Nous suivre

Article

Les rappeurs à suivre en 2019

Avatar

Publié

le

Fin décembre, nous vous proposions un thread sur Twitter avec 10 artistes qui, selon nous, méritent d’être suivis de près en 2019. Comme promis, les trois artistes qui ont obtenu le plus de réactions, Zamdane, OBOY et Suikon Blaz AD, font l’objet d’un petit article dans lequel Raplume vous explique pourquoi il faut les suivre.

Zamdane

Découvert au deuxième semestre de 2017 grâce à « Favaro » puis grâce à sa bonne performance dans le Règlement Freestyle, le Marseillais n’en était qu’à l’intro. Deux projets plus tard, il termine 2018 à l’image de son EP : Affamé !
Cinq freestyle clippés sortis entre octobre et décembre, c’est le format choisi par l’artiste pour montrer à tout le monde qu’il a faim de réussite. Chaque son possède une ambiance et un thème très différents, passant de l’egotrip au questionnement, avec un focus constant sur l’avenir.

Pourquoi faut-il suivre Zamdane en 2019 ?

Le jeune artiste a une vision sur le long terme et est en pleine explosion. Son premier projet, 20’s, a montré un énorme potentiel, car malgré des débuts tardifs dans le rap, il a su montrer une polyvalence digne des meilleurs. Pour ses derniers clips, il s’est associé à Paul Maillot, qui avait notamment réalisé « Strict Minimum 1 » de Take a Mic ou encore « Arbre de vie » de Sopico. Toute la série Affamé a été tournée au Maroc, notamment à Marrakech, d’où est originaire Zamdane. Cet univers, dans lequel il a passé son enfance et son adolescence avant de débarquer à Marseille à 17 ans, nourrit son imaginaire et lui permet de se démarquer. Ses autres atouts ? Une continuité dans ce qu’il propose, notamment au niveau des prod avec Skary qui a composé non seulement « Favaro » début 2017 et « Seul » fin 2018, mais qui a aussi mixé l’ensemble du projet Affamé.

Alors qu’il est apparu pour la première fois en Planète Rap aux côtés de 7 Jaws dans le cadre de la promotion de l’album La vie de rêve de Bigflo & Oli, Zamdane a de grandes chances d’être petit à petit médiatisé et d’obtenir une notoriété digne de son talent. Il ne reste plus qu’à attendre la suite…

OBOY

Flow nonchalant, univers futuriste, le jeune rappeur s’est très vite fait remarquer grâce à ses nombreuses particularités. D’abord découvert grâce à son morceau « Douce », il a par la suite sorti de nouveaux morceaux, dans des styles toujours différents : « Cobra », « Alpha » et encore plus récemment « R10″, s’amusant à poser sur de la funk brésilienne.

En 2018, il a sorti son excellent projet Southside (Vous pouvez trouver notre chronique ici) qui a énormément plu à son publique, mais aussi à la critique, laissant présager le meilleur pour la suite…

Pourquoi faut-il suivre Oboy en 2019 ?

Oboy se démarque clairement de la majorité des rappeurs. En effet, il nous propose un style inédit, bien à lui. Chaque nouveau morceau fait parler de par sa qualité et sa possible particularité, le dernier en date, « R10 », en est un exemple parfait. Sa capacité incroyable à se diversifier ne pourra que jouer en sa faveur. L’exemple parfait de sa diversité artistique reste la sortie son morceau « Cobra », nous proposant une musicalité complètement différente de ce qu’il se fait en ce moment.

Outre sa versatilité, le jeune rappeur semble également perfectionniste. En effet, les visuels et les décors de chacun de ses clips sont tous travaillés avec une grande précision, nous proposant à chaque fois un support visuel qui s’adapte parfaitement avec le morceau.

Enfin, il faut savoir que l’artiste a déjà réussi à acquérir une certaine notoriété, dépassant à presque chaque occasion le demi-million de vues. S’il continue dans cette voie, aucun doute que cette notoriété ne cessera de se développer tout au long de cette année 2019, notamment grâce à son tout premier album, ΩMEGA, dont le premier extrait, « 187« , a été dévoilé le 6 décembre et qui pourrait être le déclencheur de son explosion.

Suikon Blaz AD

« Poto, il était temps, depuis l’temps qu’j’ai les pieds d’dans », c’est avec cette phrase que Suikon Blaz AD fait son apparition aux yeux du grand public, en novembre 2018, aux côtés de Gringe, Orelsan et de son acolyte de toujours, Vald. Beatmaker sur NQNTMQMQMB, le premier projet de Vald, il pose sur quelques morceaux avec ce dernier depuis. Considéré comme certains par l’un des rappeurs les plus sous-cotés de France, il ne s’est manifesté que sur une poignée de morceaux ces cinq dernières années. Il est généralement adulé en freestyle, que ce soit en Planète Rap ou dans Rentre dans le Cercle de Sofiane. Un énorme potentiel donc pour le rappeur d’Aulnay-sous-Bois, mais difficile de savoir s’il sera un jour exploité…

Pourquoi faut-il suivre Suikon Blaz AD en 2019 ?

Depuis 2013, des rumeurs circulent sur la possible arrivée d’un EP solo, et … rien. Pourtant, 2018 a clairement donné une autre dimension à l’artiste, qui pourrait bien apparaître sur certains projets. Début 2018, c’est Vald lui-même qui annonçait la sortie d’une mixtape mais cela ne semble pas prêt d’arriver. Il faudra probablement se contenter des rares apparitions de Suikon. À moins d’une surprise ?

Voici donc les trois rappeurs de notre liste que vous attendez le plus, mais nous vous invitons évidemment à surveiller 100 Blaze et Bolémvn (tout deux également présents dans les 11 rappeurs à suivre de Booska-P), Kader Diaby, 404Billy, P-Dro, Luni et Zed Yun Pavarotti (qui ont chacun un projet prévu pour début 2019).

Continuer de lire
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actus

Moha MMZ démarre fort en solo avec « EUPHORIA »

Antoine

Publié

le

Par

Connu pour sa carrière de groupe aux côtés de son acolyte Lazer, Moha MMZ débute aujourd’hui son parcours solitaire avec EUPHORIA.

Dans la musique, le passage d’un projet de groupe à une carrière solo s’avère souvent quitte ou double. Après avoir fait ses armes avec plusieurs projets de groupe, celui qui se faisait appeler Pti Moha en 2015 sur Que la mif de PNL sort aujourd’hui son premier album solo : EUPHORIA. Un nouveau challenge pour le rappeur, challenge qu’avait aussi entrepris son acolyte Lazer l’année dernière avec un EP Zéro Pression.

Respire, demain sera meilleur ou juste moins pire

Réputé pour sa maîtrise de la mélodie, le jeune homme originaire des Tarterêts n’y déroge pas et conserve toute son ADN au sein de son premier album en solitaire. Variant les ambiances et les flows, le rappeur propose également plusieurs prises de risque réussies, du refrain de DORE à celui de BUG pour ne citer qu’eux. « Toujours les mêmes pâtes dans les mêmes plats » … Imprégné de la fibre QLF, on retrouve également N.KF au mix de l’album et BBP dans certaines productions.

Au nombre de 2, les featurings savamment choisis s’intègrent sans faute dans la tracklist, que ce soit l’ensoleillé VIBES avec RKM de DTF ou le mélancolique GALERES aux côtés de Zed, membre éminent du collectif 13 Block.

Au delà des textes, son univers se révèle également via ses clips, en témoigne le dernier en date tourné dans les forêts norvégiennes, illustration de la froideur du titre CAUCHEMAR.

Très attaché à l’indépendance, Moha a fondé son label SPRT ZOO et son studio La Salle Du Temps, et a accompagné la sortie de son album d’un merchandising exclusif. Etape importante dans son parcours artistique, le jeune artiste délivre un premier album solide et prometteur à seulement 24 ans, annonciateur de belles choses pour la suite de sa carrière.

L’album EUPHORIA de Moha MMZ est disponible sur toutes les plateformes de streaming.

Dans le reste de l’actualité : Jazzy Bazz revient avec Memoria

Continuer de lire

Actus

Green Montana toujours aussi efficace dans « Waldorf Astoria »

Nicolas Rispal

Publié

le

Green Montana est de retour avec « Waldorf Astoria » sept mois après la sortie de MELANCHOLIA 999, en juin dernier. Parlons-en. (suite…)

Continuer de lire

Actus

Oldpee revient encore plus « Dur »

Avatar

Publié

le

Par

À l’occasion de sa série « Binbinks », Oldpee veut marquer les esprits de ce début d’année avec le cinquième opus de la saga.

Dans ce nouveau visuel réalisé par Alan Cohen, le rappeur sevrannais continue d’affirmer son identité, à coups d’égotrip sur sonorité trap mêlés à une attitude et des flows nonchalants. La performance du rappeur doit être autant soulignée que la production minimaliste mais efficace de DJ Morex & B.A.

Si j’pose mes péchés sur la table, j’suis presque sur qu’elle s’fissure

La D.A du clip permet à Oldpee d’exprimer sa singularité, notamment par sa gestuelle. Ce visuel continue de dessiner les contours de la direction que va prendre le rappeur pour 2022. Il semble très à l’aise dans une ambiance sombre et sobre à la fois. L’aspect nonchalant de l’artiste donne du relief à des références qui se veulent plus légères :

Ca t’allume au clair de la lune

Nous pouvons également souligner la présence de Da Uzi aux côtés d’Oldpee. 3 ans après la compilation « 93 Empire », la scène sevrannaise montre sa facilité pour collaborer. Peut-on y voir un potentiel feat sur le premier projet solo du membre de 13Block ? Au final, ce visuel, avec le morceau qui l’accompagne, semble être le parfait compromis pour Oldpee. D’un côté, il ne devrait pas perdre les fans l’ayant découvert en groupe, et de l’autre côté, il affirme lentement et sûrement son attitude plus singulière.

Le morceau IGGY de Oldpee est disponible sur toutes les plateformes en cliquant ici.

Dans le reste de l’actualité : TUNNEL, l’exposition du photographe Fifou du 21 au 23 janvier

Continuer de lire

Tendances