Nous suivre

Article

Rappeurs et chanteuses : ça va ensemble

MC Solal

Publié

le

Si les feats rappeur x chanteuse étaient légion jadis, force est de constater qu’ils se sont raréfiés depuis l’avènement de l’autotune, les refrains chantés devenant plus faciles à maîtriser. L’association rappeurs x chanteuses donne pourtant souvent des sons intéressants, et en cette fin d’année, nous avons eu envie de revenir sur 5 morceaux sortis en 2018. Certains ont beaucoup fait parler d’eux, d’autres sont plus confidentiels, mais tous méritent d’être dans vos playlists.

  • Damso et Angèle, Silence (sur Lithopédion)
  • Dinos et Yseult, Helsinki (sur Imany)
  • PLK et Yseult, Weed (sur Polak)
  • Lpee et Lala Licia, Sobredosis (sur Monochrome)
  • Tengo John et Enchantée Julia, Mind (sur Hyakutake)

Qui sont ces chanteuses ?

Parmi les chanteuses citées ici, seule Lala Licia fait vraiment du rap (entre autres) dans sa carrière solo. D’origine vénézuélienne, elle rappe en français, mais c’est en espagnol qu’on la retrouve sur Sobredosis, morceau qu’elle et Lpee ont entièrement créé ensemble (voir cette itw pour en savoir plus). On retrouve également sa voix, plus discrètement, sur Étoile, dans le même projet. Elle a semble-t-il changé de nom depuis, mais on peut toujours (re)découvrir d’anciennes vidéos sur insta.

https://www.instagram.com/p/BcsvNa1lDmV/

Les autres chanteuses de la liste ont des liens avec le rap, sans pour autant être des rappeuses. C’est le cas d’Angèle, qu’on ne présente plus : sœur de Roméo Elvis, plusieurs feats avec lui à son actif, ainsi qu’avec Caballero & JeanJass. Elle a fait la première partie de Damso, et elle est la seule invitée sur son troisième album, Lithopédion.

Yseult, connue du grand public pour avoir été finaliste de la Nouvelle Star en 2014, a depuis fait plusieurs collaborations avec des rappeurs, dont deux figurent dans cet article : Dinos et PLK. On a également pu la retrouver en feat avec Lino, et bientôt avec Jok’Air, pour ne citer qu’eux. Mais surtout : sa voix est magique.

Yseult, photographiée par Roxane Peyronnenc

Quant à Enchantée Julia, on ne saurait que trop vous conseiller de découvrir sa voix si ce n’est pas déjà fait, ainsi que le clip de son morceau avec Prince Waly : 45 tours.

Enchantée Julia et Prince Waly

Où et comment placent-elles leur voix ?

Dans les morceaux choisis ici, le plus souvent, la chanteuse n’a pas à charge de s’occuper seule du refrain chanté, comme cela peut parfois être le cas. Elle accompagne donc le rappeur en backant ses paroles, en quelque sorte.

L’ajout de la voix d’une chanteuse talentueuse transforme un morceau. C’est ce que Tengo John nous déclarait récemment en interview, à propos de sa collaboration avec Enchantée Julia sur Mind :

Elle a donné une autre dimension au morceau, c’est elle qui lui donne vraiment de l’ampleur, de la profondeur, c’est vraiment une pro… C’est une magicienne, Julia !

Dans Weed et dans Silence, on observe que la chanteuse fait des vocalises pendant le morceau, en crescendo : elle se retrouve sur le devant de la scène à la fin. En effet, dans Weed, quand la voix de PLK cesse, il reste presque 1 minute de son, durant laquelle on n’entend plus qu’Yseult, dont la voix est parfaitement mise en valeur. Dans Silence aussi, Damso s’efface, et Angèle ne fait plus seulement des vocalises : elle a ses propres paroles (« Ta vérité n’est pas la mienne » etc.). À noter qu’Angèle a un rôle dans la composition du morceau, puisque c’est elle qui en a créé la mélodie.

Sobredosis est un cas particulier : Lala Licia a son propre couplet, c’est un duo parfaitement équilibré.

Pourquoi faire venir une chanteuse sur ce morceau, et pas sur un autre ?

La première chose que l’on remarque au niveau de l’ambiance, c’est que les morceaux en question sont plutôt chill, voire planants, et peuvent contraster avec le reste du projet. Or, même si c’est un cliché de le dire, force est d’admettre que la voix féminine contribue grandement à une atmosphère apaisée. Yseult et Lala Licia, dans leur manière de chanter, apportent aussi un certain lyrisme.

Dans nos 5 morceaux, on retrouve beaucoup le thème de l’amour (qu’il soit heureux ou mélancolique), mais aussi celui de l’addiction.

Dans ceux qui parlent d’amour, comme Mind par exemple, la voix féminine s’inscrit dans le storytelling du morceau : elle permet de dessiner une ébauche du couple, d’introduire la présence de l’autre (même si la femme dont parle le texte et celle qui chante ne sont pas la même personne). C’est encore plus frappant dans Silence, qui se construit en mettant face à face deux visions (masculine puis féminine) de l’échec du couple.

Dans Helsinki, qui évoque la rupture de manière plus détaillée, la voix féminine fournit un écho intéressant au procédé employé par Dinos : son texte s’accorde au féminin, comme s’il s’agissait du message laissé par son ex sur son répondeur. Avec la voix d’Yseult , qui prend de l’ampleur au fil du morceau, c’est un peu comme si la voix féminine, confisquée par Dinos, était réintroduite.

Le titre Weed est on ne peut plus explicite, et Sobredosis signifie overdose : pas de doute, l’addiction est bien présente dans ces deux morceaux. Au sens propre d’abord : PLK chante son amour pour la weed. Cela nous permet de penser que la voix enchanteresse d’Yseult peut renvoyer au chant des sirènes, qui attirait de manière irrésistible les marins d’Ulysse, et les conduisait ainsi à leur perte. Le pronom elle, qui désigne la weed, donne parfois l’impression de se référer à une fille (plus précisément : une meuf possessive), ce qui instaure un double-sens :

Elle veut que j’lui parle sans cesse, qu’on fasse tous nos bails sans stress, j’crois qu’elle me retient en laisse, mais mon cerveau m’empêche

Dans Sobredosisl’amour s’assimile à une addiction, à la fois agréable et menaçante. Lpee déclare :

J’ai croisé ton sourire et j’suis tombé dans le piège

Et Lala Licia clôt son couplet par un mot-valise, « sabro-sobredosis », alliance de sabroso (savoureux) et de sobredosis (overdose), rapprochement des sonorités (s, b, r), mais aussi du sens : le plaisir se mêle au danger.

https://www.instagram.com/p/Bh4SXpzBe28/

Entre fusion et contraste

L’alliance rappeur x chanteuse permet évidemment de jouer sur des contrastes : différence du timbre de voix, différence masculin / féminin, différence rap / chant… Sobredosis y ajoute même la différence des langues (français / espagnol).

Mais l’antithèse n’est pas absolue : les voix s’entremêlent dans une forme de fusion subtile, sur Mind ou sur Helsinki notamment.

Et surtout, on constate un effet d’influence réciproque : parfois, le rappeur se met presque à chanter lui aussi. C’est particulièrement le cas de Damso et de Tengo John, et d’ailleurs, leurs derniers projets respectifs prennent plus généralement cette orientation vers le chant.

Les feats rappeur x chanteuse en 2018 ne semblent pas tellement accentuer une dichotomie rap / chant, mais sont plutôt symptomatique d’une nouvelle génération de rappeurs décomplexés qui développent de plus en plus le mélange des genres, et notamment l’utilisation du chant.

Playlist complémentaire

Bon j’avoue, j’ai choisi mes 5 morceaux préférés pour faire l’article, mais il y en a eu plein d’autres cette année, par exemple :

  • Swing et Blu Samu, Mama
  • Gringe et Léa Castel, Scanner
  • Nelick et Jäde, Beaux rêves
  • Angèle et Roméo Elvis, Tout oublier
  • Prince Waly et Enchantée Julia, 45 tours
  • Seyté et Zoé, Le sourire et l’envie
  • Lorage et Ophélie, À voix haute
  • Krisy et Cloé Mailly, Discussion nocturne
  • Juice et Karlita Rose, Toxique
  • Lartiste et Caroliina, Mafiosa

Actus

Momsii fête son entrée chez SPKTAQLR avec son nouveau clip « Kilogramme »

Avatar

Publié

le

Par

 

Momsii , rappeur originaire du 77 fait partie des artistes à l’univers sombre et aux punchlines incisives. Dès 2015, il impose son univers avec des clips comme Thug Life ou Money gram. De fil en aiguille, le rappeur originaire de Pontault-Combault gagnera en visibilité et enchaine dès 2020 avec une série de freestyle Bounia ou il mettra en avant sa voix grave et ses punchlines tranchantes. Par la suite, il sortira Tard la night en collaboration avec Timal qui atteindra très rapidement le million de vues sur Youtube et clôturera 2020 avec un EP Dans le SAS.

En 2021, il tape dans l’œil d’Oumar Samaké. Aujourd’hui, il rejoint officiellement les rangs de son label SPKTAQLR déjà composé de  noms importants de la scène rap française actuelle comme Dinos, Dosseh, Lacrim, Marie Plassard et bien d’autres encore. 

Ce mercredi 22 septembre, Momsii dévoile quelques heures après l’annonce de sa signature un premier clip : Kilogramme. Sur une prod de Carter, le rappeur déballe comme à son habitude de nombreuses punchlines rythmées par son fameux flow agressif qui fait sa signature. 

Le clip, dévoilé à 17h, est d’ores est déjà disponible sur Youtube. Dans ce visuel réalisé par Hustler game, le nouveau membre de SPKTAQLR est mis en scène dans diverses pièces aux couleurs et ambiances variées au sein d’un seul et même immeuble. Les visites des différentes pièces sont séparées par des plans aériens tournés au drône, permettant au spectateur d’entrer en immersion dans ce bâtiment et dans l’ambiance des différents lieux qu’il renferme. Ainsi, on assiste à la visite d’un labo de drogue, à une pièce à l’ambiance verte ou Momsii est accompagné d’une femme, à un autre appartement ou celui- ci est entouré de son équipe armée et enfin à une salle ou l’ambiance bleue est plus tranquille mais dans laquelle le rappeur et ses accompagnateurs subiront une perquisition. 

Momsii prouve donc une nouvelle fois de quoi il est capable avec cette entrée fracassante dans son nouveau label avec lequel, sans aucun doute, il réalisera de beaux projets. Comme dirait si bien le rappeur :  « Ça va barder » ! Dans l’attente d’un potentiel album, on vous conseille de suivre cet artiste de très près. 

On vous laisse découvrir son nouveau clip efficace et percutant  Kliogramme  juste ici :

https://www.youtube.com/watch?v=yANZDBoSXbc

 

Continuer de lire

Actus

Lacrim est de retour avec l’imposant “L’immortale” !

Alexis

Publié

le

Par

Lacrim - L'immortale clip

Presque un an après le dernier opus de sa série R.I.P.R.O, Lacrim nous dévoile le clip de son nouveau morceau, tourné dans la célèbre Scampia napolitaine.

C’est bien connu, les rappeurs français apprécient l’ambiance mythique de La Scampia : après PNL, SCH ou encore Sadek, c’est au tour d’El Tigre de tourner dans ce décor légendaire. Le banditisme étant un aspect fréquemment illustré dans les morceaux de l’artiste, on comprend sa volonté de s’afficher dans le quartier le plus meurtrier d’Europe.

Aidé de sa voix écrasante, Lacrim pose trois minutes sans refrain sur un beat au BPM rapide. Avec ses notes méditerranéennes portées par une guitare discrète en fond, la prod nous entraîne bien dans une ambiance sudiste.

Le rappeur multiplie également les références italiennes, en plus du lieu, avec quelques phases sur la cultissime série Gomorra :

Ciro, Ciro, on arrive dans l’Viano

Vitres teintées, andiamo, mama, ti amo

T’voulais faire de moi ton angelo di ventano un diavolo

À noter, le cadrage des bâtiments plus intimiste que dans les clips d’autres rappeurs, qui appuie une ambiance plus pesante. Lacrim est à l’intérieur de la Scampia comme il pourrait l’être à Paris ou Marseille : à la maison. C’est en tout cas ce que nous dit un napolitain dans son teaser sorti quelques jours plus tôt.

Le clip est disponible dès maintenant sur YouTube ainsi que sur toutes les plateformes de streaming.

Continuer de lire

Actus

Fresh la Douille invite MIG pour « 2mi temps »

AlphaKilo

Publié

le

Par

2 Mi temps, Fresh en pleine accélération

 

On arrête plus Fresh La Douille, c’est bel et bien sûr désormais. Apres avoir été très actif tout au long de l’année avec sa série de freestyle « La Douille » dont l’épisode 5 est sorti plus tôt dans l’été (retrouvez le ici ) on le retrouve dans une collaboration explosive avec un autre newcomer tout aussi talentueux et actif que lui, MIG le prodige du 91 dont nous avons parler à la sortie de son projet (a lire ici https://raplume.eu/article/mig-represente-02-gene).

Dans ce featuring de qualité intitulé « 2 Mi temps » qui semble être un extrait de son futur projet à venir , produit par Amine Farsi qu’on ne présente plus, accompagné d’un clip dont la réalisation a été l’œuvre de Kepsey on retrouve les textes crus, agressifs et explosifs qui font la marque de ces 2 artistes.

« J’vais péter Fresh pour du papaye à Voltaire, j’vais péter Fresh au studio pour faire un gros son
Espèce de gros con, tu t’prends pour qui ? Tu viens réclamer ta paye, t’as pas fait ta mission »

Côté visuel on retrouve tous les éléments propres au thème du son, le tout filmé avec soin et précision, le clip rajoutant du dynamisme à l’écran pour un titre qui assurément n’en manque déjà pas. 

 

 

Du 91 au 94 c’est miné

 

De plus, la connexion de la banlieue sud de Paris du 94 au 91 est aussi au centre de ce titre afin de rappeler que les problématiques décrites dans « 2 mi-temps » sont communes, d’autant plus que MIG et Fresh La Douille dégagent une réel énergie commune, que ce soit à l’écran ou bien tout simplement sur ce titre.

« J’étais dedans, gros, j’peux pas t’dire que j’ai tout fait , j’ai mon calibre, j’ai tiré plus de fois qu’Nico pour du papier, des nounous j’en ai étouffé , 02 GÉNÉ, ça débarque incognito »

 

 

Un refrain simple, efficace qui témoigne aussi de l’harmonie qu’ont réussi à trouver ces 2 jeunes rappeurs, dans un featuring qui on le pense (et on le souhaite) ne sera que le premier d’une longue lignée tant ils sont efficaces ensemble.

« Du 9.4 au 9.1, gros, c’est miné 
Tu m’as dit qu’tu portais tes couilles, quand y a heja, moi, j’te vois pas déterminé 
Enculé, j’suis impliqué depuis mineur 
Demande à qui tu veux, j’détaillais des cassettes à minuit, pendant plus d’une heure, j’étais pas d’humeur »

Alors que « 02 Géné » de MIG est déjà disponible, on va attendre avec impatience l’annonce du projet de Fresh la douille, en attendant regardez le ciel.

Continuer de lire

Tendances