Nous suivre

Article

Vald, ou le rappeur engagé insoupçonné

AlphaKilo

Publié

le

Le reproche le plus souvent adressé à la nouvelle génération de rappeurs est sans aucun doute le manque d’engagement dans les textes. En effet, le rap a toujours eu cette vocation d’être un haut-parleur pour ceux qui n’ont pas de voix et de dénoncer les abus dans notre société. Sniper, La Rumeur, Oxmo Puccino, Booba, Salif, Le Rat Luciano, IAM tant de noms prestigieux qui ont tous pavés la voie pour les générations futures. Mais au milieu des armes, des vacances en Amérique latine et des kichtas, un ovni fait apparition en 2012 : Vald.

On vous épargne le résumé Wikipédia sur sa carrière. Si vous lisez ces lignes, vous savez certainement déjà qui il est. Néanmoins, ce que nous allons étudier aujourd’hui c’est la manière avec laquelle il se sert de sa plume et des attentes de son public pour faire passer des messages hautement engagés.

La maîtrise de la forme au service de la morale

La spécificité du rappeur d’Aulnay-sous-Bois, quant à ses paroles engagées, réside dans le fait qu’il réussit à intégrer ses messages dans des morceaux généralement ouverts au grand public.
Par exemple, le single « Megadose« , construit à la manière d’un banger et orienté scène :

Comment patienter ? J’arrive en balle
Comme un trafiquant d’armes et, comme lui, j’irai partir en paix
Gros, là, j’suis premier degré
J’ai raté ma vie si j’finis pas au trente-troisième
La chatte de ta mère la Bretonne
Est plus importante que celle de cent Maliennes
Qui gère les coefficients ?
Qui prémédite les attentats d’hier ?
Ne m’attends pas, ci-mer, j’ai déjà une haine
Proéminente pour m’accompagner .

Et cela permet au message d’être transmis avec toute sa puissance, car prêcher des convaincus est monnaie courante dans le rap où, avant que ce style ne se POP-ularise, la majorité des auditeurs étaient au pire déjà conscients de ces messages et au mieux participaient aux différentes luttes sociales.
Le V, quant à lui, glisse ces différents messages dans des morceaux qui vont être joués à la radio ou être interprétés en festival et en concert. Le but de tout ça, c’est que les thèmes et les angles d’attaques de ceux-ci soient entendus et répétés inlassablement par un public différent des aficionados du rap politisé, voir même en dehors du public rap tout court, amenant donc petit à petit ces réflexions dans de nouveaux cercles d’influences.

Une communication singulière

Sa communication, volontairement floue quant au degré auquel prendre ses paroles, est aussi une arme de choix. En effet, en opposition à ses pairs, qui généralement allient rap engagé avec une certaine sévérité dans leurs images et optant souvent pour un message clair et précis, lui choisit de tout prendre par dessus la jambe, se tournant souvent en dérision et réduisant grandement le côté moralisateur qui pourrait être ressenti grâce au texte.
Il prend ainsi à contre-pied la plupart des reproches qu’on adresse aux rappeurs dans les médias mainstream, là où ses pairs ont souvent cédé face au jeu de ceux-ci et de finir dépeints comme agressifs, non-ouvert au débat, ou même simplement tourné en ridicule (cf. tous nos charmants plateaux télés). Lui inverse ce paradigme en jouant tantôt le complotiste, tantôt le mec perché, tantôt celui qui ne comprend pas à quoi il fait référence.

Sur les NQNT …

NQNT [Explicit] de Vald sur Amazon Music - Amazon.frOn a vu cette tendance apparaître et évoluer chez cet artiste, car dans les deux premiers NQNT, les morceaux porteurs du projet sont des morceaux comme « Selfie » ou « Bonjour« , des hits où le message prime moins que la forme et le story telling qui sortent des schémas qu’on voit habituellement (on pense à la promotion via les trois versions de « Selfie » ou encore à l’engouement autour de « il a pas dit bonjour »). Même si dans le deuxième, on remarque déjà cette tendance de Vald à vouloir créer une réaction chez son auditoire, avec le morceau « Quidam » par exemple.

Sur Agartha …

Agartha: Vald, Vald: Amazon.fr: MusiqueDans Agartha, avec un titre déjà en référence à des théories complotistes, on retrouve « Eurotrap« , « Blanc » ou encore « Lezarman » aux côtés de « Megadose« , dans lesquels les sous-textes déteignent totalement avec le format, le rendant si efficace et marquant pour un public moins habitué aux codes de cet art.

Que ce soit pour dénoncer des inégalités, relever les incohérences de notre société et les défauts inhérents à chacun d’entre nous, la place de rappeur, les fanatiques, le monde du rap ou bien encore lui même… Vald parle avec brio, le tout sans jamais faire de fake deep ou de l’analyse de comptoir.

Sur XEU, mais surtout dans Ce Monde est cruel

Ce monde est cruel: Vald: Amazon.fr: MusiqueMême son de cloche dans Xeu, mais c’est dans Ce monde est cruel qu’on prend la pleine mesure de la profondeur de sa musique. On peut citer « Ma Star » et « Pensionman« , dans lesquels il se moque des relations superficielles. Sur « Ce monde est cruel » et « Rappel« , il s’en prend aux logiques incohérentes (capitalistes) de notre société. Enfin, dans « Dernier retrait« , il ironise sur le fonctionnement du métier de rappeur qu’il compare à un braquage légal.

« Même quand je pose les pieds sur l’bureau et qu’j’leur demande : « Pour l’prochain CD, vous envoyez combien ? »
J’demande ça pour mon bien, chaque sortie, c’est l’coup du siècle
Plusieurs millions, à peine quelques titres, disons une quinzaine (ceci est un braquage) »

« Ce monde est cruel, fais ton argent, ferme ta gueule
Parle-nous du bénéf’, même si les mots n’ont pas d’valeur
Ce monde est si cruel, c’est sûr que ces gens viennent d’ailleurs
Je rêve de leur planète, la main sous l’fusil mitrailleur« 

Sur Horizon Vertical …

Horizon vertical - Heuss - Vald - CD album - Achat & prix | fnacAvec le Heuss, ils ont aussi fait en sorte que Horizon Vertical ne travestisse pas cette recette.
Sur « Diviser pour mieux regner« , « Royal Cheese » ou encore « Matrixé« , Vald se charge de mettre des piqûres de rappels.

« J’sais qu’ils laissent tourner le trafic de shit car ils nous préfèrent camisolés
Les nouveaux cerveaux, faut les endormir, leur dire que, la vie, c’est batifoler
Les capitaines récalcitrants dans des prisons dorées, faut les pavillonner
Promotionner les rappeurs, faire croire aux jeunes, c’est ça d’être révolutionnaire »

 

« Faut croire en tes rêves, mon frérot , on r’met des Oscars à des pédos »

À l’heure où les réseaux sociaux ont créés une myriade de trolls prêts à tourner en ridicule tout ce qui ne leurs convient pas, Vald réussit à s’adresser à ces derniers. Et dans de nombreux cas, il parvient à faire passer un message engagé à certains qui étaient indifférents aux luttes, voir même d’autres qui étaient dans le mauvais camp.

Loin d’affirmer que Vald est le seul rappeur à faire passer des messages dans sa musique, on tenait à mettre en lumière une formule qui diffère de celle habituellement utilisée.

On laisse parler les images qui sont sans équivoque :
« Deviens Génial« , en 2018 au Festival Les Ardentes.

Quelques exemples …

On va illustrer par un extrait de chaque projet de Vald.

NQNT : « Autiste »

Franchement, j’en peins d’sacrés décors, maquez des porcs pour marquer l’écorce
Parquez des gosses éclatés, gâtés par les efforts, effacés d’l’art et des profs
J’ai caché des hordes d’aspects dégueux pour pas paraître détestable
Comme un colon à l’O.N.U. pour avoir l’air respectable
Les glandes mammaires, restez calmes et achetez Jacques Dessange
Avant que la prochaine super vague de sang n’alerte les médias

NQNT 2 : « Quidam »

Une vie remplace une autre
Y’a des pyramides, des psychiatries pour contrôler la faune
Et y’a toi… le plus quidam des quidams
Genre de salarié délicat qui taffe, qui taffe et fonde une famille
Ouais, mais sur l’argent d’l’héritage, sans ça, comment les mettre à l’écart
De la guerre et de la famine ? De la rue ou des coups d’Etat ?

Agartha : « Acacia »

Gros, t’es dans l’faux, parie pas, on t’déteste encore quand t’es riche
Même des langues entre tes miches, t’as osé troquer ton âme juste pour vendre des disques
Pédale, si tu savais seulement qui contrôlait l’bizz
J’veux m’balader à dos d’Diplodocus, ouais, ouais, mais l’physio refuse
Il vénère des bibelots occultes, rien qu’il parle de faciales
Pour nous bibi des kills et des kilos d’lotus
La loi est martiale, le choc est racial, l’Apocalypse est voulue

XEU : « Réflexions basses »

J’veux pas d’la gloire, cette bouffonne, mais plus j’fais d’argent et plus c’est tout comme
Je me sens utilisé, j’les soupçonne, j’ai tout pour être heureux, c’est pour ça qu’je dé-bouchonne, wesh
Est-c’que j’suis venu sur Terre pour être capitaliste et m’faire sucer la bite ? Peut-être
En tout cas, monter une vie d’famille, en c’moment, c’est comme surréaliste
Soit je rappe, soit j’me défonce : dans les deux cas, j’me déshumanise
J’me défonce pour oublier que quand j’me défonce pas, je ne fais que du rap : est-c’que tu visualises

Ce Monde Est Cruel : « Journal Perso 2 »

La peur nous pousse comme des infirmes, trop d’journalistes qui désinforment
Salle de prière désemplie, tous occupés à monter des empires
Avant que j’me désintègre, j’vais m’trouver, j’vais faire la paix
Après, j’vais rouler un teh et fusionner avec le canapé
Ouais, bien-sûr que j’ai tout prévu, c’est l’chemin qui compte, pas la fin qui prévaut
Gros, les potos avant les putes, j’vais sauver les hommes avant les veaux
J’vais sauver les miens avant les vôtres, gros, sinon, c’est pas la peine
Mais sauver les siens avant les autres, gros, c’est l’programme des Le Pen

Sans doute l’un des morceaux les plus parlant pour illustrer le sujet de cet article, on termine sur la Carte Blanche de Vald chez France Inter, « C’est pas nous les méchants« , depuis sorti sur le projet de son Label Échelon : Échelon vol.1.

Continuer de lire
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actus

Jazzy Bazz délivre un freestyle avant la sortie de MEMORIA

Antoine

Publié

le

Par

Quelques jours avant la sortie de son prochain album MEMORIA, Jazzy Bazz délivre un freestyle de haute volée en guise d’amuse-bouche.

Rituel du rappeur du 19ème, la sortie d’un freestyle avant celle d’un projet ne déçoit jamais, à l’image de celui d’aujourd’hui. Le clip accompagnant le morceau, réalisé par Lomi, embarque l’artiste dans le Paris nocturne qu’il affectionne tant, et place même un plan furtif de son freestyle classique 64 Mesures de Spleen sorti en 2012.

2022, je veux être l’Homme de l’année, envoyer du son comme personne ne l’a fait

Intitulé en référence à l’année de naissance de son auteur, le freestyle alterne entre égo-trip et mélancolie, sur la production du morceau January 28th de l’américain J. Cole, issu de son album 2014 Forest Hills Drive. « J’suis au sommet d’mon art, en pleine maîtrise, des phases hyper précises, les effets proposés sont rares » . Un freestyle sur une instrumentale intemporelle, et un Jazzy Bazz vraisemblablement au sommet de son art.

Jazzy Bazz sera également en tournée dans toute la France pour le MEMORIA Tour.

L’album MEMORIA de Jazzy Bazz est disponible en précommande en cliquant ici.

Dans le reste de l’actualité : TUNNEL, l’exposition du photographe Fifou du 21 au 23 janvier

Continuer de lire

Actus

TUNNEL, l’exposition du photographe Fifou du 21 au 23 janvier

Antoine

Publié

le

Par

Le photographe Fifou présente cette semaine son exposition parisienne TUNNEL, aux côtés de Ciesay, co-fondateur de la marque PLACES+FACES.

Que vous soyez néophytes ou auditeurs avisés, vous avez très certainement pu observer l’une des photographies de Fifou sans forcément savoir qu’il en était l’auteur. SCH, Luidji, Dinos, Kaaris, Jul, PNL… Lister tous les artistes pour lesquels le photographe a travaillé serait bien trop long pour un article se voulant synthétique. Derrière la plupart des pochettes d’albums rap les plus vendus de ces dernières années, Fifou collabore aujourd’hui avec Ciesay, photographe britannique et co-fondateur de la marque Places+Faces, à l’occasion d’une exposition qui se tiendra à Paris du 21 au 23 janvier prochain.

Intitulé TUNNEL, l’évènement éphémère se déroulera au bar artistique Maddalena, et vous pourrez y retrouver une partie de son travail exposé, ainsi que celui du photographe Ciesay, qui a notamment shooté pour Drake, Kanye West, Travis Scott ou encore A$AP Rocky. Rien que ça… L’occasion donc de rendre hommage à la culture hip-hop, et de faire le pont entre les inspirations respectives des deux photographes.

Retrouvez l’exposition TUNNEL de Fifou le 21, 22 et 23 janvier de 10h à 19h, au 7 rue Portefoin – 75003 Paris.

Dans le reste de l’actualité : Ashh est de retour avec OPIUM

Continuer de lire

Actus

Nessbeal et ZKR : Le retour du roi avec « Le Dem »

Lucas Ivanez

Publié

le

« N.E.2.S is back khey, sortez les brancards »

Plus de 10 ans. Ça faisait plus de 10 ans que Nessbeal n’avait pas publié de titre. On peut donc le dire : Le roi sans couronne est de retour.

Jeudi 13 janvier. Je me balade sur YouTube, à la recherche de nouvelles pépites à écouter quand je vois une vidéo plus que surprenante : Nessbeal feat ZKR – Le dem. 

En effet, Ne2s a su se faire discret ces dernières années : Très peu présent sur les réseaux sociaux, il était difficile de suivre son actualité. Musicalement, c’était la même chose. Pas de projet publié depuis Sélection Naturelle en 2011 et après être apparu en featuring sur différents projets jusqu’en 2015, il disparait totalement des radars du rap français avant de revenir sur le morceau d’un certain rappeur marseillais : Jul. Rien que ça.

Signé chez Morning glory music, il sort donc de l’ombre et dévoile un Banger en featuring avec un autre technicien du même label, ZKR.

Du sang, des larmes, sur Dicidens j’faisais mes premiers larcins

Cette punchline du rappeur des briques rouges montre tout particulièrement l’impact que Nessbeal a eu pour les jeunes de cette génération. Bien qu’étant considéré (à juste titre) comme un « roi sans couronne » de par le fait qu’il n’ait jamais eu de réel succès commercial, Ne2s a bel et bien rencontré un succès d’estime chez tous les auditeurs du rap français de la fin des années 90 à 2011. Il était écouté dans toutes les banlieues. ZKR fais partie de cette génération qui a grandi avec Nessbeal, et donc avec Dicidens, le groupe qu’il formait avec Zesau. Du sang et des larmes faisant aussi référence à l’un des plus gros morceaux de ce groupe, en featuring avec Booba.

Le rappeur originaire du 92 découpe, plaçant des punchlines frappantes tout en gardant une voix posée, comme à son habitude. La connexion avec ZKR est plus que validée et le clip réalisé par Thibault Cadentem vaut le coup d’oeil. DJ Bellek, créateur du label Morning Glory Music a même annoncé l’année dernière qu’Ne2s dévoilerait un album dans l’année. Bien que ce ne soit pas arrivé en 2021, la sortie de ce single est sans doute annonciateur de ce projet, qui se profile déjà comme l’un des plus attendus de l’année. On vous invite donc à streamer « Le dem » et à donner à Nessbeal cette couronne qu’il mérite depuis tant d’années.

Dans le reste de l’actualité : Cinco prend du « Level » dans son nouveau clip

Continuer de lire

Tendances