Nous suivre

Article

Ma vie est un film II, infiniment grand

Antoine

Publié

le

1 an et demi après un EP de 8 titres « Ma version des faits » , le rappeur niçois Infinit’ signe son entrée dans la nouvelle décennie avec « Ma vie est un film II » , suite du premier volet sorti en 2013.

Préalablement à l’écoute du projet, la cover signée Raegular représente l’artiste seul au fond d’une salle de cinéma. Au delà du parallèle avec le premier opus, le rappeur n’a cessé d’imbiber ses projets de références cinématographiques. NSMLM sorti en 2017 en est d’ailleurs le parfait exemple, le nom faisant référence à la scène de l’arrivée du maire dans la cité des protagonistes du film La Haine, la cover quant à elle reprenant les traits de l’affiche de ce dernier.

Le parallèle avec le 7ème art s’établit aussi de par ses lyrics : « Ma vie est un film de Quentin Tarantino » , « J’viens clore le débat comme dans l’Ultime souper » ou encore « J’les fouette avec une antenne : Jackie Chan dans le Bronx » .

Côté featuring, le sudiste s’est entouré d’un casting familier. S’invite ainsi l’équipe type Don Dada Records composée de Alpha Wann et KSA, le label D’en bas fondation avec Barry et Veust, Gros Mo’, la chanteuse Yeshe et le désormais discret Deen Burbigo.

J’écris comme Guy de Maupassant, il me faut d’l’argent

A l’image d’un long-métrage, l’écoute suit un scénario d’ascension, l’album s’ouvrant sur D’en bas en référence à son label de coeur pour se clore par Infiniment. C’est dans le morceau introductif que le rappeur place une référence à un auteur du XIXème : « Personne négocie les prix de nos marchands, j’écris comme Guy de Maupassant, il me faut d’l’argent« . Si une première écoute laisse présager un simple effet de style, la comparaison est en réalité bien amenée. Considéré comme l’un des représentants du courant littéraire naturaliste, l’écrivain dépeint la réalité telle qu’elle est et non telle qu’elle devrait être. La référence prend donc sens lorsqu’on s’intéresse à certains textes du rappeur à l’image de Djibril sur son EP Ma version des faits sorti en 2018, titre dans lequel Infinit’ relate la vie de voyou d’un jeune issu d’une famille de gangsters.

Parti d’en bas et s’élevant par le biais de projets successifs, Infinit’ délivre avec Ma vie est un film II une véritable leçon de style et accessoirement l’album le plus abouti de sa carrière.

Si MVEUF premier du nom accordait une place majeure aux ambiances trap, Infinit’ explore ici de nouvelles ambiances avec un usage réussi de l’auto-tune, le morceau Programme en étant la meilleure démonstration. Lancé en tant que single, le titre sort brillamment Infinit’ de sa zone de confort. Brisant les codes classiques du rappeur, la production est assurée par JayJay et Selman, la guitare jouée par ce dernier donnant toute sa saveur au morceau, à l’image du riff’ acoustique présent sur Alunissons de Nekfeu qu’il a aussi produit.

Le projet inclut aussi la version longue du son G-Funk réalisé pour le Kezah Challenge, à pull-up en priorité cet été en roulant vers le sud, le soleil à son zénith et le toit ouvert. Ego-trip incroyablement imagé, le morceau respire l’aisance financière, le strip-club et le garage rempli de grosses cylindrées : « La bouteille à ma table fait la taille d’un enfant de quatre ans » , « J’dois prendre des cours de tir entre deux cours de thaï et pour savoir qui t’couvre de balles, on joue à courte-paille, pendant qu’le tailleur prend nos tours de taille« .

Infinit’ invite aussi ses collègues de longue date Barry et Veust sur J’y vais, 135 BPM de pure démonstration technique démontrant sa volonté de tout le faire.

La figure féminine est aussi récurrente pendant l’écoute. Pensées retranscrit un dialogue onirique entre le rappeur et la chanteuse Yeshe, interprétant deux protagonistes franchissant l’interdit, ne pouvant s’empêcher de se revoir au détriment de leur couple respectif.

Le featuring avec son co-équipier Alpha Wann sur Cigarette 2 haine constitue quant à lui un des moments les plus marquants du projet. Produit par JayJay et Lamaonthebeat, les deux rappeurs découpent une instrumentale aussi minimaliste que futuriste, à l’opposé de l’ambiance West Coast de Cigarette de joie sorti en 2013, le duo affirmant sa capacité d’adaptation qu’importe le style : « c’est dans le présent que nous flexons, déjà dans le passé nous flexames » .

Infiniment en guise de scène finale, le rappeur survole Nice et son passé. Titre introspectif, Infinit’ dresse un bilan de sa vie d’homme et d’artiste avec une intonation ne laissant transparaitre ni nostalgie ni regret : « J’vis un nouveau printemps et j’subis encore les conséquences des choix que j’ai fait y’a 15 ans » .

Parti d’en bas et s’élevant par le biais de projets successifs, Infinit’ délivre avec Ma vie est un film II une véritable leçon de style et accessoirement l’album le plus abouti de sa carrière. Proposant de nouvelles sonorités, le rappeur réussit à se renouveler sans trahir son identité ni amoindrir sa plume.

Ma vie est un film II est disponible sur toutes les plateformes de streaming.

Continuer de lire
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Actus

Tovaritch mettra le « Mode Avion » cet été

Antoine

Publié

le

Par

Tovaritch dévoile un morceau inédit Mode Avion pour bien entamer l’été.

Le rappeur franco-russe révélait son troisième projet Mikhailov en février dernier. Connu pour l’énergie débordante de son rap, Tovaritch propose aujourd’hui un morceau beaucoup plus club avec une rythmique reggaeton et quelques notes de guitare ensoleillées. A la production, on retrouve le beatmaker AKS, également sur la majorité des titres de la dernière mixtape du rappeur mais aussi derrière certains morceaux d’1PLIKE140 et Wejdene.

Même quand on s’aime, parfois on agit comme des étrangers

Réalisé par Paul Maillot, le clip accompagnant le single reste fidèle au texte, Tovaritch passant ses vacances dans une villa de campagne, lunettes de soleil et coupe de champagne à la main.

Mode Avion de Tovaritch est disponible sur toutes les plateformes de streaming.

Dans le reste de l’actualité : Jazzy Bazz illustre l’érosion de l’amour dans « Sablier »

Continuer de lire

Actus

Jazzy Bazz illustre l’érosion de l’amour dans « Sablier »

Antoine

Publié

le

Par

Jazzy Bazz dévoile le clip de Sablier, extrait de son nouvel album Memoria.

Album incontournable de ce début d’année, Memoria est le troisième du rappeur parisien. Riche de par ses productions et ses featurings, le projet opère un retour aux fondamentaux avec une place importante accordée aux morceaux rappés tout en poussant l’expérimentation sur d’autres. Après le clip du morceau Element 115 featuring Nekfeu, Jazzy Bazz décide d’honorer le titre Sablier avec un visuel dévoilé aujourd’hui.

J’ai autant besoin d’être avec toi que j’ai besoin d’être seul

Si Sablier est un des sons les plus chantés de l’album, son texte pose un contexte beaucoup plus triste, le membre de L’Entourage abordant la thématique des effets négatifs du temps sur une relation amoureuse. Cette vision fataliste est bien représentée par le sablier et son sable qui s’écoule inévitablement. Tourné de nuit, le clip réalisé par Dijor Smith met en scène Jazzy Bazz sur ce qui semble être une plage, la lune au loin faisant ressurgir les images de sa relation passée. Une belle direction artistique fidèle à l’esthétique du projet.

Memoria de Jazzy Bazz est disponible sur toutes les plateformes de streaming.

Dans le reste de l’actualité : Le S-Crew profite en Grèce dans « Encore »

Continuer de lire

Actus

Le S-Crew profite en Grèce dans « Encore »

Antoine

Publié

le

Par

Le groupe parisien S-Crew dévoile un nouveau clip issu de son nouvel album SZR2001.

Retour réussi pour le collectif formé en 2001 : 30 000 précommandes en 30 minutes seulement et plus de 60 000 ventes en première semaine, lui offrant le disque d’or en seulement 7 jours d’exploitation. Après un premier clip 22 percutant, le S-Crew se dote d’un nouveau visuel avec Encore.

J’ai pris le temps d’parler seul avec moi-même, la vérité ne m’a pas plu

Tourné en Grèce, le clip fait ressortir toute l’atmosphère estivale du morceau, sorti quelques jours avant le début de l’été. Dans la même veine que le titre Félins présent sur le précédent opus Destins Liés, Encore est un son introspectif dans lequel les membres du groupe ressassent leur passé et reviennent sur leurs désillusions. Produit par Hugz Hefner, le morceau dénote avec le reste de l’album, plus sombre que l’ambiance voulu sur celui-ci.

Si aucune set-list de festival ne fait pour l’instant figurer le nom du groupe, il ne serait cependant pas improbable de voir les rappeurs défendre leur nouveau projet sur scène, qui plus est après ces dernières années de fermeture. L’activité du S-Crew pourrait même laisser envisager le retour proche d’un de leur membre, Nekfeu, dont le dernier album remonte à 2019.

Dans le reste de l’actualité : Keroué pose un texte brulant à « 3h59 »

Continuer de lire

Tendances