Nous suivre

Actus

Tsew The Kid dévoile son premier album : AYNA

Lucas

Publié

le

Nous y sommes, après un début de carrière prometteur et une ascension fulgurante, Tsew The Kid dévoile enfin son tout premier album : AYNA.

Une ascension fulgurante

Cela fait maintenant quelques temps que nous suivons l’ascension de ce jeune artiste qui a émergé depuis ses premiers freestyles sur les réseaux sociaux et 1minute2rap, et une victoire dans le concours de Guizmo. Quelques EP plus tard, Tsew The Kid signe chez Panenka et sort sa première mixtape « Diavolana », puis un EP dans l’un de ses registres favoris et aussi titre éponyme « LOFI« .

Sa première mixtape Diavolana a connu un très grand succès et s’est écoulé à plus de 40.000 ventes, Tsew The Kid se hisse parmi les jeunes artistes qui confirment et développent une communauté de plus en plus grande, à l’heure où plusieurs artistes émergeants progressent jusqu’à devenir des têtes d’affiches. Le chanteur-rappeur d’origine malgache, toujours très proche de sa communauté, a continué ses covers et freestyles habituels qu’il poste encore sur les réseaux sociaux. Avant la sortie de ce nouvel album, il est même allé jusqu’à rencontrer cinq fans choisis au hasard pour aller leur remettre leur box précommandée et dédicacée chez eux, en main propre. Et justement, Tsew The Kid a parfaitement gérer sa communication pour un album très attendu.

Un projet ambitieux

Pour promouvoir ce premier album, Tsew The Kid dévoile trois extraits ambitieux. L’artiste parisien démarre fort avec un premier morceau aussi puissant que poignant « Plus d’amour à te donner« , pour un clip spectaculaire. Pour suivre ce premier extrait, Tsew The Kid envoie une nouvelle collaboration avec Lefa sur « Maladroid« , pour un feat d’une grande alchimie et un clip qui fait suite à « Plus d’amour à te donner » (plus d’informations dans l’article sur Maladroit). Enfin, le troisième et dernier extrait n’est autre que l’excellent « Ailleurs« , qui rappelle Earned It de The Weeknd dans l’approche, pour un refrain entêtant repris par de nombreuses personnalités comme Nemir, Lous and The Yakuza ou encore Fred Musa et Mehdi Maïzi. Ces trois extraits témoignent de l’envie de Tsew The Kid de passer un nouveau cap dans sa carrière. Que ce soit dans l’imagerie, sa communication ou la musique, on remarque cette volonté de toujours aller de plus en plus loin à chaque projet, pour toucher de plus en plus de cœurs.

Pour la cover, on retrouve les mêmes couleurs que sur Diavolana, celle-ci est à nouveau réalisée par Fifou. Côté composition, on retrouve du beau monde dont quelques compositeurs déjà présents sur Diavolana : PL Prod, Eddy Pradelles, Broky Flacko, Dany Synthé, Dson Beats, Eddy Pradelles, Freaky Joe, Guapo du Soleil, IBØ, Kev 117, Kyana, Mem’s, MKL, Noxious, Raphael Zebulon, Skuna, THESCAM, Twenty9, Twinsmatic et enfin Tsew The Kid lui-même.

AYNA, un premier album réussi qui témoigne de la progression toujours constante de Tsew The Kid

Sur AYNA, nous avons droit à beaucoup à un projet à l’image de l’artiste : éclectique, qui mêle différents styles de musiques : entre le rap, le rnb et le chant grâce à sa faculté à permuter entre le chant et le rap, avec toujours beaucoup d’amour, de l’introspection, et de l’émotion. Tsew The Kid s’élève avec des instrumentales assez grandioses comme dans « Sales idées« , ou encore une composition évolutive sur le magnifique « Nos âmes de mélangent« . Une déstructuration pour laisser place à l’inspiration et faciliter la transmission de l’émotion sur ce morceau. On peut aussi écouter une composition évolutive sur Solitude aux sonorités retro années 80, aussi présentes sur le titre synthwave Me laissez pas tomber. Aussi, Tsew The Kid propose un morceau qui rappelle ce qu’il pouvait montrer sur Mora Mora et le titre Cara avec un style latino sur le son Fitia. Enfin, un nouveau hit « Sorry » avec PLK comme invité, qui saura sans doute plaire à sa communauté et connaître un grand succès.

En guise d’Outro, Tsew The Kid s’adresse à l’auditeur en lisant un texte qui rassemble chaque titre des morceaux de AYNA, une façon ingénieuse et très bien exécutée de remercier son entourage et ses proches. Il le fait aussi à la fin de Nos âmes se mélangent, avec un message caché comme il a pu le faire à la fin de LOFI pour teaser ce premier album, mais celui-ci est inversé. Il faut donc mettre ce message dans l’autre sens pour le comprendre. On est sympas, on a remis ce message dans le bon sens pour vous le faire écouter :

A écouter sans plus attendre

Finalement, Tsew The Kid nous donne un album qui rassemble toutes ces inspirations pour donner un projet riche d’idées. De plus, vous pourrez remarquez des numéros en indice au début de chacun des titres des tracks sur les plateformes de streaming, ceux-ci permettent d’écouter l’album dans un deuxième ordre. Décidemment, la créativité du jeune artiste parisien déborde et promet pour la suite de sa carrière qui a démarré de la plus belle des manières. Vous pourrez retrouver Tsew The Kid prochainement sur notre chaîne YouTube en interview sur notre format « Tracklist« . En attendant, nous vous invitons à écouter cet album, parfaitement représentatif du talent de Tsew The Kid.

 

(Ré)écoutez Ayna, le premier album de Tsew The Kid, disponible sur toutes les plateformes de streaming en cliquant ici.

Continuer de lire
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actus

Moha MMZ démarre fort en solo avec « EUPHORIA »

Antoine

Publié

le

Par

Connu pour sa carrière de groupe aux côtés de son acolyte Lazer, Moha MMZ débute aujourd’hui son parcours solitaire avec EUPHORIA.

Dans la musique, le passage d’un projet de groupe à une carrière solo s’avère souvent quitte ou double. Après avoir fait ses armes avec plusieurs projets de groupe, celui qui se faisait appeler Pti Moha en 2015 sur Que la mif de PNL sort aujourd’hui son premier album solo : EUPHORIA. Un nouveau challenge pour le rappeur, challenge qu’avait aussi entrepris son acolyte Lazer l’année dernière avec un EP Zéro Pression.

Respire, demain sera meilleur ou juste moins pire

Réputé pour sa maîtrise de la mélodie, le jeune homme originaire des Tarterêts n’y déroge pas et conserve toute son ADN au sein de son premier album en solitaire. Variant les ambiances et les flows, le rappeur propose également plusieurs prises de risque réussies, du refrain de DORE à celui de BUG pour ne citer qu’eux. « Toujours les mêmes pâtes dans les mêmes plats » … Imprégné de la fibre QLF, on retrouve également N.KF au mix de l’album et BBP dans certaines productions.

Au nombre de 2, les featurings savamment choisis s’intègrent sans faute dans la tracklist, que ce soit l’ensoleillé VIBES avec RKM de DTF ou le mélancolique GALERES aux côtés de Zed, membre éminent du collectif 13 Block.

Au delà des textes, son univers se révèle également via ses clips, en témoigne le dernier en date tourné dans les forêts norvégiennes, illustration de la froideur du titre CAUCHEMAR.

Très attaché à l’indépendance, Moha a fondé son label SPRT ZOO et son studio La Salle Du Temps, et a accompagné la sortie de son album d’un merchandising exclusif. Etape importante dans son parcours artistique, le jeune artiste délivre un premier album solide et prometteur à seulement 24 ans, annonciateur de belles choses pour la suite de sa carrière.

L’album EUPHORIA de Moha MMZ est disponible sur toutes les plateformes de streaming.

Dans le reste de l’actualité : Jazzy Bazz revient avec Memoria

Continuer de lire

Actus

Green Montana toujours aussi efficace dans « Waldorf Astoria »

Nicolas Rispal

Publié

le

Green Montana est de retour avec « Waldorf Astoria » sept mois après la sortie de MELANCHOLIA 999, en juin dernier. Parlons-en. (suite…)

Continuer de lire

Actus

Oldpee revient encore plus « Dur »

Avatar

Publié

le

Par

À l’occasion de sa série « Binbinks », Oldpee veut marquer les esprits de ce début d’année avec le cinquième opus de la saga.

Dans ce nouveau visuel réalisé par Alan Cohen, le rappeur sevrannais continue d’affirmer son identité, à coups d’égotrip sur sonorité trap mêlés à une attitude et des flows nonchalants. La performance du rappeur doit être autant soulignée que la production minimaliste mais efficace de DJ Morex & B.A.

Si j’pose mes péchés sur la table, j’suis presque sur qu’elle s’fissure

La D.A du clip permet à Oldpee d’exprimer sa singularité, notamment par sa gestuelle. Ce visuel continue de dessiner les contours de la direction que va prendre le rappeur pour 2022. Il semble très à l’aise dans une ambiance sombre et sobre à la fois. L’aspect nonchalant de l’artiste donne du relief à des références qui se veulent plus légères :

Ca t’allume au clair de la lune

Nous pouvons également souligner la présence de Da Uzi aux côtés d’Oldpee. 3 ans après la compilation « 93 Empire », la scène sevrannaise montre sa facilité pour collaborer. Peut-on y voir un potentiel feat sur le premier projet solo du membre de 13Block ? Au final, ce visuel, avec le morceau qui l’accompagne, semble être le parfait compromis pour Oldpee. D’un côté, il ne devrait pas perdre les fans l’ayant découvert en groupe, et de l’autre côté, il affirme lentement et sûrement son attitude plus singulière.

Le morceau IGGY de Oldpee est disponible sur toutes les plateformes en cliquant ici.

Dans le reste de l’actualité : TUNNEL, l’exposition du photographe Fifou du 21 au 23 janvier

Continuer de lire

Tendances