Nous suivre

Actus

Luidji fait briller sa Palace Mafia le temps d’un clip rétrospectif

Antoine

Publié

le

Une tournée à guichet fermé et un album incontestablement applaudi par la critique plus tard, Luidji revient avec le morceau inédit Palace Mafia, l’occasion de faire couler le champagne en l’honneur de son parcours et des siens. Visuel sobrement efficace de Remimedi, la photographie noir et blanc retrace les moments marquants de sa tournée faisant suite à la sortie de Tristesse Business : Saison 1. « Chaque fois que la prophétie se manifeste, les femmes partent et les amis restent » . Si son album, volontairement impudique, se conceptualisait autour de la vie sentimentale de l’artiste, ce morceau vient faire briller son équipe, hommes et femmes de l’ombre l’ayant accompagné que ce soit durant le processus de création du projet que ses différentes dates dans l’Hexagone.

La fidélité de certains hommes vis à vis d’autres hommes, ça, ça m’émeut aux larmes. Ça m’émeut aux larmes ! Je trouve ça beau, je trouve ça noble, je trouve ça très supérieur à tous les autres sentiments.

Un audio de l’artiste belge Jacques Brel vient diviser le morceau en deux parties. Abordant le sentiment le plus important à ses yeux, l’extrait issu d’un interview de 1971 illustre entièrement le propos du clip, laissant le temps d’un morceau l’amour porté à une femme afin de mettre en lumière celui porté envers les siens.

« J’reviens d’tellement loin, j’reviens d’tellement loin que j’ai l’impression d’parler d’un autre mec » . L’instrumentale tournée boom-bap est assurée par son ami producteur Ryan Koffi. Teintées de nostalgie, les quelques notes pianotées renforcent les souvenirs évoqués par le rappeur, raisonnant telles celles présentes sur From Time du canadien Drake.

Pour se plonger d’avantage dans la vie de Luidji durant la tournée, le rappeur a récemment sorti sur sa chaîne youtube le premier épisode d’une série composée d’images d’archives, réalisé par Steven Norel & Remimedi.

Tristesse Business : Saison 1 est toujours disponible sur toutes les plateformes de streaming.

Continuer de lire
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actus

Moha MMZ démarre fort en solo avec « EUPHORIA »

Antoine

Publié

le

Par

Connu pour sa carrière de groupe aux côtés de son acolyte Lazer, Moha MMZ débute aujourd’hui son parcours solitaire avec EUPHORIA.

Dans la musique, le passage d’un projet de groupe à une carrière solo s’avère souvent quitte ou double. Après avoir fait ses armes avec plusieurs projets de groupe, celui qui se faisait appeler Pti Moha en 2015 sur Que la mif de PNL sort aujourd’hui son premier album solo : EUPHORIA. Un nouveau challenge pour le rappeur, challenge qu’avait aussi entrepris son acolyte Lazer l’année dernière avec un EP Zéro Pression.

Respire, demain sera meilleur ou juste moins pire

Réputé pour sa maîtrise de la mélodie, le jeune homme originaire des Tarterêts n’y déroge pas et conserve toute son ADN au sein de son premier album en solitaire. Variant les ambiances et les flows, le rappeur propose également plusieurs prises de risque réussies, du refrain de DORE à celui de BUG pour ne citer qu’eux. « Toujours les mêmes pâtes dans les mêmes plats » … Imprégné de la fibre QLF, on retrouve également N.KF au mix de l’album et BBP dans certaines productions.

Au nombre de 2, les featurings savamment choisis s’intègrent sans faute dans la tracklist, que ce soit l’ensoleillé VIBES avec RKM de DTF ou le mélancolique GALERES aux côtés de Zed, membre éminent du collectif 13 Block.

Au delà des textes, son univers se révèle également via ses clips, en témoigne le dernier en date tourné dans les forêts norvégiennes, illustration de la froideur du titre CAUCHEMAR.

Très attaché à l’indépendance, Moha a fondé son label SPRT ZOO et son studio La Salle Du Temps, et a accompagné la sortie de son album d’un merchandising exclusif. Etape importante dans son parcours artistique, le jeune artiste délivre un premier album solide et prometteur à seulement 24 ans, annonciateur de belles choses pour la suite de sa carrière.

L’album EUPHORIA de Moha MMZ est disponible sur toutes les plateformes de streaming.

Dans le reste de l’actualité : Jazzy Bazz revient avec Memoria

Continuer de lire

Actus

Green Montana toujours aussi efficace dans « Waldorf Astoria »

Nicolas Rispal

Publié

le

Green Montana est de retour avec « Waldorf Astoria » sept mois après la sortie de MELANCHOLIA 999, en juin dernier. Parlons-en. (suite…)

Continuer de lire

Actus

Oldpee revient encore plus « Dur »

Avatar

Publié

le

Par

À l’occasion de sa série « Binbinks », Oldpee veut marquer les esprits de ce début d’année avec le cinquième opus de la saga.

Dans ce nouveau visuel réalisé par Alan Cohen, le rappeur sevrannais continue d’affirmer son identité, à coups d’égotrip sur sonorité trap mêlés à une attitude et des flows nonchalants. La performance du rappeur doit être autant soulignée que la production minimaliste mais efficace de DJ Morex & B.A.

Si j’pose mes péchés sur la table, j’suis presque sur qu’elle s’fissure

La D.A du clip permet à Oldpee d’exprimer sa singularité, notamment par sa gestuelle. Ce visuel continue de dessiner les contours de la direction que va prendre le rappeur pour 2022. Il semble très à l’aise dans une ambiance sombre et sobre à la fois. L’aspect nonchalant de l’artiste donne du relief à des références qui se veulent plus légères :

Ca t’allume au clair de la lune

Nous pouvons également souligner la présence de Da Uzi aux côtés d’Oldpee. 3 ans après la compilation « 93 Empire », la scène sevrannaise montre sa facilité pour collaborer. Peut-on y voir un potentiel feat sur le premier projet solo du membre de 13Block ? Au final, ce visuel, avec le morceau qui l’accompagne, semble être le parfait compromis pour Oldpee. D’un côté, il ne devrait pas perdre les fans l’ayant découvert en groupe, et de l’autre côté, il affirme lentement et sûrement son attitude plus singulière.

Le morceau IGGY de Oldpee est disponible sur toutes les plateformes en cliquant ici.

Dans le reste de l’actualité : TUNNEL, l’exposition du photographe Fifou du 21 au 23 janvier

Continuer de lire

Tendances