Pourquoi Alpha Wann est un gagnant magnifique ?

Un an et demi après la sortie d’Une Main Lave l’Autre, Alpha Wann voit son premier album certifié disque d’or, équivalent à 50 000 ventes cumulés.

Etant donné le nombre de projets sortant chaque vendredi, ajouté à la masse d’auditeurs rap en 2020, il devient quelconque de voir un énième projet obtenir une certification attribuée par la SNEP.

Pourtant, le cas d’Alpha Wann est singulier. Celui-ci est souvent associé à la caste des rappeurs dits « sous-cotés ». De plus, la promotion est assuré par des clips : Stupéfiant et Noir et Ca va ensemble, sortis le 18 juillet et le 29 août 2018. Le jour de sa sortie, le 21 septembre, cet album semblait donc voué à passer inaperçu auprès du public rap, au sens large du terme. Dans Stupéfiant et Noir, l’artiste lui-même semblait mettre de côté l’aspect commercial :

« Très peu probable que j’tape un platine

Faut que j’fasse un classique »

Toujours dans l’acceptation de ce succès d’estime, le rappeur sud-parisien se compare même à ses idoles de jeunesse Dany Dan et Fabe ,dans le morceau 1500 :

« J’suis un Dany, j’suis un Fabe, M.O.B.B., flow infâme »

D’une certaine façon, Alpha Wann se place en perdant magnifique en acceptant l’idée d’avoir une vision radicale de sa musique. En effet, au-delà des morceaux avortés avec Joke et Nekfeu, Philly Flinguo n’avait pas rassemblé les foules autour de sa trilogie d’EP’s Alph Lauren, s’étalant de 2014 à 2018. Pourtant, les chiffres ont déjoué les statistiques…

Relayé par le compte de certifications @VentesFRap, Une Main Lave L’Autre est loin de passer inaperçu, avec 1 444 ventes physiques, 854 digitales et 3 923 ventes streaming.

Loin des chiffres de ventes, les mois qui suivirent sont marqué par une question virale : est-ce que UMLA est un classique ? Est-ce que l’attente de l’album était justifiée ? 

La prouesse artistique d’Alpha Wann et les productions d’Hologram Lo’ construisent un avis unanime autour d’UMLA. Les visuels de Cascade Remix et de Langage Crypté dépassent le million de vues. Quand elle n’est pas désactivée, la section commentaire regorge d’avis positifs, malgré une visibilité naissante.

Avec ce succès d’estime, UMLA permet une présence remarquée dans plusieurs festivals, permettant de défendre l’album sur scène tout en mettant en avant une autre pointure maison : Infinit’. Ce dernier sera même la première partie sur la dizaine de dates que compte l’UMLA tour. Cette folle année se conclut le 5 décembre, à l’Olympia, avec Nekfeu sur le morceau Compte les hommes.

Loin des chiffres de ventes et de la scène, Alpha Wann change de stratégie de visibilité à l’occasion du premier anniversaire de son album. En plus de l’ajout d’anciens morceaux sur les plateformes dans une compilation PPP et d’un freestyle de haute-volée chez Couvre-Feu, le Don effectue une apparition remarquée dans l’émission Colors le jour-même.

Ce changement aurait pu paraître quelconque s’il n’avait pas été accompagné de plusieurs featurings. Si l’on épargne ses compères Nekfeu et Sneazzy, Philly Flinguo est apparu sur les projets de Prince Waly, Némir, Key Largo, Laylow mais aussi S-Pri Noir. Si cette évolution laissait d’abord penser à une forme de jubilé, nous pouvons aussi y voir un moyen d’accéder à un nouveau public. Le rappeur n’hésite pas à se confronter à des exercices auquel l’auditeur ne s’attend pas. De plus, c’est une manière astucieuse d’exister musicalement quand on sait que le second opus ne verra pas le jour avant plusieurs années peut-être. Alpha Wann n’a pas hésité à provoquer des rencontres artistiques après avoir proclamé son besoin d’indépendance :

« Eh, j’ai passé trop de temps à travailler un style incroyable pour l’partager avec n’importe qui comme ça, j’sais pas quoi, featuring, tout le temps là, mes collaborations mes couilles, pas d’featuring »

Si Alpha Wann est un gagnant magnifique, c’est parce qu’il a su s’acclimater à son époque avec une nouveauté : le streaming. Certes, Dany Dan ne l’avait pas, mais il n’a jamais su dépasser son public. Les plateformes créent un autre rapport à la liberté artistique. C’est une nouvelle offre qui crée un nouveau rapport à la demande, en allant de l’auditeurs se plaisant à écouter des playlists jusqu’aux diggers des plateformes. Sa consécration prouve qu’une vision radicale peut être une force à l’ère du streaming.

La nouvelle décennie n’a pas laissé le deuxième d’âge d’or dans la précédente, en permettant à des artistes moins connus d’obtenir une visibilité les accompagnant des plateformes à la scène. Que les fans se rassurent, Alpha Wann ne sera pas un roi sans couronne.

 

Plus d'articles
10 morceaux de rap français pour l’été