Nous suivre

Article

Samples et rap : indissociables et pourtant…

Clementeee

Publié

le

Certified Lover Boy, le nouvel album de Drake a monopolisé l’attention médiatique du mois de septembre. Entre les échanges houleux avec Kanye West et la cover plus que simpliste, le rappeur de Toronto sait comment faire parler de lui. C’est alors que le réseau à l’oiseau bleu entre en piste et comme il sait si bien le faire : lance un énième débat sans queue ni tête. Cette fois, le débat tourne autour de l’abondance des samples dans CLB dans le but de décridibiliser la sortie de l’album de Drake. Un dialogue de sourds où les deux camps restent sur leurs positions : entre les adeptes du “c’est du plagiat, plus aucune créativité…” et le camp adverse préférant insulter cet avis divergent.

Au lieu de tomber dans les extrêmes, il est intéressant de comprendre l’histoire commune du sample et du rap. Alors qu’ils paraissaient autrefois inséparables, comment expliquer un soudain rejet des samples par une partie des auditeurs de rap. Question d’époque, question de culture ? Sans pseudo-purisme, posons nos préjugés et plongeons dans ce qui fait du sample un élément majeur de ce qui a permis le développement du rap et plus simplement une part intégrante de ce dernier.

 

Sampling, une forme de plagiat ?

Commençons par poser les bases : qu’est-ce qu’un sample et qu’est-ce que le sampling ?

Le sampling est une technique de création musciale qui consiste en la récupération et l’incorporation d’extraits sonores tirés d’autres oeuvres pré-existantes afin d’en réaliser une nouvelle. Cet extrait sonore peut être réutilisé directement comme élément de création ou peut également subir de multiples étapes de transformation. Le sample reste donc avant toute chose un outil musical de plus dans la palette des producteurs musicaux. Si la création du sampling remonte principalement dans les années 60 par des groupes jamaïcains, sa popularisation vient majoritairement en parallèle de l’émergence du hip-hop.

Enfin, la frontière entre plagiat et sampling est souvent floue et est fondée sur le fait que le sampling nécessite une autorisation préalable entre les artistes ainsi que le crédit de l’artiste original. Cependant, le fait que les accords entre artistes soient souvent privés et le fait que certains continuent d’utiliser des samples sans autorisation font que la distinction est souvent floue.

Sampling : au berceau du rap

La naissance du mouvement hip-hop est directement liée à l’utilisation de samples de funk et de soul au coeur des années 80. En effet, les samples de ces morceaux permettaient d’offrir des bases rythmiques « librement et gratuitement ». La naissance du mouvement hip-hop ayant principalement lieu dans des environnements défavorisés, l’accès à des compositeurs et musiciens étaient quasi-impossible. Ainsi, le sampling d’oeuvres existantes s’est alors présentée comme une opportunité dorée pour pouvoir produire à coûts réduits. L’explosion du rap pendant les années 90 a permis en partie au sampling de croître en popularité. Ainsi, on retrouve aujourd’hui des samples dans le reste des genres musicaux dont pricipalement la musique électronique (les Daft Punk en avaient fait leur spécialité) et la pop.

Indissociable du rap des années 80, le sampling était inévitable dans la production de ce premier. Cependant, le rap a beaucoup évolué depuis ses prémices et la présence d’auditeurs remettant en question la légitimité d’artistes utilisant des samples questionne.

Comment un élément si important dans la formation du rap peut aujourd’hui créer des débats parmi ses auditeurs ?

La mort du sampling?

Chez les détraqueurs de l’échantillonnage, on retrouve souvent l’argument du plagiat des producteurs. Plagiat et sampling sont souvent liés et l’existence de plusieurs procès pour plagiat accentue le flou de la frontière. Si le sampling peut causer tant de problèmes légaux, il est légitime de se demander pourquoi est-il si répandu. Originellement utilisé grâce à la simplicité d’accès des rythmiques, il est aujourd’hui principalement utilisé principalement pour l’esthétique sonore. Pour quelques occasions, il accompagne également le propos engagé des morceaux. De plus, le sample permettait au hip-hop de se différencier du reste des genres musicaux et étaient un outil pour lier les rappeurs à leurs influences musicales et culturelles. Paris sous les bombes, tiré du célèbre album éponyme, NTM sample le chanteur de jazz Joe Williams et expose son attachement à la musique noire américaine.

« Enlever le sampling au Hip-Hop
C’est lui enlever sa marginalité et aider le système a le stop ! » – Kery James dans « O’riginal MC’s » – Ideal J

D’autant plus que les discussions autour du sample et du plagiat surgirent dans les années 90, où de nombreux rappeurs furent traînés en procès. Moins bien considérés que leurs compatriotes travaillant avec des orchestres, le sample vécut une période sombre dans les années 2000 au point de quasiment disparaître. Avec les procès toujours plus nombreux, le sample qui permettait originellement d’offrir des bases musicales à bas coût se transformait en monnaie d’échange pour labels et artistes financièrement aisés.

Alors que le sampling était un outil pour produire de la musique à coûts réduits, l’apparition de procès et de négociations pécunières pour l’obtention de samples a amené à la gentrification de l’utilisation de samples. Les artistes ayant les capacités financières suffisantes étaient les seuls à pouvoir les utiliser à telle point que le rap finit par s’éloigner de l’échantillonage. Cette distanciation fut tellement brutale qu’un article de 2006, « Giving Up Hip-hop’s Firstborn, A Quest for the Real after the Death of Sampling » mentionne la mort du sampling.

Un renouveau des samples c’est bien, mais à nuancer

Si les années 90 et 2000 ont vu un déclin progressif dans l’utilisation de samples, les années 2010 affichèrent un regain d’intérêt et de popularité pour le sampling. Comme une renaissance après un désamour expliqué par une génération plus attirée par l’utilisation d’instruments lives et à cause des nombreux procès, les samples reprennent d’assaut nos disques.

Sans grande surprise, ce renouveau est mené dans la fin des années 2000 par une partie de la scène émergente américaine avec en tête d’affiche Kanye West, Timbaland et plus récemment Drake. Ye fut et est toujours aujourd’hui un grand défenseur de l’utilisation de samples dans ses créations musicales. Quand un artiste aujourd’hui utilise des samples, il s’agit plus d’une question d’esthétique et de choix créatif plutôt que d’une question de nécessité comme cela pouvait l’être au départ.

En effet, le passage au numérique a permis l’utilisation de samples encore plus simple et à des coûts encore moindres. L’échantillonage semble alors être à la portée de tous, nécessitant plus aucun coût de production. Toutefois, les procès à plusieurs millions de dollars et les problèmes liés qux samples non déclarés restent d’actualité. Juice WRLD et son titre « Lucid Dreams » (2017) étaient au coeur de plusieurs procès pour récupérer des dommages financiers pour plagiat.

Juice Wrld Desktop Wallpapers - Top Free Juice Wrld Desktop Backgrounds - WallpaperAccess

Le renouveau reste tout de fois assez remarquable avec en 2018, 20% du Billboard’s Hot 100 qui contenait des samples et le rap reste le genre principal utilisant des samples (cf. Tracklib et ses State of Sampling).

Dans l’hexagone

Si de l’autre côté de l’Atlantique, on a pu voir de nombreux procès, ils furent bien moins nombreux dans notre rap francophone. Cependant, il existe tout de même des cas de procès comme pour « Prisons » de Chien de paille en 2001 ou plus récemment « Amnésie » de Damso.  Ainsi, le rap français peut s’estimer miraculé de cette période troublée. Ce renouveau dans l’utilisation de samples peut se voir plus récemment avec des interprétations explicites de mélodies connues. « Petrouchka » de Soso Maness et PLK samplait « Kalinka », un célèbre chant russe, Bu$hi qui sample « Mistral Gagnant » comme Booba sur « Pitbull » 15 ans plus tôt, ce dermier qui sample « Barbie Girl » dans « Ratpi World ».

Cependant, si le sampling a délaissé sa fonction utilitaire en tant que moyen de produire de la musique à bas coût pour une utilisation esthétique, chaque sample n’a pas la même valeur. En effet, certains samples laissent plus penser à une envie de profiter du succès d’une mélodie connue et ainsi d’agir par pur opportunisme que d’une réelle démarche artistique.

Le sample snitching à remettre en cause

Si heureusement, l’argument du sample comme un élément de plagiat était principalement défendu par les ayant-droits, certains auditeurs et acteurs du milieu défendant ces positions. Si ce genre de pratiques ne date absolument pas de ces dernières années, un nouveau phénomène plus que dommageable est apparu en la personne du sample snitching. Le sample snitching, c’est la mise en place d’articles et de posts regroupant les différents samples utilisés par des artistes. Si certains utilisent ce genre de plateforme pour partager leurs trouvailles et comprendre les influences de l’artiste, d’autres l’utilisent à des fins plus discutables.

Si ces sites offrent une ressource intéressante pour se plonger dans le processurs de création, cette pratique cristalisée autour de la plateforme WhoSampled est une lame à double tranchant. En effet, les labels profitent de ces articles pour lancer des procès juteux contre les artistes en question. Si cette pratique peut sembler complètement aberrante, elle est pratiquée et il est important de prendre en considération ceci lors de l’exposition de ces samples.

On entre alors dans la question légale des samples et du concept de clearance (obtention des droits légaux d’utiliser l’extrait).

Conclure.

« ça montre le manque de créativité des artistes et des beatmakers ».

Cantonner le sampling à de la récupération pure et dure est un énorme manque de respect au travail des beatmakers. A l’image des auditeurs qui critiquent l’autotune, c’est se fermer le champ de possibilités offerts par ces outils. S’il existe évidemment des démarches par pur opportunisme, il ne tient qu’à nous de fouiller et dénicher des artistes à notre convenance. A nous en tant qu’auditeurs de ne pas propager des propositions fainéantes et au contraire de mettre en avant des titres créatifs.

Le sampling est un outil et un élément musical offrant des possibilités de création non négligeables et ont toujours fonctionné de paire avec le rap. Des musiciens de tous genres, de toutes époques se sont appropriés le procédé du sampling. Kanye West utilise à la fois des orchestres, chorales et des samples, tous n’étant pas incompatibles et développant ensemble son univers si singulier.

Pour conclure, les samples sont partie intégrante de ce qui fait du rap le genre qu’on connaît. D’autant plus qu’ils permettent souvent de redonner une seconde vie et de la visibilité à des morceaux pour un nouveau public. A l’image du processus de sampling, toute forme de créativité se base sur ce qui nous entoure et se concrétise par notre réappropriation. Le sampling est un choix artistique et esthétique, utilisé par les artistes comme un outil parmi plein d’autres pour produire de la musique.

Dans le reste de l’actualité : « Sheldon chante sa mélancolie dans la « Fumée »« 

"Dur de m’faire à l’idée qu’faudrait qu’j’te tourne le dos pour que nos deux cœurs soient alignés"

Continuer de lire
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Actus

Stavo habite dans une zone à « Haut risque »

Avatar

Publié

le

Par

stavo-habite-dans-une-zone-a-haut-risque

Membre du groupe parisien 13Block, Stavo est l’un des personnages les plus appréciés du Game. Avec l’album Blo 2, le quatuor parisien aura mis la barre haute, et dont le son de Stavo avec SCH résonne encore dans toutes les têtes.

Une attitude qui fait son style

Multipliant des collaborations que ce soit aux côtés de Werrason, Le Juiice, Zesau ou Freeze Corleone, le Sevranais aura même lâché son tant attendu Don Pesos. Un titre annonciateur d’une signature chez Elektra, et donc d’une carrière solo….

Si les autres membres poursuivent aussi une carrière solo, celle de Stavo pourrait s’avérer déjà extrêmement attendu. En attendant d’en savoir plus quant à un éventuel premier album, le francilien nous envoie de nouveaux bangers solo dont il a le secret, multipliant, en parallèle les collabs !

« Déterminé et prêt les quatre saisons, c’est comme ça que ma vie, oui, je l’assaisonne
Le réseau est ouvert mais le cœur est fermé comme une pizza italienne »

Cinq mois après le dernier épisode, le membre de 13 Block réitère sa performance avec un tout nouvel inédit Haut risque, sûrement un premier single fort en attendant son premier album.

On assiste à un Stavo en très grande forme, multipliant les ad-libs tranchantes et un flow énervé comme il nous a habitué.

Continuer de lire

Actus

TripleGo dévoile « Mes pensées »

Avatar

Publié

le

Par

triplego-devoile-mes-pensees

TripleGo revient avec un nouvel morceau, Mes pensées, où la mélancolie qu’on leur connaît adhère parfaitement aux rythmiques ensoleillées.

Après nous avoir livré deux projets en 2019 Machakil et Yeux rouges, le duo du 93 et de Montreuil TripleGo, aura livré un autre album intitulé 03 succédant à Twareg paru quelques temps auparavant.

La mélancolie sous le soleil d’été

En parallèle, Momo Spazz et Sanguee nous auront délecté de quelques morceaux que ce soit avec KingDoudou avec Petit nez, ou sur le projet d’Isma.

Incompris mais pétri de talent, TripleGo fascine par sa capacité à nous emmener dans des univers autant fantastiques que mystérieux, aussi cru que doux, le tout toujours sublimé par des prods aériennes, et planantes.

« J’suis posté sous la lune
Et j’pense à toi je m’allume
Y a ton sang sur ma plume »

Trouvant un successeur à 03 avec Gibraltar, dont la promo nous offrira, chaque Vendredi un nouveau morceau ! Laissez le cloud rap du duo vous envahir, et les émotions viendront par elles mêmes. Le duo de Montreuil revient avec une formule maîtrisée : ambiance planante pour des lyrics pleines de spleen.

L’album Yeux Rouges de TripleGo est toujours disponible sur les plateformes ici.

Continuer de lire

Actus

So La Lune n’a jamais vu de « Fin heureuse »

Avatar

Publié

le

Par

so-la-lune-n-a-jamais-vu-de-fin-heureuse

Le rappeur lyonnais So La Lune dévoile un dernier morceau, Fin heureuse, avant son premier album qui s’annonce très attendu.

Un grain de voix si particulier, un charisme, une prestance déjà confirmée, So La Lune a su envoûter et convaincre une fan base s’agrandissant chaque jour un peu plus. Multipliant les petits projets comme Theia, Satellite naturel, Orbite, Apollo 11.

C’est même avec une trilogie d’EPs Faille que l’artiste a poursuivi sa carrière. Libérant un dernier projet intitulé 27/05/2022, le rappeur a, de manière original annoncé l’arrivée de son album Fissure de vie. C’est pourquoi ce projet éclectique qui saura, une fois de plus, montrer l’étendue de la palette artistique !

Une ambiance de doutes sous la lune

Et quand on regarde le nouveau clip du jeune rappeur de la new wave, il est facile de comprendre pourquoi. Poétique, émouvant et extra-terrestre, le nouveau projet de So La Lune a tout pour plaire. Dans Fin Heureuse, on retrouve l’artiste lunaire en balade dans un paysage à la fois désertique et cinématographique, errant sur des paroles fortes en émotions.

« Et la lune se reflète sur l’eau qui dort, j’suis à Rotter
J’vais vraiment perdre la raison, dans mes rêves, sa tête et son corps sont séparés » 

Un clip léché, et dans lequel l’identité artistique de So La Lune est affirmée avec beauté. D’ailleurs, les fans qui n’attendent maintenant que la sortie de l’album Fissure de Vie ce 27 mai. Cette étape sera signifiante pour l’artiste qui fait petit à petit son chemin dans le rap game et qui dit sortir « son premier vrai projet ».

L’album Fissure de Vie de So La Lune est disponible en précommande ici.

Continuer de lire

Tendances