Nous suivre

Article

Interview : Georgio

Alvaro Mena

Publié

le

Georgio, le petit prince du XVIIème, nous a dévoilé son dernier projet, intitulé « XX5« , le 23 novembre 2018. Un troisième album qui vient compléter l’oeuvre du rappeur, après ses précédents albums studios Héra (2017) et Bleu Noir (2015). On y découvre un Georgio de plus en plus apaisé, à l’aise avec le chant et l’utilisation de l’auto-tune, mais qui garde dans le même temps la rage de vaincre qui le caractérise depuis ses débuts. 18 titres, dont 3 featurings et un bonus composent ce projet très éclectique ; alors que certains sont simples et entraînants, d’autres, plus techniques et rappés, se révèlent plus nuancés, sombres ou mélancoliques, à l’image du petit Georges des débuts. Si une chose est sûre, c’est que cette balance entre déprime et espérance, entre rap des origines et trillwave (cloud rap) dans l’air du temps a définitivement plu a notre équipe, qui a globalement apprécié le projet. On sent que l’artiste a évolué et a voulu s’entourer de professionnels du milieu (Eazy Dew, VM The Don, Vladimir Cauchemar, Woodkid mais aussi Isha et Vald) pour nous livrer un disque qui soit le plus abouti possible. Et c’est forts de ce constat que nous interviewons le rappeur, pour lui poser les questions que nos oreilles affûtées ont relevées à l’écoute d’XX5.

 

 

  • Tout d’abord, on a pu remarquer que dans la tracklist de l’album, tu commences par le morceau « Hier », suivi de « Miroir » et « Aujourd’hui ». Est-ce que c’est pour toi une façon de dire que ton passé se reflète sur ton présent ?

« Ouais en fait, c’était une manière de raconter ce qu’il c’était passé, de faire un état des lieux, et puis après d’avancer. De dire, et bien voilà, aujourd’hui c’est comme ça et puis même si il y a encore des choses du passé dans le morceau, je dis que aujourd’hui, j’ai envie d’autre chose. C’était une manière de dire qu’on avance. »

  • Dans le titre « Aujourd’hui », tu dis « Comment scier mes chaînes ? Elles sont dans ma tête, elles coulent dans mes veines ». Comme si le seul moyen de scier tes chaînes, c’était de te tailler les veines. Pour toi, être totalement libre, c’est ne plus vivre ?

« Je ne voyais pas ça comme ça en fait, pour moi c’était pas métaphorisé jusque-là. La métaphore s’arrêtait simplement à l’idée de se dire qu’on naît avec des stéréotypes, des idées, une conscience qui est fabriquée par la société, et que finalement les différences sociales nous mettent dans certaines cases dont il est difficile de s’échapper. On se les crée un peu tout seul, et même si la société en rajoute une part, disons qu’on pourrait s’extirper plus rapidement. »

  • Dans le morceau « Mon élément » avec Isha, tu évoques la haine anti-flic, ainsi que l’homosexualité. Ce sont des thèmes assez peu défendus dans le rap, c’était ton but avec ce morceau ? Défendre tous ceux qui sont habituellement stigmatisés ?

« Ouais, j’aime bien défendre tout le monde. Et puis j’aimais bien mettre en évidence ce paradoxe, en disant que ce soit la haine anti-flic ou « les bavures de ces putains de racistes » comme je dis, eh bien les deux étaient mauvais. Les extrêmes c’est jamais bon. Et j’ai l’impression que parfois, le fait que ce soit la police, qu’ils aient un costume, fait qu’on les déshumanise, qu’on en fait des personnes d’un tel service… au final on oublie qu’il y a de bonnes personnes dedans. C’est vrai qu’il y a des faits divers tous les jours, des abus de pouvoir, des propos racistes, des bavures, etc. mais il y a aussi des flics qui ont plein d’envies et plein de rêves, qui veulent un monde meilleur. Faut pas mettre tout le monde dans le même sac. Donc voilà, la haine anti-flic je suis pas pour, mais en même temps je suis pas non plus pour l’acceptation de tout ce qu’ils font, parce qu’ils ont ce costume.

Et puis, quand je parle d’homosexualité, c’est juste que moi j’ai aucun problème avec ça, et personne ne devrait avoir de problème avec ça, ça devrait regarder chacun, c’est personnel. Et comme c’est un morceau qui prône « mon élément » et que j’ai envie de parler de liberté, et bien je dis « libre comme un homme qui embrasse un homme », parce qu’en fait on s’en fout quoi ! »

  • On a pu remarquer dans le morceau « Akira » que tu avais écrit des phases très courtes, ce qui ne te ressemble pas, mais que grâce à la prod de Woodkid et ton timbre de voix, on ressent toutes les émotions du morceau. Tu as voulu essayer quelque chose de nouveau ?

« Ouais tout à fait, c’est écrit beaucoup plus sur le format d’une chanson, où les phrases sont plus courtes, plus mélodieuses qu’un rap pur et dur et donc voilà, l’idée c’était de faire passer autant d’émotions, du moins d’essayer, d’une autre manière. C’est un autre format, et puis Woodkid a produit une super musique donc c’est cool. »

  • Dans « J’me couche », on ressent le vécu dans ce que tu racontes, on peut même s’identifier en se rappelant nos pires soirées. T’étais dans quel état d’esprit lors de l’écriture du morceau ?

« J’étais en studio, j’avais la prod, je la trouvais folle, on s’est dit putain faudrait faire un morceau cool avec Diabi et Myd [NDLR : tous deux amis et producteurs de Georgio], et puis on a commencé à se dire que ce serait marrant de raconter une histoire. Puis après ça venait tout seul, les idées, les images, c’est plein d’anecdotes bout à bout qui en font une histoire. Mais ouais, tout est réel. »

  • Toi qui nous parles souvent de tes relations avec les femmes sous un angle « romantique », dans le morceau « Prisonnier », tu évoques pour la première fois ton rapport avec la gent féminine de façon purement charnelle quand tu nous parles « d’overdose de sexe ». C’est une période de ta vie qu’on connait peu, pourquoi en avoir parlé pour cet album ?

« J’ai toujours voulu être dans le vrai, dans le réel. Après, disons que c’est un truc intime, que j’ai pas forcément envie de mettre en lumière, ou dans ma musique, parce que ça regarde que moi. Mais en même temps, comme c’est une phase qui a pu exister et qui est assez violente et en même temps assez significative, j’voulais en parler durant quelques mesures, juste après le « J’me demande pour combien de temps j’vais entendre sa voix qui résonne », pour dire que maintenant j’en suis là, il y a cette phase, elle existe, elle est vraie, elle est pure. »

  • Dans le morceau « Seul » tu évoques ta solitude, un thème dont tu parlais auparavant dans tes textes mais aussi un problème qu’on aurait pu penser « résolu » depuis le temps, quel est ton rapport avec la solitude aujourd’hui ?

« C’est une relation assez proche, moi je suis souvent seul et puis parfois on la choisit, parfois moins, mais moi c’est une relation qui me protège en fait. Je suis dans mes pensées, j’fais mes trucs, j’ai besoin de personne, je ne demande rien à personne,  j’me sens mieux comme ça. Après de temps en temps bah forcément on passe du temps avec des gens qu’on aime, etc. et c’est agréable, mais ouais j’ai un rapport assez intime avec la solitude. »

  • Le voyage, la dépression, l’amour, le vin, ou même des termes précis comme « les paradis artificiels », « le cimetière de ma jeunesse » ou « l’or de sa vapeur rouge » : on retrouve beaucoup de Baudelaire dans tes textes. Quel est ton rapport avec son œuvre, est-ce que c’est un auteur qui t’a inspiré, auquel tu t’identifies ?

« Ça peut être une influence, parce que je le trouve assez fantastique, j’adore son écriture, sa poésie et j’dois pas être le seul, et puis faire des petites références à un poète qu’on a plus à présenter et que tout le monde connaît, ça me fait kiffer. Et puis voilà, maintenant les paradis artificiels c’est un peu rentré dans le lexique d’un peu tout le monde, c’est devenu presque commun. Et puis en même temps c’est si explicite que ça donne envie de le réutiliser. »

  •  Pour finir, est-ce que tu es heureux ?

« Euh ouais, ouais plutôt, en ce moment je me sens bien. »


Merci encore aux équipes de Panenka Music, et à Georgio pour cette interview.

XX5 est disponible partout

Crédit photo : © Romain Rigal

Actus

Jazzy Bazz délivre un freestyle avant la sortie de MEMORIA

Antoine

Publié

le

Par

Quelques jours avant la sortie de son prochain album MEMORIA, Jazzy Bazz délivre un freestyle de haute volée en guise d’amuse-bouche.

Rituel du rappeur du 19ème, la sortie d’un freestyle avant celle d’un projet ne déçoit jamais, à l’image de celui d’aujourd’hui. Le clip accompagnant le morceau, réalisé par Lomi, embarque l’artiste dans le Paris nocturne qu’il affectionne tant, et place même un plan furtif de son freestyle classique 64 Mesures de Spleen sorti en 2012.

2022, je veux être l’Homme de l’année, envoyer du son comme personne ne l’a fait

Intitulé en référence à l’année de naissance de son auteur, le freestyle alterne entre égo-trip et mélancolie, sur la production du morceau January 28th de l’américain J. Cole, issu de son album 2014 Forest Hills Drive. « J’suis au sommet d’mon art, en pleine maîtrise, des phases hyper précises, les effets proposés sont rares » . Un freestyle sur une instrumentale intemporelle, et un Jazzy Bazz vraisemblablement au sommet de son art.

Jazzy Bazz sera également en tournée dans toute la France pour le MEMORIA Tour.

L’album MEMORIA de Jazzy Bazz est disponible en précommande en cliquant ici.

Dans le reste de l’actualité : TUNNEL, l’exposition du photographe Fifou du 21 au 23 janvier

Continuer de lire

Actus

TUNNEL, l’exposition du photographe Fifou du 21 au 23 janvier

Antoine

Publié

le

Par

Le photographe Fifou présente cette semaine son exposition parisienne TUNNEL, aux côtés de Ciesay, co-fondateur de la marque PLACES+FACES.

Que vous soyez néophytes ou auditeurs avisés, vous avez très certainement pu observer l’une des photographies de Fifou sans forcément savoir qu’il en était l’auteur. SCH, Luidji, Dinos, Kaaris, Jul, PNL… Lister tous les artistes pour lesquels le photographe a travaillé serait bien trop long pour un article se voulant synthétique. Derrière la plupart des pochettes d’albums rap les plus vendus de ces dernières années, Fifou collabore aujourd’hui avec Ciesay, photographe britannique et co-fondateur de la marque Places+Faces, à l’occasion d’une exposition qui se tiendra à Paris du 21 au 23 janvier prochain.

Intitulé TUNNEL, l’évènement éphémère se déroulera au bar artistique Maddalena, et vous pourrez y retrouver une partie de son travail exposé, ainsi que celui du photographe Ciesay, qui a notamment shooté pour Drake, Kanye West, Travis Scott ou encore A$AP Rocky. Rien que ça… L’occasion donc de rendre hommage à la culture hip-hop, et de faire le pont entre les inspirations respectives des deux photographes.

Retrouvez l’exposition TUNNEL de Fifou le 21, 22 et 23 janvier de 10h à 19h, au 7 rue Portefoin – 75003 Paris.

Dans le reste de l’actualité : Ashh est de retour avec OPIUM

Continuer de lire

Actus

Nessbeal et ZKR : Le retour du roi avec « Le Dem »

Lucas Ivanez

Publié

le

« N.E.2.S is back khey, sortez les brancards »

Plus de 10 ans. Ça faisait plus de 10 ans que Nessbeal n’avait pas publié de titre. On peut donc le dire : Le roi sans couronne est de retour.

Jeudi 13 janvier. Je me balade sur YouTube, à la recherche de nouvelles pépites à écouter quand je vois une vidéo plus que surprenante : Nessbeal feat ZKR – Le dem. 

En effet, Ne2s a su se faire discret ces dernières années : Très peu présent sur les réseaux sociaux, il était difficile de suivre son actualité. Musicalement, c’était la même chose. Pas de projet publié depuis Sélection Naturelle en 2011 et après être apparu en featuring sur différents projets jusqu’en 2015, il disparait totalement des radars du rap français avant de revenir sur le morceau d’un certain rappeur marseillais : Jul. Rien que ça.

Signé chez Morning glory music, il sort donc de l’ombre et dévoile un Banger en featuring avec un autre technicien du même label, ZKR.

Du sang, des larmes, sur Dicidens j’faisais mes premiers larcins

Cette punchline du rappeur des briques rouges montre tout particulièrement l’impact que Nessbeal a eu pour les jeunes de cette génération. Bien qu’étant considéré (à juste titre) comme un « roi sans couronne » de par le fait qu’il n’ait jamais eu de réel succès commercial, Ne2s a bel et bien rencontré un succès d’estime chez tous les auditeurs du rap français de la fin des années 90 à 2011. Il était écouté dans toutes les banlieues. ZKR fais partie de cette génération qui a grandi avec Nessbeal, et donc avec Dicidens, le groupe qu’il formait avec Zesau. Du sang et des larmes faisant aussi référence à l’un des plus gros morceaux de ce groupe, en featuring avec Booba.

Le rappeur originaire du 92 découpe, plaçant des punchlines frappantes tout en gardant une voix posée, comme à son habitude. La connexion avec ZKR est plus que validée et le clip réalisé par Thibault Cadentem vaut le coup d’oeil. DJ Bellek, créateur du label Morning Glory Music a même annoncé l’année dernière qu’Ne2s dévoilerait un album dans l’année. Bien que ce ne soit pas arrivé en 2021, la sortie de ce single est sans doute annonciateur de ce projet, qui se profile déjà comme l’un des plus attendus de l’année. On vous invite donc à streamer « Le dem » et à donner à Nessbeal cette couronne qu’il mérite depuis tant d’années.

Dans le reste de l’actualité : Cinco prend du « Level » dans son nouveau clip

Continuer de lire

Tendances