Nous suivre

Article

Ma vie est un film II, infiniment grand

Antoine

Publié

le

1 an et demi après un EP de 8 titres « Ma version des faits » , le rappeur niçois Infinit’ signe son entrée dans la nouvelle décennie avec « Ma vie est un film II » , suite du premier volet sorti en 2013.

Préalablement à l’écoute du projet, la cover signée Raegular représente l’artiste seul au fond d’une salle de cinéma. Au delà du parallèle avec le premier opus, le rappeur n’a cessé d’imbiber ses projets de références cinématographiques. NSMLM sorti en 2017 en est d’ailleurs le parfait exemple, le nom faisant référence à la scène de l’arrivée du maire dans la cité des protagonistes du film La Haine, la cover quant à elle reprenant les traits de l’affiche de ce dernier.

Le parallèle avec le 7ème art s’établit aussi de par ses lyrics : « Ma vie est un film de Quentin Tarantino » , « J’viens clore le débat comme dans l’Ultime souper » ou encore « J’les fouette avec une antenne : Jackie Chan dans le Bronx » .

Côté featuring, le sudiste s’est entouré d’un casting familier. S’invite ainsi l’équipe type Don Dada Records composée de Alpha Wann et KSA, le label D’en bas fondation avec Barry et Veust, Gros Mo’, la chanteuse Yeshe et le désormais discret Deen Burbigo.

J’écris comme Guy de Maupassant, il me faut d’l’argent

A l’image d’un long-métrage, l’écoute suit un scénario d’ascension, l’album s’ouvrant sur D’en bas en référence à son label de coeur pour se clore par Infiniment. C’est dans le morceau introductif que le rappeur place une référence à un auteur du XIXème : « Personne négocie les prix de nos marchands, j’écris comme Guy de Maupassant, il me faut d’l’argent« . Si une première écoute laisse présager un simple effet de style, la comparaison est en réalité bien amenée. Considéré comme l’un des représentants du courant littéraire naturaliste, l’écrivain dépeint la réalité telle qu’elle est et non telle qu’elle devrait être. La référence prend donc sens lorsqu’on s’intéresse à certains textes du rappeur à l’image de Djibril sur son EP Ma version des faits sorti en 2018, titre dans lequel Infinit’ relate la vie de voyou d’un jeune issu d’une famille de gangsters.

Parti d’en bas et s’élevant par le biais de projets successifs, Infinit’ délivre avec Ma vie est un film II une véritable leçon de style et accessoirement l’album le plus abouti de sa carrière.

Si MVEUF premier du nom accordait une place majeure aux ambiances trap, Infinit’ explore ici de nouvelles ambiances avec un usage réussi de l’auto-tune, le morceau Programme en étant la meilleure démonstration. Lancé en tant que single, le titre sort brillamment Infinit’ de sa zone de confort. Brisant les codes classiques du rappeur, la production est assurée par JayJay et Selman, la guitare jouée par ce dernier donnant toute sa saveur au morceau, à l’image du riff’ acoustique présent sur Alunissons de Nekfeu qu’il a aussi produit.

Le projet inclut aussi la version longue du son G-Funk réalisé pour le Kezah Challenge, à pull-up en priorité cet été en roulant vers le sud, le soleil à son zénith et le toit ouvert. Ego-trip incroyablement imagé, le morceau respire l’aisance financière, le strip-club et le garage rempli de grosses cylindrées : « La bouteille à ma table fait la taille d’un enfant de quatre ans » , « J’dois prendre des cours de tir entre deux cours de thaï et pour savoir qui t’couvre de balles, on joue à courte-paille, pendant qu’le tailleur prend nos tours de taille« .

Infinit’ invite aussi ses collègues de longue date Barry et Veust sur J’y vais, 135 BPM de pure démonstration technique démontrant sa volonté de tout le faire.

La figure féminine est aussi récurrente pendant l’écoute. Pensées retranscrit un dialogue onirique entre le rappeur et la chanteuse Yeshe, interprétant deux protagonistes franchissant l’interdit, ne pouvant s’empêcher de se revoir au détriment de leur couple respectif.

Le featuring avec son co-équipier Alpha Wann sur Cigarette 2 haine constitue quant à lui un des moments les plus marquants du projet. Produit par JayJay et Lamaonthebeat, les deux rappeurs découpent une instrumentale aussi minimaliste que futuriste, à l’opposé de l’ambiance West Coast de Cigarette de joie sorti en 2013, le duo affirmant sa capacité d’adaptation qu’importe le style : « c’est dans le présent que nous flexons, déjà dans le passé nous flexames » .

Infiniment en guise de scène finale, le rappeur survole Nice et son passé. Titre introspectif, Infinit’ dresse un bilan de sa vie d’homme et d’artiste avec une intonation ne laissant transparaitre ni nostalgie ni regret : « J’vis un nouveau printemps et j’subis encore les conséquences des choix que j’ai fait y’a 15 ans » .

Parti d’en bas et s’élevant par le biais de projets successifs, Infinit’ délivre avec Ma vie est un film II une véritable leçon de style et accessoirement l’album le plus abouti de sa carrière. Proposant de nouvelles sonorités, le rappeur réussit à se renouveler sans trahir son identité ni amoindrir sa plume.

Ma vie est un film II est disponible sur toutes les plateformes de streaming.

Continuer de lire
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actus

Jazzy Bazz délivre un freestyle avant la sortie de MEMORIA

Antoine

Publié

le

Par

Quelques jours avant la sortie de son prochain album MEMORIA, Jazzy Bazz délivre un freestyle de haute volée en guise d’amuse-bouche.

Rituel du rappeur du 19ème, la sortie d’un freestyle avant celle d’un projet ne déçoit jamais, à l’image de celui d’aujourd’hui. Le clip accompagnant le morceau, réalisé par Lomi, embarque l’artiste dans le Paris nocturne qu’il affectionne tant, et place même un plan furtif de son freestyle classique 64 Mesures de Spleen sorti en 2012.

2022, je veux être l’Homme de l’année, envoyer du son comme personne ne l’a fait

Intitulé en référence à l’année de naissance de son auteur, le freestyle alterne entre égo-trip et mélancolie, sur la production du morceau January 28th de l’américain J. Cole, issu de son album 2014 Forest Hills Drive. « J’suis au sommet d’mon art, en pleine maîtrise, des phases hyper précises, les effets proposés sont rares » . Un freestyle sur une instrumentale intemporelle, et un Jazzy Bazz vraisemblablement au sommet de son art.

Jazzy Bazz sera également en tournée dans toute la France pour le MEMORIA Tour.

L’album MEMORIA de Jazzy Bazz est disponible en précommande en cliquant ici.

Dans le reste de l’actualité : TUNNEL, l’exposition du photographe Fifou du 21 au 23 janvier

Continuer de lire

Actus

TUNNEL, l’exposition du photographe Fifou du 21 au 23 janvier

Antoine

Publié

le

Par

Le photographe Fifou présente cette semaine son exposition parisienne TUNNEL, aux côtés de Ciesay, co-fondateur de la marque PLACES+FACES.

Que vous soyez néophytes ou auditeurs avisés, vous avez très certainement pu observer l’une des photographies de Fifou sans forcément savoir qu’il en était l’auteur. SCH, Luidji, Dinos, Kaaris, Jul, PNL… Lister tous les artistes pour lesquels le photographe a travaillé serait bien trop long pour un article se voulant synthétique. Derrière la plupart des pochettes d’albums rap les plus vendus de ces dernières années, Fifou collabore aujourd’hui avec Ciesay, photographe britannique et co-fondateur de la marque Places+Faces, à l’occasion d’une exposition qui se tiendra à Paris du 21 au 23 janvier prochain.

Intitulé TUNNEL, l’évènement éphémère se déroulera au bar artistique Maddalena, et vous pourrez y retrouver une partie de son travail exposé, ainsi que celui du photographe Ciesay, qui a notamment shooté pour Drake, Kanye West, Travis Scott ou encore A$AP Rocky. Rien que ça… L’occasion donc de rendre hommage à la culture hip-hop, et de faire le pont entre les inspirations respectives des deux photographes.

Retrouvez l’exposition TUNNEL de Fifou le 21, 22 et 23 janvier de 10h à 19h, au 7 rue Portefoin – 75003 Paris.

Dans le reste de l’actualité : Ashh est de retour avec OPIUM

Continuer de lire

Actus

Nessbeal et ZKR : Le retour du roi avec « Le Dem »

Lucas Ivanez

Publié

le

« N.E.2.S is back khey, sortez les brancards »

Plus de 10 ans. Ça faisait plus de 10 ans que Nessbeal n’avait pas publié de titre. On peut donc le dire : Le roi sans couronne est de retour.

Jeudi 13 janvier. Je me balade sur YouTube, à la recherche de nouvelles pépites à écouter quand je vois une vidéo plus que surprenante : Nessbeal feat ZKR – Le dem. 

En effet, Ne2s a su se faire discret ces dernières années : Très peu présent sur les réseaux sociaux, il était difficile de suivre son actualité. Musicalement, c’était la même chose. Pas de projet publié depuis Sélection Naturelle en 2011 et après être apparu en featuring sur différents projets jusqu’en 2015, il disparait totalement des radars du rap français avant de revenir sur le morceau d’un certain rappeur marseillais : Jul. Rien que ça.

Signé chez Morning glory music, il sort donc de l’ombre et dévoile un Banger en featuring avec un autre technicien du même label, ZKR.

Du sang, des larmes, sur Dicidens j’faisais mes premiers larcins

Cette punchline du rappeur des briques rouges montre tout particulièrement l’impact que Nessbeal a eu pour les jeunes de cette génération. Bien qu’étant considéré (à juste titre) comme un « roi sans couronne » de par le fait qu’il n’ait jamais eu de réel succès commercial, Ne2s a bel et bien rencontré un succès d’estime chez tous les auditeurs du rap français de la fin des années 90 à 2011. Il était écouté dans toutes les banlieues. ZKR fais partie de cette génération qui a grandi avec Nessbeal, et donc avec Dicidens, le groupe qu’il formait avec Zesau. Du sang et des larmes faisant aussi référence à l’un des plus gros morceaux de ce groupe, en featuring avec Booba.

Le rappeur originaire du 92 découpe, plaçant des punchlines frappantes tout en gardant une voix posée, comme à son habitude. La connexion avec ZKR est plus que validée et le clip réalisé par Thibault Cadentem vaut le coup d’oeil. DJ Bellek, créateur du label Morning Glory Music a même annoncé l’année dernière qu’Ne2s dévoilerait un album dans l’année. Bien que ce ne soit pas arrivé en 2021, la sortie de ce single est sans doute annonciateur de ce projet, qui se profile déjà comme l’un des plus attendus de l’année. On vous invite donc à streamer « Le dem » et à donner à Nessbeal cette couronne qu’il mérite depuis tant d’années.

Dans le reste de l’actualité : Cinco prend du « Level » dans son nouveau clip

Continuer de lire

Tendances