Booba lance une émission pour inciter au confinement

Quand le rappeur se fait journaliste et relaie le message de l'Etat là où il n'est plus écouté

Booba était ce matin l'invité de la matinale d'Europe 1 pour présenter son nouveau projet : Coronatime, une émission dont l'objectif est de sensibiliser les jeunes aux risques du coronavirus et surtout, à l'importance du confinement pour enrayer l'épidémie.

"C'est une question de vie ou de mort"

Une nouvelle fois, on peut dire que Booba surgit là où on le l'attend pas. Si les rappeurs français ont été nombreux, depuis le début du confinement, à utiliser leurs réseaux sociaux pour inciter les gens à rester chez eux, il en est un qui en a fait un véritable projet.

Face à la menace de l'épidémie, Booba, qui a bien pris la mesure de la "gravité du problème", n'a qu'une peur : que les gens se réveillent trop tard. Alors pour cela, il alerte. Au micro d'Europe 1, il déclare : "c'est une question de vie ou de mort", dans son émission Coronatime : "on n'est qu'au début de ce qui va être un massacre, c'est maintenant ou jamais." A la radio comme sur Instagram, il le martèle, "là on n'est pas dans le rap, on n'est pas dans le clash, on est dans l'humain et on le fait pour protéger nos proches." Et pour une fois, Booba l'assure, ce n'est plus le rappeur qui parle, mais bien l'homme, qui ne cache plus son inquiétude face au virus.

Sur Instagram, Booba a lancé le # "#Laconfinerienestjamaisfinie"

"Chanter c'est bien, mais sauver des vies c'est mieux"

Partant du constat qu'une partie de la population ne respecte pas les mesures de confinement, notamment dans les quartiers populaires, Booba a décidé, depuis Miami, d'utiliser son audience et son influence pour faire passer le message. Il explique : "Beaucoup de gens ne comprennent pas que le danger est réel. Se battre contre un ennemi invisible c'est compliqué, ma génération n'a jamais 'vécu la guerre', c'est dur à faire comprendre." Pour cela, il sait que les médias traditionnels sont inutiles et que c'est uniquement grâce au web et aux réseaux sociaux que le message de sensibilisation pourra toucher sa cible : les jeunes. Alors, pour une fois, le rappeur apporte son soutien public aux forces de l'ordre et se fait le relais de l'Etat, là où on ne l'écoute plus.

Coronatime

Dans une émission hebdomadaire d'une vingtaine de minutes intitulée #CORONATIME, Booba devient journaliste. Il donne la parole à son "envoyé spécial" sur le terrain, Ben, médiateur à Nanterre, qui part à la rencontre de ceux qui ne respectent pas le confinement. Ensuite, il débriefe avec lui de la situation. Après son intervention, vient celle, beaucoup plus inattendue, de Bernard Squarcini, ancien directeur général du renseignement intérieur. Le haut fonctionnaire s'est dit séduit par l'initiative pédagogique du rappeur. L'objectif de l'émission est simple : donner la parole aux gens "utiles et compétents, qui font partie du combat : infirmières, médecins..." Et agir, pour que tout le monde prenne la mesure du danger, et se confine au plus vite.


#CORONATIME, à retrouver chaque semaine sur le compte Instagram de Booba : @boobaofficial