Nous suivre

Article

“Mode difficile” de Jewel Usain : Un point de sauvegarde attendu 

Avatar

Publié

le

Trois ans après son dernier projet “Prequel 99”, Jewel Usain a dévoilé une dizaine de titres ce vendredi. Souvent passé inaperçu aux yeux de certains, ce projet semble être l’occasion parfaite pour rencontrer l’univers du rappeur originaire d’Argenteuil. 

@Kalougram

Le Rap De Jewel Usain : C'est Conter Des Histoires Vraies | "Mode Difficile" (Interview) | Sounds So BeautifulPlus qu’un aperçu, la cover donne le ton du projet. Si le “Mode difficile” annonce les épreuves se confrontant à lui, elle permet également d’introduire le personnage féminin qui sera un élément récurrent du projet, notamment dans l’évolution de Jewel. La jungle présentée ne semble pas menaçante, la police utilisée pour le titre nous rapproche davantage d’un jeu d’arcade. Cet élément nous donne deux indices. Le premier concerne l’imagerie avec lequel la génération du rappeur a grandi concernant les jeux vidéo notamment. Le second correspond au ton recherché de Jewel. Si celui-ci est amené à parler de cette quête aux allures de travaux d’Hercule, il le fera sous un angle décalé, jamais bien loin de la question du double. Nous pouvons imaginer Jewel utilisant son propre personnage au travers des différentes épreuves. 

 

Ainsi, ce regard lucide et acerbe de l’introduction serait celui d’un trentenaire mettant son jeu en pause pour se regarder dans le miroir et se dire : “T’es qu’une merde”. Sur une production marquée par un clavier très synthétique, le rappeur arrive de manière nonchalante à coups d’onomatopées.

L’idée est d’attirer notre regard sur les paroles. Il décrit un mode de vie lancinant, peu animé par des principes mais capable de les remarquer chez les autres. Jewel ne digère pas ce mépris banalisé. S’il semble comprendre un problème, il sait qu’il en fera partie s’il n’apporte pas de solutions : 

“Tout l’monde t’a dit de faire des choix de carrière 

Mais personne t’a dit qu’il fallait pas se gourrer” 

Au-delà de son histoire personnelle, cette entrée en matière peut toucher tout le monde par le thème universel qu’est le quotidien, toujours abordé sous un angle industriel. S’en suit le morceau éponyme du projet, “Mode Difficile”. Si le constat initial était universel, Jewel Usain commence à distiller des éléments personnels l’ayant amené à ce discours : 

“J’entends souvent dire que la vie est courte, 

Mais la vie est longue quand on fait pas ce qu’on veut […] 

Parce que je sais qu’un jour j’en aurais marre que ce soit les autres qui décident” 

Bien qu’il soit frustré, il n’est pas plus heureux d’apprendre son licenciement par téléphone dans la foulée sans raisons apparentes. Quand l’absurde frôle le cartoon. Le jeu continue, mais avec un handicap, ici marqué par un changement d’instrumental : 

“Personne nourrit sa mif avec des doutes”  

D’un constat naissent des solutions. Il lui semble logique d’engranger de l’expérience si l’on veut passer au niveau supérieur, surtout si l’on vise “Le double”. C’est d’ailleurs cette raison qui le motive à se lever chaque matin. Le gimmick utilisé, qui n’est autre que le titre du morceau, a des allures de première victoire, une satisfaction d’atteindre le premier point de sauvegarde. C’est pourquoi l’idée de sacrifice arrive dans le morceau “Mavado”. Pourtant, ce sacrifice lui procède une nouvelle sensation, celle du malaise en arrivant dans une nouvelle meute : 

“C’est que des chiens, frère 

Ils sont bons qu’à s’auto-lécher” 

Présent depuis une dizaine d’années sur la scène francophone, le rappeur sait que plus l’on avance dans le jeu, plus les niveaux sont longs à passer. Le projet ouvre un nouvel arc avec “Nzt48”, introduisant le personnage féminin de la pochette. Le sacrifice que demande ce niveau de vie est maintenant abordé sous l’angle de la rencontre. 

©M.Manoir

Il est intéressant de voir le doute que le morceau contient, notamment sur la déshumanisation que ce schéma de vie peut entraîner, alors confronté à l’émotion la plus universelle. En duo avec Usky, “T’avais des rêves” est la seule collaboration du projet. Bien qu’ils aient des univers différents, les deux artistes se retrouvent sur un storytelling déclinant le passif de l’héroïne de la cover. Celle-ci semble confrontée au même choix que son conjoint durant l’introduction : 

“Ton dealer viendra plus tard te prêter main forte 

Quand il faudra te vendre du rêve pour tout oublier” 

Etant proche de cette personne, l’identification du rappeur est directe, ce morceau apparaît comme une description d’un autre devant le miroir. Est-ce qu’il s’agit du même miroir que pour « T’es qu’une merde” ? Certainement, mais est-ce que les mots ont le même impact après plusieurs points de sauvegarde ? Pas sûr quand on adopte la “mentalité Sun Ken Rock, Kitano Ken”Toujours à son aise pour les exercices de découpage, le point de vue acerbe n’est pas oublié : 

“On te dira que « pour recevoir faut commencer par donner »

Mais c’est bizarre personne ne m’a jamais donné d’combinaisons” 

Ce morceau pourrait être une ode à l’indépendance mais il serait dommage de le réduire à cette idée. Les questionnements perpétuels ne sont pas résolus par des solutions miracles mais par des pistes de réflexions aussi universelles que leurs questions. Le rapport aux autres est marqué par une forte distance. Néanmoins, les autres ne lui sont pas méprisables, ils sont juste individualistes. Ce titre se nuance avec Paw Patrol, démontrant la multitude de références présentes chez Jewel, aussi déroutante soit-elle. Cette série d’animation canadienne passant l’émission Tfou sur TF1 se retrouve cité au milieu d’un découpage métrique en règle : 

“On a des rêves dans certains placards 

Dieu m’entend p’t-être mais y a trop de vacarme 

Mon train de vie fait plus de bruit que l’renoi qui prêche sur le quai de la gare”

Le projet tire son originalité de son côté universel, aussi paradoxal soit-il. Plus qu’un personnage pouvant surprendre au travers d’une référence, les différents personnages que côtoient Jewel dans son jeu s’apparentent à des miroirs. Ici, la personne décrit semble être proche d’une folie qui est une autre réponse à l’introduction, décrivant un quotidien aux allures d’étaux. Bien que le rappeur ait trouvé son chemin, il n’y a pas de mépris pour celui qui se cherche encore. 

Rien n’étant jamais acquis chez le rappeur, le morceau “Malcolm & Marie” arrive comme une cinétique laissant les yeux du joueur plonger dans le vide devant de tels enjeux. Faisant référence au film Netflix sorti le 5 février dernier sur la plateforme, le parallèle évident est de penser que Jewel s’identifie à la figure Malcolm, par une détresse sentimentale ressentie au milieu d’un succès professionnel annoncé. Ainsi, en commençant avec une blague anodine, Jewel tire le fil rouge d’une relation déjà condamnée. 

Le fait d’avoir le titre du film dans le titre du morceau permet à l’auditeur de tout de suite rentré dans le vif du sujet en cernant l’ambiance. C’est un procédé déjà utilisées à maintes reprises par le rappeur au cours de ces dernières années, que ce soit pour des œuvres culte comme « Will Hunting » ou encore « Fight Club ». Retrouver cet aspect storyteller de l’artiste dans ce projet est une démarche forte puisqu’il n’inscrit pas cet EP ni dans une continuité ni dans une rupture, mais dans une évolution. D’une certaine façon, ce morceau permet de dire que la jungle, celle affichée sur la cover, a encore ses allures sauvages comme si l’auditeur n’avait pas encore exploré l’univers du rappeur. Au bout d’un monde caché se trouve ce storytelling. 

Pourtant, la fin du projet n’annonce pas une quête accomplie. Certes, Jewel a moins de questions, mais il ne peut toujours pas certifier ses réponses. “En plein océan” marque une évolution forte dans la carrière du rappeur. D’un côté par la référence à son morceau « L’Etoile et l’Araignée » :  

“Et c’est pour ça qu’j’parlais d’araignée, on capture les étoiles dans nos liens” 

L’équilibre du format permet de ramener les anciens d’auditeurs en allant rencontrer d’autres. Cela passe des refrains chantés sur la fin du projet, accentuée par un solo de guitare électrique pour conclure. Ce passage, à l’allure de générique de fin de jeu, rappelle que l’important n’est pas le boss final mais le temps de jeu. 

 

Jewel Usain dévoile une formule maîtrisée, permettant à un public large de le découvrir au travers d’une sortie remarquée. Sans ambition de concept, ce projet traduit une évolution de vie et musicale, permettant à chacun de croire en un monde caché alors qu’il semblait inatteignable en introduction.

Auteur/Autrice

Continuer de lire
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actus

Les clips de la semaine #3 (Ziak, Kekra, Niska…)

Lucas

Publié

le

Par

,

Pour cette troisième semaine du mois de janvier 2023, on a eu droit à de très beaux visuels. Nous vous récapitulons tous les clips de le semaine…

Le coup de coeur : Ziak – Même pas un grincement

Alors qu’il se produisait sur la scène du Zénith de Paris, Ziak a annoncé son nouvel album « CHROME » pour le 24 février, en direct et en projetant en avant-première le clip de son premier single « Même pas un grincement ».  Et quel retour, au-delà de la qualité du morceau avec un refrain très entraînant, on peut sentir que Ziak tente de se renouveler progressivement dans ses placements et son utilisation de l’autotune.

Réalisé par BLEU DESERT, le clip reprend les codes de l’esthétique du clip de « Akimbo » avec des plans fixes, des objets découpés, et encore ces câbles reliés à Ziak. Le clip nous plonge dans un décor industriel, avec des ouvriers au service du rappeur. Aussi, on constate qu’il a souhaité ajouter une touche de sensibilité au milieu de toute la noirceur et la profondeur de sa musique, avec l’apparition d’une femme enceinte quand le morceau vire sur son piano très mélancolique. Elle aussi est coupée en deux et composée d’éléments mécanique, tout comme Ziak que l’on découvre comme robotisé sur la fin. De quoi promettre de belles choses pour la suite…

Kekra – Nuit et jour

Après avoir fait son retour avec « Iverson », Kekra enchaîne avec un deuxième single intitulé « Nuit et jour ». D’ailleurs, on sait à quel point Kekra accorde une grande importance à ses clips, il s’agit sans doute de l’un des artistes qui livrent les meilleurs visuels sur la scène rap francophone. En témoigne son dernier clip réalisé par Charles Nardin, puisqu’il explore toutes les possibilités qu’offrent YouTube en proposant un clip en 360° du point de vue d’un astronaute en atterrissage.

Plus qu’un clip, une véritable expérience immersive pour plonger dans l’univers de son clip qui se prête parfaitement à l’ambiance spatiale et atmosphérique du morceau. Kekra en a profité pour dévoiler un à un les titres qui composent la tracklist de son nouvel album STRATOS. De plus, il a glissé quelques indices sur les invités de ce projet, avec notamment l’indication « 140 BPM » sur sa montre (Hamza), l’inscription « Don Dada » sur un avion (Alpha Wann), un drapeau du Maroc (Zamdane), des constellations formant les lettres « ERRR » (La Fève). Kekra prouve encore une fois qu’il s’affiche parmi les artistes les plus créatifs sur ses visuels.

Niska ft. Zed – Sal Baye

Niska continue d’exploiter son dernier album Le Monde est méchant avec le clip de Sal Baye, morceau issu de la réédition. Un titre dansant porté par des cordes de guitare chaudes et un refrain efficace du rappeur accompagné des backs de Zed. Une nouvelle illustration de la polyvalence de Niska. Un hit mis en image par Zaven sous le soleil marocain.

ZKR ft. SDM – Philly

Vendredi dernier, ZKR dévoilait la réédition Caméléon+ de son nouvel album Caméléon. Pour l’occasion, le rappeur originaire de Roubaix accompagne la sortie du projet d’un visuel inédit, Philly featuring SDM issu de ce dernier. Produite par Troiza Beats, cette collaboration amène ZKR sur un terrain plus chanté, et les deux performances se complètent plutôt bien.

La découverte : HOUDI – EN DIDI | RAPLUME Freestyle

Nouvel épisode de notre série de Freestyles Raplume, cette-fois ci avec HOUDI ! Le rappeur masqué compte à son actif deux projets sortis en 2022, WOKA et LA BÊTE. Sous l’oeil du réalisateur Kidhao dans le 92, Houdi découpe une production de BinksBeatz avec du second degré et des phrases percutantes. Une tête montante à surveiller en 2023.

Les autres clips de rap francophone sortis cette semaine :

Franglish ft. RSKO – Béton
Fresh LaDouille – Voltaire
Bakari ft. So La Lune – BakaTsuki
8ruki & So La Lune – Lune
BEN plg ft. Lujipeka – Victor Osimhen
L’As – O.G
MAPESS – DANS LE THÈME
Black D ft. Leto – SAUVAGE
Gambino La MG – DSQUARED2
Kaza – HRTBRK #6
Lord Esperanza – Caméléons
ISK – Irish Mob
SKY ft. Lacrim – Week-end
RR ft. Lacrim – Freestyle Sang Bleu
RR – La Noche
Elams – All in
WaïV – M’en veux pas
Anas ft. Soolking – Sur Pp
Wallace Cleaver ft. Django – benelli828
Afro S – Visa la lune
Kéroué – Pablo
Rapi Sati – Brocolis🥦
PILAX ft L2B – À LA MAISON
OMZO – New Jersey
Lamatrix – Nkunku
KR l’ESPECE – Espece #1

Lucas.B & Antoine.N

Dans le reste de l’actualité : Ashe 22, ZKR, Fresh LaDouille : les projets de la semaine du 20/01/2023 – #3

Continuer de lire

Actus

ASHE 22, Zkr, Fresh LaDouille : les projets de la semaine du 20/01/2023 – #3

Avatar

Publié

le

Par

Après une première quinzaine de janvier plutôt calme, 2023 prend de la vitesse avec quelques gros projets. Ce vendredi, plusieurs têtes montantes du rap français s’illustrent en beauté. Raplume vous propose un petit aperçu.

Le coup de cœur : ASHE 22 – Vingt-deux

Après un projet commun avec Freeze Corleone sorti le 4 mars dernier, ASHE 22 était apparu aux côtés d’Amine Farsi pour le titre « Twareg ». Après sa trilogie Ashe tapes, son statut a changé depuis qu’il a capté l’attention d’un public en quête d’un visage de la drill française.

C’est pourquoi son retour ne pouvait pas se faire autrement qu’avec des affiches dignes des nouvelles attentes placées en lui.
Sur Vingt-deux, ASHE 22 a notamment posé avec Soolking, Central Cee, Hamza, Rim’K, ElGrandeToto et Osirus Jack. Six featurings et treize titres pour une double tâche : asseoir sa domination de drilleur tout en cherchant à élargir son public. Le résultat ? Un projet solide à découvrir au plus vite !

L’album Vingt-deux d’ASHE 22 est à écouter ici.

Zkr – Caméleon +

Presque un an après la sortie de son album Caméleon, Zkr y ajoute neuf titres. Entièrement solo, le deuxième album du Roubaisien avait été certifié disque d’or en neuf mois. Malgré le succès, il a visiblement décidé de changer son fusil d’épaule puisqu’il invite quatre artistes à le rejoindre en feat sur les nouveaux titres : SDM, PLK, Hamza et Timal.

Fidèle à lui-même, Zkr propose du rap brut et sincère et confirme que le 59 est l’un des hauts lieux du rap français.

Pour écouter Caméleon +, rendez-vous ici !

Fresh LaDouille – Voltaire

Nouvelle figure de la scène du 94, Fresh LaDouille séduit peu à peu le paysage du rap français.

Complètement à l’aise sur des productions drill, Fresh LaDouille l’a déjà bien prouvé à travers sa première mixtape Sur écoute sortie en novembre 2021, sur laquelle il est accompagné de MIG et DA Uzi.

Composé de 11 titres et des collaborations avec Maes, Heuss L’enfoiré et Zkr, le rappeur répond aux standards de son public.

L’album Voltaire de Fresh LaDouille est à écouter ici.

Caballero & JeanJass – High & Fine Herbes

Le duo belge le plus célèbre est plus que productif. Entre un Grünt d’anthologie, des featurings, des projets solos et les mixtapes Zushiboyz dispos uniquement en physique, on ne les arrête plus. Mais au-delà de leur musique, ils ont préparé une quatrième saison de leur émission High & Fine Herbes. Une fois encore, le casting est lunaire. Et une fois encore, après le projet musical qui accompagnait la saison 3, les deux acolytes proposent d’accompagner les cinq heures d’émission avec du son.

Mais pas n’importe laquel ! Rim’K, Soso Maness, Limsa, So La Lune, ElGrandeToto ou encore Rowjay font partie des invités. Un projet déjanté mais de qualité, tout comme ce duo !

Pour écouter High & Fines Herbes La Mixtape – Volume 2 – Saison 4. Parce qu’on n’a pas fait de mixtape pour les deux premières saisons. Ok, c’est pas très logique, mais on-s’en-bat-les-couilles, le projet il tue sa mère ! (oui, c’est le titre complet), c’est par ici !

Gianni – 42 jours avant MRTHN

Depuis quelques années, Gianni est devenu un incontournable du paysage du rap francophone. En 2022, il s’est imposé avec sa trilogie EXGZ et son single « On Fleek ». L’artiste semble bien déterminé à marquer 2023 de son empreinte puisqu’il lâche ce vendredi un EP surprise, et annonce par la même occasion, via le titre, un album pour le 3 mars prochain.

Les trois titres qui composent cet EP combleront les fans. On note des productions travaillées, notamment signées par Drama State (SCH, Aya, Kaaris), Asieux (Maes, TripleGo, MadeInParis) ou encore Seak (SCH, Koba LaD, B.B Jacques).

Pour écouter 42 jours avant MRTHN, rendez-vous ici !

nelick – Supplément Chantilly (Version deluxe)

À peine trois mois après la sortie de Vanille fraise, nelick ajoute un Supplément chantilly sur sa crème glacée. Son univers sucré se développe maintenant depuis 5 ans et le jeune artiste accumule les morceaux entrainants. À chaque projet ses surprises, et les 14 titres qui composent ce projet n’échappent pas à la règle, avec notamment un feat avec Arielle Dombasle.

Pour écouter Supplément Chantilly (Version deluxe), c’est par ici !

La découverte : RR – Sang bleu

Révélé suite à son apparition sur Le Classico Organisé, où il pose aux côtés d’Alonzo, Zikxo ou encore Hayce Lemsi, Le RR est un artiste marseillais. Proche de Lacrim et signé sur le label de ce dernier, il n’avait sorti que quelques titres avant de balancer cette semaine un premier projet, Sang bleu.

Principal point d’accroche : la nouvelle collaboration entre Niro et Lacrim, plus de dix ans après « C’est nous ». Les deux tauliers épaulent donc RR pour ce premier projet de 9 titres. Le Marseillais y démontre de belles capacités de kickeur, mais aussi une volonté de se diversifier dans la musique.

Pour écouter Sang bleu, c’est par ici !

Les singles de rap français sortis cette semaine

Ziak – « Même pas un grincement »
BinksBeatz & 8Ruki ft. So La Lune  – « LUNE »
Bakari ft. So La Lune – « BAKATSUKI »
Beendo Z – « ᚩ. INSPIRÉ DE FAITS RÉELS #5 »
Houdi – « EN DIDI (Freestyle) »
Kaza – « HRTBRK #6 »
Black D ft. Leto – « Sauvage »
Gambino La MG – « DSQUARED2 »
Marjinal ft. Zed & Stavo  – « Kamikaze »
ISK – « Irish Mob »
Keroué – « Pablo »
Rapi Sati – « Brocolis »
Tsew The Kid – « Fou Malade »
Lord Esperanza – « Caméléon »
Wallace Cleaver ft. Django – « benelli828 »
BEN plg & Lujipeka – « Victor Osimhen »
DJ Weedim ft. Jarod – « Gang Gang »
2TH – « J’ai des »
Kozi ft. Bolémvn  – « APRÈS MINUIT »
Lyms – « Pluie »
Rafal – « Ouu! »
MAPESS – « DANS LE THÈME »
Sir Reda – « Sin City »

Dans le reste de l’actualité : Nessbeal déjà de retour avec « Mourir à Casa »

Auteur/Autrice

Continuer de lire

Actus

Les clips de la semaine #2 (Hamza, Josman, Dosseh…)

Lucas

Publié

le

Par

,

On enchaîne cette deuxième semaine de l’année avec votre rendez-vous hebdomadaire qui recense tous les clips de rap francophone de la semaine. Et quelle semaine…

Le coup de coeur : Josman – AhGars!

Alors que son dernier album M.A.N est sorti il y a environ neuf mois, Josman continue de promouvoir ce projet en 2023 avec des clips de qualité. En effet, il semblerait que JOS accorde une grande importance à l’esthétique de ses visuels sur cet album, dont la direction artistique s’est révélée minimaliste. Josman continue sur sa lancée et dévoile le clip de AhGars!, un morceau drill très technique qui représente parfaitement l’ambiance très sombre et froide de l’album. Réalisé par Marius Gonzalez, on est encore sur du très haut niveau avec des effets visuels époustouflants. Après les clips de Intro, Fiesta (Interlude) et Mort ce soir, le niveau de qualité n’a toujours pas baissé, pour notre plus grand plaisir.

Hamza – Introduction

Voilà un retour que beaucoup attendaient. En effet, si Hamza s’était autorisé une aventure Drill en 2021 avec 140 BPM 2, il faut remonter en 2019 pour retrouver ses sonorités plus douces avec Paradise. Annonçant par la même occasion un prochain album sobrement intitulé Sincèrement pour la semaine prochaine, le Sauce God dévoile un premier aperçu avec le clip de l’Introduction. Réalisé par Théo Asciak, on découvre un visuel de trois minutes durant lesquelles Hamza endosse le rôle d’un Gatsby des temps modernes. Introspectif et mélancolique, ce premier single laisse planer le mystère quant au contenu du prochain projet, disponible vendredi 20 janvier.

Dosseh – Haï

Dosseh est déjà de retour, avec non pas un clip de l’un des morceaux de son dernier album Trop tôt pour mourir, mais bel et bien un titre inédit intitulé « Haï« . Encore une fois, Dosseh confirme sa place parmi les meilleurs kickeurs de l’an dernier avec un morceau très technique dans les flows, les assonances en « aï ». Réalisé par Hustler Game, on constate que Dosseh est seul tout au long du clip, sûrement un choix pour revenir renforcé le propos du morceau qui met en avant la trahison et la méfiance de Dosseh à l’égard de son entourage. En bref, on a droit à un morceau rempli d’egotrip, dans lequel Dosseh fait cavalier seul et semble être intouchable.

Georgio – Esprit Libre

Après son voyage à Los Angeles pour enregistrer des nouveaux morceaux, Georgio est finalement revenu avec un nouvel album entier. A travers ses derniers singles, le rappeur parisien parvient à faire retranscrire à quel point ce voyage a été inspirant. Toujours aussi fidèle à sa musique, qui évoque l’espoir et transporte, Georgio nous sort une seconde proposition après Hôtel 5 étoiles, avec un clip particulier. Réalisé par Alain et Lucas, « Esprit libre » est un clip qui présente le point de vue de Georgio et sa copine qui, après une discorde, parviennent à se réconcilier en repensant à tout ce qui compose leur relation à distance, des mauvais moments comme aux plus petits détails de complicité. Une ode à l’amour avec un refrain envoûtant, Georgio a l’esprit libre, et on le ressent.

La découverte : H. LA DROGUE – H

Issu de la scène effervescente de Clamart, H. LA DROGUE connaît une belle ascension avec sa série de freestyle SEKLENLAND qui lui permet de confirmer tout son potentiel à chaque épisode depuis maintenant deux ans. De plus, H. LA DROGUE figure parmi les 11 rappeurs à suivre de Booska-P en 2023. Maintenant que les projecteurs sont braqués sur lui, il sort son premier clip hors freestyle depuis un an, avec un morceau nommé « H ». Réalisé par Badazz, on suit le jeune rappeur dans son quotidien à Clamart, à l’épicerie, à Paris… Aussi, ce morceau dénote de ses freestyles avec un changement de percussions sur le refrain, une rythmique club et très dansant. Un clip avec des idées de plan très intéressantes, une instrumentale de qualité et découpée par H. LA DROGUE… Ce dernier nous a proposé un véritable single pour commencer l’année 2023.

Les autres clips de rap francophone sortis cette semaine

Sadek – Changement de propriétaire | A COLORS SHOW

ASHE 22 – Distance

Yvnnis – WASHINGTON

Doria ft. RK – T’es fou ou quoi

DTF – G.A.G

Malty 2BZ – TN feat. Kerchak

Enima – 1942

Alkpote – Chargé feat. Kaï Du M

Gaulois – Jolie feat. Ninho

A2H – L’amour ne suffit pas

KODES – Mourir

Landy – Viral

COULI B – GTA#30

Vin’s – D.A

NELICK – PATOKETCHUP

LASCO – MUSCADET

Lucas B. & Antoine N.

Dans le reste de l’actualité : Yvnnis, Vin’s, Spider ZED, Gaulois : les projets de la semaine du 13/01/2023 – #2

Continuer de lire

Tendances