlons maintenant de mon IST préférée, celle qui s’attaque aux 2000, autrement dit aux personnes très jeunes -fouinybabe-, qui est assez sournoise pour rester longtemps inaperçue. Elle est l’IST la plus répondue en France, mais beaucoup des personnes atteintes ne sont pas au courant de cela, jusqu’à ce qu’elles se prennent l’association : « douleur au bide, brûlures mictionnelles et pertes génitales », un combo ultime dont est responsable la Chlamydia ! Cette saloperie est vicieuse et sournoise, elle se tapit dans l’ombre pour mieux terminer ses victimes, elle ne peut dans ce cas, prendre comme « rappeur talisman » que notre bon vieux VALD aka Sullyvan, même si à mon sens, il serait plus juste de l’associer au rap de « iencli » en général, elle trouve là, un digne représentant.

Enfin voilà, je crois que nous avons fait le tour des principales merdes que vous pourrez choper durant vos ShwoCase préférées. Les enfants, vous êtes maintenant prévenues, ouvrez l’œil et surtout sortez couverts :

"You're young, you have your whole life ahead of you, and your anal cavity is still taut yet malleable."

Continuer de lire
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Actus

Mehdi YZ repousse la fin de l’été avec « A7 »

Avatar

Publié

le

mehdi-yz-repousse-la-fin-de-l-ete-avec-A7

Sorti cette semaine, le clip A7 de Mehdi YZ prolonge la saison estivale avec ce visuel rafraîchissant.

Le hit de la fin de l’été

Mehdi YZ prend de plus en plus de place dans le Game, depuis son arrivée en 2018 avec une prestation remarquée lors du Planète Rap de Jul. L’histoire commence avec son titre Arrah, qui cumule aujourd’hui des millions de vues, promettant un avenir musical au jeune rookie.

Capable de rapper, de chanter, sur des thèmes plus ou moins sérieux, Mehdi YZ sait aussi soigner ses visuels, et les rendre accrocheurs. Après avoir été aperçu avec ZeGuerre, ou encore The S, on imagine quelques collaborations mettant encore un peu plus en lumière le jeune artiste.

« Au quartier dans le sportback, j’ai eu comme un flashback
Sur mon scooter sans plaque, j’comptais l’bénef’ dans l’bloc »

Son projet FPVS, a été bien reçu du public, et il a été défendu de fort belle manière. Place à la suite, désormais, pour le sudiste qui revient avec de nouveaux morceaux !

Dans le reste de l’actualité : « Le soleil se lèvera à l’ouest » disponible le 21 octobre

Continuer de lire

Actus

Kalash & Damso sont « Malpolis »

Avatar

Publié

le

kalash-&-damso-sont-malpolis

Après Mwaka MoonI Love YouJTC ou encore Praliné, les deux artistes francophones se retrouvent sur Malpolis.

Une connexion devenue évidente

Avec plus d’une décennie de musique dans les jambes, Kalash a toujours eu cette faculté à pouvoir se renouveler, que ce soit dans les mélodies, les flows, les thèmes abordés.

Capable de pouvoir chanter, rapper et de jongler entre plusieurs langues, le talentueux artiste aura marqué l’année 2017 avec son hit Mwaka Moon avec Damso, pulvérisant de nombreux records.

Si par la suite, le Mwaka Boss a sorti un album intitulé Diamond Rock, ce dernier n’a pas eu le même succès que son prédécesseur, malgré de nombreuses pépites !

« Je porte des œillères, fuyant le monde, évitant le regard des gens
Né dans le rouge, forcément, recherche le feu vert pour partir à temps »

Toujours aussi productif, Kalash aura lâché de nombreux titres en tous genres, que ce soit en solo, avec Mavado ou encore le hit Tu le sais avec Gazo ! Place désormais au début de la promo du projet avec Tombolo .

L’album est sorti le 29 Avril dernier, sur lequel on retrouve Gazo, Damso Hamza, Mavado, Wejdene et bien d’autres artistes, et qui risque bien de nous accompagner encore longtemps.

L’album Tombolo de Kalash est à retrouver sur toutes les plateformes de streaming ici.

Dans le reste de l’actualité : « Le soleil se lèvera à l’ouest » disponible le 21 octobre

Continuer de lire

Actus

Di-Meh se sent « Sous vide »

Avatar

Publié

le

di-meh-se-sent-sous-vide

Après son projet OV3 sorti fin juin, l’artiste suisse revient avec un nouveau titre disponible qu’en audio : Sous vide.

De retour mais jamais parti

Di-Meh, skateur puis rappeur, grandit entre le Maroc et la Suisse. Il rencontre à l’âge de 16 ans le collectif de MCs genevois, 13 Sarkastick, avec lequel il sera membre de 2011 à 2016.

Sa rencontre, en 2015, avec le rappeur parisien Népal a été déterminante dans sa carrière : de leur collaboration au sein du groupuscule musical 75ème session naît le titre FU-GEE-LA qui le place comme nouvelle figure dans la scène rap francophone.

Avec le label indépendant genevois Colors, Di-Meh sort en 2017 le très remarqué Focus vol.1 et participe à la trentaine de concerts de l’Xtrem tour, en 2017, en partageant la scène avec Makala et Slimka.

« Oh, oh, oh, les gens fonctionnent par intérêt, machine de plan pour t’enterrer
À des kilomètres, j’les ai flairé, ils ont plus de cardio à cause du sirop »

2019 sera une année déterminante pour Di-Meh : il enchaîne, deux ans après la sortie du vol.1, avec le Focus vol.2, toujours avec le label Colors, et fait une prestation très remarquée sur Skyrock dans la session légendaire de Lomepal pour Planète Rap.

Il fera, la même année, la tournée des Zéniths pour les premières parties de ce dernier, mais aussi celles des Bercy d’Orelsan. Par la suite c’est un premier album que le rappeur helvète nous a livré avec Mektoub, auquel il aura redonné un second souffle avec une réédition.

Le son Sous vide de Di-Meh est à retrouver sur toutes les plateformes de streaming ici.

Dans le reste de l’actualité : « Le soleil se lèvera à l’ouest » disponible le 21 octobre

Continuer de lire

Tendances