Nous suivre

Article

Les Fleurs du mal 2.0

Alvaro Mena

Publié

le

Aujourd’hui, il est de moins en moins rare de voir les rappeurs parler des les lectures qui les ont inspirées dans leurs morceaux. Nombreux sont les auteurs évoqués par ces artistes, et Charles Baudelaire est sûrement l’un des plus cités, sûrement de part les fortes ressemblances entre la poésie et le rap…

Que ce soit dans le chef d’oeuvre 64 Mesures de Spleen de Jazzy Bazz ou Fleurs Du Mal de Columbine, on peut dire que le poète en a inspiré plus d’un, et ce ne sont certainement pas les seuls, puisqu’il son oeuvre et ses thématiques sont reprises dans de nombreux sons.

Mais, au-delà d’un titre, de simples phases étroitement liées à Baudelaire on retrouve surtout deux rappeurs, qui sans forcément avoir besoin de le citer nous font ressentir une écriture semblable, ou du moins un sentiment et des thèmes quasi identiques à ceux des Fleurs du Mal.

Je parle bien entendu ici de Georgio et de Lonepsi.

 Les Fleurs du Mal 2.0

Les Fleurs du Mal est sûrement un des recueils de poèmes les plus célèbres. Il est constitué de thèmes récurrents tel que l’évocation constante du Spleen (état de dépression, de profonde angoisse existentielle), de la mort, de l’idéal, de l’amour, la drogue ou du vin… Ces différents thèmes étroitement liés entre-eux sont très présents chez Georgio et Lonepsi, d’ailleurs, on pourrait trouver une organisation très ressemblante entre celle des Fleurs du Mal et Bleu Noir, premier album de Georgio.

Des thèmes récurrents chez certains, l’exemple de Georgio:

« Les fleurs du mal ne poussent pas qu’dans les poèmes de Baudelaire » – Rose Noire (Bleu Noir)

Il n’est pas rare de voir des évocations au célèbre recueil baudelairien, ayant une tournure propre à notre époque, en effet ici l’artiste utilise le terme de « Fleurs du mal » pour évoquer l’emprise des vices – la drogue par exemple.

Mais même sans être directement évoqué on retrouve totalement le spleen qui a caractérisé l’oeuvre de Baudelaire dans Bleu Noir, où la noirceur semble être le fil conducteur.

La solitude est belle, tel un cheval au galop un soir de pleine lune

Oui, j’en suis accro… un peu comme à la thune

Bonheur artificiel, infidélités, plus que d’artifices

Tu veux pas qu’il te ramène du vice

Tu connais la chanson : « laisse pas traîner ton fils »

Les objectifs qui défilent, le sablier qui te dis : « va-t-en ! »

Une nuit, une fille, l’eau et le feu

Couchent ensemble dans des draps blancs

Des valises sous les yeux, pourtant les voyages qu’on entreprend

Ne sont que des vœux, des promesses, perdues à travers le temps – Dépression

Il suffit de prendre la moitié d’un couplet pour comprendre ; la majorité des thème du recueil de Baudelaire sont repris ici -> la beauté, les paradis artificiels, l’addiction, les vices, la fuite du temps, la figure féminine, le voyage + la phase finale, qui exprime cette idée de fatalité tragique, de fin inévitable.

Le rappeur comme le poète, voué à s’ennuyer, à l’exception des voyages et de l’amour?

Baudelaire avait sa Vénus Noire; Georgio a Héra, la déesse grecque du mariage et de la fécondité qui est en fait une allégorie de l’amour. Le rappeur l’a dit à maintes reprises : c’est sous l’impulsion d’Héra que son deuxième album est né. En effet, seules deux choses semblait pouvoir aider Baudelaire de sortir de son éternel ennui, la mer, et la femme qui l’aime. Ce qui a l’air d’être également le cas pour Georgio, puisque dans l’album « Héra » il semble être apaisé, et cela, grâce à la fille qu’il aime.

« Un jour j’ai rencontré Héra et depuis j’vous emmerde »

Il est également intéressant de noter le son « L’or de sa vapeur rouge« ; morceau totalement dédié au Vin qui était un des paradis artificiel décrit par Baudelairetout deux ont fait un parallèle avec ce plaisir artificiel; et celui de l’amour :

« Ma femme est morte, je suis libre !
Je puis donc boire tout mon soûl. » Baudelaire.

« Je souhaiterais te perdre dans le silence, si tes lèvres pouvaient mordre ma bouche
Ou bien dans l’vin tu sais, dans l’or de sa vapeur rouge. » Georgio.

Et puis tout simplement le titre qui n’est autre qu’un vers de Le poison, de Baudelaire.

« Et fait surgir plus d’un portique fabuleux
Dans l’or de sa vapeur rouge »

Pour la mer, bien que l’on retrouve le voyage très souvent dans les textes de Georgio, on aura plutôt tendance à penser à Lonepsi ici.

En effet, ses sons ont tendance à nous donner envie de juste partir, et de seulement arrêter de penser. Mais là n’est pas la seul raison, en effet, la mer semble comme pour Baudelaire, être pour Lonepsi son lieu de plénitude.

Et; il n’est certainement par rare de la voir évoqué dans ses textes…

« Géante comme la mer, incontrôlable comme l’humeur »

« J’entends les bruits des pas dans la gare comme on entend le bruit de la mer »

Et ce ne sera certainement pas contraire à Baudelaire;

« Ô mer, nul ne connaît tes richesses intimes »

« Berçant notre infini sur le fini des mers »

Une définition de la jeunesse similaire

« Ma jeunesse est un soleil traversé par des orages drôlement lumineux »

« Ma jeunesse ne fut qu’un ténébreux orage,
Traversé çà et là par de brillants soleils »

La première est de Lonepsi, la seconde de Charles Baudelaire. Impossible donc de n’y voir aucun rapprochement. L’inspiration prêté par Lonepsi à Baudelaire paraît indéniable, et leur philosophie de vie comme leur manière d’écrire présentent une certaine similitude.

De, plus, il ne semble  pas être le seul a avoir puiser son inspiration sur la jeunesse dans L’ennemi. L’évocation récurrente de Georgio au « Cimetière de sa jeunesse« , n’est pas s’en rappeler les « tombeaux » du « jardin » de Baudelaire.

On aurait encore pus tirer des dizaines de citations, mais en bref, que ce soit sur l’évocation d’un spleen émotionnel, d’une envie perpétuelle de voyage et d’évasion, du bonheur alternatif que représentent les drogues et alcool ou encore l’amour, tous paraissent cité avec énormément de similitude entre Baudelaire et nos deux rappeurs.

Nous ne pourrons terminer sans rappeler que le rap n’est que le poésie du XXIème siècle… 😉

Continuer de lire
3 Commentaires

3 Comments

  1. Avatar

    Flavie Rcr

    20 juillet 2017 à 18 h 51 min

    N’hésitez pas à nous laisser vos commentaires et observations (:

  2. Avatar

    Matias Bento Erica

    21 juillet 2017 à 0 h 58 min

    Mon dieu j’ai adoré cette acticle est je trouve très bien que vous m’étais des citations j’ai aussi bcp aimer le rapport entre l’écrivain et le rappeur. Bravo

  3. Pingback: Le spleen, déclencheur de style : de Baudelaire à Jazzy Bazz - Raplume

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Actus

Yvnnis et la fougue d’une jeunesse éternelle

Clementeee

Publié

le

Yvnnis photo Eternal Youth

(Crédit photo: Yvnnis par @heyimleaaaa sur Twitter et Instagram)

Avec deux excellents projets et quelques apparitions sur les projets de NeS, Lyre et SYDS, 2022 est déjà une année charnière dans la discographie de Yvnnis. Avec PARHELIA et ETERNAL YOUTH, Yvnnis se place comme un artiste extrêmement prometteur, fort d’une proposition artistique singulière. Effectivement, le rappeur originaire du Val-de-Marne surprend par sa grande versatilité, capable d’exceller sur des sons mélodieux autotunés comme sur des sons kickés percutants. Alors que le jeune rappeur nous a déjà teasé un retour très prochainement, revenons plus en détail sur sa discographie.

(Crédit photo : tiré du clip « Vin italien » réalisé par Alexandre Carel)

Un artiste en constante expérimentation

Pour revenir aux premières traces encore trouvables de la carrière musicale de Yvnnis, il faut retourner début 2020. Alors en plein confinement, Yvnnis en a profité pour enregistrer et partager ses premières expérimentations. Si ces premiers sons restent relativement en deçà de ses propositions actuelles, on décèle toutefois les prémices de ce qui fait sa force aujourd’hui. En effet, on y retrouve un Yvnnis mêlant mélodies et toplines diablement efficaces, voix autotunée et lyrics traitant de relations amoureuses notamment autour d’échecs sentimentaux.

Si les relations amoureuses et le sentiment de solitude vont continuer à l’inspirer pendant un certain temps, Yvnnis va faire évoluer ses thèmes. Sans se reposer sur cette recette, il va la peaufiner et aborder d’autres sujets. Effectivement, s’il y a bien un élément qui marque véritablement en écoutant sa discographie, c’est son envie d’expérimenter sur tous types de prods et de sortir de sa zone de confort. Tout en étant conscient de ses points forts, Yvnnis ne se cantonne pas à ses acquis et montre une versatilité relativement impressionnante avec des sons aux ambiances très variées dans chacun de ses projets.

D’une ambiance estivale dans la SUMMER EMOTIONS TAPE avec le très efficace « CROISETTE », aux ambiances nocturnes mélancoliques de « NIGHT MODE », en passant par une intense session de kickage sur « FAKE », l’auditeur est transporté dans une grande diversité d’expériences, avec un excellent niveau de rap et de prods comme fil conducteur. Mention spéciale pour cet extrait nous renvoyant directement dans les années 90 :

Si les titres planants représentent toutefois une grande partie de son œuvre, les amateurs de kickage seront servis puisque le jeune rappeur nous a promis un prochain projet où le cassage de cervicales sera au programme.

Yvnnis, un artiste tourmenté, noyé dans l’alcool et la solitude

Naviguant sur des instrus planantes, on retrouve un jeune adulte, en proie à des tourments sentimentaux qui hantent sa vie. Ces troubles deviennent obnubilants, ce spleen devenant étouffant au point d’en perdre l’espoir.

Cependant, à l’image de tant d’artistes rongés par leurs maux, Yvnnis plonge dans une introspection pour exorciser ses démons, transformant cette douleur en inspiration. À l’image du triangle dramatique de Karpman, Yvnnis se retrouve emprisonné dans un piège duquel il est à la fois la victime, le sauveur et le persécuteur. Représentation d’une relation abusive, on y retrouve une victime passive dans son malheur, se plaisant dans l’attention qu’elle obtient, un sauveur aidant la victime profitant d’une forme de dépendance de cette dernière et enfin un persécuteur tirant son intérêt du sentiment de supériorité obtenu. Chacun y trouve son bonheur amenant à une situation qui n’évolue pas, amenant à une fin destructrice où les trois subissent une relation empoisonnée. Dans son cas, Yvnnis se serait emprisonné lui-même, à la fois geôlier et prisonnier de cette relation amenant à une tristesse insurmontable.

Le titre « LE SOIR » illustre parfaitement ce tableau, on y retrouve Yvnnis comme une victime résignée cherchant de l’aide que lui-même présente aux autres comme un sauveur, en étant lui-même son propre persécuteur.

« Trouver l’bonheur j’en ai perdu l’espoir, mes tourments m’empêchent de rêver le soir »

« Au fond, j’accumule les pertes. À tout le monde, je souhaite le bonheur mais j’ai pas l’impression qu’le contraire est vrai »

« J’crois que j’ai brisé tous les liens, même ceux que j’ai avec les miens »

Alors enfermé dans cette auto-relation toxique, il se retrouve dans une situation destructrice où la quête de son bonheur passe par son malheur.

Au-delà de ses tourments internes, Yvnnis enchaîne des relations sentimentales houleuses, le renfermant davantage sur lui-même trouvant son réconfort dans « la tise », « le Henny » ou dans « un flash ». Submergé par ses malheurs dans « NIGHT MODE », le rappeur semble sombrer dans une dépression où seul l’alcool et la solitude peuvent atténuer ses malheurs.

« Grâce à notre histoire que j’ai des sons dans la tape. Si c’est ça j’aurais préféré la page blanche » – « Poison »

Un semblant d’egotrip, le rap et l’argent comme un exutoire mais pas un remède

PARHELIA marque une immense transition dans les thèmes abordés par Yvnnis, on le retrouve bien plus épanoui et animé d’une confiance insoupçonnée après les premiers projets. L’EP produit en collaboration avec le producteur, beatmaker et graphiste multi-casquette Lil Chick s’ouvre sur le titre « LE PASSE » dans lequel on ressent une vraie libération face à la souffrance passée.

« Fuck mes démons et leurs cœurs sournois »

« J’ai trouvé le salut dans ses bras mais pas dans l’ivresse »

Toutefois, si la transition n’est pas totale puisque Yvnnis reste attaché à sa solitude et à un rejet des relations amoureuses, on y voit un choix délibéré. En effet, si cette solitude était précédemment subie par les multiples revers subis, elle est désormais l’incarnation de sa détermination à réussir. Alors que les relations amicales et amoureuses quittent ses pensées, Yvnnis se focalise sur le rap avec une confiance et une envie de réussir presque insolente. Le rap devient alors une obsession et reprenant les codes de l’egotrip, le représentant du 94 extériorise sa hargne et sa détermination à réussir dans le rap.

« Frérot j’ai plus rien à perdre, j’ai la rage, tu l’entends dans ma voix
J’ai même pas le choix, j’veux que ce soit ma musique et mes textes qui paient mon toit » – GOYARD

ETERNAL YOUTH continue dans cette même énergie avec un Yvnnis encore plus sûr de lui. Conscient de sa progression au niveau de l’écriture ainsi que dans les flows, le rappeur réalise un quatre-titres en total egotrip. Le niveau de rap proposé est toujours plus convaincant tant au niveau du kickage que sur les mélodies.

« C’qui font c’est pas trop ma cam, sur la prod c’est trop macabre » – « KALI UCHIS »

La puissance de l’entourage

Difficile de parler de Yvnnis sans mentionner son entourage, tant celui des producteurs que celui des rappeurs. Kodgy, Kosei, Maë, Arturo, Shepherd, Mela, Nizz, l’immanquable Lil Chick et plein d’autres excellents beatmakers forment une line-up véritablement talentueuse et pleine de promesse. Ces derniers offrent un excellent niveau de production, accompagnant le feu du rappeur avec merveille.

“J’reste toujours avec les mêmes Gs. Regarde mon équipe, c’est la same, toujours les mêmes” – « FAKE »

Si les projets communs entre beatmakers et rappeurs sont souvent gage de qualité, alors l’association de Lil Chick et de Yvnnis sur Parhelia ne déroge absolument pas à la règle. Le duo se marie à la perfection et se subliment pour tous deux offrir un résultat envoutant. Cette association fonctionne d’autant plus que Yvnnis sait laisser de la place à la prod au travers de silences bien placés. Ainsi, cela permet à l’auditeur d’apprécier le délice des instrumentales tout au long de ses projets. Le tout culminant dans l’excellent « MEKTOUB OUTRO » co-produit par Maë, où le piano de la productrice accompagne la voix de Yvnnis, utilisée comme instrument au même titre que ce piano. La production de Parhelia est tout aussi riche qu’efficace, nos oreilles sont ballotées entre couplets rappés monstrueux et refrains où la voix est utilisée comme outil mélodique avec des expérimentations variées sur l’autotune.

On retrouve cette formule sur l’EP ETERNAL YOUTH où le niveau des prods est encore monté d’un cran. Lil Chick accompagné par du talentueux Nizz délivrent un résultat magique. De la sobriété de Certifié permettant aux trois amis Lyre, NeS et Yvnnis de proposer une alchimie délirante au micro, au flamboyant de la prod de « Vin italien », avec une mélodie qui nous transporte au coeur de l’Italie. En quatre titres, nous avons une preuve de l’étendue de la palette musicale du jeune rappeur.

Enfin, impossible de ne pas mentionner sa grande complicité avec son compère du 94 NeS, rappeur extrêmement talentueux, auteur de l’excellent EP La Course ou celle avec Lyre, rappeur et ingénieur son originaire d’Orléans, à l’origine de l’EP INTUITION que je recommande vivement. Ce trio s’échange les feats sur chacun de leurs projets et laisse entrevoir une belle entente entre les trois membres.

Pour poursuivre l’expérience, Yvnnis et NeS viennent de réaliser un freestyle brûlant sur le Grünt #52 avec Deemax et Gius et gardez un œil sur Yvnnis, une nouvelle fulgurance devrait sortir d’ici à fin 2022/début 2023.

Dans le reste de l’actualité : Raplume dévoilera « Le soleil se lèvera à l’ouest » le 21 octobre 2022

Continuer de lire

Actus

La F balance le visuel de « Trapstar »

Avatar

Publié

le

la-f-balance-le-visuel-de-trapstar

Une des voix de la drill lyonnaise

Multipliant les collaborations que ce soit avec Zeu, JMKS, Nosacce, Sasso et bien d’autres, La F se distingue par sa faculté à s’adapter et froisser les prods.

Avec trois volumes de son projet The no face, le rappeur a su gagner en visibilité, en expérience. Toujours masqué afin de garder son anonymat, le Lyonnais a également été convié sur l’un des projets de l’année 2020 LMF de Freeze Corleone.

« J’suis un gamin : j’insulte les morts, j’fais la guerre pour un code postal
Et eux ils parlent de fame, personne connaît leurs blazes »

Annonçant un projet commun avec Zeu, La F nous a livré un album intitulé King of Drill, et s’affirme comme l’un des principaux visages de la drill française.

Néanmoins, La F ne se résume pas à ce courant. Ne se contentant pas de la drill, il est capable d’aller chercher plus de légèreté. Et il nous le montre sur le projet avec les titres Off-white et Que D’la Mula aux sonorités plus estivales. Les prods collent parfaitement aux envies et aux ambitions de l’artiste : Flem, Congo Bill et le duo Tha Trickaz n’y sont pas étranger.

Dans le reste de l’actualité : « Le soleil se lèvera à l’ouest » disponible le 21 octobre

Continuer de lire

Actus

Naza & Koba la D profitent sur « Comme ça »

Avatar

Publié

le

naza-&-koba-la-d-profitent-sur-comme-ca"

Après avoir passé un été chaud et coloré avec son dernier album B.I.G Daddy Vol.1 sorti le 24 juin 2022, Naza vient ponctuer la saison avec Koba La D dans Comme ça, un clip festif, diffusé le 2 octobre dernier.

Un hit pour prolonger l’été

L’esthétique du clip respecte à la lettre la règle officieuse des quatre B : Banquets , Billets, Bolides et Belles femmes sont de sortie. Naza y ajoute sa touche décalée et invite Koba la D à venir profiter avec lui de la vie de César.

« Le bénéfice est intéressant mais on s’ra tous enterrés sans
À la base, j’voyais pas tout ça mais au fil du temps, j’ai dû prendre sur moi »

Naza et ses mélodies efficaces s’allient à un Koba la D en forme pour un refrain endiablé. Deux des plus gros vendeurs actuels se retrouvant sur un morceau calibré mais bien exécuté, le succès du morceau ne fera aucun doute dans les semaines qui arrivent.

La D se fait rare depuis ses projets Cartel dont le second volume est paru en décembre 2021. Cependant, les fans de Koba pourront le retrouver à l’écran dans la série Or Noir, diffusée le 7 octobre prochain sur 6play.

Les places pour la tournée de Naza sont à retrouver juste ici.

Continuer de lire

Tendances