Nous suivre

Article

Vald l’anti-héros de Shōnen 2.0 !

Avatar

Publié

le

(Début de l’émission : détournement de masse amorcé. Objectif :  pousser à la consommation du produit reptilien XEU.)

En terme d’antihéros typés Shōnen dans le Rapjeu français, il faut dire qu’on a été servi, Orelsan en a été le principal porte-étendard durant plusieurs années, mais depuis qu’Aurélien a pris le dessus sur Orelsan, le trône du « Looser » a été laissé vacant.

Non pas que ce style n’ai pas fait d’enfants depuis une décennie, mais personne n’a vraiment été à la hauteur de la décadence qu’impose ce poste, et inévitablement, pendant plusieurs années, les prétendants se sont cassés les dents en essayant d’y accéder, soit en se marginalisant trop, devenant des caricatures de leur propre personne, ou bien par manque de charisme et de personnalité, critères essentiels pour être au devant de la scène.

 

Achetez XEU, Vald n°1. Achetez XEU, Vald n°1. Achetez XEU, Vald n°1.

 

En y regardant de plus prêt, la trajectoire de ce genre de personnage est souvent la même, et semble déjà toute tracée:

Par définition, l’antihéros de Shōnen, va se développer, faire abstraction des doutes qui le rongeaient, transformant ses faiblesses en force, faisant de ses défauts des qualités.

Un cheminement auquel s’identifieront ses fans, se rassurant par l’image du « looser s’affranchissant de ces chaines« , ils chercheront même a conserver cette image, chose qui est impossible sur la durée, car en atteignant son apogée, l’antihéros se transforme petit a petit en héros lambda, il se polit, ses imperfections se font de moins en moins visibles, il se conforme sans s’en rendre compte, avant de s’absoudre totalement de ce qu’il a été, et de devenir une représentation de tout ce qu’il a toujours rejeté !

 

Ceci est une propagande reptilienne; achetez XEU.

 

Inexorablement, les antihéros de shonen ont tous connus le même sort, regardez cet héros fragile qu’est devenus Naruto à la fin de son parcours, c’est encore plus accablant pour Oroshimaru  devenu une insulte a son personnage initial, jetez aussi un œil à la sombre victime à moustache (cris du cœur) que devient Végéta après avoir accéder au statut de héros (DB GT), ou bien encore à Ryô Saeba (Nicky Larson), qui laisse place a un personnage lisse, sans vie et inintéressant lors de ses passages héroïques/sérieux, et la liste est encore longue…

 

VALD  semble quand a lui, échapper a cette règle, sortir des sentiers battus, Valentin a jusqu’à présent su ne pas céder aux sirènes du conformisme, et à la facilité que pourrait suggérer sa position d’artiste platine, il ne tourne pas en rond et arrive encore à fournir des productions inattendus (tout les sons d’Agartha, plus particulièrement Lezarman), a s’engager dans des projets ambitieux (série JE T’AIM3), à concrétiser ses fantaisies et à s’absoudre des contraintes que son nouveau statut aurait pu lui imposer.

 

Mieux encore, il semble être conscient du tournant délicat auquel est confrontée sa carrière en ce moment, et revendique son droit au succès et à la notoriété

« Gros, là, j’suis premier degré
J’ai raté ma vie si j’finis pas au trente-troisième »

« Mutation amorcée. J’suis déjà à un stade avancé »

« Niquez vos mères, j’vais m’délivrer ; toute cette oseille, j’l’ai mérité
J’ai disque d’or, j’ai pedigree ».

 

Il enchaîne en faisant preuve de lucidité quand à la suite de sa carrière

« J’peux m’arrêter mais j’continue, pour le turn-up, je contribue. Abandonne-moi, j’reconfigure »

« R.A.F d’égarer mon buzz, d’éclater mon buzz
De faire des sons deus’, j’ai gardé son keus, ouais, ouais, ouais ».

 

Ce détachement quand à son avenir nous rassure sur le recul que prend l’artiste vis a vis de son ascension, faisant de lui cet « anti-héros 2.0″, qui ne cherche pas à tout pris à « évoluer » dans le sens politiquement correct du terme, pour qui progresser peut être synonyme de décadence, pour qui la régression est une possible forme d’évolution de sa carrière, il persiste ainsi, et signe dans son dogme du « n’importe quoi« .

 

Cet article est une supercherie, la propagande est lancée.

 

Sullyvan  n’a tout de même pas fait de sans faute, et son parcours a connu moult péripéties, il a frôlé à plusieurs reprises cet écueil dont on parlait (en témoigne ses passages chez Ardisson et Hanouna), il en est ressorti grandit, et ces épisodes semblent s’inscrire dans le long purgatoire qu’impose sa quête du « NQNT« , saint Graal que tout antihéros qui se respecte cherche à atteindre !

 

Le NQNT (ni queue ni tête) c’est le « gloubi-boulga » qu’a toujours revendiqué VALD, un mode de vie et de production qu’il a perfectionné 4 projets durant, faisant adhérer de plus en plus de monde à sa doctrine, (manipulation de masse, Vald le réptilien) agrandissant son public tout en conservant une certaine « reelness » et une légitimité à toute épreuve.

 

À l’aube de la sortie de son nouvel Album XEU (prévu le 02/02/18), tout semble indiqué que VALD devrait arriver a esquiver les embûches qui parsèment son terrain de (rap)jeu, et a être à la hauteur des espoirs mis en lui.

 

Article écrit par : chef de la propagande reptilienne, troisième œil du grand conseil.

La machine est en marche, le grand monarque cosmique triomphera.

… 

Continuer de lire
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Actus

Mehdi YZ repousse la fin de l’été avec « A7 »

Avatar

Publié

le

mehdi-yz-repousse-la-fin-de-l-ete-avec-A7

Sorti cette semaine, le clip A7 de Mehdi YZ prolonge la saison estivale avec ce visuel rafraîchissant.

Le hit de la fin de l’été

Mehdi YZ prend de plus en plus de place dans le Game, depuis son arrivée en 2018 avec une prestation remarquée lors du Planète Rap de Jul. L’histoire commence avec son titre Arrah, qui cumule aujourd’hui des millions de vues, promettant un avenir musical au jeune rookie.

Capable de rapper, de chanter, sur des thèmes plus ou moins sérieux, Mehdi YZ sait aussi soigner ses visuels, et les rendre accrocheurs. Après avoir été aperçu avec ZeGuerre, ou encore The S, on imagine quelques collaborations mettant encore un peu plus en lumière le jeune artiste.

« Au quartier dans le sportback, j’ai eu comme un flashback
Sur mon scooter sans plaque, j’comptais l’bénef’ dans l’bloc »

Son projet FPVS, a été bien reçu du public, et il a été défendu de fort belle manière. Place à la suite, désormais, pour le sudiste qui revient avec de nouveaux morceaux !

Dans le reste de l’actualité : « Le soleil se lèvera à l’ouest » disponible le 21 octobre

Continuer de lire

Actus

Kalash & Damso sont « Malpolis »

Avatar

Publié

le

kalash-&-damso-sont-malpolis

Après Mwaka MoonI Love YouJTC ou encore Praliné, les deux artistes francophones se retrouvent sur Malpolis.

Une connexion devenue évidente

Avec plus d’une décennie de musique dans les jambes, Kalash a toujours eu cette faculté à pouvoir se renouveler, que ce soit dans les mélodies, les flows, les thèmes abordés.

Capable de pouvoir chanter, rapper et de jongler entre plusieurs langues, le talentueux artiste aura marqué l’année 2017 avec son hit Mwaka Moon avec Damso, pulvérisant de nombreux records.

Si par la suite, le Mwaka Boss a sorti un album intitulé Diamond Rock, ce dernier n’a pas eu le même succès que son prédécesseur, malgré de nombreuses pépites !

« Je porte des œillères, fuyant le monde, évitant le regard des gens
Né dans le rouge, forcément, recherche le feu vert pour partir à temps »

Toujours aussi productif, Kalash aura lâché de nombreux titres en tous genres, que ce soit en solo, avec Mavado ou encore le hit Tu le sais avec Gazo ! Place désormais au début de la promo du projet avec Tombolo .

L’album est sorti le 29 Avril dernier, sur lequel on retrouve Gazo, Damso Hamza, Mavado, Wejdene et bien d’autres artistes, et qui risque bien de nous accompagner encore longtemps.

L’album Tombolo de Kalash est à retrouver sur toutes les plateformes de streaming ici.

Dans le reste de l’actualité : « Le soleil se lèvera à l’ouest » disponible le 21 octobre

Continuer de lire

Actus

Di-Meh se sent « Sous vide »

Avatar

Publié

le

di-meh-se-sent-sous-vide

Après son projet OV3 sorti fin juin, l’artiste suisse revient avec un nouveau titre disponible qu’en audio : Sous vide.

De retour mais jamais parti

Di-Meh, skateur puis rappeur, grandit entre le Maroc et la Suisse. Il rencontre à l’âge de 16 ans le collectif de MCs genevois, 13 Sarkastick, avec lequel il sera membre de 2011 à 2016.

Sa rencontre, en 2015, avec le rappeur parisien Népal a été déterminante dans sa carrière : de leur collaboration au sein du groupuscule musical 75ème session naît le titre FU-GEE-LA qui le place comme nouvelle figure dans la scène rap francophone.

Avec le label indépendant genevois Colors, Di-Meh sort en 2017 le très remarqué Focus vol.1 et participe à la trentaine de concerts de l’Xtrem tour, en 2017, en partageant la scène avec Makala et Slimka.

« Oh, oh, oh, les gens fonctionnent par intérêt, machine de plan pour t’enterrer
À des kilomètres, j’les ai flairé, ils ont plus de cardio à cause du sirop »

2019 sera une année déterminante pour Di-Meh : il enchaîne, deux ans après la sortie du vol.1, avec le Focus vol.2, toujours avec le label Colors, et fait une prestation très remarquée sur Skyrock dans la session légendaire de Lomepal pour Planète Rap.

Il fera, la même année, la tournée des Zéniths pour les premières parties de ce dernier, mais aussi celles des Bercy d’Orelsan. Par la suite c’est un premier album que le rappeur helvète nous a livré avec Mektoub, auquel il aura redonné un second souffle avec une réédition.

Le son Sous vide de Di-Meh est à retrouver sur toutes les plateformes de streaming ici.

Dans le reste de l’actualité : « Le soleil se lèvera à l’ouest » disponible le 21 octobre

Continuer de lire

Tendances