Quand le rap adopte des sonorités fin XXème

5 sons de 2019 qui peuvent vous ramener en arrière

En France comme à l’international, on peut de plus en plus écouter des morceaux utilisant des sonorités peu modernes, qui rappellent les instrumentales (pop, variété, funk …) qui se faisaient au cours des années 80-90. Une formule de plus en plus présente dans le rap, qui a toujours accueilli de nombreux styles musicaux.

Les sonorités de la fin du XXème tiennent donc une seconde vie dans le rap, qui nous en propose une nouvelle facette.

Pour ne citer que le dernier exemple en date, on peut évoquer le cas du rappeur Heuss l’Enfoiré, dont les derniers featurings se font sur des reprises :

  • Gradur ft. Heuss l’Enfoiré – Ne reviens pas, avec le refrain qui reprend celui du célèbre son de Eiffel 65 « Blue« , sortie à la fin des années 90.
  • Heuss l’Enfoiré ft. Jul Moulaga, et son refrain entraînant qui est repris d’Enrico Macias « Le Mendiant de l’amour« 

Du sample le mieux camouflé à la reprise évidente, la musique regorge de morceaux réutilisant des éléments provenant d’autres morceaux.
Le constat est pourtant là : il s’agit bien des plus gros hits de cette fin d’année 2019.

[A NOTER : La vidéo du Youtubeur Seb la Frite sur le sample vous proposera de nombreux exemples quant à ce phénomène, cliquez ici pour vous rediriger sur la vidéo.]

En 2019, de nombreux artistes ont su s’approprier ces anciennes sonorités. Pas forcément en utilisant des samples, mais plutôt en s’inspirant de la musique des années 80-90, tout en les transposant au rap, afin de les remettre au goût du jour. Beaucoup de synthés (ou plucks aigus ou ambiants) très vintage, des cuivres, une basse classique (type Ibanez, ou encore une moog bass qui est assez utilisée aujourd’hui) et une percussion sur tous les temps, voici les caractéristiques premières de ces instrumentales. Ces composantes posent une ambiance qui nous ramène une trentaine d’années en arrière et beaucoup de gens aiment aussi comparer cette ambiance d’instrumentale à la série Stranger Things (dont l’intrigue se déroule en 1983).

Voici une liste non-exhaustive de 5 sons sortis en 2019 comprenant ces éléments, utilisant des sonorités type fin du XXème :

1. Jok’Air – Las Vegas

Comme une évidence, comment commencer cette liste sans citer Las Vegas ? Morceau produit par le duo Medeline et présent dans son album Jok’Travolta, ce morceau est une vraie réussite pour le rappeur, dont le replay value a été très fort, il s’agit là de l’un des plus gros succès de Jok’Air. Côté instrumentale, on relève des synthés, une  basse… toutes les sonorités nous transportent dans une autre époque, ou plutôt une ambiance liée au thème : Las Vegas. A noter que ce titre, dans ses paroles comme dans son interprétation, s’impose davantage comme une chanson d’amour qu’un morceau de rap.

Par ailleurs, le nom de son album est un jeu de mot avec John Travolta, acteur des années 70 et l’imagerie de son projet est concentrée sur cette époque (cover, clips, tenues vestimentaires, vieilles décapotables, etc…). De plus, sa mixtape surprise est appelée La Fièvre, en référence à son célèbre film « La fièvre du samedi soir » (Saturday Night Fever). Jok’Air sortira son propre film concept sur cette mixtape du même nom, disponible sur YouTube.

Plus récemment, son dernier single Châtelet Les Halles reprend aussi quelques codes de la fin du XXème siècle, avec ici un pad et une basse sublime.

 

2. O’Boy – Avec toi

LE single du dernier projet de OBOY Omega cette année, il est sûrement le morceau le plus écouté de l’album. Aussi, ce morceau a grandement contribué à faire parler de lui et à élargir sa communauté. Produit par le trio Le Side, composant beaucoup pour Aya Nakamura (Djadja, Pookie, Soldat …) et OBOY donc (dont leur feat Je m’en tape), on peut y entendre des voix, des synthés, la percussion sur tous les temps, des excellents brass … qui nous renvoient plusieurs décennies en arrière, dans un véritable univers composé au détail.

 

3. Black M – Dans mon délire (ft. Soolking & Heuss l’Enfoiré)

Il fallait une touche de funk ! Genre musical de nouveau à la mode cette année, notamment avec Soirée de DJ Kayz (ft. Mokobé, Dry et Dieselle) où l’on a pu voir certains lyonnais danser sur Twitter… « Dans mon délire » est l’un des premiers extraits dévoilés par Black M pour la sortie de son dernier album. Produit par FBcool, Hcue et lui même, le style du son est évident et très bien maîtrisé. Quant au clip, il est parfaitement en accord avec le morceau, les artistes habillés à quatre épingles, sur scène et sous boules à facettes, avec un Soolking très bon danseur.

On peut d’ailleurs évoquer les Migos qui ont déjà réalisé ce genre de clip sur leur collaboration avec Drake « Walk It Talk It« .

4. MMZ – Capuché dans le club

Sûrement l’un des morceaux les plus sous-côté de 2019. Morceau présent sur le dernier album Sayonara de MMZ, et produit par RJacksProd et Mazta, c’est un son très club qui aurait pu aussi bien marcher quelques années en arrière. Tous les éléments de l’instrumentale correspondent et l’effet vocal utilisé au refrain peut aussi faire penser aux Daft Punk.

 

5. Luidji – Veuve Clicquot

Composé par PeeMagnum, Seysey, Liaz et StillNas, le piano nous transporte dans une ambiance tapis rouge, dans le même esprit qu’à Las Vegas, ou dans un rendez-vous haut standing autour d’un champagne de la maison Veuve Clicquot. Les cuivres et la basse sont très vintage, et la guitare électrique utilisée en fond vient dynamiser l’ambiance, pour apporter une superbe énergie.

 

Quelques bonus …

Sur son premier album Puzzle, Kikesa nous propose 2 morceaux qui s’inscrivent totalement dans ce registre : Quand j’étais petit et 1000 façons.

Même constat pour SCH avec Ah gars sur son dernier album Rooftop, sur une prod somptueuse du KatrinaSquad. On plonge directement dans une ambiance tapis rouge encore avec ce piano, nostalgique, avec une percussion bien acoustique. Ici, ce sont plus les « FX« , les petits effets sonores qui viennent s’ajouter à l’instrumentale qui nous permettent de nous éloigner de ce qui se fait aujourd’hui.
Enfin, à l’international, Kavinsky était un adepte de ce style (avec Nightcall par exemple). Nous sommes également obligés de citer l’un des sons du moment, Blinding Lights de The Weeknd. Encore des petits synthés aigus, une percussion sur tous les temps mais plus rythmée, des brass … la performance de The Weeknd sur le morceau est de très haut niveau.

Bien évidemment, cette analyse ne repose que sur des impressions subjectives. Nous n’avons pas tous les mêmes critères pour comparer la musique d’aujourd’hui et celle de la fin du XXème siècle, que ce soit dans les instrumentales, les effets sonores ou vocaux, ou tout simplement l’ambiance imposée. À chacun sa propre conception de la musique, ici nous avons essayé de vous relever quelques musiques comparables.

Le vintage, toujours à la mode

La musique est toujours en constante évolution, ce phénomène de faire revivre d’anciennes sonorités ne peut être qu’une bonne chose pour renouveler la musique et le rap en un style parfaitement adéquat. De même, depuis quelques années la mode aussi essaye de remettre au goût du jour les pantalons larges, ou encore les t-shirt rentrés dans le pantalon. De plus, cela fait quelques années que des rappeurs parviennent à s’insérer dans la variété française et créent des passerelles de plus en plus marquées : c’est le cas notamment de Gims, Soprano, Big Flo et Oli, ou encore Lomepal, qui savent particulièrement concilier musique populaire et rap.
Certains rappeurs ont su satisfaire les auditeurs de variété française actuelle, alors qui sait ? Peut-être que ce phénomène évoluera, et le rap parviendra même à satisfaire quelques fans des années 80 ?
Plus d'articles
PLK, à cœur ouvert dans Polak