Nous suivre

Article

L’amour au bout du fil : Analyse de punchlines

Alvaro Mena

Publié

le

On le sait, dans le rap, jouer avec les mots est un exercice dont les rappeurs sont très friands.

Aujourd’hui, on a décidé de vous parler d’un thème particulier : l’amour. Mais plus précisément de la comparaison qui est régulièrement faite par les rappeurs entre leur téléphone, et leur cœur.

Pour ce faire, on va vous décortiquer trois phases tirées de trois morceaux différents :

I/ OBOY – Alpha

Elle voulait qu’on s’allie, postés sur la lune, on a grandi dans les flammes
Provoque l’incendie, elle m’a rappelé toute la nuit, mais mon cœur n’a plus de bat’

Premièrement, on peut noter que les deux phases qui se suivent sont construites à l’envers, autrement dit : en chiasme.

En effet, quand la première débute avec une alliance, la seconde se termine avec une évocation au cœur (symbole de deux êtres qui s’allient, qui s’aiment). Ensuite, quand la deuxième partie de la première phase parle de la lune, la seconde, elle, au même moment évoque la nuit. Enfin, quand la première phase se termine en parlant de flammes, la seconde, elle, commence en parlant d’incendie..

Ensuite, au delà de ce jeu sur les champs lexicaux arrive ce qui nous intéresse réellement : le jeu entre le cœur et le téléphone.

Dans un premier temps, on peut se dire que Oboy se contente de remplacer le téléphone par le cœur. Signifiant donc que malgré les appels de cette femme durant toute la nuit, il n’a pas répondu. Non pas car son téléphone n’avait plus de batterie, mais car son cœur n’en avait plus, car il ne l’aime plus. Et si on s’arrête là, c’est déjà formidablement bien construit. Or, la subtilité de cette phase reste la polysémie. En effet, « bat' » peut très bien se comprendre comme « batterie », mais aussi comme « battement ». Avec cette sorte de métonymie, il renforce encore plus l’idée précédente.

II/ Dinos – Helsinki

À vrai dire, j’ai eu du mal à démarrer, ce matin
Sans ton message dans lequel tu m’souhaites une bonne journée
Ni mon cœur, ni mon téléphone, je n’veux plus faire vibrer

Comment parler d’amour sans parler d’Helsinki ? Le désormais classique de l’album Imany de Dinos en a ému plus d’un. Dès le début du morceau on retrouve donc un jeu de mot avec le téléphone et le cœur de Dinos.

-enfin, comme il n’assume pas vraiment, avec le cœur de l’ex de Dinos. On fera donc comme si c’était elle qui parlait..-

Pour amener cette comparaison, elle va commencer par deux premières phases, expliquant combien c’est difficile pour elle de se réveiller, sans nouvelle de son bien-aimé. Elle nous explique donc qu’il est impossible pour elle de se lever du bon pied, de passer une bonne journée, sans que ce soit le souhait de Dinos, comme s’il contrôlait sa vie.

Vient ensuite la partie qui nous intéresse, la troisième phase, dans laquelle se trouve la fameuse comparaison. Avec une anaphore rhétorique, représentée par « ni« , elle nous explique que son cœur, ne peut vibrer sans cette notification de son bien-aimé.

C’est donc par cette métaphore hyperbolique qu’elle représente l’amour, et l’importance de Dinos dans sa vie. En effet, s’il ne lui montre pas qu’il est là, et ne lui souhaite pas une bonne journée, son téléphone ne vibre pas, mais également, et surtout, son cœur non plus. Autrement dit, sans nouvelle de Dinos, elle ne vit pas. De plus, il s’amuse de l’expression, « faire vibrer un cœur« , qui est à prendre au sens figuré, et signifie provoquer une forte émotion, et il l’utilise également dans son sens propre, à l’aide du téléphone, qui lui, vibre réellement.

III/ MZ (Jok’air) – Évadé

Mon téléphone ne répond plus
Bébé mon cœur ne répond plus

Jok’air, que l’on connaît grâce à sa manière décomplexée de parler de sexe et d’amour, se devait également d’être présent dans cet article. Si ces deux phases paraissent plus simples que les précédentes, elles n’en restent pas moins intéressantes.

On est ici sur le même principe que les phases de Dinos, mais dans le sens opposé. En effet, cette fois-ci, Jok’air, reçoit bel et bien des messages et des appels de cette fille, qu’il aimait jadis. Or, il n’y répond plus, son téléphone n’y répond plus, car son cœur ne reçoit pas les vibrations dont parlait Dinos, à la réception des notifications de cette fille.

C’est donc par ce parallélisme, qui peut paraître relativement simple à première vue, qu’il nous exprime en fait une forte émotion, une émotion qu’il ne ressent plus. Si auparavant il était enthousiaste, son cœur vibrait à la vue des appels de cette fille, aujourd’hui, son cœur ne réagit plus, car il ne ressent plus rien pour elle, et il n’y répond même plus.

 

Continuer de lire
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Actus

Mehdi YZ repousse la fin de l’été avec « A7 »

Avatar

Publié

le

mehdi-yz-repousse-la-fin-de-l-ete-avec-A7

Sorti cette semaine, le clip A7 de Mehdi YZ prolonge la saison estivale avec ce visuel rafraîchissant.

Le hit de la fin de l’été

Mehdi YZ prend de plus en plus de place dans le Game, depuis son arrivée en 2018 avec une prestation remarquée lors du Planète Rap de Jul. L’histoire commence avec son titre Arrah, qui cumule aujourd’hui des millions de vues, promettant un avenir musical au jeune rookie.

Capable de rapper, de chanter, sur des thèmes plus ou moins sérieux, Mehdi YZ sait aussi soigner ses visuels, et les rendre accrocheurs. Après avoir été aperçu avec ZeGuerre, ou encore The S, on imagine quelques collaborations mettant encore un peu plus en lumière le jeune artiste.

« Au quartier dans le sportback, j’ai eu comme un flashback
Sur mon scooter sans plaque, j’comptais l’bénef’ dans l’bloc »

Son projet FPVS, a été bien reçu du public, et il a été défendu de fort belle manière. Place à la suite, désormais, pour le sudiste qui revient avec de nouveaux morceaux !

Dans le reste de l’actualité : « Le soleil se lèvera à l’ouest » disponible le 21 octobre

Continuer de lire

Actus

Kalash & Damso sont « Malpolis »

Avatar

Publié

le

kalash-&-damso-sont-malpolis

Après Mwaka MoonI Love YouJTC ou encore Praliné, les deux artistes francophones se retrouvent sur Malpolis.

Une connexion devenue évidente

Avec plus d’une décennie de musique dans les jambes, Kalash a toujours eu cette faculté à pouvoir se renouveler, que ce soit dans les mélodies, les flows, les thèmes abordés.

Capable de pouvoir chanter, rapper et de jongler entre plusieurs langues, le talentueux artiste aura marqué l’année 2017 avec son hit Mwaka Moon avec Damso, pulvérisant de nombreux records.

Si par la suite, le Mwaka Boss a sorti un album intitulé Diamond Rock, ce dernier n’a pas eu le même succès que son prédécesseur, malgré de nombreuses pépites !

« Je porte des œillères, fuyant le monde, évitant le regard des gens
Né dans le rouge, forcément, recherche le feu vert pour partir à temps »

Toujours aussi productif, Kalash aura lâché de nombreux titres en tous genres, que ce soit en solo, avec Mavado ou encore le hit Tu le sais avec Gazo ! Place désormais au début de la promo du projet avec Tombolo .

L’album est sorti le 29 Avril dernier, sur lequel on retrouve Gazo, Damso Hamza, Mavado, Wejdene et bien d’autres artistes, et qui risque bien de nous accompagner encore longtemps.

L’album Tombolo de Kalash est à retrouver sur toutes les plateformes de streaming ici.

Dans le reste de l’actualité : « Le soleil se lèvera à l’ouest » disponible le 21 octobre

Continuer de lire

Actus

Di-Meh se sent « Sous vide »

Avatar

Publié

le

di-meh-se-sent-sous-vide

Après son projet OV3 sorti fin juin, l’artiste suisse revient avec un nouveau titre disponible qu’en audio : Sous vide.

De retour mais jamais parti

Di-Meh, skateur puis rappeur, grandit entre le Maroc et la Suisse. Il rencontre à l’âge de 16 ans le collectif de MCs genevois, 13 Sarkastick, avec lequel il sera membre de 2011 à 2016.

Sa rencontre, en 2015, avec le rappeur parisien Népal a été déterminante dans sa carrière : de leur collaboration au sein du groupuscule musical 75ème session naît le titre FU-GEE-LA qui le place comme nouvelle figure dans la scène rap francophone.

Avec le label indépendant genevois Colors, Di-Meh sort en 2017 le très remarqué Focus vol.1 et participe à la trentaine de concerts de l’Xtrem tour, en 2017, en partageant la scène avec Makala et Slimka.

« Oh, oh, oh, les gens fonctionnent par intérêt, machine de plan pour t’enterrer
À des kilomètres, j’les ai flairé, ils ont plus de cardio à cause du sirop »

2019 sera une année déterminante pour Di-Meh : il enchaîne, deux ans après la sortie du vol.1, avec le Focus vol.2, toujours avec le label Colors, et fait une prestation très remarquée sur Skyrock dans la session légendaire de Lomepal pour Planète Rap.

Il fera, la même année, la tournée des Zéniths pour les premières parties de ce dernier, mais aussi celles des Bercy d’Orelsan. Par la suite c’est un premier album que le rappeur helvète nous a livré avec Mektoub, auquel il aura redonné un second souffle avec une réédition.

Le son Sous vide de Di-Meh est à retrouver sur toutes les plateformes de streaming ici.

Dans le reste de l’actualité : « Le soleil se lèvera à l’ouest » disponible le 21 octobre

Continuer de lire

Tendances