Nous suivre

Article

Mr. Darmon : « On arrive à 400 campagnes TikTok en un an »

Nicolas Rispal

Publié

le

Monsieur Darmon travaille dans l’ombre, mais coordonne les hits. Raplume l’a rencontré pour un entretien inédit.

Monsieur Darmon travaille dans l’ombre, mais coordonne les hits. Raplume l’a rencontré pour un entretien inédit.

L’agence Monsieur Darmon est l’une des plus grandes agences d’influence de France. Dans les labels, et chez les influenceurs TikTok, tout le monde connaît le nom de l’entreprise. Elle a notamment travaillé sur « Vroum vroum » de Moha K, et a permis au titre d’avoir le succès incroyable qu’il connaît aujourd’hui. Sur les réseaux Instagram, on retrouve son créateur sous le nom de Monsieur Darmon, avec plus de 9.000 abonnés. Il a déjà obtenu un disque d’or pour « Bimbo », « Jolie Madame » et de nombreux artistes l’ont remercié pour son travail. Pour Raplume, le jeune marqueteur a non seulement expliqué en quoi consistait exactement son quotidien, mais nous a également livré les secrets du travail de son agence.

Ton metier est assez atypique et très moderne, comment est-ce que t’expliquerais à des personnes âgées ce que tu fais ?

Pour le coup ça, c’est une vraie question ! *rires* Je dirai que c’est les nouveaux métiers, les métiers de la nouvelle generation, les métiers du web et du digital. J’accompagne des talents sur de la creation de contenu. Je créé aussi des liens entre ces créateurs de contenu (ils sont très suivi sur les réseaux sociaux), les marques et les artistes. Dans un langage plus généraliste, je le dirai comme ça aux personnes âgées. Ils n’ont pas forcément l’habitude de surfer sur les réseaux sociaux, et pour eux, TikTok est un mystère. 

Pour toi, tout débute sur Instagram en 2016. Tu faisais des campagnes, afin de permettre à des comptes de gagner des followers. Comment est-ce que ça a commencé ?

En fait ça n’a pas commencé en 2016, mais déjà bien avant, sur Facebook. Je gérais des pages sur tout type de thématiques : des pages sur les animaux, sur l’humour, sur le rap, mais aussi sur le sexe et ainsi de suite. Je gérais beaucoup de pages à beaucoup de thématiques. Quand j’ai vu Facebook s’éteindre à petits feux, et que j’ai vu que la nouvelle génération allait vers Instagram, j’ai pris mon envol et j’ai rejoint ce réseau. J’ai commencé à travailler sur Instagram, et de fil en aiguille, j’ai également vu Instagram s’éteindre à petits feux. Le réseau restait comme une vitrine, alors je suis allé sur TikTok. En fait je suis ces tendances, ces mouvements, et tout a commencé sur Facebook où je gérais des pages, dès l’age de 16 ans.

Comment as-tu eu l’idée ?

Depuis mon plus jeune âge je cherchais des solutions pour avoir le plus de visibilité possible sur une publication. Je cherchais comment faire pour toucher la bonne cible. J’accompagnais des artistes qui ont fait l’Eurovision, j’accompagnais aussi des restaurants, où les cibles étaient complètement différentes. Depuis l’age de 16 ans, j’ai toujours été passionné de marketing digital et de marketing d’influence. Je voulais savoir comment monétiser un influenceur. C’était la question que je me posais, il y a dix ans en arrière, déjà. Aujourd’hui, j’ai 27 ans, et j’accompagne 30 de ces influenceurs en France, et sept à l’international. Du coup j’ai fait un vrai bout de chemin *rires*, mais ça a commencé comme ça. 

Il existe, certes, des cours de marketing digital « classiques », mais rien pour les réseaux. Comment as-tu fait pour apprendre ce marketing là, qui n’existait pas avant ?

Je me suis principalement formé tout seul. J’étais très rapidement chef de projet dans un agence dans la tour Montparnasse au 52ème étage. Je suis resté quelques mois, mais je me suis très rapidement instruit, et j’étais très très assidu. J’ai rapidement compris les rouages et les techniques du marketing d’influence et du marketing digital. Du coup, juste après, j’ai décidé de prendre mon envol. J’ai créé mon entreprise dans les mois qui suivaient.

Après les campagnes de compte Instagram, tu as basculé vers TikTok, qui était LE nouveau réseau. Tu changes aussi de mission : tu ne fais plus grandir des comptes, mais tu essayes de donner plus de visibilité aux chansons et tu accompagnes les talents. Pourquoi ce changement ?

En fait à l’époque, personne ne le faisait encore. Les artistes avaient besoin de visibilité, et ils avaient besoin d’une sorte de tremplin. Moi, depuis l’époque musical.ly, j’ai compris que l’application avait un gros potentiel, qu’il y avait réellement quelque chose à faire dessus. Personne n’avait encore saisi l’opportunité : soit ça passait, soit ça cassait. J’ai tenté ma chance, j’ai crée une agence 100% TikTok, et c’est passé. On accompagne à 100% les artistes. On a très peu de marques dans notre catalogue, mais par contre on a énormément d’artistes, et on est spécialisé dans l’accompagnement musical. Je pense que c’est hyper intéressant aujourd’hui pour un artiste d’être accompagné sur TikTok sur une sortie, pour qu’elle soit réussie. Il ne faut pas négliger les plateformes de streaming, ça c’est clair. Il ne faut jamais négliger Instagram non plus, mais il ne faut surtout pas négliger TikTok. TikTok est devenu le nerf de la guerre.

Comment as-tu fait pour comprendre les rouages de ce nouveau réseau aussi rapidement ?

Etant tous les jours sur l’application, travaillant tous les jours dessus, j’ai compris comment elle fonctionnait. J’ai compris comment l’algorithme marchait, ce qu’il fallait faire pour entrer en tendances et ainsi de suite. J’ai cerné l’application, et aujourd’hui j’accompagne les talents dans la création de contenu sur mesure pour chaque artiste, pour que ça fonctionne au mieux. 

Bien évidemment c’es difficile de mettre un prix là dessus, chaque campagne étant différente, mais quelle est la hauteur de prix d’une campagne « classique » ?

Pour le coup on est vraiment les seuls en France à faire plusieurs « packs ».  On le propose aux artistes, aux producteurs, managers et aux maisons de disques différents. On a le « pack démarrage » qui est à 1.200€. C’est plus ou moins comme un pack découverte. Après, on a le « pack urbain » à 2.200€, qui cible vraiment, comme le nom l’indique, l’urbain, avec des jumelles de quartier, des frères et ainsi de suite. On a le « pack single » qui regroupe tous les plus gros talents de l’agence dans un seul pack. Il doit avoir autour des 14 millions de portée, et est à 4.000€.  Après on a des packs spécifiques : le « pack love » n’inclut que des influenceurs en couple, le pack « pack famille » concerne les influenceurs famille. On essaye d’être précis, efficaces et de bien cibler dans toutes les thématiques, tout en se diversifiant. 

Marwa Loud t’a dédicace un disque d’or, afin de montrer à quel point tu l’as aidée. Ca fait quoi d’influencer à ce point l’industrie musicale ?

C’est un titre que j’ai eu le plaisir d’accompagner sur TikTok. Ca a été un phénomène pendant quatre à cinq semaines, avec Moha K. D’ailleurs, j’avais également travaillé sur « vroum vroum » avec Moha K, da A à Z. J’ai mis des talents dans le clip, je l’ai travaillé de fond en comble et aujourd’hui il est platine. Voilà, pareil. Super content d’avoir travaillé dessus et de ce succès là.

Avec qui est-ce que tu rêverais de travailler ?

Soolking ! Je l’écoute depuis que je suis adolescent, et pour moi c’est vraiment une voix unique. C’est un des seuls rappeurs algériens à avoir cassé les frontières et qui a su s’implanter en France. Il a la vidéo la plus vue de Planète Rap, et j’aime beaucoup ce qu’il fait. Dans le passé, j’ai eu la chance de travailler avec JUL, SCH, L’algérino Ninho, Niska, Bolemvn, MHD, donc j’ai déjà fait un grand tour de l’urbain. Pareil, le jour où j’aurai travaillé avec Stromae, j’aurai fait le tour de quelque chose de vraiment sympa.

Tu as notamment travaillé sur Sapapaya avec Universal. Est-ce que ça change quelque chose de travailler directement avec des labels au lieu des artistes ? 

Effectivement, ça change la vie de travailler avec des labels, des maisons de disque et d’avoir leur confiance. C’est un honneur. Il y a beaucoup d’agences, et je me rends compte qu’il y a beaucoup beaucoup de maisons de disques et de labels qui nous font confiance. Le flux de campagnes qu’on a avec des maisons de disques et des labels est beaucoup plus important qu’avec des artistes indépendants, donc ça aide énormément. Après, je resterais toujours à l’écoute des indépendants. Je sais d’où ils viennent et de ce dont ils ont besoin, jamais je ne les délaisserai.

Quelle campagne était ta campagne préférée ?

Je pense que j’ai deux campagnes préférées depuis mes debuts. D’une part il y a « vroum vroum » de Moha K. On part vraiment de zéro, avec des influenceurs et des talents de l’agence dans le clip. On lance cette belle aventure, ça devient un phénomène, on accompagne Moha K chez Konbini avec encore des talents. Une semaine après, il est sur la scène de Bercy en train de chanter son hit sur W9, et on rentre dans le top des charts. C’est incroyable, et tout part de TikTok.

Là récemment j’ai travaillé avec un petit de onze ans qui s’appelle Manns. Il fait son titre dans un garage, il n’a même pas de studio d’enregistrement, et aujourd’hui on est à plus de 100.000 vidéos reprises en 14 jours et il est premier sur TikTok. Il s’est fait contacter par pleins de maisons de disque. C’est une aventure différente, mais une sacrée aventure tout de même.  


Tu occupes deux fois le top 3 des chansons TikTok. Comment expliquer cette efficacité ?

C’est vrai qu’en ce moment, on a deux titres dans les top 3. Ce n’est pas vraiment une question d’efficacité en soit, j’ai juste la chance d’avoir des talents qui s’appliquent dans la création de contenus, et c’est ce que TikTok met en avant. Une création de contenu propre et de qualité est toujours mise en avant, et c’est ce que je fais comprendre à mes talents, et ils me le rendent bien, parce que c’est notamment grâce à eux tout ce qui se passe aujourd’hui. L’engouement qu’on rencontre, tous ces singles d’or c’est grace à eux.

Ce qui est assez dingue, c’est qu’on travaille avec des artistes en développement, qui ont commencé il y a quelques mois, comme on a accompagné une Shakira. On donne un même création de contenus pour l’un ou pour l’autre et on ne fait pas de différence. C’est ça qui fait notre force, je pense. Les classements TikTok, les nombreuses campagnes qu’on fait par an – on arrive à 400 campagnes en un an – c’est le remerciement du travail que mes talents fournissent, et ce n’est que le début. On va continuer à fournir une création de contenu sur mesure, dans la thématique de chaque single, pousser au plus haut en terme de qualité, et donner du résultat à la hauteur du titre de chacun. 

Vers où tu veux te diriger dans l’avenir ? Veux-tu agrandir ton business à l’international ?

C’est déjà dans ma tête ! *rires*. J’aimerais bien ouvrir un bureau Monsieur Darmon en Amérique latine avant la fin de l’année, et avant juin prochain aux Etats-Unis. TikTok est mondial, la portée est impressionnante. Il ne faut pas forcément se fixer de limites. Je reviens justement des îles canaries pour vois si c’est possible de faire quelque chose là bas. Je continue à rechercher l’innovation, à essayer de ramener une plus value à tous les artistes qui sont dans le besoin. 

Qu’est-ce qu’on peut te souhaiter pour la suite ?

On peut me souhaiter que ce ne soit que le début, et qu’il y ait une belle synergie entre le média et l’agence. 

Dans le reste de l’actualité : LMB fait son retour avec « Mozart » tourné en Colombie

Continuer de lire
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Actus

JeanJass joue les prolongations avec « Temps additionnel »

Avatar

Publié

le

Par

jeanjass-ne-lache-pas-sa-doudoune-en-ete

Trois mois seulement après la sortie de son projet Doudoune en été, JeanJass propose deux nouveaux titres à ses auditeurs.

Doudoune en été

Très apprécié par les fans, le troisième projet solo de JeanJass est une belle réussite. Il avait déjà placé la barre très haut avec Hat Trick en 2021 et s’était montré plus productif que jamais en s’attaquant à l’aventure Zushiboyz. Avec son compère Caballero, ils livrent à intervalles réguliers des EP uniquement disponibles en version physique. Tracklists alléchantes et effet de rareté, le succès est au rendez-vous et les disques se vendent comme des petits pains.

Entre un tournage d’High & Fines Herbes et un gros freestyle pour Grünt, JJ avait donc livré en juin dernier Doudoune en été. Les 10 titres sont parfaitement calibrés. Outre ses propres instru’, l’artiste avait fait appels aux talents de Stwo (Drake, Franck Ocean, Nekfeu), Eazy Dew (Laylow, Josman, Lomepal) ou encore Dee Eye (PLK, Limsa d’Aulnay, Roméo Elvis). Il collabore aussi pour la première fois avec Youssoupha, Jazzy Bazz et Tuerie.

Pendant l’été, JeanJass s’est livré à une interview « Passion : Dinosaures », mais était surtout à l’affiche de gros festivals. Pourtant, le rappeur belge a visiblement pris le temps de concocter deux nouveaux morceaux, dans la lignée de son récent opus.

Temps additionnel

JeanJass se délecte de ses indéfectibles références footballistiques dans « 24h », dont il a lui-même composé la mélodie. « La vie est rude comme Van Nistelrooy », « J’suis en mode riche comme si j’étais Croate », que demander de plus ? Sur un rythme lent, le Carolo fait parler son écriture si unique.

Il enchaîne ensuite avec le premier featuring de la jeune carrière de Benjamin Vndredi. Le parcours musical du chanteur belge a débuté au printemps. Il a publié trois singles en solo, et le voici en bonne compagnie sur « Orly Love ». Un titre qui fait bien évidemment référence à l’affrontement le plus mythique du rap français…

On aurait pu être Kylie et Travis
Mais ça a fini en Booba et Kaaris

Avec deux couplets efficaces, JeanJass démontre une nouvelle fois sa polyvalence. Les prochains devraient se trouver sur Zushiboyz, volume 3 dont la parution est prévue avant la fin de l’année.

Pour streamer Doudoune en été : Temps additionnel, rendez-vous ici !

Découvrez également : Mairo frappe fort avec « Rap Mag »

Continuer de lire

Actus

Mehdi YZ repousse la fin de l’été avec « A7 »

Avatar

Publié

le

mehdi-yz-repousse-la-fin-de-l-ete-avec-A7

Sorti cette semaine, le clip A7 de Mehdi YZ prolonge la saison estivale avec ce visuel rafraîchissant.

Le hit de la fin de l’été

Mehdi YZ prend de plus en plus de place dans le Game, depuis son arrivée en 2018 avec une prestation remarquée lors du Planète Rap de Jul. L’histoire commence avec son titre Arrah, qui cumule aujourd’hui des millions de vues, promettant un avenir musical au jeune rookie.

Capable de rapper, de chanter, sur des thèmes plus ou moins sérieux, Mehdi YZ sait aussi soigner ses visuels, et les rendre accrocheurs. Après avoir été aperçu avec ZeGuerre, ou encore The S, on imagine quelques collaborations mettant encore un peu plus en lumière le jeune artiste.

Au quartier dans le sportback, j’ai eu comme un flashback
Sur mon scooter sans plaque, j’comptais l’bénef’ dans l’bloc

Son projet FPVS, a été bien reçu du public, et il a été défendu de fort belle manière. Place à la suite, désormais, pour le sudiste qui revient avec de nouveaux morceaux !

Dans le reste de l’actualité : « Le soleil se lèvera à l’ouest » disponible le 21 octobre

Continuer de lire

Actus

Kalash & Damso sont « Malpolis »

Avatar

Publié

le

kalash-&-damso-sont-malpolis

Après Mwaka MoonI Love YouJTC ou encore Praliné, les deux artistes francophones se retrouvent sur Malpolis.

Une connexion devenue évidente

Avec plus d’une décennie de musique dans les jambes, Kalash a toujours eu cette faculté à pouvoir se renouveler, que ce soit dans les mélodies, les flows, les thèmes abordés.

Capable de pouvoir chanter, rapper et de jongler entre plusieurs langues, le talentueux artiste aura marqué l’année 2017 avec son hit Mwaka Moon avec Damso, pulvérisant de nombreux records.

Si par la suite, le Mwaka Boss a sorti un album intitulé Diamond Rock, ce dernier n’a pas eu le même succès que son prédécesseur, malgré de nombreuses pépites !

Je porte des œillères, fuyant le monde, évitant le regard des gens
Né dans le rouge, forcément, recherche le feu vert pour partir à temps

Toujours aussi productif, Kalash aura lâché de nombreux titres en tous genres, que ce soit en solo, avec Mavado ou encore le hit Tu le sais avec Gazo ! Place désormais au début de la promo du projet avec Tombolo .

L’album est sorti le 29 Avril dernier, sur lequel on retrouve Gazo, Damso Hamza, Mavado, Wejdene et bien d’autres artistes, et qui risque bien de nous accompagner encore longtemps.

L’album Tombolo de Kalash est à retrouver sur toutes les plateformes de streaming ici.

Dans le reste de l’actualité : « Le soleil se lèvera à l’ouest » disponible le 21 octobre

Continuer de lire

Tendances