Le Motif, de l’ombre à la lumière

Le Motif, l’artiste belge aux multiples casquettes, dévoile son premier EP solo "Première Partie" en ce vendredi 18 septembre.

De Swagga Guru à Le Motif, Olivier Lesnicki, de son vrai nom, a probablement l’une des expériences les plus riches et intéressantes derrière les rideaux de l’industrie musicale. Aujourd’hui, on tire les rideaux pour lui laisser place, sa Première Partie est sa toute première tentative de séduire le public. Mais qui est Le Motif ? Comment en est-il arrivé à son premier projet ?

L’artiste belge a souvent évoqué son rapport à la musique en interview. Depuis son enfance où même ses jouets étaient créatifs, musicaux, il a baigné dans de multiples cultures musicales qui lui ont forgé depuis très tôt une oreille fine pour se créer une folle connaissance de la musique, et un futur talent de top liner aiguisé et polyvalent. C’est peut-être la raison pour laquelle Le Motif est si cérébral, il a toujours des avis réfléchis et constructifs sur les morceaux qu'ils écoutent ou réalisent, ainsi qu'une grande ouverture d’esprit.

D'abord diplômé d'un Master en Génie civil à l'Université de Manchester, sa première expérience de réalisateur se fait avec sa sœur, Shay. Il l'a suit depuis ses débuts, jusqu’à la rencontre avec Booba et le 92i, et encore aujourd’hui sur tous ses projets. Il a aidé sa sœur à façonner sa patte musicale, son personnage, et cette expérience n’a fait que l’aider lui aussi à développer des capacités d’accompagnements et de développement d’artistes. En effet, son travail avec Shay a suscité l’intérêt de nombreux artistes. D’abord renommé Swagga Guru, il multiplie les collaborations (Siboy etc …) et fait des rencontres clés dans sa carrière avec Junior Alaprod, S2keyz, Shabz, DSK ou encore Heezy Lee (l'homme aux 7 singles diamant) avec qui il forme le collectif « Le Sommet ». Ce groupe de beatmakers/top-liners/réalisateurs constitue une véritable machine créative, avec tous les codes pour créer des hits. À l’origine des Mobali ou encore Habitué, les membres du collectif se complètent parfaitement et cela se ressent dans leur travail.

Le Motif a endossé tous les rôles : réalisateur, top liner, directeur artistique et aussi beatmaker. Cette longue expérience derrière de nombreux artistes dans l’industrie musicale francophone n’a fait que confirmer une chose chez lui : il sait faire réussir, alors pourquoi pas lui ? Le Motif s’est posé cette question il y a environ deux ans après un burn-out, une véritable suractivité qui a remis en question sa manière de travailler, et son envie de tenter une carrière en solo pour ne pas regretter par la suite.

L'envie de lancer sa carrière

Ce lancement de sa carrière en solo a donc débuté il y a environ deux ans. Pourtant, il est possible que vous ayez déjà entendu quelques sons de lui auparavant. En effet, Le Motif avait dévoilé deux titres, produit par Junior, sous le nom de « Les Motifs » il y a trois ans, intitulés : Pokémon, morceau dans lequel il ne fait qu’énumérer la liste du Pokédéx de la première génération, et #EmojiFlex qui a d’ailleurs aussi été conseillé par Dinos lors de l’une de ses interviews. Début 2018, il dévoile Ode à l’eau de vie en feat avec Junior Alaprod qui a posé un couplet, sur un clip au budget de 300€ uniquement dépensé … en alcool, pour tourner des scènes d’eux entrain de s’amuser.

Si Première Partie représente bel et bien son premier EP solo, Le Motif avait déjà sort un autre EP en collaboration avec Junior Alaprod de six titres, nommé « Pompe EP » en avril 2018. Quelques mois plus tard, il sort les clips de Ushuaïa et Silence (aussi produit par Djaresma).

En avril 2019, il apparaît dans le Planète Rap de Columbine, accompagné de Meryl, pour faire en live leur morceau « La Brume » (avec Lujipeka en plus pour cette version). Ce titre était en fait conçu pour un autre grand artiste, dont le nom n’a jamais été dévoilé. Finalement, la maquette est conservé par Meryl et Le Motif, et sortira sur le projet Jour avant caviar de Meryl. Clippé début 2020, on pourrait facilement confondre leurs couplets tellement leur voix sont similaires, les deux artistes ont su joué sur cela dans leur clip en ne focalisant pas l’attention sur celui ou celle entrain de chanter.

C’est en février dernier que Le Motif dévoile son premier single, extrait de son premier EP solo : Playlist . Un morceau sur lequel il a pu collaboré avec Tristan Salvati, lui qui voulait tant travailler avec ce dernier. C’est un grand compositeur, qui produit dans la scène pop aux côtés de Angèle, Coeur de Pirate ou encore Louane. Le Motif mise gros sur ce morceau, qu’il considère comme celui dont il est le plus fier. Le clip est un plan séquence (tourner en une seule fois) avec un gros budget et une forte organisation. Une belle top line au refrain comme Le Motif sait le faire, des couplets de rap, et même de la danse, l’artiste belge se situe à mi-chemin entre la pop et le rap, un style difficile à définir mais qui le caractérise.

Après tout cet investissement, l’attente n’est pas suffisamment au rendez-vous selon Le Motif. C’est son deuxième single qui marque un tournant dans l’approche de sa communication, puisque Le Motif va vouloir concevoir un hit en quarantaine sur YouTube ...

Comment le Motif a su relancer sa communication ? Comment créer un engouement pour la sortie de son projet ?

Le Motif : Next - Musique en streaming - À écouter sur Deezer

Le Motif veut se présenter directement à son public, mais que faire en période de confinement ? Rien est impossible pour lui, il veut donc faire un hit en quarantaine. De cette vidéo naît le morceau Next, le morceau fonctionne tellement qu’il décide de faire un clip en quarantaine. Next connaît un très bon succès, ce format de présenter son processus créatif de A à Z intéresse et plaît à son public.

Déjà aperçu dans le format "1 son en 1h" sur Booska-P, des vidéos avec le YouTubeur Maskey, ou encore une participation à Rap Jeu, Le Motif commence donc à avoir une présence sur YouTube. Avant la sortie de Playlist, il partage même un Podcast Sommetique, une discussion ouverte dans laquelle Le Motif échange avec Junior Alaprod à propos de l'industrie musical. C’est après une discussion avec Maskey que Le Motif aura sans doute en tête le concept lui permettant de connaître la plus grande exposition qu’il n’ait jamais eu. Le YouTubeur lui conseille de ne pas trop réfléchir, et c’est de cet échange qu’a germé l’idée de se lancer dans un grand défi : Faire un son par jour pendant un mois.

Déterminé même en temps de canicule, il va même jusqu'à tourner l'une de ses vidéos dans sa cuisine, avec son ordinateur ... dans son frigo, afin qu'il puisse refroidir et fonctionner correctement. Il explore tous les genre musicaux possibles : rap, pop, drill, afrobeat, variété française ... des feats avec son frère Dimitri, ses abonnés, Meryl, Marlin, son fils Ohio, un abonné tiré au sort (The Drasma), Shabz, Ysos, Junior Alaprod ou encore Maskey ... Petit à petit, les vues ont commencées à monter, Le Motif fait parler de lui, jusqu’à l’explosion au jour 16 en feat avec Heezy Lee pour l’incontournable Ma Love. La vidéo cumule environ 600.000 vues, et plus de 1 millions de vues sur notre tweet.

 

L’engouement arrive à un point tel que Le Motif apparaît en tendances des recherches sur Apple Music pendant trois jours, et entre à la 38ème position du Top 200 de Spotify en France en 24h. Il sort rapidement le clip de Ma Love au dernier jour de la série, et aussi pour fêter ses 100.000 abonnés sur sa chaîne YouTube, qui a aussi connu une augmentation fulgurante (+130k).

Il termine sa série de Un son par jour pendant 1 mois avec pas loin de cinq vidéos sorties pour ce qu’il a renommé « Le Motif Day » :

- "Un son par jour #30 (ft. Maskey) | Outfit Incroyable"

- "Un son par jour #FINALE" : avec son équipe, ils font trois sons en une moitié de journée

- "Le Motif – Ma Love (Clip Officiel) ft. Heezy Lee"

- "Le Motif Day : les coulisses de son incroyable challenge !" : Sur la chaîne de Check

- "Le Motif fait du Ragga avec le jouet de sa fille - Le Motif Day - Red Bull Studios Challenge #10" : Challenge dans lequel il fait un son … avec lui-même, sur la chaîne de Red Binks.

Finalement, Le Motif a réussi à créer cette proximité avec son public, il est fidélisé et attend impatiemment la sortie de son EP. Le Motif va à l’encontre de la formule des artistes actuels qui impose, malgré eux ou pas, une limite star/fan, laquelle Le Motif brise en proposant de suivre son processus créatif et sa personnalité au naturel. Une manière de faire qui colle parfaitement à sa personnalité dans son envie de proposer du contenu.

Sa personnalité extravagante et son côté réfléchi le rendent attachant, son public est bienveillant et complimente toujours ses réflexions aussi bien musicales que philosophiques. Il évoque souvent sa perception de la société, de la vie d’artiste et la vie en général, qui est très appréciée par ses auditeurs.

Première Partie

Après une bonne pause dans laquelle Le Motif s’est éloigné des réseaux sociaux, il revient la semaine de la sortie de son EP, chaque jour pour un épisode « Planète Motif », sur le même principe que Planète Rap : il invite des personnes qui ont contribuées à la réalisation de Première Partie.

En ce 18 septembre, on découvre donc un projet minutieux dans son approche musical, où Le Motif s’est surpassé dans la recherche de ses top lines, ses rimes, et la cohérence des sonorités utilisés. C’est un EP qui se veut très mélodieux, Playlist est un très bon choix pour annoncer la couleur en première track.

Hiver Turquoise suit, l’écriture du rappeur belge est encore une fois aiguisée, il nous remet en question et vient même se livrer sur sa vie. Le flow pris sur cette phrase : « Mon père aussi, j'ai réussi, avec le master qu'il aurait voulu avoir, qu'il n'a pas eu » rappelle les top lines utilisés dans la variété française, style qu’il a expérimenté dans son défi "1 son par jour pendant 1 mois" au jour 13 « Je n’ai plus de voix ». Le titre sonne single, et ne manquera pas de satisfaire sa communauté tant le titre propose une belle vibe. La troisième track Contagieux est aussi très intéressante, la prod rappelle les hits rap dansants qui se faisait dans les années 2010. Accompagné de l'artiste antillais Lil Low, il interprète une courte partie en créole au tout début du morceau. La basse utilisée au début, et qui revient par la suite sur le refrain, donne un côté chaloupé, endiablé, qui peut aussi bien tourner dans les clubs qu’en voiture.

Peut-être demain j’arrête propose une nouvelle fois de l’originalité, une balade joyeuse, avec un changement d’instru assez court pour revenir à l’initiale. Le morceau raconte le point de vue de Le Motif sur sa consommation d’alcool, son envie de s’amuser. Il promet toujours d’arrêter, chose qu’il ne fait jamais. Le changement d’instrumentale permet aussi le changement de point de vue, une personne extérieure (sa femme ?) qui lui reproche de ne pas tenir ses promesses.

Next vient suivre, ce titre retro/funk, ne pouvait que fonctionner et prend forcément sa place dans le projet. Toi qui décide montre à quel point Le Motif est versatile, il parvient à nous proposer un son pop, retro, sur lequel il pose de façon saccadée au refrain. C'est un morceau dans lequel il fait l'éloge de la femme, il ne lui impose aucune contrainte pour lui plaire, mais aussi pour plaire aux autres, ce qui renforce l'idée de liberté de la femme qu'il a toujours défendue. L’EP se termine sur Saisons, Le Motif montre qu’il sait faire un morceau complètement chanté. On finit sur une note très musicale avec une instrumentale progressive, où la boucle de guitare répétitive permet de laisser place au Motif pour se focaliser sur ses lyrics : un texte introspectif, mélancolique où il se « noie dans le vide de ses pensées » les plus sombres. La top line de son refrain est une nouvelle fois excellente, la routine et les problèmes ont pris place aux belles choses de la vie. Le Motif termine sur les mots « Et ça recommence », comme si la vie du studio et la routine du travail acharné allait reprendre.

Son élocution est aussi particulière, il n’articule pas toujours les mots pour supprimer les sonorités de certaines consonnes. Les thèmes sont très riches et variés, l’amour occupe une grande place tout comme son côté charnel, mais aussi l’introspection, l’egotrip, l’alcool… Finalement sur le plan des sonorités, on entend souvent des sonorités retro sur le projet (Playlist, Next, Toi qui décide). On constate une superbe instrumentalisation du projet, chose qui n’est pas étonnante puisque Le Motif s’est entouré de son équipe du Sommet et d’autres compositeurs de talent, voici leurs noms : DSK, Heezy Lee, Jo A Touch, Josh, Junior Alaprod, Massine, Redzol, S2keyz, Shabz, Tristan Salvati, Wladimir Pariente et lui-même.

Un plus dans l’imagerie du projet, puisque Le Motif sort aussi un court-métrage intitulé « Le Motif - Première Partie - Le film ». Produit par Pastel Studio et arrangé par Redzol, nous sommes plongés dans un magnifique univers en 3D, où l’on suit Le Motif à la quête du bonheur :

« Il s’agit d’un film retraçant ma quête du bonheur, personnifiée par la déesse du bonheur Egyptienne Mâat, entièrement réalisé dans un garage avec Adrien (mon manager), Rindra (son pote) et moi ».

Conclusion

Le Motif nous a dévoilé un projet à la hauteur des attentes : des beaux textes, des top lines de haut niveau et une instrumentalisation travaillée. Il a su capter l’attention du début à la fin, sa créativité est débordante tant l’originalité est présente. C’est un homme avec beaucoup de talent, motivé et grand travailleur. La suite de sa carrière ne peut qu’être encore plus belle. La rampe de lancement a été construite, sa carrière a pris son envol.

On lui souhaite de passer de la Première Partie … à la tête d’affiche.

 

Première Partie, le premier EP solo du Motif est disponible sur toutes les plateformes de streaming en cliquant ici

Plus d'articles
Rencontre avec Hatik