L'analyse du jour 1 : "Helsinki" de Dinos

Après 4 ans d'attente, Dinos nous dévoile enfin son premier album Imany. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'on n'a pas été déçus... En effet, entre prods léchées et textes ciselés, la qualité artistique de cet opus est indéniable.

Des 17 titres qui composent la tracklist de l'album, un morceau s'est distingué et a particulièrement fait parler de lui : "Helsinki". Le rappeur se livre sur ses sentiments amoureux comme il l'a rarement fait, en posant des paroles profondes sur un beat mélancolique. Nous allons ici procéder à une analyse détaillée du texte de ce morceau.

Le thème

Dans ce son, nous n'avons pas le droit aux pensées et dires de Dinos, mais bien à ceux d'une femme qui semble avoir vécu une histoire d'amour avec lui.

En effet, comme en témoigne l'introduction du morceau, elle utilise la messagerie de Dinos comme un exutoire pour y exprimer ses sentiments et sa haine pour lui.

On a donc affaire ici à un monologue...

"T'es bien sur la messagerie de Jules, j'suis pas là pour le moment. Laisse-moi un message, même si j'les écoute jamais"

Dans une interview accordée à Booska-P, Dinos nous explique ce choix :

"J'ai beaucoup trop d'ego pour avouer que c'est moi qui ressens ça. Donc je le fais passer pour le message d'une fille sur mon répondeur."

Le titre

Pas de référence à La Casa de Papel ici, mais bel et bien à la capitale Finlandaise.

Le titre prend tout son sens, puisqu'il exprime tout le désespoir ressenti par cette fille follement amoureuse de Dinos. En effet, la vie sans cet amour perdu est pour elle une vie sans lumière, sans soleil, et, Helsinki est connu pour donner lieu à des couchers de soleil très tôt dans l'après midi, voir même ne pas afficher de soleil pendant l'hiver.

Le titre prend tout son sens dès le refrain :

"Les lumières s'éteignent en plein après-midi
L'impression d'être une ville sans soleil : Helsinki, Helsinki"

Le fil conducteur

Ce qui est intéressant dans ce texte, c'est qu'on bascule progressivement d'un texte rempli de peine, de sentiments et de regrets (dans les deux premiers couplets) à des reproches, de la haine et une envie de passer à autre chose (dans le troisième couplet).

En effet, élément notable, à la fin des deux premiers couplets on retrouve :

"Si tu savais comme j'te déteste, tu saurais à quel point j't'aime"

Alors qu'à la fin du troisième et dernier couplet seulement :

"Si tu savais comme j'te déteste."

Ce changement de discours nous montre clairement à quel point la fille est perdue. En effet, elle est partagée par l'amour et la haine qu'elle porte à Dinos. C'est elle qui lui en veut, mais c'est elle qui le veux.

Analyse des phases les plus marquantes

La tristesse causée par la rupture

C'est un procédé qui ne porte pas réellement de nom mais dont Dinos est très friand. En effet, il est fréquent dans ces textes de le voir détourner des expression pour en changer le sens. Dans "Helsinki", il va s'en servir pour imager de manière forte et poétique la tristesse ressenti par cette fille (enfin, par lui, mais vous avez compris)  

"Puis tu sais j'suis irritée alors parfois je pleure de trop
En vérité mes larmes ne servent qu'à irriguer ma fleur de peau"

Être à fleur de peau est une expression bien connue signifiant être sensible ; et donc par la même occasion être en proie à la tristesse.

En s'amusant avec le sens propre du mot "fleur", il nous explique le besoin ressenti par la fille d'extérioriser son mal être pour tenter d'aller mieux. En effet, les larmes de tristesse "irriguent", arrosent, cette fleur pour tenter (en vain?) de lui faire retrouver son éclat.

"T'as même brisé mon cauchemar, dans lequel on emménage
Et on s'prend la tête parce que je veux un chat et qu't'en veux pas"

Cette phrase montre à quel point son ex-partenaire déplore cette séparation. En effet, il est commun d'entendre l'expression "briser un rêve", mais ici, la tristesse causée par la fin de cette relation arrive même à lui faire regretter ses plus grandes craintes.

Briser un cauchemar semble assez paradoxal, étant donné qu'on a plutôt pour habitude de vouloir les fuir, mais ici, par cette affirmation, elle explique vouloir même retrouver ses anciens cauchemars.

Le partage entre haine et amour en poésie

Pour exprimer cet étrange mélange de haine et d'amour, Dinos nous a sorti sa plus belle plume.

"En panique, j'ai voulu faire une croix sur toi, mettre un voile sur mon cœur mais l'amour est un établissement laïque"

On a affaire ici a une des plus belle phrase de l'album. En effet, sa construction est assez incroyable.

Dinos utilise dans ces deux mesures le champ lexical de la religion ainsi qu'une antithèse entre l'évocation de symboles religieux et celle de la laïcité.

Nombre de termes étant polysémiques (qui ont plusieurs sens), nous allons ici les analyser point par point afin d'éclairer les différents sens de chaque proposition.

  • La croix
    La croix le symbole de la religion catholique. Celle-ci est peut-être portée en pendentif sur un collier par exemple.
    Faire une croix sur quelqu'un” signifie renoncer définitivement à, passer à autre chose.
  • Le voile
    Le voile islamique, ou hijab, est un couvre-chef de la religion musulmane
    Mettre un voile” peut signifier ici dissimuler, tenir cacher et tenir secret.
  • La laïcité
    La laïcité désigne le principe de séparation de la société civile et de la société religieuse.
    En France, elle interdit le port de signes religieux ostentatoire dans les établissements publics (et donc laïques).

Après avoir évoqué sa volonté de passer à autre chose concernant cette relation et de taire les cris de son cœur, l'artiste finit par faire intervenir le sentiment suprême : l'amour.

Il est qualifié d'« établissement laïque » car il n'autorise ni le port d'une croix ni celui d'un voile, c'est-à-dire ici qu'il vient démolir les efforts précédemment fournis par la fille : il l’empêche d'arriver à tirer un trait sur cette relation.
Ainsi, pour cette fille, l'est doté d'un rôle clé, il a le mot final et semble triompher de tout. Comme si les sentiments ressentis par l'homme primaient sur sa volonté.

(Petit disclaimer : cette annotation est en effet sur RapGenius, mais c'est bien nous qui en somme à l'initiative)

"J'aimerais arracher ton cœur, couper tes bras avec une hache, mais, s'te-plait, pince-moi une dernière fois avant que j'le fasse"

Avec moins de procédés stylistiques certes mais avec tout autant de sens, cette phrase nous montre parfaitement cet étrange mélange de sentiments ressentis par cette fille.
En effet, la contradiction et la différence entre les deux phases sont énormes. Elle pense dans un premier temps à tuer Dinos en lui faisant subir d'infâmes souffrances, alors que dans la phase suivante, elle réclame une intention infime et mignonne qu'est un pincement. Ces deux phases nous montrent clairement qu'elle a deux envies à nourrir, la vengeance et l'amour..

Deuxième interprétation possible (proposée par @NilsCrb), on peut penser que cette fille ne croit juste pas que cette rupture soit possible et pense qu'elle est simplement dans un rêve. En effet, la haine que lui crée cette rupture lui donne envie de faire souffrir Dinos à tel point de le tuer en lui arrachant son cœur et lui coupant des membres. Avant de passer à l'acte, elle lui demanderai donc de la pincer une dernière fois pour s'assurer qu'elle n'est juste pas en train de rêver, et que cette rupture est bel est bien réelle.

Conclusion

En définitive, "Helsinki" est indéniablement l'un des plus beaux morceaux de l'album, où les sentiments de Dinos se mettent à nu et s’emmêlent entre eux. L'amour et la tristesse n'ont pas fini d’inspirer les artistes et de leur aider à écrire leurs plus beaux textes. Et oui Dinos, tu as bien fait d’être perfectionniste car le résultat parle de lui-même.

Tweet de @PunchyDinos

 

Alvaro
Créateur du site raplume.eu.
Contact : contact@raplume.eu
@alvarom34
"Couronne sur la tête promise pour les années à venir mais reflet dans la guillotine"
Flavie
Term L / rapgenius - twitter

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils