Nous suivre

Article

Les Fleurs du mal 2.0

Alvaro Mena

Publié

le

Aujourd’hui, il est de moins en moins rare de voir les rappeurs parler des les lectures qui les ont inspirées dans leurs morceaux. Nombreux sont les auteurs évoqués par ces artistes, et Charles Baudelaire est sûrement l’un des plus cités, sûrement de part les fortes ressemblances entre la poésie et le rap…

Que ce soit dans le chef d’oeuvre 64 Mesures de Spleen de Jazzy Bazz ou Fleurs Du Mal de Columbine, on peut dire que le poète en a inspiré plus d’un, et ce ne sont certainement pas les seuls, puisqu’il son oeuvre et ses thématiques sont reprises dans de nombreux sons.

Mais, au-delà d’un titre, de simples phases étroitement liées à Baudelaire on retrouve surtout deux rappeurs, qui sans forcément avoir besoin de le citer nous font ressentir une écriture semblable, ou du moins un sentiment et des thèmes quasi identiques à ceux des Fleurs du Mal.

Je parle bien entendu ici de Georgio et de Lonepsi.

 Les Fleurs du Mal 2.0

Les Fleurs du Mal est sûrement un des recueils de poèmes les plus célèbres. Il est constitué de thèmes récurrents tel que l’évocation constante du Spleen (état de dépression, de profonde angoisse existentielle), de la mort, de l’idéal, de l’amour, la drogue ou du vin… Ces différents thèmes étroitement liés entre-eux sont très présents chez Georgio et Lonepsi, d’ailleurs, on pourrait trouver une organisation très ressemblante entre celle des Fleurs du Mal et Bleu Noir, premier album de Georgio.

Des thèmes récurrents chez certains, l’exemple de Georgio:

« Les fleurs du mal ne poussent pas qu’dans les poèmes de Baudelaire » – Rose Noire (Bleu Noir)

Il n’est pas rare de voir des évocations au célèbre recueil baudelairien, ayant une tournure propre à notre époque, en effet ici l’artiste utilise le terme de « Fleurs du mal » pour évoquer l’emprise des vices – la drogue par exemple.

Mais même sans être directement évoqué on retrouve totalement le spleen qui a caractérisé l’oeuvre de Baudelaire dans Bleu Noir, où la noirceur semble être le fil conducteur.

La solitude est belle, tel un cheval au galop un soir de pleine lune

Oui, j’en suis accro… un peu comme à la thune

Bonheur artificiel, infidélités, plus que d’artifices

Tu veux pas qu’il te ramène du vice

Tu connais la chanson : « laisse pas traîner ton fils »

Les objectifs qui défilent, le sablier qui te dis : « va-t-en ! »

Une nuit, une fille, l’eau et le feu

Couchent ensemble dans des draps blancs

Des valises sous les yeux, pourtant les voyages qu’on entreprend

Ne sont que des vœux, des promesses, perdues à travers le temps – Dépression

Il suffit de prendre la moitié d’un couplet pour comprendre ; la majorité des thème du recueil de Baudelaire sont repris ici -> la beauté, les paradis artificiels, l’addiction, les vices, la fuite du temps, la figure féminine, le voyage + la phase finale, qui exprime cette idée de fatalité tragique, de fin inévitable.

Le rappeur comme le poète, voué à s’ennuyer, à l’exception des voyages et de l’amour?

Baudelaire avait sa Vénus Noire; Georgio a Héra, la déesse grecque du mariage et de la fécondité qui est en fait une allégorie de l’amour. Le rappeur l’a dit à maintes reprises : c’est sous l’impulsion d’Héra que son deuxième album est né. En effet, seules deux choses semblait pouvoir aider Baudelaire de sortir de son éternel ennui, la mer, et la femme qui l’aime. Ce qui a l’air d’être également le cas pour Georgio, puisque dans l’album « Héra » il semble être apaisé, et cela, grâce à la fille qu’il aime.

« Un jour j’ai rencontré Héra et depuis j’vous emmerde »

Il est également intéressant de noter le son « L’or de sa vapeur rouge« ; morceau totalement dédié au Vin qui était un des paradis artificiel décrit par Baudelairetout deux ont fait un parallèle avec ce plaisir artificiel; et celui de l’amour :

« Ma femme est morte, je suis libre !
Je puis donc boire tout mon soûl. » Baudelaire.

« Je souhaiterais te perdre dans le silence, si tes lèvres pouvaient mordre ma bouche
Ou bien dans l’vin tu sais, dans l’or de sa vapeur rouge. » Georgio.

Et puis tout simplement le titre qui n’est autre qu’un vers de Le poison, de Baudelaire.

« Et fait surgir plus d’un portique fabuleux
Dans l’or de sa vapeur rouge »

Pour la mer, bien que l’on retrouve le voyage très souvent dans les textes de Georgio, on aura plutôt tendance à penser à Lonepsi ici.

En effet, ses sons ont tendance à nous donner envie de juste partir, et de seulement arrêter de penser. Mais là n’est pas la seul raison, en effet, la mer semble comme pour Baudelaire, être pour Lonepsi son lieu de plénitude.

Et; il n’est certainement par rare de la voir évoqué dans ses textes…

« Géante comme la mer, incontrôlable comme l’humeur »

« J’entends les bruits des pas dans la gare comme on entend le bruit de la mer »

Et ce ne sera certainement pas contraire à Baudelaire;

« Ô mer, nul ne connaît tes richesses intimes »

« Berçant notre infini sur le fini des mers »

Une définition de la jeunesse similaire

« Ma jeunesse est un soleil traversé par des orages drôlement lumineux »

« Ma jeunesse ne fut qu’un ténébreux orage,
Traversé çà et là par de brillants soleils »

La première est de Lonepsi, la seconde de Charles Baudelaire. Impossible donc de n’y voir aucun rapprochement. L’inspiration prêté par Lonepsi à Baudelaire paraît indéniable, et leur philosophie de vie comme leur manière d’écrire présentent une certaine similitude.

De, plus, il ne semble  pas être le seul a avoir puiser son inspiration sur la jeunesse dans L’ennemi. L’évocation récurrente de Georgio au « Cimetière de sa jeunesse« , n’est pas s’en rappeler les « tombeaux » du « jardin » de Baudelaire.

On aurait encore pus tirer des dizaines de citations, mais en bref, que ce soit sur l’évocation d’un spleen émotionnel, d’une envie perpétuelle de voyage et d’évasion, du bonheur alternatif que représentent les drogues et alcool ou encore l’amour, tous paraissent cité avec énormément de similitude entre Baudelaire et nos deux rappeurs.

Nous ne pourrons terminer sans rappeler que le rap n’est que le poésie du XXIème siècle… 😉

Continuer de lire
3 Commentaires

3 Comments

  1. Avatar

    Flavie Rcr

    20 juillet 2017 à 18 h 51 min

    N’hésitez pas à nous laisser vos commentaires et observations (:

  2. Avatar

    Matias Bento Erica

    21 juillet 2017 à 0 h 58 min

    Mon dieu j’ai adoré cette acticle est je trouve très bien que vous m’étais des citations j’ai aussi bcp aimer le rapport entre l’écrivain et le rappeur. Bravo

  3. Pingback: Le spleen, déclencheur de style : de Baudelaire à Jazzy Bazz - Raplume

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Actus

Mehdi YZ repousse la fin de l’été avec « A7 »

Avatar

Publié

le

mehdi-yz-repousse-la-fin-de-l-ete-avec-A7

Sorti cette semaine, le clip A7 de Mehdi YZ prolonge la saison estivale avec ce visuel rafraîchissant.

Le hit de la fin de l’été

Mehdi YZ prend de plus en plus de place dans le Game, depuis son arrivée en 2018 avec une prestation remarquée lors du Planète Rap de Jul. L’histoire commence avec son titre Arrah, qui cumule aujourd’hui des millions de vues, promettant un avenir musical au jeune rookie.

Capable de rapper, de chanter, sur des thèmes plus ou moins sérieux, Mehdi YZ sait aussi soigner ses visuels, et les rendre accrocheurs. Après avoir été aperçu avec ZeGuerre, ou encore The S, on imagine quelques collaborations mettant encore un peu plus en lumière le jeune artiste.

« Au quartier dans le sportback, j’ai eu comme un flashback
Sur mon scooter sans plaque, j’comptais l’bénef’ dans l’bloc »

Son projet FPVS, a été bien reçu du public, et il a été défendu de fort belle manière. Place à la suite, désormais, pour le sudiste qui revient avec de nouveaux morceaux !

Dans le reste de l’actualité : « Le soleil se lèvera à l’ouest » disponible le 21 octobre

Continuer de lire

Actus

Kalash & Damso sont « Malpolis »

Avatar

Publié

le

kalash-&-damso-sont-malpolis

Après Mwaka MoonI Love YouJTC ou encore Praliné, les deux artistes francophones se retrouvent sur Malpolis.

Une connexion devenue évidente

Avec plus d’une décennie de musique dans les jambes, Kalash a toujours eu cette faculté à pouvoir se renouveler, que ce soit dans les mélodies, les flows, les thèmes abordés.

Capable de pouvoir chanter, rapper et de jongler entre plusieurs langues, le talentueux artiste aura marqué l’année 2017 avec son hit Mwaka Moon avec Damso, pulvérisant de nombreux records.

Si par la suite, le Mwaka Boss a sorti un album intitulé Diamond Rock, ce dernier n’a pas eu le même succès que son prédécesseur, malgré de nombreuses pépites !

« Je porte des œillères, fuyant le monde, évitant le regard des gens
Né dans le rouge, forcément, recherche le feu vert pour partir à temps »

Toujours aussi productif, Kalash aura lâché de nombreux titres en tous genres, que ce soit en solo, avec Mavado ou encore le hit Tu le sais avec Gazo ! Place désormais au début de la promo du projet avec Tombolo .

L’album est sorti le 29 Avril dernier, sur lequel on retrouve Gazo, Damso Hamza, Mavado, Wejdene et bien d’autres artistes, et qui risque bien de nous accompagner encore longtemps.

L’album Tombolo de Kalash est à retrouver sur toutes les plateformes de streaming ici.

Dans le reste de l’actualité : « Le soleil se lèvera à l’ouest » disponible le 21 octobre

Continuer de lire

Actus

Di-Meh se sent « Sous vide »

Avatar

Publié

le

di-meh-se-sent-sous-vide

Après son projet OV3 sorti fin juin, l’artiste suisse revient avec un nouveau titre disponible qu’en audio : Sous vide.

De retour mais jamais parti

Di-Meh, skateur puis rappeur, grandit entre le Maroc et la Suisse. Il rencontre à l’âge de 16 ans le collectif de MCs genevois, 13 Sarkastick, avec lequel il sera membre de 2011 à 2016.

Sa rencontre, en 2015, avec le rappeur parisien Népal a été déterminante dans sa carrière : de leur collaboration au sein du groupuscule musical 75ème session naît le titre FU-GEE-LA qui le place comme nouvelle figure dans la scène rap francophone.

Avec le label indépendant genevois Colors, Di-Meh sort en 2017 le très remarqué Focus vol.1 et participe à la trentaine de concerts de l’Xtrem tour, en 2017, en partageant la scène avec Makala et Slimka.

« Oh, oh, oh, les gens fonctionnent par intérêt, machine de plan pour t’enterrer
À des kilomètres, j’les ai flairé, ils ont plus de cardio à cause du sirop »

2019 sera une année déterminante pour Di-Meh : il enchaîne, deux ans après la sortie du vol.1, avec le Focus vol.2, toujours avec le label Colors, et fait une prestation très remarquée sur Skyrock dans la session légendaire de Lomepal pour Planète Rap.

Il fera, la même année, la tournée des Zéniths pour les premières parties de ce dernier, mais aussi celles des Bercy d’Orelsan. Par la suite c’est un premier album que le rappeur helvète nous a livré avec Mektoub, auquel il aura redonné un second souffle avec une réédition.

Le son Sous vide de Di-Meh est à retrouver sur toutes les plateformes de streaming ici.

Dans le reste de l’actualité : « Le soleil se lèvera à l’ouest » disponible le 21 octobre

Continuer de lire

Tendances