Nous suivre

Actus

Qui est Scar Productions, la nouvelle pépite du beatmaking francophone ?

Avatar

Publié

le

Crédits Photo : @lou_bet / Propos recueillis par Antoine et Kevin

Débarqué dans le game il y a deux ans, Scar est un jeune producteur qui s’est rapidement fait un nom. Après de considérables collaborations avec quelques têtes d’affiche du rap francophone, il est temps de le découvrir.

Connaissez-vous le point commun entre « Chop » de Fresh, « Tout va bien » d’Alonzo et « Suavemente » de Soolking ? Oui, ils font tous partie des plus gros succès musicaux de 2022… Mais pas seulement. Derrière la popularité de ces hits, un même producteur à quatre lettres en conçoit les instrumentales. À seulement 21 ans, Scar possède un répertoire déjà bien garni.

À son actif, une soixante-dizaine de placements réalisés en un temps record. Que ce soit pour les stars du rap français, comme Gazo, JuL, Timal, Lefa, Leto, Niska, Koba LaD, Soolking, Naps, Ninho, ou pour des artistes qui montent tels que Doria, Gambino La MG, Frenetik, Fresh, Uzi, Kerchak, Olazermi, Théodore ou Tsew The Kid, Scar semble omniprésent. Le jeune homme fait même son trou sur la scène internationale ! Morad et Beny Jr (Espagne), Madd et Moro (Maroc), Dardan et Ahmad Amin (Allemagne), Capo Plaza (Italie) et même Headie One (Angleterre) font partie de ses collaborations. Il ne se passe plus un vendredi sans entendre une de ses mélodies sur l’une des nouveautés. Tout récemment, c’est sur l’album de Raplume Le soleil se lèvera à l’ouest qu’il s’est illustré. L’occasion pour nous de creuser un peu le sujet et de rencontrer l’une des figures montantes du beatmaking français.

Raplume : Peux-tu présenter ton parcours pour ceux qui ne te connaîtraient pas ?

Scar : Je suis né a Neuilly-sur-Seine mais à mes 10 ans je suis parti vivre avec ma famille à Ibiza. J’ai donc un parcours scolaire un peu atypique avec un début d’éducation en France puis un passage au système espagnol de mes 12 à mes 15 ans. Après ça, j’ai passé mon bac dans un lycée anglais à Ibiza. En ce moment je vis entre Saint-Malo et Rennes mais à l’époque, c’était pas facile étant donné que j’habitais en Espagne. Je pensais pas faire ma place en France aussi vite. Au final, avec les réseaux, j’envoyais mes prods partout et c’est tombé sur la bonne personne. J’ai créé mon petit réseau de beatmakers et j’ai énormément travaillé pour arriver là où je suis aujourd’hui.

À quand remontent tes premiers pas dans le beatmaking ? Quel rôle a joué Le Motif dans ton développement de carrière ?

Je crois qu’en 2017, j’avais téléchargé Logic Pro X dans le but de comprendre un peu la MAO, mais j’y touchais pas vraiment jusqu’à janvier 2020, quand je m’étais posé la question de ce que je voudrais faire de ma vie. À partir de ce moment là, je ne faisais que ça de mes journées. Même au lycée, je bossais sur mon ordi en faisant croire aux profs que je recherchais des choses sur leurs cours. Quelques mois après, vers avril 2020, il me semble, j’étais dans une optique d’envoyer mes prods à tous ceux qui en recherchaient. Quand je suis tombé sur une story Instagram de Le Motif qui cherchait des prods Lo-Fi, j’ai envoyé, on est entré en contact et il m’a finalement fait signer avec lui et Universal un mois et quelques après.

Quel est ton premier gros placement et comment l’as-tu obtenu ?

Mon premier placement, c’était justement Le Motif featuring Meryl (« Pour rattraper le temps »), et le deuxième, c’était Gazo featuring Tiakola (« Kassav »). On était déjà en contact avec son équipe depuis longtemps, Gazo avait 3 000 abonnés seulement sur Instagram.

Y a-t-il un rappeur avec qui la collaboration a été plus fluide, évidente que d’autres ?

La question n’est pas facile, mais en y réfléchissant un peu, je dirais qu’avec Morad, y a un vrai truc. La première fois que j’ai bossé avec lui, c’était grâce à son beatmaker SHB. On a fait quelques collaborations et il a kiffé direct. Il avait même posté le son sur Insta en nous identifiant dessus, ce qui est une belle marque de respect envers les beatmakers. Depuis, on bosse presque tous les jours avec SHB et on doit avoir plus d’une cinquantaine de morceaux pas encore sortis avec Morad.

Côté francophone, ce serait Damso que je cite souvent, mais mon placement ultime serait Don Toliver.

On te retrouve souvent avec Nardey sur les mêmes productions. Comment vous êtes-vous rencontrés ? Comment fonctionnez-vous à deux ?

Avec Nardey, on s’est connecté directement sur Instagram. On était dans un groupe de beatmaking où l’on partageait des infos, des conseils… Pour faire nos premières collaborations, on s’est mis sur la plateforme Discord, où on peut partager nos écrans en même temps pour avoir une collab’ un peu plus poussée. Notre troisième ensemble, c’est « Kassav ». Et concernant notre première, Gazo avait posé dessus à l’époque mais il n’a jamais sorti le son, même s’il était incroyable ! Aujourd’hui, on bosse toujours sur Discord, c’est vraiment comme si on était en studio ensemble, c’est une superbe méthode de travail.

Tu as produit deux titres de notre nouvel album Le soleil se lèvera à l’ouest. As-tu des anecdotes particulières sur la conception de ces morceaux ?

Les titres que j’ai produit sont « Talent » de Ziak avec Nardey et Memo, et « Titanic » de So La Lune feat Beendoo Z. J’ai aussi composé le track bonus de Leith avec BKH, Heezy Lee et Le Motif. Concernant le son avec Ziak, j’ai raconté une anecdote dans le documentaire sur l’album disponible sur la chaîne YouTube Raplume. Pour So La Lune et Beendo Z par contre, je me souviens qu’Alvaro m’avait envoyé un message un soir en me disant d’envoyer des mélodies pour le feat. Le timing n’était pas bon parce que je devais partir diner avec ma copine. J’envoie le premier pack de mélodie en pensant que ça allait suffire. Je me prépare et Alvaro me redit que So et Bendo n’ont pas trouvé dedans quelque chose qui leur allait. Je refais donc un deuxième pack et m’apprête à partir mais Alvaro me dit qu’ils n’en retiennent toujours rien. Au final, j’ai envoyé plus de 100 mélodies différentes jusqu’à ce qu’ils tombent sur celle de « Titanic ». Elle datait d’il y a plus de deux ans.

Qu’est-ce que la maîtrise d’un instrument comme la guitare t’apporte dans ton travail de beatmaker ?

Je trouve que ça apporte une certaine musicalité qui peut être vite oubliée dans la musique actuelle. Les vraies guitares sont souvent remplacées par des VST et en tant que guitariste, je trouve ça assez triste. Cela n’a vraiment pas la même sonorité et on perd le côté humain. Donc en utilisant mes guitares dans mes prods, j’essaye justement de creuser l’écart entre les vraies et les VST. On peut prendre par exemple « La street » de JuL et Morad. Je crois qu’on avait jamais entendu JuL sur une vraie guitare et je trouve que ça rend le morceau assez original.

En quelques mots, comment qualifierais-tu ton style d’instrumentales ?

Je me suis jamais vraiment posé la question parce que j’ai toujours essayé d’être très versatile et composer le plus de style de productions à chaque fois. Donc justement, je dirais varié, personnel, simple et complexe.

Quel serait ton placement ultime, tous pays confondus ?

Côté francophone, ce serait Damso que je cite souvent, mais mon placement ultime serait Don Toliver ! Un peu plus compliqué d’y arriver encore – même si c’est déjà très dur pour Dems – mais ce sont sûrement les deux artistes que j’écoute le plus.

Comment vois-tu la suite de ta carrière dans le rap français ?

J’aimerais bien trouver un artiste et le produire depuis le début, monter avec lui et pouvoir prendre encore plus de risques sur ce qu’on pourrait proposer au public. Et évidement, je continuerai de bosser pour les artistes avec lesquels je suis connecté en ce moment aussi.

Aimerais-tu produire pour des artistes hors rap ?

Bien sûr et j’y pense souvent, j’ai juste pas les contacts pour l’instant. Je sais pas si on peut considérer ça « hors rap » mais j’écoute énormément de Brent Faiyaz par exemple, Jorja Smith aussi. Ce serait lourd de faire des sons « hors rap » avec des rappeurs aussi…

Les albums de beatmaker, c’est quelque chose qui te parle ?

C’est un concept qui prend de plus en plus d’ampleur en France, c’est aussi un moyen pour nous de sortir de l’ombre. Donc oui, c’est quelque chose qui me parle de fou ! Les projets communs entre un artiste et un compositeur, j’y adhère aussi. Peut-être qu’une petite mixtape Scar x Nardey pourrait arriver bientôt, qui sait…

Y a quoi dans ta playlist en ce moment ?

Beaucoup de couleurs différentes ! On passe du projet commun de Drake et 21 Savage à du So La Lune. Des sons un peu plus tristes aussi comme « De temps à autre » de Fleetzy et Nadjee ou encore « Talent » de Ziak sur l’album Raplume.

Le meilleur conseil à donner à un jeune beatmaker qui débute ?

Il y a plusieurs manières de réussir, mais si moi, je devais donner des conseils à quelqu’un qui débute ce serait : 1) être patient, en note générale. 2) soyez rigoureux, imposez-vous un certain rythme de travail. 3) prenez le temps de vous mettre à la place des personnes avec lesquelles vous interagissez. Si quelqu’un vous laisse en « vu », c’est pas forcément qu’il vous ignore, prenez du recul et réagissez pas avec vos émotions.

Dans le reste de l’actualité : Sto revient sur son passé dans « Rappelle-toi »

Continuer de lire
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actus

B.B Jacques fête son album avec « NDSM & Intérieur Scandinave »

Avatar

Publié

le

À l’occasion de la sortie de son premier album NBOW, B.B Jacques sort un double clip, aussi long que percutant, entremêlant les morceaux NDSM & Intérieur Scandinave.

La poésie d’une caméra

Le moins que l’on puisse dire, c’est que B.B. Jacques a pris une nouvelle dimension en cette année 2022. En effet, le premier semestre de 2022 est marqué par la sortie de son second projet divisé en deux parties Poésie d’une pulsion .

À l’image d’un peintre , on pourrait se demander si cette trajectoire a été pensée en amont par B.B. Jacques : un triptyque (La nuit sera calme), puis un diptyque (Poésie d’une pulsion), et enfin NEW BLUES, OLD WINE.

Le second volet sort juste avant la diffusion de Nouvelle Ecole sur Netflix, consistant en un concours entre rappeurs francophones, inspiré de Rhythm+Flow aux Etats-Unis.

« J’ai encore pris une somme folle pour d’autres bêtises
Décore l’armoire avec des ‘teilles qu’on n’a pas l’temps d’vider
On a mis l’argent du pe-ra dans des lofts
J’ai mis sur l’bum-al c’que j’aurais dû foutre dans des livres »

Principalement entouré de OB et Le Chroniqueur Sale, B.B. Jacques a aussi fait appel à un gros casting de compositeurs : BBP, Diabi, Sofiane Pamart.

Le beatswitch, présent au milieu du clip, nous plonge dans un univers atypique, comme dans une bulle vers laquelle B.B. Jacques veut nous conduire. Réalisé par le rappeur et Antoine Coulon, le clip nous offre des très beaux plans, totalement dans l’univers des deux titres.

L’album New Blues, Old Wine de B.B Jacques est à retrouver sur toutes les plateformes de streaming ici.

Dans le reste de l’actualité : Le soleil se lèvera à l’Ouest pour 1PLIKÉ140, Kerchak, Zamdane et les autres

Continuer de lire

Actus

Georgio s’endort dans un « Hôtel 5 étoiles »

Avatar

Publié

le

À peine certifié disque d’or pour son album Sacré, Georgio envoie le premier extrait de son prochain projet : Hôtel 5 étoiles.

Une douleur à fleurs de mots

Georgio revient d’un long voyage aux États-Unis, à Los Angeles plus précisément. Il est de retour en France avec un nouvel album. C’est ce qu’il nous explique au début d’Hôtel 5 étoiles, son nouveau clip.

Son Hôtel 5 étoiles, c’est son home studio improvisé, la plage, l’océan, le désert et la ville de LA. Dans ce morceau sincère, Georgio revient avec détermination dans un style qui lui est propre, poétique, mélancolique, mais plein d’espoir.

« Plus d’force pour les traitres qui disent que t’es l’soleil que lorsqu’il pleut
J’serai jamais ton gourou, j’serai jamais ton tit-pe
J’m’envolerai avant que mes projets battent de l’aile »

Les notes de piano composées par Lucci offre une production assez planante. Georgio, quant à lui, revient avec un morceau où il laisse parler toute les qualités poétiques qu’on lui connaît. Ce single est une opportunité, pour lui, de se confier sur ses songes les plus récents.

Un flow de pensées assez bien retranscrit par ce clip réalisé par Guillaume Durand. Celui-ci a rejoint le rappeur à Los Angeles pour tourner ces images. Dans une ambiance nocturne, Georgio est au cœur de l’action, illustrant ses pensées à la perfection.

Le morceau Hôtel 5 étoiles de Georgio est à retrouver sur toutes les plateformes de streaming ici.

Dans le reste de l’actualité : Le soleil se lèvera à l’Ouest pour 1PLIKÉ140, Kerchak, Zamdane et les autres

Continuer de lire

Actus

A2h retrouve Isha pour un « Entretien avec un OG » !

Avatar

Publié

le

a2h-retrouve-isha-pour-un-entretien-avec-un-og

Quelques mois seulement après Porn Summer, A2h revient avec featuring aux côtés d’Isha pour un démonstration technique, Entretien avec un OG.

Connexion Melun-Bruxelles

Pouvant rapper sur de nombreux thèmes divers et variés, A2h poursuit une carrière longue de plusieurs années. Entre références aux mangas, sonorités chaleureuses, comme douces voir sensuelles, A2h s’exprime beaucoup sur les relations hommes/femmes, et sur le sexe.

Fin musicien, A2H est polyvalent, et est un artiste d’un éclectisme impressionnant et rare. Productif, A2H sait aussi remercier ses supporters avec de nombreux morceaux inédits, ou de collaborations inédites comme avec Le Sid par exemple.

« J’marche vite, le poing serré en mode auto-défense
Adidas toutes neuves, semelles phosphorescentes
J’vais en boîte, entouré par des vrais boomers
On dirait un clip, on est habillés de la même couleur »

En juillet dernier, A2H offrait à sa communauté l’EP Porn Summer. Bien que ce projet comportait 5 titres, il n’y avait aucun featuring sur celui-ci. Cet EP était l’occasion pour A2h d’annoncer une nouvelle tournée. Celle-ci comporte une date au Bataclan, prévue le 17 mars 2023.

C’est dans ce contexte qu’A2H partage le visuel de son dernier morceau en date, Entretien avec un OG, en featuring avec son homologue belge Isha.

Sur une prod de Belze, les deux artistes signent un morceau rappé entraînant. Réalisé par Willy Guitard, le visuel d’Entretien avec un OG nous mène en compagnie des deux rappeurs à Bruxelles.

Le morceau Entretien avec un OG de A2h, en featuring avec Isha, est à retrouver sur toutes les plateformes de streaming ici.

Dans le reste de l’actualité : Le soleil se lèvera à l’Ouest pour 1PLIKÉ140, Kerchak, Zamdane et les autres

Continuer de lire

Tendances