Nous suivre

Article

menace Santana, cauchemar sur la planète Drill Fr

AlphaKilo

Publié

le

Originaire de Lyon, menace Santana s’impose comme l’un des plus gros phénomènes rap de l’année 2021, dans laquelle la DrillFr est devenu un véritable mouvement.
Au milieu des Ashe22, 1plike140, Cinco, Ziak et bien d’autres qui ont fait de ce style leurs terrains de jeu, ce rappeur a su imposer sa formule et se démarquer.
Il a aussi profité du confinement pour sortir tout un lot de Freestyles Covid, disponibles individuellement sur les plateformes mais regroupés sur YouTube en 2 vidéos de + de 10 minutes chacune, cumulant plus de 2millions de vues.

Débarrassons nous des chiffres tout de suite afin d’entrer dans le « biff du sujet gros ».

menace Santana c’est près de:
10M de vues
500K de streams par jour
+300K auditeurs sur spotify
42K abonnés sur IG

Le tout en constante augmentation sur la dernière année, et ce malgré le fait qu’il n’ait toujours pas sorti de projet à ce jour. Il a notamment profité du succès de son morceau « Skiboy » sur TikTok, qui a été la source de pas moins  de 60k vidéos.

« Plane pas si ta gow elle fait la Pocahontas, elle lehess ça comme si c’était Häagen-Dazs (sexe)
Changement c’pas la même ‘tasse (switch)
Askip on est maxés, ca va boxer, c’pour ca que je roule un maxi
Viens me voir si tu dors pas, on a max plans
Opinеl 12, pas de gants
Demande a Maxwеll (swing swing) »

menace Santana, une esthétique détonante

Si aux premiers abords l’esthétique de menace Santana peut sembler basique pour un drilleur aguerri, le visage masqué, la paire de gants, le survêtement et bien sûr l’arme blanche qui vous vaudra des points bonus chez Rap Jeu, il ne faut pas se fier à la première impression.
En effet, on peut respecter les codes tout en apportant sa patte et à cet exercice le rappeur Lyonnais excelle, tout simplement.
Commençons par le masque, qui là où l’objectif « normal » est de camoufler celui qui le porte, le rendre anonyme en somme, celui de BuuBuu prend plus l’esthétique de l’horreur au cinéma, son masque le démarque et le rend singulier.
Couleur vive et forme cauchemardesque emprunté en partie au « Tueur du Vendredi 13« , Jason Vorhees, la « menace » n’en devient que plus réelle surtout quand il précise à tour de bras que « c’est la vraie vie c’est pas un film ».
De plus le choix de « l’ustensile » suit plus ou moins la même logique, là où sont privilégiés généralement les couteaux pliants (en France on affectionne une marque qui commence par O et finit par Pinel) car particulièrement discrets, notre sujet du jour fait un choix radicalement opposé.
Le couteau papillon est en effet quelque chose que menace aime mettre en avant dans ses visuels, en particulier sa dextérité quand il s’agit de jouer avec la lame.

Enfin, pour contraster une esthétique presque flashy, la communication de cet artiste est pour le moins discrète, sachant qu’il a gardé sa localisation un moment inconnu en multipliant les visuels dans différentes villes et que ses annonces se font très rares. Le tout cultive une image toujours menaçante mais aussi à part, lui donnant aussi la possibilité d’imposer des formats atypiques pour la sortie de ses titres.

 

 

Un cauchemar sans fin ?

Ce qui frappe en premier dans la musique de menace Santana c’est l’atmosphère pesante qui s’en dégage, tant dans les prods que dans son interprétation, bien loin des drills qui font bouger les épaules.

Pour peu qu’on prête l’oreille attentivement on se retrouve immergé dans ce qu’on pourrait décrire comme un cauchemar sans fin, dans lequel BuuBuu, La Sorcière, les Jnouns, le Samurai Plus ou encore le Ski de menace font office de repères.
Pour être plus clair, le format court, sans refrain et très intense de la plupart de ses sons sont autant de traduction d’un schéma entre les méfaits de son auteur et son rapport « au monde de l’invisible« .
Au milieu de tout ça, un véritable arsenal de gimmick et autres patterns qui conclut à le rendre si reconnaissable.

« Viens me voir toi et tes schlags que des coups de shlass
Crois pas que c’est un montage
Y’еn a qui pensent à leur еx la pute
Y’en a qui pensent qu’ils sont dans le film à Montana
Mais hachek dites-leur qu’c’est pas un film
C’est la vraie vie, belek menace Santana
C’est chaud bouillant ma gueule reste pas là
C’est Compton mais qui t’a dit que je viens de Paname ?
Si tu m’trahis, je te fais plein de balafres
Comme ça c’est sûr que personne va te banave »

 

Un petit top 3 de ses gimmick personnel, rien que pour le plaisir :

« Elle avale ça comme-ci […] » simple et efficace

« BuubuuBinks » une bonne allitération, ça fait pas de mal

« La Sorcière m’a dit […] » sacré personnage, entre conscience et spectatrice

Mais, pour conclure la meilleure carte de visite de menace Santana reste encore menace Santana.
Sa formule est extrêmement efficace et on se retrouve vite à enchaîner les 19 freestyles Covid avec le sentiment d’avoir entendu un long morceau, tout en évitant le côté redondant que peuvent avoir les morceaux plus ancrés dans un schéma couplet/refrain/couplet/refrain.

En attendant avec impatience la suite de son parcours pour le moins atypique, on ne peut que regarder le ciel et prier pour que BuuBuu retrouve son corazón.

Continuer de lire
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Actus

Bolémvn & Koba la D sont « Sur Paname »

Avatar

Publié

le

bolemvn-&-koba-la-d-sont-sur-paname

Originaires d’Evry, les 2 rappeurs du 91 représentent la capitale sur le premier exrait de la compilation parisienne.

Premier extrait de Ici c’est Paris

Le retour en grâce des compilations n’est plus à prouver. Depuis quelques années, les compiles s’enchaînent, nous permettant de nous délecter de titres inédits, de collaborations originales ou attendues comme le Niro x Ninho par exemple.

Certains médias comme nos confrères de 1863, sont également de la partie, ou encore les labels comme Rec 118. Après de nombreux projets Marseillais, c’est la ville de Paris qui remet le couvert. Les projets Sevran, 93 Empire étant déjà du côté de la capitale.

« Chaque week-end, j’suis booké, gros bisous aux bookeurs
J’m’endors dans une drôle de booking, kichta balaise comme un bouquin »

Au programme 14 rappeurs allant de Mig à Koba LaD en passant par Bolemvn, Ckay, Vegedream mais aussi Leto, Timal, Guy2Bezbar, Hornet La Frappe, Omah Lay, Capo Plaza, Naza, Driks, ou encore Da Uzi seront dessus.

Le morceau Sur Paname de Bolémvn et Koba la D est à retrouver sur toutes les plateformes de streaming ici.

Continuer de lire

Actus

ZeGuerre revient en kickant avec « Bezef »

Avatar

Publié

le

zeguerre-revient-en-kickant-avec-bezef

Le 5 août dernier, ZeGuerre a envoyé un nouveau clip, Bezef, en direct des locaux de la radio Skyrock.

Un extrait avant l’album ?

Si la scène musicale Lyonnaise se fait de plus en plus présente avec Chilla, Anton Serra, Lucio Bukowski, Vrax, La Famax, Lyonzon, ou encore Pouya ALZ, c’est bel et bien ZeGuerre qui semble armé pour représenter l’étendard de la ville rhodanienne.

Découvert et mis en avant par Fianso, l’artiste désormais chez Affranchis, aura pris le temps de se faire un nom avec notamment une série de freestyles Corsé comprenant 6 titres.

« Fais une seule phase et j’oublie cash qui t’es et tombe par terre, tu verras cash qui t’aides
Ouais, j’mets l’shit sous l’appuie-tête, gros, regarde bien, y en a p’t-être un qui t’aime »

Continuant de fidéliser une fan base qui grandit jour après jour, ZeGuerre, a décidé de franchir un cap et de balancer le premier single d’un futur projet.

Le morceau Bezek de ZeGuerre est toujours disponible sur toutes les plateformes ici.

Continuer de lire

Actus

Zuukou Mayzie la joue collectif avec « True Romance »

Avatar

Publié

le

zuukou-mayzie-la-joue-collectif-avec-true-romance

Sorti le 22 juillet, Zuukou Mayzie continue de défendre son album en dévoilant un nouveau clip : True Romance.

Il rappe des images, on voit des mots

Nous emmenant dans des univers toujours très vastes, mais si précis à la fois, et construisant ses lyrics autour de multiples références souvent associées à l’univers des jeux-vidéos, des mangas, des films, Zuukou Mayzie est un rappeur à part entière dans le Game.

Cet album conceptuel livre sa note d’intention dès la lecture de la tracklist : Maman j’ai raté l’avion, Parasite, Le Tombeau des Lucioles, Training Day … il s’agit d’un énorme hommage au cinéma, étalé sur 25 pistes.

Véritable amoureux du grand écran, Zuukou s’est positionné en réalisateur, donnant la direction à suivre et choisissant les couleurs, tout en laissant les premiers rôles à ses invités.

« Si mon compte bancaire explose, bébé je ne dirais pas Ciao
Mon couplet dans 669 allait sauter, mais mes négros m’ont convaincu du truc alors j’ai dit ok« 

Après deux projets intitulés Primera Temporada, puis Segunda Temporada, le tout ponctué de featurings, et d’inédits, c’est avec Le film, que le rappeur poursuit une carrière déjà bien ficelée !

Le merchandising de Le film : le commencement de Zuukou Mayzie est toujours disponible ici.

Continuer de lire

Tendances