Nous suivre

Actus

Squidji et son coup de cœur pour une stripper

Nicolas Rispal

Publié

le

Stripper, le dernier single de Squidji, n'est pas un titre comme les autres. En effet, dedans le rappeur mélange storytelling et vérité crue.

Stripper, le dernier single de Squidji, n’est pas un titre comme les autres. En effet, dedans le rappeur mélange storytelling et vérité crue.

Avec « Insta » et « Oxygène » (dont on parlait, d’ailleurs, ici), Squidji a déjà montré qu’il n’allait pas faire les choses à moitié en 2021. Avec « Stripper« , le rappeur nous montre qu’il a encore franchi un palier. Parlons en.

Contrairement aux deux titres précédents, où le rappeur se livrait davantage à l’auditeur, « Stripper » est un morceau rempli de storytelling. En effet, Squidji nous parle de cette strip-teaseuse, évoquée dans le titre. Après s’être demandé, pourquoi cette femme effectue ce métier, il essaye de se mettre à sa place. Pour faire ce que son boss lui demande de faire, la stripper ne doit pas être dans un bon état, et doit avoir de nombreux problèmes, pense le rappeur.  L’artiste ressent tout de même un coup de cœur pour elle, et souhaite partir avec cette dernière. Les couplets sont débités avec un flow mélodieux et entraînant, avant que le rappeur passe à un magnifique refrain et pont chanté.

Une prod et des visuels adaptés

L’instrumentale, quant à elle, possède des grandes influences club. La 808 est remplacée par une basse électronique, et la batterie joue dans un rythme « 4 on the floor » si typique de la house. Des notes de synthétiseur viennent s’ajouter à ce mélange, nous donnant la sensation que nous sommes dans le club dont Squidji parle. Chapeau.

Dans le clip du morceau, Léo Joubert, le réalisateur, nous montre tous les aspects du club. Pendant que Squidji débite ses paroles d’un air impassible, on peut voir les visiteurs de la boite de nuit danser sous le feu des projecteurs rouges, bleus et verts. Les côtés néfastes des boîtes sont également représentés. Lorsque le rappeur passe par les WC pour se rafraîchir, on peut voir deux personnes se battre. De même, on aperçoit également des personnes s’enfumer et d’autres vomir. La deuxième moitié du clip est interrompu par des plans de la femme dont le rappeur parle. Des stroboscopes accompagnent cette vue.

« Stripper » est une très belle réussite, et nous donne encore plus envie de découvrir le prochain album du rappeur.

Dans le reste de l’actualité : On a rencontré Kaza pour parler de la sortie de « Toxic »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Crooner Boy™️ (@squidji)

Continuer de lire
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Actus

Mehdi YZ repousse la fin de l’été avec « A7 »

Avatar

Publié

le

mehdi-yz-repousse-la-fin-de-l-ete-avec-A7

Sorti cette semaine, le clip A7 de Mehdi YZ prolonge la saison estivale avec ce visuel rafraîchissant.

Le hit de la fin de l’été

Mehdi YZ prend de plus en plus de place dans le Game, depuis son arrivée en 2018 avec une prestation remarquée lors du Planète Rap de Jul. L’histoire commence avec son titre Arrah, qui cumule aujourd’hui des millions de vues, promettant un avenir musical au jeune rookie.

Capable de rapper, de chanter, sur des thèmes plus ou moins sérieux, Mehdi YZ sait aussi soigner ses visuels, et les rendre accrocheurs. Après avoir été aperçu avec ZeGuerre, ou encore The S, on imagine quelques collaborations mettant encore un peu plus en lumière le jeune artiste.

« Au quartier dans le sportback, j’ai eu comme un flashback
Sur mon scooter sans plaque, j’comptais l’bénef’ dans l’bloc »

Son projet FPVS, a été bien reçu du public, et il a été défendu de fort belle manière. Place à la suite, désormais, pour le sudiste qui revient avec de nouveaux morceaux !

Dans le reste de l’actualité : « Le soleil se lèvera à l’ouest » disponible le 21 octobre

Continuer de lire

Actus

Kalash & Damso sont « Malpolis »

Avatar

Publié

le

kalash-&-damso-sont-malpolis

Après Mwaka MoonI Love YouJTC ou encore Praliné, les deux artistes francophones se retrouvent sur Malpolis.

Une connexion devenue évidente

Avec plus d’une décennie de musique dans les jambes, Kalash a toujours eu cette faculté à pouvoir se renouveler, que ce soit dans les mélodies, les flows, les thèmes abordés.

Capable de pouvoir chanter, rapper et de jongler entre plusieurs langues, le talentueux artiste aura marqué l’année 2017 avec son hit Mwaka Moon avec Damso, pulvérisant de nombreux records.

Si par la suite, le Mwaka Boss a sorti un album intitulé Diamond Rock, ce dernier n’a pas eu le même succès que son prédécesseur, malgré de nombreuses pépites !

« Je porte des œillères, fuyant le monde, évitant le regard des gens
Né dans le rouge, forcément, recherche le feu vert pour partir à temps »

Toujours aussi productif, Kalash aura lâché de nombreux titres en tous genres, que ce soit en solo, avec Mavado ou encore le hit Tu le sais avec Gazo ! Place désormais au début de la promo du projet avec Tombolo .

L’album est sorti le 29 Avril dernier, sur lequel on retrouve Gazo, Damso Hamza, Mavado, Wejdene et bien d’autres artistes, et qui risque bien de nous accompagner encore longtemps.

L’album Tombolo de Kalash est à retrouver sur toutes les plateformes de streaming ici.

Dans le reste de l’actualité : « Le soleil se lèvera à l’ouest » disponible le 21 octobre

Continuer de lire

Actus

Di-Meh se sent « Sous vide »

Avatar

Publié

le

di-meh-se-sent-sous-vide

Après son projet OV3 sorti fin juin, l’artiste suisse revient avec un nouveau titre disponible qu’en audio : Sous vide.

De retour mais jamais parti

Di-Meh, skateur puis rappeur, grandit entre le Maroc et la Suisse. Il rencontre à l’âge de 16 ans le collectif de MCs genevois, 13 Sarkastick, avec lequel il sera membre de 2011 à 2016.

Sa rencontre, en 2015, avec le rappeur parisien Népal a été déterminante dans sa carrière : de leur collaboration au sein du groupuscule musical 75ème session naît le titre FU-GEE-LA qui le place comme nouvelle figure dans la scène rap francophone.

Avec le label indépendant genevois Colors, Di-Meh sort en 2017 le très remarqué Focus vol.1 et participe à la trentaine de concerts de l’Xtrem tour, en 2017, en partageant la scène avec Makala et Slimka.

« Oh, oh, oh, les gens fonctionnent par intérêt, machine de plan pour t’enterrer
À des kilomètres, j’les ai flairé, ils ont plus de cardio à cause du sirop »

2019 sera une année déterminante pour Di-Meh : il enchaîne, deux ans après la sortie du vol.1, avec le Focus vol.2, toujours avec le label Colors, et fait une prestation très remarquée sur Skyrock dans la session légendaire de Lomepal pour Planète Rap.

Il fera, la même année, la tournée des Zéniths pour les premières parties de ce dernier, mais aussi celles des Bercy d’Orelsan. Par la suite c’est un premier album que le rappeur helvète nous a livré avec Mektoub, auquel il aura redonné un second souffle avec une réédition.

Le son Sous vide de Di-Meh est à retrouver sur toutes les plateformes de streaming ici.

Dans le reste de l’actualité : « Le soleil se lèvera à l’ouest » disponible le 21 octobre

Continuer de lire

Tendances