Nous suivre

Article

Tawsen vient compléter sa trilogie sur l’amour avec « Al Najma » – Interview

Avatar

Publié

le

Ce jeune artiste bruxellois d’origine marocaine et italienne a sorti son nouveau projet Al Najma le 22 janvier dernier. Ce troisième EP vient compléter une trilogie sur l’amour après la sortie de Al Warda et Al Mawja en 2019 et 2020. C’est à cette occasion qu’il nous a consacré un peu de son temps pour parler musique, amour et avenir.

 

RAPLUME : Dans tes sons, tu parles principalement d’amour, de rupture, de tristesse etc… Pourquoi ces sujets là t’inspirent? Est-ce que pour toi c’est plus évident d’écrire à propos de sujets tristes ?
TAWSEN : Les premiers morceaux que j’ai fait, il y a deux, trois ans, c’était sur ces sujets-là. Je pense qu’il y a une petite facilité dans l’écriture ou dans le fait de s’exprimer sur ces sujets-là mais c’était aussi un choix parce que je me suis inspiré de The Weeknd et de sa trilogie. Je me suis dis, et si je faisais une trilogie que sur l’amour : le côté positif, négatif, contradictoire… Et je pense que c’est ça la raison pour laquelle quand tu écoutes mes sons, tu dis te dis « ah c’est beaucoup ». Mais en vrai, il y a quelques morceaux dans lesquels je parle d’autres choses, de moi, du succès… Et maintenant que la trilogie est terminée, je vais pouvoir explorer d’autres thèmes aussi mais c’est clair l’amour sera toujours là moi je kiffe ça. Les plus grosses chansons de l’histoire de la musique sont des chansons d’amour, moi j’ai envie de toucher un maximum de personnes et je pense que c’est avec l’amour que j’arriverai à le faire. Mais maintenant je vais parler d’autres choses, je pense que les gens ont envie de découvrir ce qui se cache derrière ce cœur…

 

RAPLUME : La femme est souvent mise en avant dans tes morceaux, dans tes clips, dans ton univers entier finalement. Pour toi la femme elle représente quoi ? 
TAWSEN : J’ai grandi autour de femmes donc c’est très important pour moi. Chacun peut avoir un avis par rapport à la place de la femme dans le milieu musical urbain ou pop… Quand je discute avec les realisateurs, je leur dis : « Il y a mon nom, il y a ma gueule, après, mets la femme en avant, c’est elle le protagoniste, il faut que la caméra tourne autour d’elle parce que je me dis que si je peux contribuer un peu au changement de la place de la femme, je vais le faire mais c’est pas quelque chose que je prévois, pour moi c’est naturel.https://raplume.eu/article/tawsen-vient-completer-sa-trilogie-sur-lamour-avec-al-najma-interview/
RAPLUME : Tu as découvert la musique tard et ça fait seulement 4 ans que tu en fais. Pourquoi tu as eu ce déclic ? Et qu’est-ce que la musique t’apporte dans ta vie aujourd’hui ? 
TAWSEN : Grâce à la musique je peux m’acheter beaucoup de vêtements… Ahah non je rigole. Aujourd’hui j’ai l’impression que c’est une des seules choses que je fais bien. J’ai déjà pensé à arrêter à un moment, je me suis dis « ah en vérité, beaucoup trop de travail pour « rien », mais le lendemain j’étais déjà en train de faire de la musique et là tu te dis « ah ok d’accord c’est problématique »… Du coup oui ça a une grande importance et maintenant j’essaie encore de voir ça comme un hobby, je n’ai pas envie de me lancer à 100% dedans et de me prendre une grosse tarte face à la réalité. Car aujourd’hui tu as le buzz, demain tu l’a plus… Aujourd’hui tu fais une interview écrite, demain une interview vidéo… Tu montes les échelons !

 

 

RAPLUME : Les deux premiers extraits de ton 3ème EP, « Sailor Moon » et « La Météo » sont tous les deux différents. Le premier est plutôt dansant, festif alors que le deuxième est beaucoup plus mélancolique. Est-ce que tout l’EP va être à l’image de ces deux extraits ? Un mélange de fête et de tristesse ?

TAWSEN : Totalement ! Moi je kiff Stromae… Là tu te dis mais qu’est-ce qu’il raconte ? Stromae on a tous dansé sur Papaoutai, tu vois le texte comment il est, triste et pourtant tu danses dessus ! J’aime bien ce petit mélange là. Il y a deux morceaux qui sont un peu dansants mais tout le reste oui ça chiale et ça danse quoi.

 

RAPLUME : Dans quel état d’esprit étais-tu quand tu as réalisé cet EP ? Est-ce que le confinement a été bénéfique pour toi artistiquement parlant ? Et quelle a été la différence avec les deux premiers EP dans ton processus de création ? 

TAWSEN : Je venais de sortir le deuxième EP (en novembre), du coup avoir une petite pause c’était cool, après je te mens pas que moi j’avais respecté le confinement mais j’aurais peut-être pas dû parce que j’étais dans un état d’esprit très renfermé. Moi j’ai besoin de sortir. J’écris beaucoup en marchant, dehors, j’arrive pas trop à écrire quand je suis assis, je dois bouger, danser, même quand j’enregistre j’ai besoin d’espace… Donc on va dire les premiers 6 mois de l’année c’était pas ouf et une fois qu’on a été déconfinés, on en a profité directement, on a fait un petit camp, on s’est pris une villa et c’était 10 jours, 10 morceaux. Et c’est sorti naturellement parce que pendant 6 mois on a rien fait donc c’était très cool.

 

RAPLUME : Tu sors ton projet le même jour que deux autres artistes bruxellois émergeants, Frenetik et YG Pablo. Ça te fait quoi de voir cette nouvelle génération qui a un tel succès ?

TAWSEN : Je suis content,  surtout la nouvelle génération belge en plus ! C’est très cool, moi je l’attendais depuis très longtemps, quand j’ai commencé avec mon groupe, c’était environ 1 an avant l’arrivée de Damso, on écoutait déjà Hamza, il était déjà connu à Bruxelles. On a vu les Hamza, Damso, Caballero & JeanJass, Roméo Elvis, tu vois pour moi c’était eux le Top 5 des mecs puis il y a eu le succès  d’Angèle etc… Je pense, que ce soit Frenetik, YG Pablo ou moi, on a tous été inspirés par eux. On s’est tous dit maintenant on doit bosser pour y arriver, et ça nous a pris 4-5 ans. Après c’était pas du tout fait exprès mais le fait qu’on sorte tous les trois notre projet le même jour et qu’on est tous les trois bruxellois c’est un « statement », ça veut dire qu’on arrive, les français faites gaffe…

 

RAPLUME : Tu as récemment fêté les 10 millions de vues du clip de « Safe Salina ». Comment expliques-tu qu’il soit devenu ta plus belle réussite sur YouTube ?

TAWSEN : Je pense que c’est l’afrobeat. Moi j’avais découvert l’afrobeat l’été même avant de faire ce son, je me souviens c’était à une soirée spéciale « album de Burna Boy » et moi j’aime toujours tester des nouvelles choses… J’ai été voir mon beatmaker et je lui ai dis « tu sais quoi demain je viens chez toi », parce que je voyais comment les gens ils bougeaient… Et je me suis dis le mec il chante sur des chansons love exactement comme ce que je fais alors je dois tester. Le beatmaker arrive il fait le truc et en 30 minutes c’était fait. Quand tu sors du studio avec 3 prises du début à la fin sans cut, sans rien, tu te dis c’est bizarre parce qu’avec les autres morceaux j’ai jamais fait ça. Quand j’ai écouté je me suis dis ouais je pense que tout est aligné et une fois que le son est sorti, les gens le soir même c’était « Safe Salina » sur twitter. On l’a clippé, je l’ai chanté sur le plateau de Clique, 1 million de vues en 3 semaines, qu’est-ce que tu veux que je te dise, j’suis une star !

 

RAPLUME : Après le succès de « Safe Salina », tu as dévoilé 3 remix en collaboration avec des artistes marocains, nigérians et italiens. Ça te tenait à cœur d’exporter ta musique, mais aussi d’y intégrer d’autres cultures ?

TAWSEN : Moi mon but c’est d’être Mickael Jackson. C’est marrant mais je préfère le dire directement, cash. Pour moi la France c’est juste un pays comme les autres. Musicalement aujourd’hui grâce à internet tu peux toucher tout le monde. Et du coup une fois que tu fais de la musique en pensant à ça tu te dis bah c’est pas grave je le fais, je mélange, je mets ce mot là parce que la vibe, la mélodie, la prod pour moi prévaut sur la barrière de la langue. Il est vrai que je suis italien, marocain, belge donc je parle 3 langues. Pour moi c’est important d’être partout, dans mes streams je pense que je suis plus écouté au Pays-Bas qu’en France. Même en Finlande, en Allemagne, en Norvège…

RAPLUME : On te classe souvent entre raï, pop et rap. Mais toi, tu te placerais où par rapport à tout ça ?
TAWSEN : Moi ? Dans mon lit à regarder Netflix. Si je pouvais choisir, je serais dans la pop. Parce que c’est ce que je fais, de la musique populaire, qui parle à tout le monde, peu importe le style. Mais j’ai l’impression que pour faire de la pop en France faut avoir un certain profil, et quand t’as un autre profil, c’est « urbain », et s’il y a bien un terme que je déteste c’est « la pop urbaine », c’est très rabaissant. Mais moi je me suis dis « vous savez quoi vous voulez me mettre dans une case ? » Rai, Rap, Urbain… Je vais en créer une moi-même, le « néo-rai ». Je te cache pas que c’est fait exprès pour que les gens se disent on doit me mettre dans une catégorie bah mettez-moi dans la mienne. Je suis Tawsen, je fais du « néo-rai », qu’est-ce que c’est ? Je sais pas, écoutez ma musique. Mais l’idée c’est d’être nommé aux Victoire de la musique avec des Angèle et Julien doré !

 

RAPLUME : Là tu viens clore une trilogie avec ce troisième EP. C’est quoi la suite ? Un album ?

TAWSEN : Des vacances aux Bahamas ! La suite logique c’est des albums, mais là pour le moment j’ai juste envie de faire de la musique. J’ai passé 3 EP à être tout seul dans mes projets, pas de feat, je voulais une carte de visite vierge. Maintenant j’ai envie de me mélanger avec les gens ! Faire des mélanges de style etc… Pour le moment c’est ma priorité.

 

Photos : Roxane Peyronnenc

Auteur/Autrice

Continuer de lire
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actus

Luji, Georgio, Alkpote, Kofs : les projets de la semaine du 03/02/2023 – #5

Avatar

Publié

le

Un retour de longue date, une réédition, quelques projets courts… Les sorties rap sont riches et variées en ce vendredi 3 février. Raplume vous propose un tour d’horizon de ce qu’il ne faut pas rater !

Le coup de cœur : Lujipeka – Montagnes russes : Menu XL

Un an après la sortie de son premier album, Montagnes russes, Lujipeka a dévoilé une réédition avec 2 inédits, il y a quelques semaines à peine.

Si le potentiel de Lujipeka semblait déjà évident en groupe, le rennais confirme son talent en solo. La patte Columbine subsiste toujours dans sa musique, mais Luji se démarque par ses nombreuses prises de risques qui collent parfaitement à son grain de voix.

Ce Menu XL offre 10 titres inédits aux fans, dont trois featurings : So La Lune, Mayo et Guy2Bezbar.

Le merchandising de Lujipeka est à retrouver ici.

Georgio – Années Sauvages

Après son voyage à Los Angeles pour enregistrer des nouveaux morceaux, Georgio est finalement revenu avec un nouvel album entier. À travers ses derniers singles, le rappeur parisien parvient à faire retranscrire à quel point ce voyage a été inspirant. Toujours aussi fidèle à sa musique, qui évoque l’espoir et transporte, Georgio nous sort une seconde proposition après « Hôtel 5 étoiles », avec un clip particulier.

En effet, à peine certifié disque d’or pour son album Sacré, Georgio a envoyé, il y a un mois, le premier extrait de son prochain projet : Hôtel 5 étoiles.

Ce nouvel album est disponible en coffret édition limitée. Celui-ci a « la particularité d’être enfermé dans un bloc de béton qu’il faudra briser pour accéder à l’album. En hommage aux murs qu’on franchit chaque jour malgré leurs hauteurs… ».

Les places pour le Zénith de Paris de Georgio (13 mai) est à retrouver ici.

Alkpote – LSDC

Signifiant Le Spectacle Doit Continuer, LSDC donne un ton combatif à ce projet. Le rappeur du 91 dévoile ici son quinzième projet.

Ce nouveau projet contient 14 titres inédits, dont 7 featurings. Du plus évident, par la présence de Caballero & JeanJass, au plus tragique, par la présence de Luv Resval.

Le merchandising de l’album LSDC est à retrouver ici.

Kofs – Matrixé

Trois ans. C’est le temps qu’il a fallu à Kofs pour revenir sur le devant de la scène avec son nouvel album Matrixé. Fort de son changement de dimension amené par son couplet sur « Bande Organisée », Kofs revient avec un album aux inspirations multiples, en passant du piano-voix traditionnel au classique type JUL. Plein d’authenticité, l’ancien membre du collectif Click 11.43 traite de sujets variés, n’hésitant pas à s’ouvrir en parlant de sa famille, ses amis ou encore son rapport au succès et à la musique.

« Cet album, c’est mes doutes, mes envies, mon quartier, ma famille, mes amis. » – Kofs (Instagram)

Au milieu de ces 21 titres, Kofs nous offre 7 featurings aux profils variés, de JUL à Lacrim en passant par l’outro Air Bel Gang, qui rassemble sur le même titre une multitude de rappeurs issus du quartier Air Bel à Marseille.

Pour obtenir l’album Matrixé de Kofs, rendez-vous ici !

HOUDI – GRHÜNT #77

La productivité d’Houdi est impressionnante. En 2023, le rappeur masqué compte déjà deux singles «CALMITO», «EN DIDI | RAPLUME Freestyle», ainsi qu’un nouvel EP : GRHÜNT #77. Accompagné d’un clip imitant les freestyles proposés par Grünt, il nous dévoile 4 titres, formant une excellente carte de visite de l’artiste.

HOUDI fait preuve d’une palette artistique large, autant sur des sons kickés où sa technique et son sens de la phase font mouche, que sur des sons plus mélodieux comme sur « TRANQUILLEMENT » ou sur l’EP WOKA. GRHÜNT #77 c’est un concentré de punchlines pleines d’insolence et d’honnêteté sublimé par sa large diversité de flows.

Pour assister au premier concert solo de HOUDI à la FGO-Barbara (Paris), rendez-vous ici !

La découverte : Dhab King – T.O.R

Peu connu dans le paysage du rap français, Dhab King n’en n’est pas moins talentueux. Déjà auteur de plusieurs projets, dont une mixtape commune avec le producteur Sarbacane en 2021, l’artiste a l’habitude de rapper sur des prod old-school. Pour son nouveau projet, T.O.R, il s’allie d’ailleurs à deux artistes underground bien réputés : Ol Zico et Cenza, membre du L’uZine. Ce dernier livrera lui aussi prochainement un projet, tout comme son groupe.

Du côté de Dhab King, sa plume aiguisé et son style plairont à ceux qui se demandent : « Qui rappe bien en 2023 ? ». Le featuring avec Cenza, long de presque 5 minutes, et une vraie leçon de rap, à découvrir au plus vite !

Pour découvrir le projet T.O.R de Dhab King, rendez-vous ici !

Les singles de rap français sortis cette semaine

Zola ft. Tiakola – « TOUTE LA JOURNÉE »
Rim’K ft. Freeze Corleone – « Metaverse »
Captaine Roshi – « Ulyss »
Stony Stone – « Step #10 – Mystère et suspense »
SLK ft. Kerchak – « Vie de bandit »
Slkrack – « Captain America »
Sokra – « Rüdiger »
Pbl ft. Chanceko – « Avec le cœur »
TIF – « Amnesia »
Emkal – « J’la connais, Pt. 2 »
Hös Copperfield – « Franklin »
La MG – « Coco Acai »
Le Risque – « Go »
Yaro – « MBC »
Ucyll & Ryo – « GRIS VILLAGE »
Karmen – « CASCADE »
Leo SVR – « Gin ou Génépi »
rad cartier – « MAGNETO »
Thabiti – « M.A.R.S »
AnNie .Adaa – « Appartement 12 »
Lorage – « Un peu plus fort »
Chad de la Cour – « c pas grave »
Abah – « Changer »
Bunshiin – « Koopa »
Cikey – « DMD »
Elh Kmer – « Old Boy (En attendant Vivaldi) »
Mougli – « Jungle #4 »
Ol Zico – « Évidemment »

Dans le reste de l’actualité : Le soleil se lèvera à l’Ouest pour 1PLIKÉ140, Kerchak, Zamdane et les autres

Auteurs/autrices

Continuer de lire

Actus

Les news de la semaine #1 (Ninho, Aya, La Fève, Savage Toddy…)

Avatar

Publié

le

Par

,

L’actualité du rap français est dense. Chaque semaine, les infos grouillent de tous les côtés. Depuis un moment, Raplume vous propose un récapitulatif des news du jour sur son compte Instagram. En 2023, nous allons plus loin et vous proposons chaque lundi une mise à jour de ce qui s’est passé d’important dans le secteur. L’article se clôture avec la liste des nouvelles certifications délivrées par le SNEP.

Ninho détient un nouveau record dans le rap français

Depuis le début de sa carrière, Ninho est un homme à record. Il est tout simplement le rappeur français avec le plus de singles certifiés (225 environ). L’avènement du streaming lors des dernières années n’y est pas pour rien. Sur Spotify, Ninho est devenu le premier artiste francophone à avoir 10 morceaux de sa discographie qui ont dépassé les 100 millions de streams selon le média Midi/Minuit. Dans le détail, cela donne :

“La vie qu’on mène” avec 185 millions d’écoutes
“Maman ne le sait pas” feat. Niska avec 136 millions
“Goutte d’eau” avec 123 millions
“Lettre à une femme” avec 123 millions
“Elle est bonne sa mère” feat. Vegedream avec 118 millions
“Air Max” feat. Rim’K avec 112 millions
“Jefe” avec 110 millions
“Putana” avec 101 millions
“Distant” feat. Maes avec 101 millions
“6.3” feat. Naps avec 100 millions

Une sacrée performance pour NI qui n’a pas fini de marquer l’histoire du rap français.

Vestiaire Collective x Aya Nakamura, la collab la plus tendance de ce début d’année

Pour la sortie de son quatrième album, Aya s’est surpassée, que ce soit en termes de musique, de promo, de visuels, de DA ou encore de tenues… Tout a été fait pour que le public soit ébahi.

Le jour de sa release party, on a été particulièrement marqué par la collaboration de l’artiste avec Vestiaire Collective, premier site de dépôt-vente en ligne consacré au luxe et à la mode. La marque se positionne comme un maillon de l’économie circulaire et permett au consommateur d’obtenir de nouvelles pièces de créateurs sans pour autant participer au schéma de consommation classique.

Au total, 20 pièces ont été proposées par Aya Nakamura et une pièce par personne pouvait être remportée en participant à un jeu-concours. Une stratégie de communication originale, qui profite à la fois à la marque, à l’artiste et à ses fans. De Jean-Paul GaultierPaco Rabanne en passant par Vivienne Westwood, Courrèges ou encore Jacquemus, les amateurs de mode ont pu y trouver leur compte très facilement.

Ce genre d’association est encore plus intéressante lorsque l’on prend en compte le souci écologique que connaît notre génération. Si la jeune femme est influente, on remarque alors qu’elle utilise cette influence à bon escient.

On voyait déjà la star se placer en icône de la mode avec ses looks toujours plus pointus et ses collaborations de plus en plus importantes, ce croisement avec Vestiaire Collective ne fait que nous le confirmer.

La Fève dépasse le million d’auditeurs mensuels sur Spotify

La Fève vient de passer le cap du milli. L’année 2022 du rappeur fût notamment marquée par l’explosion des streams de son album ERRR sorti fin 2021.
En ce début d’année, son nom est revenu animer les réseaux sociaux à l’annonce de son featuring sur l’album de Kekra, Stratos. En compagnie du rappeur de Courbevoie, mais également d’Alpha Wann, La Fève est revenu bounce sur le titre “Ingé son”. De quoi donner un coup de boost à ses streams mensuels et lui faire ainsi passer la barre symbolique du million d’auditeurs sur la plateforme Spotify.

Savage Toddy rend un vibrant hommage à son frère, Luv Resval

Le temps n’efface pas complètement la tristesse liée à la perte d’un proche. Plusieurs mois après le décès de Luv Resval, son frère Savage Toddy tenait à lui rendre un nouvel hommage. Sur son compte Instagram, il a publié un morceau d’une minute entièrement dédié à Luv. « Je n’aurais jamais de mots, je ne saurais quoi écrire, quoi te dire… pour toi Luv. Tout s’en va sauf les souvenirs… », précise-t-il sous le post. Un extrait poignant qui participe activement à la mémoire du défunt rappeur.

Pour rappel, son premier titre posthume, “AZVNR – une minute de musique”, avait été dévoilé le 6 janvier dernier. Un square de la ville de Mennecy, dont Luv Resval était originaire, a également été renommé à son nom.

Lollapalooza : de nouveaux noms dévoilés

Alors que l’hiver semble interminable, les festivals estivaux commencent à révéler leur future programmation. La semaine dernière, Lollapalooza a décidé de lâcher une seconde vague d’artistes sur ses réseaux sociaux. De quoi faire monter la température et saliver les futurs festivaliers. Les trois jours seront ainsi animés par la présence de Niska, Damso, Doria, SDM, Lil Nas X ou encore la reine Rosalia. Attention, dimanche de folie en perspective avec la présence d’un trio All Stars composé de Kendrick Lamar, Aya Nakamura et Central Cee. Rendez-vous est donné en juillet à l’hippodrome de Longchamp.

L’info insolite : Mister You sort de prison pour un showcase

Inattendu. Actuellement incarcéré, le rappeur Mister You a obtenu une autorisation de l’administration pénitentiaire pour aller performer en showcase. Dans la soirée du 4 au 5 février prochain, le rappeur est ainsi programmé au club After Clara dans les Yvelines. Une manière de ne pas se faire oublier. Mister You, infatigable.

Les certifications de la semaine

Chaque semaine, retrouvez les certifications albums et singles, dévoilé par le SNEP (Syndicat National de l’Édition Phonographique).

Singles de diamant (50 000 000 équivalents streams) :
Damso – “Deux toiles de Mer”

Singles de platine (30 000 000 équivalents streams) :
Josman – “Dans le vide”
Ninho feat. Yaro – “44”
Benab feat. Timal – “RS3”

Singles d’or (15 000 000 équivalents streams) :
OrelSan feat. The Neptunes – “Dernier Verre”
Booba feat. SDM – “Bonne Journée”

Dans le reste de l’actualité : Nessbeal déjà de retour avec « Mourir à Casa »

Continuer de lire

Actus

Les clips de la semaine #4 (Kekra, Sadek, Mister V…)

Antoine

Publié

le

Par

,
Heuss L'Enfoiré le clip de "Chef d'Orchestre"

Dernière semaine de ce mois de janvier 2023, et celui-ci se clôture de la meilleure des manières avec encore des clips de haut niveau. On vous récapitule tous les clips de cette semaine…

Le coup de coeur : Kekra – Ingé son ft. Alpha Wann, La Fève

Alors que Kekra vient de sortir son tout nouvel album STRATOS, celui-ci envoie déjà un deuxième clip en deux semaines, cette fois-ci pour fêter la sortie de son projet sorti le jour même. En effet, le choix s’est porté sur « Ingé son », le feat tant attendu entre Kekra, Alpha Wann et La Fève. Comme à son habitude, Kekra propose encore un visuel de qualité. Réalisé par Edith, on découvre une esthétique et une colorimétrie particulière, mais aussi des plans très intéressants avec notamment cet effet visuel qui vient confondre les trois artistes dans une prise de vue à 360° (1:58). Pour écouter STRATOS de Kekra, c’est ici.

Sadek – Sport De Riche

Lui aussi a sorti son nouvel album ce vendredi. Pour marquer la sortie de « Changement de propriétaire », Sadek a choisi d’illustrer le morceau « Sport De Riche », reflet du ton et du propos engagé de son dernier projet. Réalisé par BienVu, on peut observer Sadek entrain de conseiller et d’accompagner un jeune artiste pour lui apprendre tous les codes afin de réussir dans le rap, devenu un « sport de riche », approuvé par James Patrick Masterclass. Bien que Sadek énonce tous les écueils à éviter dans ce milieu, il faut aussi entendre un message d’encouragement aux jeunes artistes qui débutent. 2 minutes 45 de rap, Sadek annonce la couleur sur ce qui semble devenir sa nouvelle ligne de conduite.

Mister V – MATCH ft. Kerchak

Mister V fait lui aussi son grand retour en ce mois de janvier. En effet, pour son premier single « MATCH », il est accompagné de Kerchak, la pépite à suivre sur cette année 2023. Evidemment, ayant invité Kerchak, Yvick s’est essayé à l’exercice de la jersey pour un morceau très entraînant. Afin d’illustrer cette collaboration, Mister V fait appel à Ronin161 pour livrer un visuel 3D avec lyrics. A l’heure où la 3D semble occuper une place de plus en plus grande dans la promotion des artistes, le visuel est si bien travaillé et rythmé que les plans et les gestes donnent l’illusion d’un clip. En effet, on peut voir les artistes au centre d’un stade de football illuminé par les flashs des spectateurs, pour un match d’anthologie.

Heuss L’Enfoiré – Chef d’Orchestre

Retour au rap pur et dur pour Heuss L’Enfoiré avec Chef d’Orchestre, nouveau single issu de son album à venir du même nom. Production boom-bap efficace de Hustler Game et couplets incisifs, le titre est une bonne piqure de rappel à tous ceux qui le résumait à ses hits de soirée. Micro d’enregistrement installé dans le hall, le clip ramène Heuss à Villeneuve-la-Garenne dans le 92. Un retour aux sources qui en dit d’avantage sur son futur projet.

Pour écouter le nouveau single de Heuss L’enfoiré, c’est ici.

Niro – C’est pas assez

Il avait frappé un grand coup avec son interprétation d’un inédit Papa fait le pitre sur la chaîne Youtube Colors. Niro en dévoile encore cette semaine avec un nouveau single C’est pas assez issu de son prochain album Taulier prévu pour le 10 février. Une démonstration technique sur une production futuriste de Stork, le tout devant la caméra et les néons verts du réalisateur Eric Camus Dulac.

 

Pour précommander l’album de Niro, c’est ici.

Les autres clips de rap francophone sortis cette semaine :

Jul – Canette dans les mains

Alonzo ft. FAYV – J’ai grandi

Hornet La Frappe – Hasni

Stavo – Esprit Kin

Moha MMZ – Libre

Monsieur Nov ft. Josman – Dernier je t’aime

Vacra – Moto

robdbloc x 808CLUB – Langage Codé

Jey Brownie x FLEM – Grizbi (Live Session)

MAPESS – FREESTYLE HASSAL #5

Lamatrix – Adrénaline

SAF – S O L O

Empty7 – Jamais assez

Arthur Qwest – Génie Gazeux

Dans le reste de l’actualité : Kekra, Sadek, VVES, Darealright : les projets de la semaine du 27/01/2023 – #4

Continuer de lire

Tendances