Damso, figure de style

En très peu de temps, depuis son couplet sur "Pinocchio" (2015) avec Booba, qui est désormais son mentor, Damso a fait une percée incroyable dans le rapgame, mettant la Belgique sur le devant de la scène, replaçant le plat pays sur la carte du rap francophone.

Son succès, certainement pas démérité, s'explique par de nombreux facteurs, et parmi eux ; son écriture. En effet, on lui reconnait une plume incroyable, Damso sachant manier les mots à la perfection. Adepte de la vulgarité, du sexe et du sale, son vocabulaire cru et explicite ainsi que sa maîtrise de la langue française lui permettent de mélanger le tout avec de la poésie, pour un résultat assez déroutant à première vue.

Également adepte de la philosophie de #Vie, ses textes peuvent être d'une profondeur immense. Pour cela il s'appuie sur des procédés d'écriture biens à lui que l'on va vous détailler ici...

I - De l'amour au sexe et à l'égoïsme

Comme il a pu le dire en interview ou plus implicitement dans Une âme pour deux, dans ses morceaux, il existe en quelque sorte deux Damso. Une sorte de schizophrénie qu'il explique par une "Expérience de walk-in". Il existerait donc un Damso que l'on pourrait considérer comme bon, et un autre Damso plutôt adepte du sale.

On ressent cette dualité comme un genre de "bataille" entre ces deux personnalités quand il parle d'amour. En effet, quand c'est le cas, il est rare que la continuité de sa phrase ne soit pas violente. Ce qui donne un mélange surprenant d'amour, de sexe et de violence.

Le rappeur va utiliser un procédé semblable à une antithèse sans en être une (une antithèse consiste à opposer deux termes au sens opposé dans la même proposition), c'est-à-dire qu'il va quasi-systématiquement évoquer un élément romantique suivi d'une phase plus crue, plus violente.

"Loin des yeux près des pleurs, j'fais l'amour dans ta ge-gor on y passera la nuit" - Jean Reno

Dans cette phase, ce procédé est clairement identifiable. En effet, il commence en exprimant la peine qu'il peut ressentir quand l'être aimé est loin de lui, et, sans la moindre transition, ou même sans rapport immédiat, il enchaîne avec une phrase très...directe. On notera également que la phrase romantique n'est pas des moindres, mais est bel et bien recherchée, puisqu'il reprend l'expression "Loin des yeux près du cœur". C'est un procédé très fréquent dans le rap fr, et particulièrement bien exécuté ici.

"J'ai mis la vie dans son ventre, la première fois que pour bonne raison, elle mouilla" - Kietu

Rien de plus beau que la naissance d'un enfant me direz-vous ? Et bien Damso vous fera peut-être changer d'avis...

Il parle ici de la grossesse de sa femme. Si le début de la phase laissait présager quelque chose de beau, de délicat, il décide tout de même de ramener le sens de la phrase au sexe.

S'il aurait pu se contenter de parler de la nuit où sa fille a été conçu, il va plus loin en parlant indirectement, de toutes les nuits où elle aurait pu l'être.

"D'amour et de sperme j'ai repeint ses lèvres" - Nwaar is the new black

Autre antithèse ici, alors qu'on s'attendait à une phrase pleine d'amour, le sexe prend - très - vite le dessus. Même pas le temps d'y croire cette fois-ci puisqu'on a plus affaire à deux phrases qui s'opposent, mais bien deux mots.

"Ça commence par du Roméo et Juliette, ça finit par du Jacquie et Michel" - Kietu

Petite phrase bonus ici qui rentre totalement dans cette catégorie mais que nous verrons plus tard...

On peut également retrouver ces contradictions tout le long du texte de Macarena. En effet, quand à certains passages Damso semble décidé à laisser la femme dont il parle passer à autre chose, il est vite rattrapé par l'égoïsme et l'égocentrisme : Il souhaite être le seul homme qu'elle voit, mais que lui puisse voir d'autres femmes...

Ces antithèses sont donc le résultat de contrastes saisissants, surprenants, souvent sur les mêmes thèmes : l'amour, le romantisme, le sexe et l'égoïsme. En résulte un savant mélange de poésie et de violence, très propre à Damso. Il n'est peut-être pas très juste de parler d'antithèse étant donné que le sexe et l'amour ne s'opposent pas réellement, mais c'est plus le choix des mots qui donne naissance à une forme d'opposition contradictoire.

II - Jouer entre sens propre et figuré d'une expression

Il est très fréquent dans les textes de Damso que celui-ci utilise des expressions communes, non pas pour utiliser le sens même de l'expression - c'est-à-dire souvent le sens figuré d'un mot -, mais plutôt dans son sens propre.

"Comme ma terre, j'suis riche que sous les décombres, je pleure que de l'intérieur, pour que mes soucis se noient" Mosaïque solitaire

"Pleurer de l'intérieur"  signifie être plein de souffrances, mais ne pas les extérioriser. Ici, Damso, en jouant avec le sens propre de pleurer,  semble nous expliquer que son exutoire est tout simplement de ne pas exprimer ce qu'il ressent. En effet, garder ses problèmes pour lui, et souffrir en silence serait sa solution pour passer à autre chose. Il utilise donc le sens propre de "pleurer", expliquant que ses larmes lui permettent de noyer ses problèmes. On peut également en déduire que ses problèmes sont très nombreux, car pour noyer quelque chose, il faut une quantité de larmes conséquente...

"Pourquoi leur demander l'heure ? J'sais bien qu'la mienne n'est pas encore là" Mosaïque Solitaire

Quand on dit que "l'heure de quelqu'un est venue", c'est une expression synonyme d'une mort imminente. Ici, Damso fait preuve d'un certain égotrip. En effet pour lui, la notion du temps lui est totalement inutile, puisque d'une certaine façon il est certain que sa mort n'est pas prête d'arriver. Il a donc le sentiment d'être unique, différent des autres, n'ayant pas besoin de se situer temporellement, étant donné le temps qu'il lui reste.

C'est une caractéristique qui semble convenir à la majorité. En effet, en philosophie, on explique que chacun peut se sentir unique, spécial. Et, comme le dit Freud "Au fond, personne ne croit à sa propre mort, et dans son inconscient, chacun est persuadé de son immortalité". Selon la philosophie freudienne, il est donc impossible d'envisager sa propre mort.

Et c'est quelque chose dont Damso est très friand, puisque l'immortalité est un thème récurrent dans ces textes, il a cette impression de ne pas pouvoir mourir, d'être différent. Comme dans Mosaïque Solitaire par exemple "Du mal à appréhender l'futur car dans ma vision j'suis immortel".

"En chacun d'nous habite Dieu qu'il m'dit, sa maison s'trouve dans nos cœurs qu'il m'dit. Donc, "excusez-moi Seigneur" qu'j'lui dis, si mes poumons sentent trop la beuh" - Mosaïque Solitaire

"L"Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu'il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous" Jean 14 : 16-17 (verset de la Bible). En effet, dans la religion il est fréquent d'entendre que Dieu vit en nous, qu'il est comme une sorte de guide qui nous suit tout au long de notre vie.

Ici, Damso prend cette phrase à la lettre, et s'excuse de le déranger dans sa maison en fumant. Mais cette phrase peut se comprendre bien plus profondément. En effet, bien que Damso semble se moquer de la personne qui lui dit ça, en réalité, ses excuses peuvent sembler réellement sincères. En fumant, il salit non seulement "le Temple du Saint Esprit', mais dans un sens plus explicite, il commet un péché en fumant, duquel il semble donc s'excuser.

Il va se servir de ce procédé très souvent. Pour ne pas surcharger l'article, je vous laisse avec d'autres exemples, sans les détailler :

"Mais trop vu la mort de près, elles se plaignent que je tire une tête d'enterrement" - Beautiful

"Ton cercueil, il n'y a que là que j'ai touché du bois, tu m'fais chier comme Arthur au nouvel an"  - Graine de sablier

"À trop mener ma vie comme je l'entends, j'suis devenu sourd" - Lové

"Y'a qu'à la muscu' qu'j'mets un genou à terre" - Exutoire

III - Opposer 2 expressions

Pour ce procédé, Damso va prendre une expression commune puis en prendre une seconde d'un sens opposé pour créer une sorte de paradoxe qui va venir surprendre l'auditoire.

"J'les porte dans mon cœur, ils me portent l'œil" - Dieu ne ment jamais

"Porter quelqu'un dans son cœur" signifie aimer quelqu'un, le chérir. À l'opposer "Porter l'oeil à quelqu'un" signifie lui souhaiter le pire. Damso, par opposition de ces deux expressions très connues nous donne donc une vraie leçon de vie. En effet, pour lui, même s'il apporte son amour aux gens, ils ne souhaiteront jamais réellement que lui réussisse.

"Pourquoi m'a-t-on jamais fait d'fleurs, juste envoyé sur les roses ?" - Fais-moi un Vie

"Faire une fleur" signifie rendre un service à quelqu'un, être bien intentionné avec lui. À l'inverse, "Envoyer sur les roses" signifie vouloir se débarrasser de quelqu'un. Dans la même logique que la phase précédente, avec cette opposition d'expressions il nous montre le mépris qu'il reçoit par autrui.

"Ils font bonhomme de neige, j'ai fait bonhomme de chemin" - Mosaïque solitaire

Si "faire bonhomme de neige" n'est pas réellement une expression, on peut la prendre comme telle ici. Elle signifie dans ce cas précis perdre son temps en pratiquant une activité que l'on a tendance à faire durant l'enfance. Pendant que certains perdent leur temps, Damso "Fait bonhomme de chemin", ce qui signifie continuer, avancer, travailler, peu à peu. En opposant ces deux expressions il exprime sa productivité fortement avancée comparée à la concurrence, qui, elle, perd son temps.

IV - Référénce à une personnalité

Ce n'est peut-être pas le procédé le plus impressionnant utilisé par Damso, mais il n'en reste pas moins intéressant. En effet, ces références à des personnalités entraînent souvent des images plutôt drôles. Mais il arrive également qu'il l'utilise pour dénoncer des réalités bien plus profondes.

"La bitch fait sa François Hollande, je lui dis de partir, mais elle en redemande" - Autotune

François Hollande est réputé pour avoir été le Président avec la côte de popularité la plus basse de la Veme République. Pendant son mandat, beaucoup de français avaient demandé son départ. Pour Damso, c'est la même chose pour la fille dont il parle. Il en a marre d'elle, souhaite son départ, mais elle persiste en refusant de partir.

"Ça commence par du Roméo et Juliette, ça finit par du Jacquie et Michel" - Kietu

Avec cette ellipse, Damso nous expose le commencement et la fin d'une relation amoureuse. Pour lui les relations amoureuses débutent pleines d'espoir et de romantisme comme la célèbre pièce de Shakespeare. Pour, à la fin, délaisser tout ce romantisme et seulement laisser place au sexe, comme dans les films de ce célèbre site internet... Ce parallélisme oppose donc le début et la fin de la relation.

"J'serais ton Monk, tu s'ras ma Trudy, j'l'ai pas mariée pourtant elle crie "oui" " - #QuedusaalVie

Le début de cette phase est sûrement la comparaison la plus profonde de toutes. En effet, même si elle peut paraître assez simpliste, elle cache en fait une réelle référence à la vie de Damso.

Dans la série "Monk", le personnage principal était marié à une certaine Trudy, une femme qu'il aimait profondément et qui lui permettait de garder une certaine stabilité. C'est la perte de cet être cher qui lui a causé tous ses troubles. On peut donc clairement y voir une référence au très célèbre son de Damso, "Amnésie". Il nous y raconte  le suicide de la première fille avec qui il a eu une relation charnelle, causant des troubles dans sa vie.

""Pour réussir ta vie, faut qu't'étudies", j'sais pas qui m'l'a dit, sûrement Carla Bruni" #QuedusaalVie

Avec cette comparaison, il critique la société dans laquelle on vit qui nous pousse constamment à étudier. Cette société qui nous dit que rien ne serait possible sans diplômes. Mais, Carla Bruni, qui est la femme de l'ex-président de la République Française Nicolas Sarkozy, et donc un exemple pour le peuple, a réussi sa vie avec la chanson et le mannequinat... Assez contradictoire donc que cette figure du pouvoir n'ait pas réussi sa vie grâce à l'école mais à l'art...

Je vous laisse savourer d'autres exemples :

"Blonde platine, elle fait sa Khaleesi, dragon dans la queue je l'encendre" - Autotune

"J'te vois comme Jay Z voit Beyoncé : une salope que j'n'ai pas besoin de financer" - Débrouillard

"J'n'ai aucun remord, t'es Sarah Connor, je suis Terminator dans ta tte-cha" - Débrouillard

"J't'invite à tout refaire comme les fesses de Kylie Jenner" - Signaler

"Dans l'ombre j'leur mets des doigts, j'ai l'majeur à Noob Saibot" - Noob Saibot

"Pas d'amitié entre justicier si j'étais Bruce j'aurai baisé Loïs" - Jean Reno

"Quand il s'agit de sa teuch, j'suis plus habile que Diabaté Sidiki" - Autotune

Les exemples sont très nombreux, impossible de tous les exposer encore une fois. Il suffit tout simplement de regarder le deuxième couplet de #QuedusaalVie pour s'en rendre compte...

V - Les réflexions philosophiques

Nombre de situations, de faits vécus et de réflexions personnelles sont difficiles et longues à expliquer. Mais cela n'effraie certainement pas Damso. En effet, lorsque l'artiste a besoin d'exprimer quelque chose, il y met corps et âme quitte à prendre la direction d'une explication carrément philosophique.

Je ne sais pas si pour vous les phases qui vont suivre ont une logique similaire, mais pour nous c'est le cas de par la profonde réflexion que demande leur compréhension.

"La vie c'est simple et compliqué car c'est c'que j'pense que t'es qui sera ton identité pour moi. Pareil pour toi vis-à-vis d'moi, quand on y pense, j'pense qu'on se connaîtra jamais vraiment" - Je nous mens (Freestyle France Inter)

Le Freestyle entier aurait sa place dans cette catégorie mais on va se concentrer sur cette phase qui captive particulièrement notre attention.

En philosophie, "autrui" est un thème récurrent, dont voici la définition philosophique :

"Autre être humain, considéré en tant que personne avec laquelle se tisse une relation d'inter-subjectivité et des rapports moraux."

De nombreux philosophes s'accordent à dire qu'il est impossible de connaître réellement quelqu'un, autrui. En effet, les différentes théories s'avancent à dire qu'on ne peut uniquement connaître ce qu'autrui s'accorde à nous montrer. On ne connaîtra donc jamais ce qui compose la conscience de l'autre. On peut s'appuyer sur la théorie de Blaise Pascal. Celle-ci explique que, lorsque nous tombons amoureux, nous tombons amoureux d'un ensemble de qualités que l'on perçoit chez une personne, et de l'image que l'on se fait d'elle, et non de ce qui compose réellement sa conscience.

Damso reprend donc ces mêmes théories philosophiques, expliquant que nous ne connaîtrons jamais réellement les autres, mais seulement l'image que l'on se fait d'eux.

"Il ne faut donc pas se demander si nous percevons vraiment un monde, il faut dire au contraire : le monde est cela que nous percevons"  Maurice Merleau-Ponty

"Le monde est à nous, le monde est à toi et moi. Mais p't-être que sans moi le monde sera à toi. Et p't-être qu'avec lui le monde sera à vous, et c'est peut-être mieux ainsi, mes sentiments dansent la macarena. Donc je me dis qu'si t'es avec lui, tu te sentiras mieux, mais si tu te sens mieux, tu te souviendras plus de moi" - Macarena

Un coup il la veut, un coup il veut la laisser partir avec un autre... Si Damso semble seulement mener Sabrina en bateau, la réflexion à faire ici est bien plus profonde. Elle s'attache à un autre fondamental de la philosophie : le désir.

En effet, Damso ne serait donc qu'un éternel insatisfait.

Pour Schopenhauer "Le désir est la condition préliminaire de toute jouissance. Or avec la satisfaction cesse le désir, et par conséquent la jouissance aussi ", autrement dit, l'homme ne peut que souffrir - quand il désire - et s'ennuyer - quand il comble son désir -.

C'est ce qui semble donc arriver à Damso ici. Il ne sait plus où il en est, il veut être avec elle, mais comme avec elle il s'ennuie, il préfère la laisser s'en aller, la laisser être heureuse... Mais quand elle s'en va il la désire à nouveau et est donc devenir malheureux... Ce qui créé donc une boucle sans fin dans laquelle Damso ne pourra jamais être comblé.

 

Évidemment, Damso utilise régulièrement d'autres procédés, mais il serait impossible de tous les énumérer en un seul article.

On a donc pu se rendre compte de l'incroyable qualité d'écriture du rappeur belge. Capable comme personne d'allier poésie et sale pour donner lieu à des textes forts voire même  philosophiques.

Si on sait que Damso a vécu un passé difficile, notamment avec les femmes, ce passé lui a permis d'aiguiser sa plume, et cela peut confirmer ce que disait Socrate :

“Dans tous les cas, mariez-vous. Si vous tombez sur une bonne épouse, vous serez heureux ; et si vous tombez sur une mauvaise, vous deviendrez philosophe, ce qui est excellent pour l’homme”

 

Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed Instagram Feed
Plus d'articles
Zamdane nous surprend avec 20’s