Nous suivre

Article

Onze : « Avant ça, on n’avait jamais été au bout de quelque chose de sérieux »

Avatar

Publié

le

Deux ans et demi après la sortie de leur premier single, « Lélé », le duo Onze dévoile (enfin) un premier projet, Tout est gris. Solide et complet, l’album regroupe 20 titres, dont 12 inédits, et forme 75 minutes de rap dense et varié. Du planant au kickage, les deux artistes semblent savoir tout faire, accompagnés majoritairement par le légendaire producteur Kore, fondateur du label AWA sur lequel est signé le groupe. À l’occasion de la sortie de ce projet, Raplume a proposé un entretien au duo.

Raplume : On ne connaît pas grand chose de ce qui s’est passé pour vous avant votre signature chez AWA. Comment votre duo s’est-il formé ?

Onze : On a grandi ensemble depuis la naissance, dans la même ville. Ça s’est fait très naturellement en fait, on touchait tous les deux à la musique, tout ça. C’est comme ça que Onze est né, tout simplement. Y a pas d’conte de fée (rires).

R. : « Lélé » est votre première sortie et premier gros succès. Comment ce morceau a-t-il été choisi et y avait-il d’autres morceaux sortis aujourd’hui déjà créés à l’époque ?

O. : « Lélé », il a été choisi par rapport au contexte du clip. Fallait trouver un morceau qui se prête au visuel qu’on voulait apporter là-bas. Donc « Lélé », c’était un truc un peu planant, tout ça. On a choisi celui-là pour ça en fait, tout simplement. Bien sûr, il y avait d’autres morceaux, déjà peut-être même 75 % de l’album qui était déjà sur les rails. « Lélé » a été minutieusement choisi par rapport au visuel du clip. Et faut croire que ça a plutôt bien marché…

Avec Tout est gris, vous avez fait le choix de compiler plusieurs années de travail dans un gros premier projet. Vous voyez ça comme une carte de visite qui présente votre univers via plein de styles différents, et/ou déjà comme un aboutissement en soi ?

Ouais, Tout est gris, c’est clairement une carte de visite, on se le dit entre nous depuis un moment. Même si on n’avait pas fait plein de styles différents, ça reste un premier album. Et évidemment, c’est aussi un aboutissement car même si on avait déjà un passif entre nous en tant que groupe, on n’avait jamais été au bout d’un projet, de quelque chose de sérieux. C’est un aboutissement en soi d’avoir enfin une carte de visite et d’avoir pu étoffer l’univers Onze. Aujourd’hui, c’est plus clair pour le public et même pour nous de ce que ça représente, Onze.

Selon vous, quel est le morceau qui va le plus étonner votre public parmi les 12 inédits ?

Le morceau qui a le plus surpris les gens, c’est probablement un qui est déjà sorti, c’est « 11.2 » à sa sortie, en tant que single. On était arrivé avec « Lélé », puis on arrive avec un truc à l’ancienne, boom-bap. Après, sur les inédits, un « Bye bye », ça a pu surprendre, mais dans ceux qui suivent depuis le début, ils savaient déjà, ils ont vite compris quand tu passes d’un « Oshod » à un « Lélé », à un « 11.1 », « 11.2 »…

Jeu vidéo, littérature, cinéma, séries, mangas, les références présentes dans les couplets de Cendar sont multiples, parfois même étonnantes ou inattendues. Tu peux nous parler de cette passion pour les œuvres culturelles de tous types ?

C’est simple, en fait, j’ai grandi là-dedans, avec des gens qui ont parfois 20 ans d’écart avec moi. J’ai appris une culture qui n’est pas forcément de ma génération, celle des années 70 et 80 notamment. Ça m’a ouvert l’esprit pour m’intéresser un peu à tout. Et puis, j’ai découvert très tôt les jeux vidéo. J’ai toujours eu besoin de me référer à des trucs, et j’aime surprendre avec les références, j’aime aller chercher loin, et j’aime savoir que les gens ont capté telle ou telle référence.

Dans les textes de Yaya, on ressent beaucoup d’énergie et de vécu, mais aussi une certaine pudeur par rapport au rap et à l’idée d’en faire une vraie activité. Comment l’expliquer ?

Par rapport à la pudeur, c’est clairement ça. Il y a d’ailleurs une phase qui résume parfaitement ça, c’est : « J’ai plus l’âge de croire que tout est possible ». C’est un peu comme un enfant qui dirait : « Je rêve d’être footballeur ». C’est mieux d’avoir cette désillusion à l’avance et de se dire : « Le rap, c’est bien, mais la vraie vie, c’est mieux ». C’est cette dualité, c’est de la pudeur, être discret, machin. On pratique un rap qui est assez expressif et explicite dans ce qu’on dit sur nous, dans les paroles.

Par rapport à la pochette, comment avez-vous sélectionné tous les éléments qui s’y trouvent ? En réécoutant le projet et en isolant ce qui vous parle le plus ?

Pour la cover, ça s’est fait simplement. En fait, l’artiste qui a fait la cover (NDLR : il s’agit de REMYEAST), on lui a fait part de notre idée de départ, qui était de jouer sur le contraste entre nous deux, ce qui caractérise le plus le groupe. On lui a dit de diviser la pochette en deux et de faire les deux univers. Tout simplement, on lui a envoyé des morceaux et il a capté l’univers de lui-même. Il nous a fait une proposition qui était super cohérente. À gauche et à droite, il avait mis des références qu’il avait capté chez chacun de nous. C’était bluffant, et on a juste dû lui dire : « Essaie de retirer ça, essaie de rajouter ça », etc. Chapeau à l’artiste qui a fait la pochette.

Outre Kore , il y a d’autres producteurs présents sur ce projet. Comment vous avez travaillé avec eux et comment se sont faites les connexions ? En studio ? À distance ?

À part Hama Decoy, on n’a pas eu de composition sur mesure, ça s’est plutôt fait au feeling en écoutant des prod. On bosse dessus et après, la prod elle est retravaillée. C’est bien arrivé qu’une prod tourne dans une voiture, c’était celle de « Soirée bonne ». On s’est dit qu’elle était pas mal, on a kiffé et ça s’est fait. Pour « Asymétrie », c’était plus long, y a eu 20 versions, on a galéré. Mais sinon, généralement, on entend rapidement si ça nous plaît, après quelques accords, comme pour « Lélé » et « Sans rancune ». On a eu beaucoup de chance de bosser avec des beaux noms, comme Ponko, Kezah, Aurélien Mazin, …

Il y aura un « 11.3 » ?

Y a pas eu de préméditation pour « 11.1 » et « 11.2 ». À la base, « 11.1 », c’était le nom de la maquette, on n’avait pas prévu ça et on s’est approprié le truc. Et puis « 11.2 », on s’est rendu compte que c’était des couplets dans autre format, pareil. Pour un « 11.3 », faudrait qu’il y ait vraiment un truc qui se démarque mais ça pourrait arriver !

Merci aux artistes et au label AWA pour cette interview. Pour découvrir leur album Tout est gris en streaming, c’est par ici !

Continuer de lire
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Actus

Stavo habite dans une zone à « Haut risque »

Avatar

Publié

le

Par

stavo-habite-dans-une-zone-a-haut-risque

Membre du groupe parisien 13Block, Stavo est l’un des personnages les plus appréciés du Game. Avec l’album Blo 2, le quatuor parisien aura mis la barre haute, et dont le son de Stavo avec SCH résonne encore dans toutes les têtes.

Une attitude qui fait son style

Multipliant des collaborations que ce soit aux côtés de Werrason, Le Juiice, Zesau ou Freeze Corleone, le Sevranais aura même lâché son tant attendu Don Pesos. Un titre annonciateur d’une signature chez Elektra, et donc d’une carrière solo….

Si les autres membres poursuivent aussi une carrière solo, celle de Stavo pourrait s’avérer déjà extrêmement attendu. En attendant d’en savoir plus quant à un éventuel premier album, le francilien nous envoie de nouveaux bangers solo dont il a le secret, multipliant, en parallèle les collabs !

« Déterminé et prêt les quatre saisons, c’est comme ça que ma vie, oui, je l’assaisonne
Le réseau est ouvert mais le cœur est fermé comme une pizza italienne »

Cinq mois après le dernier épisode, le membre de 13 Block réitère sa performance avec un tout nouvel inédit Haut risque, sûrement un premier single fort en attendant son premier album.

On assiste à un Stavo en très grande forme, multipliant les ad-libs tranchantes et un flow énervé comme il nous a habitué.

Continuer de lire

Actus

TripleGo dévoile « Mes pensées »

Avatar

Publié

le

Par

triplego-devoile-mes-pensees

TripleGo revient avec un nouvel morceau, Mes pensées, où la mélancolie qu’on leur connaît adhère parfaitement aux rythmiques ensoleillées.

Après nous avoir livré deux projets en 2019 Machakil et Yeux rouges, le duo du 93 et de Montreuil TripleGo, aura livré un autre album intitulé 03 succédant à Twareg paru quelques temps auparavant.

La mélancolie sous le soleil d’été

En parallèle, Momo Spazz et Sanguee nous auront délecté de quelques morceaux que ce soit avec KingDoudou avec Petit nez, ou sur le projet d’Isma.

Incompris mais pétri de talent, TripleGo fascine par sa capacité à nous emmener dans des univers autant fantastiques que mystérieux, aussi cru que doux, le tout toujours sublimé par des prods aériennes, et planantes.

« J’suis posté sous la lune
Et j’pense à toi je m’allume
Y a ton sang sur ma plume »

Trouvant un successeur à 03 avec Gibraltar, dont la promo nous offrira, chaque Vendredi un nouveau morceau ! Laissez le cloud rap du duo vous envahir, et les émotions viendront par elles mêmes. Le duo de Montreuil revient avec une formule maîtrisée : ambiance planante pour des lyrics pleines de spleen.

L’album Yeux Rouges de TripleGo est toujours disponible sur les plateformes ici.

Continuer de lire

Actus

So La Lune n’a jamais vu de « Fin heureuse »

Avatar

Publié

le

Par

so-la-lune-n-a-jamais-vu-de-fin-heureuse

Le rappeur lyonnais So La Lune dévoile un dernier morceau, Fin heureuse, avant son premier album qui s’annonce très attendu.

Un grain de voix si particulier, un charisme, une prestance déjà confirmée, So La Lune a su envoûter et convaincre une fan base s’agrandissant chaque jour un peu plus. Multipliant les petits projets comme Theia, Satellite naturel, Orbite, Apollo 11.

C’est même avec une trilogie d’EPs Faille que l’artiste a poursuivi sa carrière. Libérant un dernier projet intitulé 27/05/2022, le rappeur a, de manière original annoncé l’arrivée de son album Fissure de vie. C’est pourquoi ce projet éclectique qui saura, une fois de plus, montrer l’étendue de la palette artistique !

Une ambiance de doutes sous la lune

Et quand on regarde le nouveau clip du jeune rappeur de la new wave, il est facile de comprendre pourquoi. Poétique, émouvant et extra-terrestre, le nouveau projet de So La Lune a tout pour plaire. Dans Fin Heureuse, on retrouve l’artiste lunaire en balade dans un paysage à la fois désertique et cinématographique, errant sur des paroles fortes en émotions.

« Et la lune se reflète sur l’eau qui dort, j’suis à Rotter
J’vais vraiment perdre la raison, dans mes rêves, sa tête et son corps sont séparés » 

Un clip léché, et dans lequel l’identité artistique de So La Lune est affirmée avec beauté. D’ailleurs, les fans qui n’attendent maintenant que la sortie de l’album Fissure de Vie ce 27 mai. Cette étape sera signifiante pour l’artiste qui fait petit à petit son chemin dans le rap game et qui dit sortir « son premier vrai projet ».

L’album Fissure de Vie de So La Lune est disponible en précommande ici.

Continuer de lire

Tendances