Sueur, soif, sous : la galère de 13 Block

L'attente est finie : le groupe le plus prometteur de la trap française a enfin sorti son quatrième projet, Triple S! Accompagnés par le talentueux producteur Ikaz Boi tout au long du projet, les hommes de Sevran nous ont livré un projet solide, à la hauteur de nos attentes.

Gang gang @treizeblockofficiel

A post shared by 💔 👨🏻‍💻 (@ikazboi) on

Des attentes poussées

Après avoir sorti leurs deux seuls singles de l'EP l'année dernière (Somme et Vide) produits par Ikaz Boi, les attentes n'ont fait que grimper au rythme de leur popularité. Si cela n'était pas suffisant, leurs featurings sortis fin 2017 et début 2018, tous plus réussis les uns que les autres, ont fait que justifier nos attentes ; une bonne pression pour un groupe qui n'avait que trois projets à son actif. Il faut aussi avouer qu'avec une telle accessibilité des deux singles par rapport à leurs précédentes sorties, le hype s'est installé de façon quasi naturelle.

Un story-telling qui parle

Zed, Old Pee, Deusté et Zefor nous parlent principalement de la vie au quartier. Et ce dans tous les aspects, mais surtout le côté violent en surlignant les confrontations entre gangs, et le trafic de drogues. Nous savons depuis leurs débuts que l'authenticité des story-tellings du 13 Block n'est pas remise en question. Cela ne faisait que se confirmer par leurs clips qui représentaient des galères de cité affichées explicitement, filmées sur le terrain même.  Le rap d'aujourd'hui, lyriquement, se base énormément sur la réalité des faits, la plupart du temps à relater la vie dans la pauvreté, ce qu'il faut vivre pour s'en sortir en racontant les péripéties ayant lieu pendant cette lutte. Ce groupe est à propos du combat perpétuel, visant à sortir du bloc et vivre leur vie aisément, comme bon leur semble. Nous voyons d'une certaine optique que sur ce projet ils commencent à se baser sur le matérialisme que leur apporte le rap game, et qu'ils n'ont plus besoin de tout ce sale boulot.

Des membres qui se complètent

Comme cité précédemment, le 13 Block est composé de quatre membres : Zed, Old Pee, Deusté et Zefor. Une des surprises de ce projet est le fait que Zed n'a pas une majorité écrasante de refrains, comme la logique l'aurait voulu au vu de leur parcours avant Triple S. Même si ses mélodies se font ressentir tout le long, nous n'avons pas l'impression qu'il a été autant mis en avant à ce niveau qu'auparavant (voir Somme). Cependant, en tant qu'auditeur nous trouvons pas cette surprise désagréable, ça ajoute même une certaine originalité à leur musique. Old Pee et Zefor sont facilement les deux MC les plus techniques du groupe. Chacun de leur couplet est marquant, et on ressent chez eux une influence trap de Chicago ostentatoire autant au niveau de leur delivery que de leur apparence physique (voir Binks). Deusté quant à lui est le membre le plus imposant de par sa voix grave, il est celui qui parle de manière la plus crue de son vécu en tant que four (voir Twerk). La voix unique de chaque membre de la bande fait en sorte que chaque son soit complet, et qu'il n'y ai pas d'impression de redondance lassante, et marque un maximum chaque apport.

Quelle suite pour ce groupe?

Il faut être prêt à tout avec 13 Block. Si ce projet n'avait pas suffi pour prouver leur polyvalence, plusieurs snippets ont été publiés dans les storys Instagram de leurs producteurs (que ce soit Binks Beatz, Ikaz Boi ou même Myth Syzer) et la variété est au rendez-vous. Nous y avons même écouté un morceau dancehall.

En attendant d'entendre ce que nous préparent les rappeurs du 93, Triple S est dehors : écoutez le ici

Les images appartiennent à @aliverxn , vous pouvez aller voir son Tumblr sur ici.

 

Articles Similaires:

Orlando
Représentant de la street malgré moi, retrouvez-moi sur Twitter sous @orlandead

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils