Nous suivre

Actus

Sopico nous livre son premier album, Nuages

Lucas Ivanez

Publié

le

Après nous avoir teasé le projet avec les singles Slide et Tout va bien, Sopico nous délivre Nuages, le premier album de sa carrière.

Et oui, on ne s’est pas trompé, c’est bien le premier ! Pour autant l’artiste n’en est pas à son coup d’essai avec deux projets format long (Mojo et Yë) ainsi que deux EP (Ëpisode 1 puis Ëpisode 0, en 2020). Un album composé de 13 titres au total. Entièrement produit par Yodelice, un fidèle ami qui avait déjà travaillé sur Ëpisode 0, on se plonge dans l’oeuvre du rappeur.

La guitare est au centre du projet. Présente sur l’ensemble des titres sous différentes formes (acoustique, électrique, basse ou même mandole algérienne) c’est l’instrument qui a suivi Sopico durant l’ensemble de sa vie. Pour autant, l’instrument principal sur cet album est la voix du rappeur du 18ème. En effet, les productions sont très peu chargées afin que l’on puisse se concentrer sur ce que dit l’artiste.

Un album introspectif

A l’image de la cover du projet, les sentiments et les aléas de la vie sont maître mots sur Nuages. Une véritable ode à la vie, ou Sopico aborde les grands thèmes que l’on est tous emmené à rencontrer pendant notre passage sur terre : L’amour, l’amitié et de manière plus générale les relations, les joies, les déceptions…

Malgré la musicalité du projet qui nous fait voyager entre ces nuages, l’artiste de la goutte d’or n’oublie pas ces racines : On peut noter la présence de sa mère sur l’interlude Appel manqué mais aussi celle de son père, jouant de la mandole algérienne sur le morceau Hier.

« Cet album, c’est une palette d’émotions, avec les sentiments mis en avant, une façon pour moi de définir ma personnalité en 13 morceaux. Avec ma guitare qui est mon vaisseau, mon navire, mon destrier »

Dans l’ensemble de ses projets, ces « émotions » ont toujours été présentes. Avec Ëpisode 0 sorti en 2020, ce ressenti s’est développé et Nuages a confirmé cet aspect musical que l’artiste souhaitait approfondir. Certains titres comme Tout va bien ou Wave vont mettre en avant la partie mélancolique de Sopico, Le papier et Passage seront plus joyeux (pour ne citer qu’eux). C’est d’ailleurs le morceau Tout va bien qui représente le mieux l’état d’esprit du rappeur à mes yeux. Dans celui-ci,  Sopico nous décrit ses peines, avant de conclure au refrain par dire qu’au final, malgré toutes les intempéries, on continue d’avancer avec résilience : « Tout va bien».

« J’écris pas des rimes mais des extraits de mood »

Cette phrase tirée de Wave, l’outro du projet, représente parfaitement l’intention de l’artiste en écrivant cet album. Plus que des rimes, il veut nous partager des moments de sa vie et les émotions pures qui peuvent en ressortir. On comprend aussi mieux pourquoi l’artiste ne propose aucun featuring sur le projet. Le processus n’est déjà pas commun pour lui, n’en proposant qu’avec ses proches (4 featurings seulement en 4 projets solo), cela aurait pu être un risque de dénaturer la seule collaboration de l’album : Celle de Sopico et sa guitare.

En traitant de thèmes universels présents dans la vie de chacun, l’artiste parle à un grand nombre de personne.  La forme de l’album permet aussi de plaire à un public plus large qu’un projet plus classique de rap francais : Effectivement, l’album est à la croisée entre le rap, le rock ou la pop pour certains morceaux. Du Free rap comme il le définit lui même, un terme qui correspond bien à la place si particulière que tient Sopico dans le paysage du rap français. Cet album, d’un format plutôt court, peut pousser l’auditeur à faire l’expérience du projet d’une seule traite. Un voyage, entre les nuages.

photo par Remy Besse

Pari réussi pour l’artiste. On peut conclure en disant que l’objectif de Nuages est atteint : Les émotions que devaient transmettre le disque sont parvenu jusqu’à nous. L’album est efficace, et on sait apprécier le format 10 titres (avec 3 interludes), qui permet de réecouter le projet sans avoir jamais le temps de s’ennuyer. On aurait peut-être aimé avoir un autre titre aux sonorités plus rock à la Slide, mais c’est tout ce que l’on peut redire sur Nuages. Mention spéciale aux titres Tout va bien, Nuage, Crois-moi et Wave que l’on vous conseille d’écouter en priorité bien qu’écouter l’album entièrement soit préférable. Le projet est déjà disponible partout, mais attention : l’artiste pourrait bien revenir plus tôt qu’on ne le pense. On peut voir dans son dernier post instagram qu’il parle de « première partie de Nuages », la suite arrivera donc assez vite !

Continuer de lire
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actus

Maes est de retour avec Réelle Vie 3.0

Lucas

Publié

le

Par

Presque deux ans après la sortie de son dernier album « Les Derniers Salopards », Maes est de retour et nous présente le troisième volet de sa série de mixtapes avec « Réelle vie 3.0 ».

(suite…)

Continuer de lire

Actus

Aladin 135 et son nouvel EP X2

Lucas Ivanez

Publié

le

Après un retour envisagé du Panama Bende par PLK, c’est un projet solo que nous délivre Aladin 135, qui ne prend pas de pause.

En effet, le rappeur qui représente le 13ème est très actif depuis 2020 est son très bon album Phantom. Après son EP X1 sorti plus tôt dans l’année, Aladin remet le couvert avec X2. Un 5 titre qui s’écoute tout seul. Le rappeur du Panama Bende et sa voix si spécifique est toujours aussi talentueux, que ce soit sur des prods mélancoliques ou encore de la drill.

Un format qui change

Il est clair que les LP sont majoritaires dans le rap français actuel, et ce n’est pas forcément positif. Il est commun aujourd’hui de retrouver des projets de 20 titres, si ce n’est plus lorsqu’une réédition est publiée. Ces formats, bien que pouvant être très intéressants lorsqu’ils sont bien fait peuvent être aussi plus difficiles à la réécoute à cause de leur longueur. Avec ces EP, Aladin 135 prend ce mouvement à contrepied : Le projet s’écoute en moins de 15 minutes, et peut donc s’insérer dans un trajet de métro, une pause au travail, quand on veut !

« beaucoup m’ont déçu, certains m’ont trahi, j’oublie tout au 13ème étage du tel-hô, j’préfère avancer qu’supporter leur manie, sur le rooftop je regarde le très-haut »

Ces lignes, tirées du titre « Le passé » en featuring avec Hatik représentent très bien l’évolution et le caractère musical d’Aladin. Fidèle à son quartier et à son arrondissement, il place une référence à chez lui tout en nous montrant qu’il a su prendre de la hauteur et évoluer en se consacrant à ce qui est important : Avancer, continuer dans la musique et le très-haut, donc la religion.

Le premier titre du projet « Noche« est à mettre en avant. Sur un magnifique air de piano, Aladin nous montre de quoi il est capable avec un refrain plus qu’accrocheur déjà prêt à tourner dans toutes les voitures « dans un Clio ou dans un bolide allemand » comme nous dit l’artiste.

Après deux EP de qualité, on peut se demander quelle est la prochaine étape pour Aladin 135. Va t-il sortir un long projet ? Peut-être la préparation du retour du Panama Bende après plus de 5 ans d’absence ? Seul l’avenir nous le dira. En attendant, nous vous invitons à streamer X2 et à regarder le clip du titre « le passé » avec Hatik, déjà disponible.

Continuer de lire

Actus

Guy2Bezbar, « COCO JOJO », ça flingue

Lucas Ivanez

Publié

le

Après nous avoir teasé tout au long de l’année avec de nombreux featurings, un couplet mémorable sur le tube Classico organisé ou encore avec son Colors, il était temps que Guy nous sorte un projet, c’est maintenant chose faite.

On monte dans le métro, on prend la ligne 4 et on descend à Barbès-Rochechouart. En plein coeur du 18ème, l’arrondissement regorge de rappeurs talentueux : On peut citer Georgio, Sopico, Cashmire ou encore Sanchez, SD et Jackmaboy, tout 3 présents sur le titre Dix-huit.

Côté featuring, on retrouve d’autres noms plutôt sympathiques : Mayo, Zkr, Hamza ou encore Tayc. Rien que ça. Sur cet album, l’artiste nous assène de ses fameuses expressions qui ont maintenant fait le tour de l’hexagone. Qu’on soit en novembre ou non, l’été n’est pas près de s’arrêter avec le Coco Jojo : L’ensemble des titres sont dansants et respirent la bonne humeur.

« La capitale est sous contrôle c’est ma maison »

C’est ce que nous répète le rappeur dans la très bonne intro du projet Ça va commencer ici. Il est vrai qu’on voit rarement de tel engouement pour un rappeur de Paris intra-muros, et Guy représente parfaitement une nouvelle génération de rappeurs prêts à tout casser sur leur chemin.

Un seul réel défaut à mon gout pour ce projet : 18 titres, un album peut être un brin trop long. L’efficacité du rappeur serait encore plus mise en valeur sur des projets un peu plus courts, plus impactants, bien qu’ici au moins tout le monde puisse y trouver son compte. Un premier album réussi pour Guy, qui confirme avoir eu raison de choisir la musique au football et qui prouve qu’on peut lui retirer son statut de rookie dans le paysage du rap français.  On vous conseille les titres Ça va commencer ici, Pépettes, l’excellent Ticket gagnant ou encore Fendi love en featuring avec Hamza, dont le clip est déjà disponible ici.

Continuer de lire

Tendances