Nous suivre

Article

Les contenus à matter pour parfaire sa culture rap

Avatar

Publié

le

Disclaimer : cette sélection est subjective et ne représente pas l’ensemble de l’équipe Raplume. De plus, il s’agit d’une courte sélection, non-exhaustive, ce type d’article étant voué à avoir une suite 🙂 


Pour mettre à profit ces 8 derniers jours de confinement, nous avons décidé de vous concocter une sélection de films, documentaires et séries sur le rap à regarder, pour en apprendre toujours plus. Rap français ou US, documentaires et fictions, il y en a pour tous les goûts et tous les publics, des fans de musique mainstream aux plus initiés.

LES DOCUMENTAIRES

  • Les Fif Stories, Fif 

Incontournables, (normalement) connues de tous, les Fif Stories (sorte de « storytimes » ++) nous replongent dans l’histoire du rap français, des rappeurs que nous connaissons tous, à travers le récit du cofondateur du plus gros média rap en France : Booska-p. Fif, l’homme aux locaux remplis de la moitié des certifications du rap français nous raconte ces histoires, souvent inconnues du grand public, à grands coups d’humour et d’anecdotes en tous genres.

Disponible sur Youtube : Fif Stories.

 

  • Le Bâtiment 7, Street Press

Un documentaire très complet, qui retrace l’histoire d’un lieu incontournable pour la nouvelle génération du rap français, le plus iconique des bâtiments de cité : le bat’ 7. Si on le connaît grâce à Koba, Bolemvn, Shotas ou encore Kodes, le bâtiment et sa dalle emblématique sont voués à disparaître. Touchant, le documentaire nous fait rentrer dans la vie des habitants du quartier, le Parc aux Lièvres, entre moments de bonheur et nostalgie, avant sa destruction, qui sera actée en l’année prochaine.

Retrouvez notre article sur le documentaire ici.

Disponible sur Youtube.

 

  • L’argot sous un garrot – La face cachée de l’oeuvre de Booba 

Si vous nous suivez, c’est que vous aimez les textes, et si vous aimez les paroles et l’écriture dans le rap, alors vous ne pourrez qu’apprécier ce documentaire.

Loin d’être parfait certes, il n’en apprendra pas beaucoup aux plus littéraires mais il a le mérite de faire intervenir de nombreux spécialistes ayant consacré un article, ou un livre à l’écriture du rappeur. Parfait pour réviser ses figures de style, assister à un cours de français 2.0, avec la désormais célèbre figure de la « métagore« , théorisée par le romancier Thomas Ravier. Ce documentaire se destine aussi à ceux qui ont (encore en 2020????) des a priori sur le rappeur (car Booba ne fait toujours pas l’unanimité au sein du public rap, mais ça, on ne l’apprend à personne). Booba, quoi qu’on en dise, est et restera l’un des plus grands lyricistes du rap français, même si sa langue n’est pas des plus accessibles. Mais c’est aussi ce qui en fait son charme et sa force, comme L’argot sous un garrot nous le démontre, savamment.

Disponible sur Youtube.

https://www.youtube.com/watch?v=908qFja3OnQ&t=1568s

 

LES FILMS DE RAPPEURS

  • Les Etoiles Vagabondes, Nekfeu (2019)

Comment construire un album et surtout, comment trouver de l’inspiration pour écrire des textes après une carrière aussi remplie que la sienne (2 albums solo, une réédition et 7 projets de groupe) ? C’est la question qui hante Nekfeu dans ce film. Entre scène, studio (improvisé) et voyages autour du globe, ce documentaire intimiste nous fait rentrer dans les pensées et dans la vie du rappeur aux trois disques de diamant. Émotions, poésie et introspection sont les maîtres-mots de ce long-métrage, et l’on en attendait pas moins du rappeur. N°1 du box-office, 100 000 entrées réalisées en une séance unique à travers la France, Les Etoiles Vagabondes est une réussite incontestable, au moins au niveau commercial. Quoique l’on ait pensé de son album, que l’on apprécie ou non Nekfeu, ce film mérite au moins d’être vu.

Disponible sur Netflix (et trouvable sur Youtube si vous n’avez pas d’abonnement).

 

  • Banlieusards, Kery James (2019)

Un film non pas sur le rappeur mais sur la banlieue, comme beaucoup d’autres certes, à l’exception près cependant qu’il a été écrit par une personne qui y a vécu et a toujours été son porte-voix : la légende du rap Kery James. Après avoir cherché çà et là des financements pour pouvoir tourner le film, le rappeur, face aux refus de l’industrie du cinéma, s’est finalement tourné vers Netflix, qui a immédiatement adhéré au projet. Si le synopsis peut nous rappeler La cité rose (film français sorti en 2012, que nous vous conseillons par ailleurs), ce film, porté par les textes de Kery James, se distingue par sa justesse. Le rappeur a pris tous ses fans à contre-pied en choisissant d’incarner le bad boy de la série, le grand frère qui est tombé dans l’illicite et ne jure que par l’argent sale. On y retrouve la fille d’Alexandra Lamy, Chloé Jouannet, et un casting de jeunes acteurs très prometteurs. Banlieusards a été le troisième film le plus vu sur Netflix en 2019, une belle revanche pour Kery.

Retrouvez notre interview de Kery James pour la sortie de Banlieusards ici.

Disponible sur Netflix.

 

  • Look Mom I Can Fly, Travis Scott (2019)

Le documentaire sur le rappeur, réalisé par Netflix, retrace le parcours de ce jeune prodige du rap. On fait connaissance avec la mère du rappeur et l’on entre dans sa vie de famille parfaite, avec Kylie Jenner, la mère de sa fille. Entre tournées et images d’archives familiales, on découvre la vie du petit Jacques puis du père de famille. Le documentaire met en lumière de nombreux témoignages de fans du rappeur texan, qu’ils voient comme une « idole », qui les a « sauvés » selon leurs propres dires. Il est émaillé d’impressionnantes scènes de concert (qui rendent clairement nostalgiques). De la sortie de son album Astroworld aux Grammys, c’est l’ascenseur émotionnel pour le rappeur.

Disponible sur Netflix.

 

LA SÉRIE

  • Unsolved (2018)

Entre série policière et documentaire, Unsolved retrace l’histoire de Tupac et Biggie et nous aide à comprendre pourquoi, de bons amis du milieu au départ, ils ont fini par devenir ennemis jurés, dans une escalade de violences devenue hors de contrôle et qui mènera à leur perte. Tupac décède en 1996, à 25 ans, Biggie, une année plus tard. Il était âgé de 24 ans. En 10 épisodes, on comprend pourquoi les meurtres de Tupac et Biggie sont si difficiles à résoudre (la question des tueurs à gage, du commanditaire des meurtres, de l’implication de la police de Los Angeles, etc.), à travers le travail d’une nouvelle équipe qui décide de reprendre l’enquête. Avec un Tupac presque plus vrai que nature.

Disponible sur Netflix.


N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques et suggestions d’autres films ou séries en commentaires.

Continuer de lire
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actus

IAM poursuit sa série d’EP avec “Troisième Vague”

Alexis

Publié

le

Par

IAM - Troisième Vague

Sortie sans promotion particulière, la série d’EP Vague du groupe marseillais s’agrémente de son troisième volet, presque cinq mois après sa première partie.

Le temps n’a donc aucun effet sur l’un des plus grands groupes de rap français. IAM continue d’étoffer sa discographie année après année. Après 30 ans de carrière et dix albums, l’Imperial Asiatic Men sort encore un nouveau projet tous les trois ans en moyenne ! Cette année, la formule choisie est un peu différente : trois EP (pour le moment) de 6 titres chacun.

Dévoilés depuis juin 2021 et répartis sur cinq mois, on dénombre également 9 clips réalisés jusqu’ici. Dernièrement, c’est celui d’Au Final, en featuring avec leur backeur habituel Saïd et produit par Akhenaton et Imhotep, qui a été publié.

Retour aux bases

Avec cette série de projets aux abords confidentiels, les membres d’IAM font exactement ce qu’ils savent faire. Sur les prods Boom-bap de Khéops et Imhotep, les flows d’Akhenaton et du Shurik’n glissent sur des textes techniques et sophistiqués. À noter la présence dominante d’AKH sur les trois volets, tant sur l’interprétation des morceaux avec plusieurs solo, que dans leur production et composition. 

La direction artistique des EP s’oriente donc encore vers un rap des années 1990. Leurs compositions habituelles se retrouvent dans l’identité musicale de chaque morceau ou presque, et les covers rendent hommage à leurs albums précédents. Quand celle de Deuxième vague illustre clairement le samouraï de l’Ecole du micro d’argent (1997), la Troisième vague laisse un discret petit micro sur le bas de l’illustration : celui de Rêvolution (2017).

C’est un souffle de nostalgie que nous offre le groupe en cette fin d’année, avec une suite de projets aussi légère que qualitative. Un bon compromis qui laissera un retour aux bases pour les auditeurs de la première heure. Mais c’est également une porte d’entrée pour les plus jeunes d’entre nous qui souhaitent découvrir les légendes du rap français !

Continuer de lire

Actus

Django sort du four avec Athanor

Avatar

Publié

le

Par

Un an après la sortie de S/O le Flem, véritable tournant dans la carrière de Django, le rappeur est de retour avec un premier vrai projet personnel, Athanor. Il y dévoile dix titres incisifs et plus introspectifs que jamais, alors même qu’il avait déjà évoqué sa personnalité névrosée.

Fidèle à lui-même

Même si le style de Django était difficile à cerner à ses débuts, en particulier au vu de la transition musicale entre l’EP Anthracite et le suivant, Tue-moi, Mon Amour, S’il Te Plaît, on peut dire que Django a une identité artistique plutôt bien définie depuis 2019-2020. Après quelques collaborations réussies, en particulier sur le projet S/O le Flem, Django se recentre à 100 % sur lui-même dans cet album. Au niveau des textes, on retrouve toujours de nombreuses références au cinéma, à la musique, à la mythologie, à l’univers des mangas ainsi qu’à la littérature classique. Pourtant, on sent que la plume de Django s’est acérée et qu’il arrive à se livrer complètement. Athanor est donc une véritable introspection dans la tête (et dans le corps) de l’artiste.

Au niveau de cette fidélité, on peut noter que Django a une fois encore fait appel au producteur Flem, qu’il connait depuis de nombreuses années. Les beatmakers Alpraz et Cellulaire, notamment connus pour avoir travaillé avec Doc OVG, Zeu ou encore Ashe 22, sont aussi de la partie.

Enfin en interview

Avec la sortie de ce quatrième projet, Django entre dans une toute nouvelle dimension, notamment au niveau des médias. Après être resté silencieux ces cinq dernières années, que ce soit dans la presse mais aussi sur les réseaux sociaux, il a accordé deux grosses interviews pour la promotion d’Athanor. Ainsi, il s’exprime sur différents éléments-clés de sa carrière durant le reportage Django, l’autodestruction de Booska-P. Quelques jours plus tard, il apparaît dans l’émission Le Code avec Mehdi Maïzi pour Apple Music. Les fans sont visiblement ravis d’en apprendre plus sur Django et son lourd passé.

Pour écouter l’album Athanor, rendez-vous ici !

Dans le reste de l’actualité : BEN plg et Djalito sont clairement « Les préférés de la cantinière »

Continuer de lire

Actus

Chilla x Hatik : ils nous dévoilent « Demain »

Avatar

Publié

le

Par

Après avoir teasé leur collaboration, attirant la curiosité de leurs communautés respectives, ils dévoilent (enfin) leur feat. 

Ils avaient déjà annoncé la date. Sur un post, l’artiste Chilla avait publié une photo avec en légende « Rdv vendredi Chi & Hatik ». Une collaboration inattendue pour leurs communautés mais finalement… pas tant que ça. 

Deux mondes se rejoignent

Hatik comme Chilla sont déjà très actifs depuis quelque temps.  Le premier a annoncé la sortie de son prochain album « Noyé », et la deuxième est revenu dans le game en sortant un clip récemment intitulé « Pas de limites ». 

Le point commun entre ces deux activités récentes sont l’univers profond et émouvant qui font leurs marques de fabrique. 

La collaboration entre les deux artistes n’est donc finalement pas vraiment surprenante : tous deux ont des univers similaires, où des flows mélodieux accompagnent un contenu profond et mélancolique. 

Si demain tout s’arrête,

Qu’est ce qu’il restera de moi ?

Qu’est ce qu’il restera de toi ?

Le clip intitulé « Demain » fait ressortir cet univers sombre et mélancolique. Dans une ambiance, avec motos noires et habits noirs dans la nuit noire (ouais on fait dans la rime) qui ne fait pas ressortir que le côté émotion et mélancolique mais aussi un côté badass. Leurs deux voix qui font dans la mélodie, et leurs deux sensibilités s’accordent bien. On dirait même qu’il forme une seule et même voix en reprenant le refrain. La rappeuse nous conforte dans la sensibilité et la douceur des sons qu’elle produit. 

 

Et ensuite ? Chilla n’a encore communiqué aucune date sur son prochain projet. Chilla est déterminée et compte donc faire patienter sa communauté, encore un peu, à travers de nouveaux singles efficaces.

En attendant, je vous propose de regarder le clip de « Demain » juste en dessous : 

 

Continuer de lire

Tendances