Nous suivre

Interview

Hotel Paradisio vous emmène à Hollymoon pour son premier album

Avatar

Publié

le

Il y a quelques semaines, nous vous présentions le clip de « Chronos », premier extrait de l’album Hollymoon d’Hotel Paradisio. Après plusieurs EP depuis 2017, l’artiste livre cette année son premier album, une vraie bouffée d’air frais dans un univers unique. L’année avait évidemment bien commencé pour lui puisque vous avez été nombreux à le découvrir grâce au titre « Yakuza », présent sur notre mixtape Le chant des oiseaux, parue en mars 2020. Pour fêter le sortie d’Hollymoon, nous avons décidé de proposer une interview à Hotel Paradisio pour en savoir plus sur cette mystérieuse planète… Avant toute chose, voici le clip de « Déclassé », sorti en même temps que le projet.

Raplume : Presque deux ans après ton précédent projet, on se retrouve pour ton premier album. Qu’est-ce qui s’est passé pour toi pendant ce temps ?

Hotel Paradisio : C’est lourd qu’on se retrouve encore pour un parler d’un autre projet. Entre temps, j’ai fait pas mal de sons. J’ai progressé dans ma manière de travailler, et je suis fier de vous présenter mon premier album, Hollymoon.

R. : Dès l’intro, on comprend que le voyage va faire partie des thèmes principaux du projet. C’était voulu ou ça s’est fait au fur et à mesure ?

HP : Ça c’est fait au fur et à mesure. Dans mes sons, j’essaie toujours d’apporter une rêverie. Hollymoon, c’est le rêve hollywoodien pour un mec dans la lune. C’est un voyage vers ma planète et celle de la personne qui m’écoute. Je trouvais ça fort de symboliser ça par un voyage vers une lune.

Tu as entièrement produit les tracks du projet toi-même. C’est car tu sais exactement ce que tu veux ?

J’ai produit toutes les tracks sauf « Déclassé », produite par Coldwvterz, un producteur avec qui je collabore en ce moment. Vous verrez souvent son nom revenir, je pense. Pour ce projet, je voulais me lancer un défi en essayant de tout produire, je voulais qu’il y est une signature unique. Après, il y a aussi le fait que je n’aime pas dépendre des gens et que j’aime beaucoup faire des prods.

Le premier extrait, « Chronos », faisait évidemment référence au temps mais c’est également quelque chose qu’on retrouve dans d’autres morceaux, notamment « Forever ». Comment tu l’expliques ?

Le temps est un thème qui me fascine. C’est la fuite du temps qui nous pousse à vouloir passer des bons moments. « Chronos », c’est un morceaux teinté de nostalgie, et en même temps une course contre la montre. Je pense que ce sera pas la dernière fois que je ferai un morceau sur ce thème.

Notre coup de cœur, c’est le morceau « Zelda ». Tu peux nous parler de la construction de celui-là ?

c’est un morceau très personnel. Je suis un grand fan de Link’s Awakening sur Game Boy Color. Du coup, je voulais en faire un morceau et j’ai composé une prod avec des instruments et un drum qui faisait penser à un jeu vidéo. À la fin, la prod change et part vraiment en mode Game Boy. Je trouvais que l’idée correspondait bien à l’album avec Link qui est coincé dans son rêve et qui part réveiller le poisson-rêve.

On sent qu’il y a de multiples vibes dans le projet. C’est qui les artistes ou les styles qui t’inspirent pour ta musique ?

Musicalement les artistes qui m’ont inspiré sont Drake, Post Malone, Kid Cudi, Linkin Park et Eminem. Après, j’écoute tellement de tout que je dois piocher mon inspiration dans plein d’endroits. Pour l’univers, je m’inspire plus des films et des séries. Et dans l’écriture, c’est des réflexions sur la vie, des introspections.

Dans « Chaman », tu dis : « Y a des murs dans ma tête comme dans une prison norvégienne ». Pourtant, tu donnes l’impression que c’est tout l’inverse et que ton univers transpire la liberté !

Quand je parle des murs, je parle des barrières qu’on se met tout seul, des peurs qui nous bloquent. Et justement, c’est pour ça que dans ma musique, j’ouvre une porte vers l’évasion. Pour moi, rêver, c’est vivre.

Tu évoques pas mal d’éléments issus de la culture asiatique, en particulier le Japon, ce qui n’était pas forcément présent sur tes précédents projets mais qui donne une nouvelle dimension au voyage. C’est une passion plus récente ou tu n’avais pas encore eu l’occasion d’en parler ?

Je suis un grand fan des dessins animés de Myazaki. Princesse Mononoké et Le voyage de Chihiro sont des films qui m’ont profondément marqués. Le titre « Kaonashi », c’est le sans visage dans Chihiro, un être qui représente l’avidité. Sinon, oui, je trouve le Japon fascinant, sa culture, ses paysages. Et j’ai de plus en plus envie de voyager là-bas.

Cette année, tu es apparu sur la tracklist d’une mixtape 100 % strasbourgeoise, tu peux nous en dire plus ?

Oui, la mixtape Iconic créée par le label strasbourgeois Iconic. Il y a plein de pépites sur la scène strasbourgeoise et l’idée du projet était de fédérer et mettre plus de lumière sur ça. Je suis content et fier d’y avoir participé. Il y a un volume 2 qui est sorti là, je vous conseille d’aller écouter ça.

Avec la situation actuelle, peu de chance de pouvoir défendre ton album sur scène. Tu vois comment la suite au niveau de la musique ?

Oui il y a quelques concerts qui ont sautés pour ma part. C’est dur pour les professionnel de la scène en ce moment. Mais je pense que la musique trouveras toujours son chemin. Moi j’en profite pour faire composer et écrire à fond et ce n’est que partie remise. Quand tout cela sera fini il y aura surement une tournée et plein de dates.

Un énorme merci à Hotel Paradisio pour son temps et ses réponses. Pour écouter Hollymoon, c’est par ici !

Continuer de lire
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article

Mr. Darmon : « On arrive à 400 campagnes TikTok en un an »

Nicolas Rispal

Publié

le

Monsieur Darmon travaille dans l’ombre, mais coordonne les hits. Raplume l’a rencontré pour un entretien inédit.

Monsieur Darmon travaille dans l’ombre, mais coordonne les hits. Raplume l’a rencontré pour un entretien inédit. (suite…)

Continuer de lire

Actus

Da Uzi est « Vrai 2 Vrai » comme jamais

AlphaKilo

Publié

le

Par

La D en Personne

DA Uzi, pour ceux qui vivraient sur Jupiter et qui ne le connaîtraient pas encore, est un rappeur des 3 tours de Sevran qui a fait parler de lui avec la série de morceaux « La D en Personne »

https://youtu.be/XnTjWqBJpb8

Après un premier album solo nommé « Mexico », dans lequel il collabore notamment avec Kaaris Ninho et Sadek, qui l’a fait connaître du grand public avec « La Vraie Vie » et « Entre les murs », il a enchaine avec un second intitulé « Architecte » qui lui a fait passer un cap quant à sa place dans le rap français et qui ont été certifiés disque d’or coup sur coup.

Apres un peu plus d’un an d’attente Da Uzi revient donc avec son 3eme album solo, portant cette fois le nom de son label « Vrai 2 Vrai »

 

Plein d’sous, j’regarde des meufs sur mon Insta’, dans la caisse, ça parle de 9
Les plavons, faut les pister, faut un instinct, chez moi, la dalle, elle donne l’heure
Qu’est-ce tu m’dis ? J’sais pas t’es qui, tu pénaves grave, la vie de Bobby fait peur
La vie de Bobby fait peur donc ils s’mettent à pookie

 

 

Projet de la confirmation ?

Ce projet se présente naturellement comme celui de la confirmation, et le moins qu’on puisse dire c’est que du côté de DA on a vraiment mit les petits plats dans les grands.
17 titres plus 3 dans la version bonus, et une liste d’invités dans ceux ci impressionnante :

Freeze Corleone
Heuss l’enfoiré
ZKR
Soso Maness
MHD
Nekfeu

À part avec Soso et Zkr, qu’on retrouvera d’ailleurs ensemble accompagné de Da Uzi sur le titre « Du Nord au Sud », toutes ces collaborations sont les premières entre D.A et ces artistes. Le rappeur des 3 tours s’invite alors tour à tour dans les univers propres des rappeurs qu’il a invité et nous montre toute sa polyvalence pour des featurings qui trouvent tous leurs places dans l’album.

Pour parler de « Vrai 2 Vrai » plus en profondeur , l’intro a été dévoilé dans un superbe clip intitulé « L’Impasse » , on y trouve d’abord les éléments qui ont fait la réussite de Da Uzi : sa capacité à retranscrire les scènes de « la vraie vie » avec exactitude, son habilité quant à l’expression d’émotions à la fois brutes et complexes.

https://youtu.be/P9_N6kOvRMs

Dans cet album on trouve aussi de superbe refrain qui sauront séduire ou parler aux curieux attirés par les feats de l’album.
En effet avec « Tellement » « Danse Lugubre » « Yes » ou encore « Generation 90 » tout le monde pourra trouver son ou ses morceaux phares.

Ce dernier titre semble sortir du lot par sa capacité à rassembler un public aussi large (de 1990 à 1999 ndlr) dans un morceau encore inspiré avant tout du vécu de ce rappeur.

 

On a trop fui en bas des tours, le soir, on finira tous bourrés
J’ai vu qu’j’ai grandi quand les 9.8 ont eu leurs permis, quand au shtar, c’était plus des mineurs
Quand ils m’ont dit : « DA, s’tu veux, j’sors le 9 avec ma team de 9.9 »
Ils sont dans la ville, ils croisent des 90 trop swim, grosses montres dans la caisse
Faut voir les Maldives, les conflits d’géné’, la jeunesse, si on cède tous, on changera nos vies

 

« Vrai 2 vrai » est un très bon album qui devrait marquer une nouvelle étape dans la carrière de Da Uzi, ressemblant son public et une nouvelle audience qui ne pourra pas passer a côté de ce projet.

En attendant regardez le ciel.

 

Continuer de lire

Article

Dabs nous parle de son dernier album : Ange déchu

Alvaro Mena

Publié

le

Il vient de sortir « Ange Déchu », un album réalisé par Flem, dans lequel Dabs nous propose une nouvelle version de lui-même. En effet, dans ce projet aux allures sombres, l’artiste s’est entouré de grands noms du beatmaking ainsi que de 13Block, Bosh ou encore Kaza pour un projet dans lequel on retrouve un artiste transformé.

L’artiste que l’on connaît généralement pour son hit Ouloulou ou pour ses différentes apparitions sur 93EMPIRE nous livre un projet de qualité. L’univers est bien ficelé, les différents flows sont maitrisés et les différentes collaborations viennent perfectionner le tout.

J’voulais meubler ma vie et changer la déco’, freestyle sur phone-tél’, on est sur écoute
Oui, dans la rue, j’ai compris assez tôt qu’on d’vient pas millionnaire en allant à l’école
Tout va bien, le produit est inhalé, ient-cli fidélisé unanime

Raplume a eu la chance de rencontrer l’artiste à l’occasion cette sortie pour son émission « Quoi d’neuf ? ».

L’interview est déjà disponible :

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par RAPLUME (@raplume)

Continuer de lire

Tendances