Nous suivre

Article

So La Lune : un premier projet abouti à découvrir d’urgence

Avatar

Publié

le

Complètement inconnu du grand public il y a un an, So La Lune a su développer son art et fédérer une communauté désormais solide. Pour preuve, ses premiers clips atteignent aujourd’hui 250 000 vues, un score tout à fait admirable pour un artiste assez discret. Signé dans le label Low Wood (Hatik, Jok’Air, Bilal Hassani, etc.), il a pu profiter de l’expérience de l’équipe mais également des services du collectif de réalisateurs La Sucrerie, régulièrement partenaire du label mais ayant aussi travaillé avec des artistes tels que Disiz, Georgio ou encore Youssoupha.

Au fil des mois, So a enchaîné les titres efficaces, pouvant même se targuer d’un parcours sans-faute jusqu’à présent. En octobre 2019, il dévoile son titre « Billy », représentant assez bien de quoi il est capable.

En juin 2020, il annonce l’arrivée de son premier projet, sobrement intitulé Tsuki, « Lune » en japonais. Composé de 11 titres, cet opus sort le 24 juillet, une date idéale pour le jeune artiste. En effet, même si le mois de juillet est généralement considéré comme assez calme au niveau des sorties de projets musicaux, la crise du COVID-19 a entraîné un décalage pour toute une série d’artistes qui ont finalement décidé d’envoyer EP, mixtapes et albums au début de l’été, y compris RK, Lefa, Niro, Gambi ou encore Lartiste. Pourtant, la plupart se sont concentrés sur la première moitié de juillet et So La Lune a pu bénéficier d’une semaine plutôt tranquille pour promouvoir Tsuki.

Qu’est-ce qu’on trouve dans Tsuki ? Cette mixtape sonne comme une bonne carte de visite pour So La Lune, qui montre de quoi il est capable à travers flows variés et références diverses, à l’instar du morceau « Shinobi », qui désigne les espions japonais du Moyen Âge.

Te montre pas trop, ils portent l’œil, j’avance en scred comme Shinobiori
Chakra tout l’temps comme Shinobi, j’suis d’un autre temps comme Shinobi

Parfois nonchalant dans ses flows, So La Lune se démarque via ses mélodies mais aussi grâce à ses textes. Il aborde son passé, la rue, mais également un côté love qu’il manie particulièrement bien. À l’occasion de la sortie du projet, il dévoile d’ailleurs le clip de « Oulalala », qui met en scène l’artiste plutôt bien accompagné durant toute une soirée, à rider dans les rues de Paris. Originaire de Lyon, il semble attaché à la capitale française qu’il mentionne dans d’autres morceaux, y compris sur ce projet.

Parmi ceux-ci, on retrouve « Seigneur », dernière track du projet et véritable réussite tant le son est complet : flows planants et changeants, refrain accrocheur et mélodie bien choisie. Une manière parfaite de terminer cette mixtape qui peut être écoutée en boucle à n’importe quelle heure et dans n’importe quel endroit. Parmi les autres titres forts de Tsuki, on retrouve « 6 sens » et « Envieux », réellement capables de devenir des morceaux de référence pour l’artiste. Mentions spéciales pour « Raptus » et « Shinobi », les deux premiers extraits du projet qui avaient reçu un accueil excellent. So avait d’ailleurs fait appel aux talents de Jiro Aesthetic, sollicité plusieurs fois pendant que les rappeurs étaient confinés et ne pouvaient pas clipper à l’extérieur.

Généralement solitaire musicalement, So La Lune invite deux rappeurs sur ce premier projet : Rouge Carmin et Elh Kmer. Le premier, c’est un proche de So, avec qui il avait déjà collaboré sur « Sirène 18 » et qui s’est lancé en solo assez récemment, notamment avec le titre « 6ème lettre ». Elh Kmer, quant à lui, est bien plus connu du grand public, notamment pour avoir fait partie du 40000 GANG, un ancien collectif du 92i dont faisait notamment partie Benash. Ils s’étaient faits connaître grâce au morceau « Les meilleurs » de Booba, issu de l’album D.U.C. Cette fois, c’est donc avec un artiste un peu moins connu qu’on retrouve l’un des Camerounais les plus célèbres du rap game, notamment présent dans le tout premier épisode de Rentre dans le Cercle aux côtés de Ninho et Leto et plus récemment présent sur la compilation Game Over Volume 2.

S’ils n’ont pas la prétention d’amener un grand public sur le projet, c’est la démarche artistique qui est admirable tant les deux feats apportent une énergie particulière. Sur « Deux vies », on sent que les univers de So La Lune et Rouge Carmin matchent à fond et que les deux artistes se connaissent. Le refrain est entraînant grâce au passe-passe bien maîtrisé :

L’démon me dit « reste calme », à la fin, il en reste qu’un
J’étais sous dièse à mort, j’avais un plan, il est déjà mort

Dans « Alicante », Elh Kmer kicke bien et apporte sa touche au projet en proposant avec So un morceau hybride et très actuel sans tomber dans le banal. Comme tout le reste du projet d’ailleurs. Son identité a eu le temps de mûrir et il envoie cette mixtape après un an de travail, notamment avec les artistes de l’ombre : les producteurs !

Outre Optim et Freddy K, de jeunes producteurs qui ont notamment travaillé avec Nahir, So La Lune s’est armé de trois jolis noms du beatmaking francophone. D’un côté, Medeline, le duo expérimenté qui compose beaucoup pour les artistes Low Wood, mais également pour des rappeurs comme Booba, La Fouine, Sadek, Lino ou même Kery James. Ils ont produit trois titres du projet et il est clair que cette association se verra renouvelée dans le futur. De l’autre côté, le titre « Raptus » a été composé par Ogee Handz, producteur parisien connu pour avoir travaillé avec Lacrim, YL, Timal, Soprano ou encore Luidji. Pour terminer, Enigma co-produit « Envieux » après avoir travaillé avec Ninho sur l’intro de M.I.L.S 3, mais aussi avec PRIME, PSO Thug ou même TK.

Grâce à ce premier projet, So La Lune montre son potentiel avec neuf morceaux en solo et deux featurings bien choisis. Peu mis sur le devant de la scène dans les médias dédiés à la musique, il mériterait clairement plus d’exposition et nous ne pouvons qu’espérer que ce premier projet servira de rampe de lancement à une carrière prometteuse. Dans le futur, on peut imaginer que le jeune homme collaborera peut-être avec des artistes du label Low Wood, mais également avec ceux qu’il choisira pour coller à son univers si unique. Il faudra d’ailleurs suivre So La Lune de près puisqu’il ne compte pas s’arrêter de si tôt…

Pour retrouver Tsuki, la première mixtape de So La Lune, sur toutes les plateformes de streaming, c’est par ici !

Continuer de lire
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actus

Green Montana toujours aussi efficace dans « Waldorf Astoria »

Nicolas Rispal

Publié

le

Green Montana est de retour avec « Waldorf Astoria » sept mois après la sortie de MELANCHOLIA 999, en juin dernier. Parlons-en. (suite…)

Continuer de lire

Actus

Oldpee revient encore plus « Dur »

Avatar

Publié

le

Par

À l’occasion de sa série « Binbinks », Oldpee veut marquer les esprits de ce début d’année avec le cinquième opus de la saga.

Dans ce nouveau visuel réalisé par Alan Cohen, le rappeur sevrannais continue d’affirmer son identité, à coups d’égotrip sur sonorité trap mêlés à une attitude et des flows nonchalants. La performance du rappeur doit être autant soulignée que la production minimaliste mais efficace de DJ Morex & B.A.

Si j’pose mes péchés sur la table, j’suis presque sur qu’elle s’fissure

La D.A du clip permet à Oldpee d’exprimer sa singularité, notamment par sa gestuelle. Ce visuel continue de dessiner les contours de la direction que va prendre le rappeur pour 2022. Il semble très à l’aise dans une ambiance sombre et sobre à la fois. L’aspect nonchalant de l’artiste donne du relief à des références qui se veulent plus légères :

Ca t’allume au clair de la lune

Nous pouvons également souligner la présence de Da Uzi aux côtés d’Oldpee. 3 ans après la compilation « 93 Empire », la scène sevrannaise montre sa facilité pour collaborer. Peut-on y voir un potentiel feat sur le premier projet solo du membre de 13Block ? Au final, ce visuel, avec le morceau qui l’accompagne, semble être le parfait compromis pour Oldpee. D’un côté, il ne devrait pas perdre les fans l’ayant découvert en groupe, et de l’autre côté, il affirme lentement et sûrement son attitude plus singulière.

Le morceau IGGY de Oldpee est disponible sur toutes les plateformes en cliquant ici.

Dans le reste de l’actualité : TUNNEL, l’exposition du photographe Fifou du 21 au 23 janvier

Continuer de lire

Actus

Jazzy Bazz revient avec Memoria

Noa

Publié

le

Par

L’année démarre sous le meilleur des auspices pour le rap français, puisque Jazzy Bazz nous dévoile en ce 21 Janvier son dernier album : Memoria.

 Composé de 17 tracks, ce projet riche en featurings conquiert déjà les fans et trouvera forcément de nouveaux adeptes grâce à ses différents titres, mais également de par la versatilité de ses nombreux invités. En effet, on peut y retrouver des collaborations venant directement de l’Entourage proche du rappeur, tel que Alpha Wann ou Nekfeu, mais également EDGE ou plus récemment Rodbloc ainsi que d’autres invités un peu plus surprenants mais tout aussi intéressants comme Laylow et Josman. 

3 ans, 4 mois et 14 jours, c’est le temps qu’il aura fallu à Jazzy Bazz pour se livrer à l’exercice d’un nouvel album solo, son précédent projet Nuit étant sorti le 7 septembre 2018. Cependant durant cette période, le rappeur originaire du nord est parisien ne s’était pas reposé sur ses acquis , se renouvelant constamment et nous proposant divers aperçus de ce que pouvait laisser entrevoir la suite, avec notamment les 3 minis EP Mémento ainsi que le projet Private Club, en collaboration avec EDGE & Esso Luxueux.

Comme à son habitude avant la sortie d’un album, Jazzy Bazz annonçait la couleur avec son freestyle sobrement nommé 1989, ou encore Panorama et son clip avec Alpha Wann, que l’on retrouve à la track n°3 de Memoria.

Se montrant plus égo trip que jamais mais également introspectif, l’ancien membre de l’Entourage débite ses flows avec polyvalence sur des prods riches et variées de 13 différents beatmakers. Parmi eux, sur l’équivalent de 7 tracks, on retrouve Johnny Ola dont l’emprunte se retrouve dans le projet.

Désormais disponible sur toutes les plateformes, Memoria est un album qui a su nous convaincre et qui, nous en sommes persuadés, vieillira certainement très bien avec le temps. 

Dans le reste de l’actualité : Qu’attendre du retour de PNL ?

Continuer de lire

Tendances