Fianso est-il en train de révolutionner le rap français ?

Image d’illustration réalisée par @yannistwd

Difficile de trouver un rappeur français plus productif que Fianso ces derniers mois.

En effet, entre la production d’une émission (Le Cercle) en pleine expansion, la création d’un label (Affranchis) affilié à Universal, des featurings et des collaborations inattendus, des apparitions au cinéma, au théâtre… Fianso, Sofiane de son prénom, est productif dans tous les domaines. Il se place comme un pilier du mouvement rap hexagonal en arrivant à réunir et mettre en avant les personnes influentes du milieu.

Fianso, le rappeur

Un parcours semé d’embûches

Sofiane – Première Claque

Sa carrière dans le rap démarre réellement en 2007, avec son premier projet intitulé Première claque. Un projet qui n’aura pas réellement marqué les mémoires et qui n’aura pas eu un très ample succès.

Un autre projet en 2009, quelques collaborations, Fianso continue sa route en silence, sans réellement se faire remarquer, et ce malgré de bons morceaux. En 2011, il commencera à se faire repérer avec la sortie de son projet Blacklist. En effet, plus travaillé, il contient certains sons qui feront parler de lui. On citera le son clippé « Elle était belle » qui avait eu un beau succès pour l’époque.

Il continuera son parcours avec deux projets en deux ans : I Need Money 3 Days Theory, très rapidement suivi par Blacklist 2. Si ces projets rencontrent un plus grand succès que Première claque, on ne pourra pas encore parler d’un Fianso qui a percé.

De 2013 à 2016 : le vide. Quelques collaborations, quelques morceaux, mais rien de conséquent durant trois ans. Fianso semble avoir disparu de la scène du rap hexagonal.

Mais ça, c’était sans compter sur sa désormais célèbre série #JesuispasséchezSo. L’épisode 1, sorti en avril 2016, nous montre à quel point Fianso a progressé. Prometteuse, la série ne fera que se bonifier au fil des épisodes. Le rappeur sortira même une compilation les regroupant, début 2017, et celle-ci sera certifiée disque d’or (50 000 ventes).

90 minutes sur le banc, 300 000 albums dans les arrêts d’jeu

Sofiane dans « Sous contrôle »

En fait, on peut dire que la persévérance et la détermination de Fianso ont payé puisqu’il finit par « percer » véritablement dix ans après avoir commencé sa carrière.

Si l’histoire de Fianso vous intéresse, on vous conseille ces deux vidéos de Booska-P très complètes et intéressantes : ici et ici.

Tête d’affiche du rap français

Avec un parcours particulier, finalement, Fianso se positionne aujourd’hui comme une des têtes d’affiches du rap français.

#Jesuispasséchezso, Bandit saleté et Affranchis ont tous les trois connu un franc succès auprès du public. Pour preuve, ces trois projets ont obtenu le disque de platine (100 000 ventes), une consécration pour tout rappeur.

On notera aussi la série de clips de #Jesuispasséchezso, qui sont aujourd’hui devenus des classiques. Et ce pour une bonne raison : dans sa série de clips, Fianso a toujours eu à cœur de mettre en avant les quartiers. Si à quelques reprises, il y a eu des débordements, ces différentes cités ont bénéficié d’un véritable coup de projecteur. Elles ont été mises en lumière à hauteur de plusieurs dizaines de millions de vues.

 

Fianso et ses « trophées »

Si les chiffres ne suffisent pas toujours, ici, au-delà de ça, tout le monde semble unanime. Que ce soit le public, ou les autres grands noms de la scène francophone. Effectivement, si on jette un œil aux différentes collaborations de Sofiane, on se rend compte qu’il y en a pour tous les goûts : de Maître Gims à Jul en passant par Médine, Ninho ou encore Caballero & JeanJass, Fianso parvient à chaque fois à s’adapter au style du rappeur avec qui il pose. Un rappeur caméléon donc, qui n’a jamais fini de surprendre son public.

Et ceci est bien synonyme de son énorme progression, lui qui, lors de son tout premier projet, restait ancré aux racines du rap, a su s’adapter et se diversifier tout au long de sa carrière. Capable de réaliser un hit qui passera en radio comme « Lundi », mais aussi un banger avec Kaaris dans « Mistigris » ou même changer totalement d’univers comme dans un morceau avec The New Gypsies au refrain – et tout cela durant la même année. À l’instar de Sch et de son feat avec l’Américain 6ix9ine, Fianso s’est d’ailleurs internationalisé en 2018 : après « Bandidos » et ses refrains en espagnol, il a posé aux côtés de l’Italien Tedua sur le remix de « Fashion Week », puis avec RAF Comora, un rappeur allemand, dans « Perfekt » d’AriBeatz, beatmaker qui avait notamment composé des morceaux de son album Affranchis. Sofiane terminera l’année avec un nouveau grand écart : il est présent sur les albums de l’habile Kery James et des néophytes Q.E Favelas, qui paraissent tous les deux le 16 novembre.

 

Fianso

Au delà de sa capacité à s’adapter musicalement parlant, il ne faut pas non plus négliger la plume du rappeur. Même si, quand on évoque Fianso, il est rare de voir quelqu’un y associer en premier lieu ses prouesses lyricales.

A tort, puisque si on s’intéresse de plus près à ses textes, on peut se rendre compte de son talent, de l’efficacité de ses punchlines et de la précision de sa plume, et ce depuis très longtemps ; on peut citer par exemple de son morceau (classique?)  : « Lettre à un jeune rappeur ».

Jusqu’ici, vous êtes sûrement en train de vous dire : « D’accord, donc Fianso est un bon rappeur dans plein de domaines, mais en quoi révolutionne-il le rap ? »

On vous explique donc pourquoi.

Plus qu’un projet avec 93 Empire

Cover – 93 EMPIRE

En quelques chiffres, 93 Empire, c’est : 22 morceaux, 44 rappeurs, 26 415 ventes en première semaine et un disque d’or en un mois.

Mais au-delà de ces chiffres impressionnants se cache l’amour de Fianso pour le 93, un travail acharné depuis des mois en tant que producteur et un événement marquant pour le rap français.

NTM, Alpha 5.20 ou Mac Kregor d’un côté, Dinos, Kaaris ou Dadju au milieu et enfin Sifax, Q.E Favelas ou Ixzo de l’autre côté. À travers cet album, Fianso a su réunir le passé, le présent et le futur du rap du 93 en un seul projet. Voir poser NTM ou Alpha 5.20 en 2018 paraissait improbable et pourtant Fianso est allé au bout de son idée et de son ambition, en réussissant à mélanger toutes les générations. Au-delà du passé, il ne s’est pas cantonné à réaliser un projet réunissant uniquement des artistes déjà couronnés de succès. Le point commun de tous ces rappeurs reste le 9.3, et non leur notoriété. Ayant toujours à cœur de « donner de la force », il a également invité des artistes émergents, et l’on a pu ainsi découvrir Sifax, pas forcément connu du grand public, mais pourtant parfaitement à sa place dans cet album.

Comme on a pu le voir durant la promo, avec une tournée d’interviews en collectif plus agréables les unes que les autres, il a réussi à faire de ces talents une 9.3 une vraie équipe. On sent le respect mutuel qu’ils se portent, et ce également grâce aux collaborations inattendues et surprenantes, mais très efficaces que nous propose le projet.

Ce projet « d’unification du 9.3 » va au-delà de l’album qui en est sorti. En effet, on peut désormais parler d’un « après » 93 Empire, avec des featurings qui n’auraient peut-être jamais vu le jour sans celui-ci : « L’addition » de Vald et Heuss L’enfoiré, Soolking et Kalash Criminel sur « Savage »… Et ce ne sont que des exemples, nul doute qu’il devrait y avoir encore nombre de collaborations à venir entre ces mêmes artistes, et ce, pour notre plus grand plaisir.

Vald, l’appui

Été 2014, sortie de l’album Marqué à vie de Tunisiano. Sur la seizième track, « Carré », le membre du groupe Sniper est accompagné par trois artistes : Ol’ Kainry, Sofiane et Vald. Pour la première fois, le grand public découvre un morceau où les deux rappeurs du 9.3 posent ensemble.

Ce n’est que deux ans plus tard, en 2016, que Vald et Sofiane vont prendre leurs envols respectifs, l’un avec les singles promotionnels « Eurotrap » et « Megadose » de son premier album, Agartha, l’autre avec sa série de freestyle #JeSuisPasséChezSo. Dans le clip du deuxième épisode de cette dernière, on peut d’ailleurs apercevoir Vald, en plus de Kery James, Lino, Tefa et… Tunisiano, qui avait signé Vald sur son label. À la fin de l’année, Sofiane est de retour en Planète Rap pour la promotion d’Agartha et lâche un freestyle en compagnie de Suik’on Blaze AD, Biffty, Kalash Criminel, qui avait invité le duo et Mac Tyer sur le remix de « Guedro », issu de la mixtape Oyaki du cagoulé le plus connu au monde, dévoilée en mai 2017. Un peu plus d’un an plus tard, ces quatre-là se retrouveront aux côtés de Sadek, Soolking et Heuss L’enfoiré pour le premier extrait de l’album 93 Empire, « Woah », morceau sur lequel Fianso reprend un passage… écrit par Vald.

Il faudra attendre début 2018 et XEU avant de voir leurs cotes de popularité exploser en même temps que le nombre d’apparitions communes. Pendant la semaine Planète Rap consacrée à la sortie de son deuxième album, Vald reprend son titre « Désaccordé », l’un des plus gros succès francophones en 2018, avec Sofiane. Les deux acolytes montrent une grande complicité, qui sera confirmée avec la sortie de « Dragon », leur premier featuring. Seuls quatre artistes ont pu poser un couplet sur l’un des deux albums de Vald : Sirius, Suik’on Blaze AD, Damso et… Sofiane, ce qui montre l’importance que les deux s’accordent mutuellement.

Blanc comme animal sans teint, j’assure le dos d’mon Valentin

Sofiane dans « Iencli »

Leur deuxième collaboration en duo, « Iencli », issu de l’album 93 Empire, est à l’image de leur relation : réussie. Ils promeuvent ensuite le projet ensemble : un blind test spécial 9.3 pour Konbini en compagnie de Dinos, un concentré des meilleures punchlines pour GQ France et bien sûr, le Planète Rap sur Skyrock, qui est presque devenu leur deuxième maison au fil des années.

Avec le temps, Sofiane et Vald ont développé une association pleine de complicité, mais surtout productive musicalement parlant. L’un influence l’autre et le duo est un exemple qui peut inspirer de nombreux rappeurs, notamment lors de différents concerts communs qui ont fait bouger les foules aux quatre coins de la France.

Fianso, l’entrepreneur

Affranchis Music

Affranchis Music

Si on se demande si Fianso est en train de révolutionner le rap français, c’est bien parce qu’il va bien au-delà de la prestation ou de la simple musicalité.

En effet, Sofiane cherche aussi à développer un côté plus « business » et encore plus ambitieux que ses projets musicaux : en 2017, il fonde son propre label, Affranchis Music. Le choix du nom semble assez logique car il fait référence au film Les Affranchis, qui inspire le nom de son premier groupe éponyme, dans les années 90. En janvier 2018, toujours dans la même logique, Sofiane sort Affranchis, son deuxième album, sur lequel figurent notamment Soolking et Heuss L’enfoiré, les deux premiers rappeurs à signer sur son label.

Au même moment, le label s’associe à Capitol Music France, une des filiales d’Universal Music France. Depuis, Affranchis Music produit les projets imaginés par Sofiane, de l’émission Rentre dans le Cercle à l’album 93 Empire, dont les mélodies ont été presque entièrement composées par les trois beatmakers du label : Zeg P, DIIAS et Nock-Pi, ce dernier faisant déjà partie du premier groupe de Fianso, 20 ans plus tôt.
Le 24 août 2018, la marque Adidas annonce une collaboration avec Affranchis Music et l’on peut voir les trois rappeurs du label qui s’affichent avec les chaussures PODSYSTEM sur leurs réseaux sociaux. Quelques semaines plus tard, une boutique en ligne est lancée sous le nom d’Affranchis Shop, où les fans peuvent se procurer t-shirts, pulls, casquettes et autres accessoires aux couleurs du label.

Des poulains prometteurs

Inconnus du grand public français en 2017, Soolking et Heuss L’enfoiré sont devenus incontournables en 2018.
Soolking, déjà populaire au Maghreb avec son groupe Africa Jungle, a sorti son premier album le 2 novembre, qui était déjà gage de succès avant sa sortie. Les titres « Guérilla » et « Dalida » ont explosé tous les scores : plus de 150 millions de vues pour « Guérilla » en Planète Rap (consacré à Affranchis, l’album de Sofiane, évidemment), un record pour Skyrock, mais surtout une 6e place mondiale sur Deezer pour « Dalida » quelques jours après sa sortie, morceau dont la direction artistique a été assurée par… Fianso !

Alors qu’il n’a encore sorti aucun projet, Heuss L’enfoiré a pu bénéficier de l’entourage de Sofiane pour sortir des featurings avec Vald, Hornet La Frappe ou encore Sadek. Ses titres « Gambino » et « Midi Midi« , en plus de ses couplets avec Fianso dans « IDF » (album Affranchis) et « Woah » (album 93 Empire) lui ont valu une fanbase qui attend déjà un album. L’année 2019 sera sans aucun doute celle de l’explosion pour Heuss, qui tease petit à petit des titres lors de ses apparitions sur Skyrock, comme avec « Hakan Şükür » ou « L’enfoiré« .

Affranchis, c’est Death Row

Allez, Rentre dans le Cercle !

Le 8 septembre 2017, quelques mois après la sortie du morceau « Le Cercle« , en feat avec YL, GLK et Hornet La Frappe, Sofiane lance le premier épisode de Rentre dans le Cercle. Le concept est simple : réunir les différents acteurs du monde du rap autour d’une émission qui allie freestyles et interviews. À chaque épisode, rappeurs confirmés et non-confirmés se succèdent et tentent de faire bonne impression à un public qui ne les connait parfois pas. Pour certains, c’est l’occasion de tester un futur couplet, tandis que pour d’autres, il s’agit plutôt de promouvoir un projet. Des vétérans R.E.D.K, Médine ou encore Sinik à la jeune génération prometteuse de Rémy, Q.E Favelas ou Junior Bvndo, en passant par les femmes, qui sont elles aussi bien représentées avec Chilla, KT Gorique ou Sianna, le Cercle se veut inclusif et accueillant pour toutes et tous. À plusieurs reprises, Sofiane invite des artistes qui l’ont contacté via les réseaux sociaux et qui ne sont parfois même pas issus du monde du rap, comme on a pu le voir avec Gazouza sur Twitter. Et pourtant, chaque prestation est applaudie par tous et saluée par Fianso, qui anime, produit et réalise l’émission.

Après deux saisons couronnées de succès, plus de 130 rappeurs et des dizaines d’invités se sont relayés. L’objectif initial de Fianso, faire éclore des carrières, est accompli. ZeGuerre, Take A Mic, Kader Diaby 4Real, 100 Blaze ou encore Chris Karjack sont aujourd’hui pris au sérieux grâce à des performances qui sont restées dans les mémoires. D’autres, comme PLK, Tengo John ou RK, ont confirmé leurs aptitudes et sont désormais prêts à enchaîner les succès commerciaux.

Rentre dans le Cercle

Animateurs radio, directeurs artistiques, journalistes, managers musicaux, photographes, attachés de presse, chefs de projet en label, directeurs de maisons d’édition, producteurs, humoristes, réalisateurs, dessinateurs, YouTubeurs, maîtres conférenciers ou encore chroniqueurs : l’entièreté des métiers liés au rap et à son univers ont été représentés dans le Cercle. Donner la parole à chacun et faire connaître ceux qui travaillent dans l’ombre faisaient clairement partie des objectifs de Sofiane en créant le Cercle, et il s’agit évidemment d’une opportunité unique pour les amateurs de rap de comprendre ce qui se passe derrière le rideau et comment cette grande industrie fonctionne.

D’autres initiatives avaient déjà eu lieu pour faire éclore de jeunes MC, comme le morceau « Panam All Starz » de Sniper, qui mettait en valeur des binômes issus de différents départements d’Île-de-France, mais également les célèbres Rap Contenders.

Plus récemment, l’émission Wesh, produite et diffusée par Booska-P, fait office de vitrine pour les jeunes rappeurs. Le concept contient une présentation plus longue mais sans performance, un point fort du Cercle. Dans celui-ci, Sofiane donne l’occasion à chacun de montrer ce qu’il vaut et d’être diffusé à tous les amateurs de rap via la chaîne Daymolition.

Pour la suite, on peut imaginer une troisième saison avec de nouveaux horizons. Après la Belgique et le Canada, Rentre dans le Cercle pourrait passer par la Suisse, le Maroc ou l’Algérie, pays natal de Sofiane. On imagine également l’apparition d’artistes dont il est proche, comme Hornet La Frappe, Kalash Criminel ou Kaaris. Lors de la sortie de 93 Empire, Fianso a invité Dadju, avec qui il pose sur le titre « Apollonia« , à participer au Cercle, comme il l’a fait pour Hugo TSR dans le huitième épisode de la saison 2. Depuis la création de l’émission, le public réclame des passages de Timal, Moha la Squale, Alkpote, Lefa et surtout… Sofiane lui-même ! Alors, à quand un couplet de Fiansoman dans le Cercle ?

Fianso,  l’humanitaire

Dans le cadre de la Coupe du Monde 2018 en Russie, Fianso dévoile une collaboration avec l’association SPORT’A VIE, qui envoie des adolescents aux quatre coins du monde pour assister à des événements sportifs depuis 2002 et la première World Cup asiatique. En mars, le rappeur annonce un concert de charité à Aubervilliers afin de récolter des fonds pour ce projet. Ainsi, Sofiane mobilise son réseau d’artistes : Vald, Kalash Criminel, Heuss L’enfoiré, Maes, Hornet La Frappe, Sadek, Landy ainsi que les deux grandes figures du rap actuel à Aubervilliers : Rémy et Mac Tyer. L’événement est sponsorisé par TF1, Coca-Cola, L’Oréal ou encore la FIFA, preuve que le 9.3 est capable d’utiliser les grands moyens pour de grandes causes.

L’année précédente, Sofiane avait fait l’objet d’un reportage sur Booska-P, repris ensuite lors de son interview pour Clique avec Mouloud Achour. Le sujet traité était son implication dans Speranza, une association qui vient en aide aux sans-abris des quartiers du Blanc-Mesnil. Depuis quelques années, des dizaines de bénévoles se mettent au service des autres pendant leur temps libre afin de récolter de la nourriture et des vêtements pour les plus démunis. Une épicerie solidaire ainsi que des aides à la recherche d’emploi ont été mises en place, sans compter le soutien moral et l’impulsion positive générés par l’association. Fianso invite chacun, selon ses moyens et disponibilités, à favoriser le vivre-ensemble en aidant ceux qui ont moins de chance.

Pas le premier à s’investir pour la bonne cause

À l’image de Kery James, qui a lancé son association A.C.E.S en 2008. Et, qui a, lui aussi, organisé des concerts caritatifs, différents rappeurs se sont mobilisés pour des causes qui leurs étaient chères. Récemment, Damso a annoncé la construction d’un Damsorphelinat dans son Congo natal pour lequel il espérait obtenir de l’aide de ses fans. Début 2018, c’était Gradur qui s’illustrait en appelant à suivre l’association 1 Vie 1 Combat qui se mobilise en faveur des Rohingas. Quelques mois plus tôt, le rappeur était intervenu dans l’émission Touche Pas à Mon Poste pour dénoncer les pratiques d’esclavage qui font rage dans les pays du Maghreb.

Talentueux dans tous les arts

Pas forcément très diplômé mais cultivé, Fianso s’intéresse à tout : cinéma, théâtre, littérature, histoire, géographie… L’artiste est ouvert d’esprit et avide de connaissances.

Comme il l’expliquait récemment sur France Inter, il a toujours beaucoup lu : sa mère travaillait chez France Loisir, il y avait donc toujours des bouquins à la maison. D’interview en interview, il dévoile ses goûts littéraires, et le moins que l’on puisse dire est qu’ils sont éclectiques.

Il y a d’abord le théâtre : Fianso dit avoir a lu beaucoup de pièces classiques dans sa jeunesse, et est lui-même monté sur scène lors du dernier festival d’Avignon, pour incarner Gatsby dans une adaptation du célèbre roman de Fitzgerald (à revoir ici). Rien d’étonnant, car Fianso est un showman. Le rôle de Gastby, self-made-man qui fascine ceux qui l’entourent, lui va comme un gant. Mais en plus de ses talents d’acteur, il accomplit la prouesse de rassembler, à l’image de ce qu’il fait dans le rap : il amène un nouveau public dans la sphère Festival d’Avignon / France Culture.

Ses lectures sont variées :

  • De la philosophie, avec le Discours de la méthode de Descartes, qu’il conseille ici : c’est de là que vient le célèbre « je pense, donc je suis ». Il admet que l’oeuvre est difficile d’accès, mais il a été marqué par la recherche de connaissances et de vérité entreprise par Descartes, et il fait le lien avec les effets pratiques sur sa propre vie : c’est un livre qui l’a aidé. Sa conclusion est sans équivoque : « c’est chiant, mais c’est vraiment beau ».
  • S’il s’intéresse aux classiques, il ne néglige pas la littérature contemporaine pour autant : il cite ici Vernon Subutex de Virginie Despentes, autrice connue pour son franc-parler et son engagement. La trilogie, publiée de 2015 à 2017, qui donne une vision réaliste et satirique de notre société. C’est une référence intéressante, car c’est un succès auprès de la critique, mais aussi auprès du public : une œuvre populaire et exigeante à la fois, un peu comme le rap de Fianso aujourd’hui. À noter que Mouloud Achour a réuni le rappeur et l’écrivaine pour une interview croisée, en rapprochant leurs œuvres respectives : le dernier livre de l’une et le dernier album de l’autre, dans cette interview.
  • Des livres plus en lien avec sa carrière de businessman, notamment ceux de Robert Greene : Atteindre l’excellence, Les 48 lois du pouvoir… Autrement dit, des ouvrages de stratégie pour application concrète.

Sur France Inter, il expliquait aussi avoir « piégé » plusieurs textes avec des citations (directes ou détournées) d’écrivains, comme Apollinaire, Pagnol… Aux auditeurs d’essayer de les retrouver.

Au delà de ses références littéraires riches et variées, on retrouve également, et en grand nombre, des références cinématographiques. C’est un grand fan de cinéma, et notamment de films qui tournent autours de la mafia, comme on l’a vu Affranchis, nom de son label et de son dernier album, référence au film culte de Martin Scorsese.

Cette culture cinématographique, il ne va pas se contenter de la cultiver, il va aller plus loin en traversant lui même les portes du cinéma.

En effet, après avoir fait une apparition dans le film Mauvaises herbes de Kheiron, il a plus récemment tourné, et avec un rôle plus conséquent, dans Frères Ennemis de David Oelhoffen.

Encore une fois, il démontre au monde sa palette de talents, en réussissant à s’imposer dans un nouveau milieu. Ses camarades de cinéma, que sont Reda Kateb et Matthias Schoenaerts, ont d’ailleurs salué son talent et sa personne dans cette interview accordée à Booska-P. Au delà de ses performances propres, le film, lui, a reçu un accueil chaleureux de la critique et des spectateurs, et a même été nominé à plusieurs reprises à la Mostra de Venise.

Conclusion

Ainsi, Fianso s’impose comme l’homme à tout faire, multi-casquettes, au four et au moulin, le rappeur ne cesse de charbonner pour cette grande œuvre qu’est le développement du rap français. Le rappeur avoue lui-même qu’il ne dort pas plus de quelques heures par nuit depuis plusieurs années. Mais les sacrifices payent et il en est bien l’exemple. Le petit rappeur de la cité des 3000 à Aulnay est devenu grand : un acteur-clé du rap français.

Si on ose parler de révolution, c’est car, finalement, son travail de dur labeur agit dans deux différents axes :

  • Dans le rap français en lui-même, en permettant à de nouveaux artistes d’exploser et d’enrichir le milieu par la même occasion, mais également en y apportant de la nouveauté. Avec de nouveaux concepts, ou même des collaborations, il participe pleinement à l’enrichissement de celui-ci. Il met aussi en lumière les personnalités qui se trouvent derrière les rideaux, et qui sont, elles aussi, des acteurs majeurs du rap game.
  • Il joue également un rôle essentiel dans la vision qu’ont les personnes externes au milieu. En effet, en créant son propre business, en jouant dans des films, dans des pièces de théâtre, en accordant des interviews dans des radios non-spécialisés, en entreprenant des actions associatives, il met en lumière le rap dans des milieux où il n’est pas dominant, voire méprisé. On pense notamment à son intervention à Sciences Po, en novembre 2018, où son parcours et son travail l’ont amené à parler de ses expériences aux étudiants de management. De plus, au-delà du rap, ce sont les banlieues qui se voient mises en lumière, il démontre au monde qu’elles sont remplies de richesses et de talents.
Alvaro on InstagramAlvaro on Twitter
Alvaro
Fondateur de Raplume
"J'suis un homme de confiance qui fait confiance à personne"
contact@raplume.eu
PKev95 on Twitter
PKev95
Rédacteur belge amateur de rap français.
"On fait le plan en tac-tac, cousin, le gang est d'attaque
Des ecchymoses sur chaque claque, des petits ponts sur chaque tacle"
MC Solal on Twitter
MC Solal
J'analyse autant les textes d'Albert Cohen que ceux de Jazzy Bazz et je refais passer l'oral du bac français en interview.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils